Accueil arrow Spécial Russie arrow Russie arrow Alexandre II - Un bref printemps
Alexandre II - Un bref printemps Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-03-2010 20:31

Pages vues : 10816    

Favoris : 513

Publié dans : Nouvelles Spéciales, Russie

Tags : Argent, Banques, Juifs, Palestine, Révolution, Russie, Sionistes


alexandre2_portrait.jpg
 
Alexandre II - Un bref printemps
Les juifs dans la Russie d'Alexandre II


Le « problème juif » commence a se faire sentir déjà plus ou moins sous Alexandre II,
et perdure toujours maintenant dans le monde.
 
 
 
 
Formation de la première communauté juive
 
La communauté juive a commencé à Saint-Pétersbourg à la fin des années 1770, regroupés autour d'un grand commerçant et homme d’affaires, Abram Peretz, qui a résidé au Policemaster général Tchitcherine, une maison sur la perspective Nevski. La communauté a été formé d'indigènes Shklov, appelé « maskilim de Shklov ». Celles-ci avaient été officiellement invitées à Saint-Pétersbourg en tant que représentants de la population juive pour la participation aux travaux de ce qu'on appelle le Comité juif, fondé en 1802. Ensemble avec les députés juifs sont arrivés les membres de leur famille, le personnel et les serviteurs de la maison. Dans la même année 1802, les Juifs ont acheté à la communauté luthérienne une concession au cimetière luthérien Volkov pour les enterrements juifs. L'histoire de la communauté juive de Saint-Pétersbourg archive sa naissance officielle depuis cette date.
 
Les Députés juifs et leurs familles ont été une période, mais plutôt des habitants sensibles de la capitale au début du siècle XIX. Ils résidaient à Saint-Pétersbourg sur la base juridique. Mais il y avait beaucoup de Juifs : entrepreneurs, commerçants, artisans, qui restaient dans la capitale, malgré l'interdiction officielle. La capitale de l'empire a continué à attirer les Juifs comme le centre des affaires, de la vie politique et culturelle du pays. En 1826, le nombre de Juifs résidant dans la ville s'élevait à 248.

En 1789 Rabby Schneur Zalman (Alter Rabbi), le fondateur du mouvement hassidique Habad, a vécu à Saint-Pétersbourg comme prisonnier. Dénoncé par ses opposants comme un traître au gouvernement russe, il fut amené à la prison Petropavlovskaia Krepost, mais très vite il a été innocenté et libéré.

Dans les premiers mois du règne d’Alexandre II, un des principaux fournisseurs de l'armée russe, le citoyen d'honneur héréditaire de Russie Evzel Ginzburg a présenté un mémorandum au nom royal, dans laquelle il a donné des raisons en faveur de diminuer les restrictions applicables à plusieurs catégories de Juifs. Cela a été en phase avec les idées générales libérale du jeune empereur. Comme résultat pour les Juifs : retraite pour les soldats, guilde des marchands, des gens avec des diplômes universitaires (plus tard - avec accès à l'enseignement supérieur) ainsi que plusieurs types d'artisans ont été autorisés à résider en dehors de la zone résidentielle de Saint-Pétersbourg. Cette permission est également étendue aux membres de leur famille ainsi que d'un nombre déterminé de fonctionnaires.
Les Juifs qui résident légalement dans la capitale ont obtenu le droit d'inviter des rabbins venus d'ailleurs. La communauté juive de Saint-Pétersbourg a été en forte croissance, et le nombre de synagogues a progressé. A cette époque, il y avait des d’autres synagogues juive à Saint-Pétersbourg, pour les soldats.

Le règne d'Alexandre II apporte des changements fondamentaux pour la société russe en général, notamment l'émancipation des serfs en 1861. Pour les Juifs de Russie, il marque une période de grandes attentes, maintenant que les mesures les plus oppressives sont assouplies. Pour le premier anniversaire du couronnement d'Alexandre, le système haï des districts est abrogé. Peu à peu, des petits groupes de Juifs considérés comme « utiles » sont autorisés à s'installer en dehors de la zone résidentielle de la ville : les commerçants, médecins et les artisans.

Les communautés juives de Saint-Pétersbourg, Moscou et Odessa se développent rapidement, et les Juifs commencent à participer à la vie intellectuelle et culturelle. Le développement industriel des années 1860, suite à la désastreuse guerre de Crimée, crée des opportunités pour un petit groupe d'entrepreneurs juifs, en particulier dans le secteur bancaire et le commerce d'exportation, dans les mines et dans la construction de chemins de fer. (Déjà un schéma identique à celui de la France).

Mais l'apparition soudaine d'avocats juifs, de journalistes et des entrepreneurs provoque une vive réaction. Après la répression de l'insurrection polonaise en 1863, la position de toutes les minorités en Russie est affaiblie, et le Mouvement pour l'émancipation des Juifs est victime d'un grave revers. L'agitation antisémite, exprimé dans des journaux comme Novoye Vremya, augmente après une vague de nationalisme slavophile dans les années 1870. Les Juifs sont accusés de former « un État dans l'État », et considérés comme des étrangers essayant de dominer la Russie (ce qu’ils feront après 1917). Même le vieux mythe de la diffamation de sang, proscrit par Alexander I en 1817, est présenté à la vie dans Koutaïs en 1878.

En résumé : c’est le début du : « pousse toi de là que je m’y mette », la même chose qu’à la Révolution française de 1789. Évidemment ce sont toujours les divisions qui provoquent les drames, ces populations auraient dû vivre en bonne entente, et les Juifs ne pas créer un ghetto (quartier concentrationnaire ou quartier résidentiel forcé). Ce phénomène semble remonter à au moins 2000 ans ! Le ghetto qu’on se créé naturellement engendrant le ghetto imposé par le pouvoir, et l’inverse, dans une prison des opinions des plus contaminantes. On peut aussi avoir un ghetto de jeunes, un ghetto de vieux, etc.
Le pire, le problème est toujours là, avec la création de l’État d’Israël au détriment de la Palestine, et du désire de faire un monde communiste totalitaire... comme au temps de la troïka : Lénine, Trosky, Staline et leurs compagnons Khazards et autres Jacob Schiff et Rothschild, tous détestants le peuple russe. On le voit avec les États-Unis et leur empire : un comble pour un pays capitaliste du dieu dollar. Mais ce n’est pas étonnant puisqu’ils semblent vouloir imposer leur modèle anglo-saxon : « Ce qui est bon pour nous est bon pour vous ».

Page hommage à Alexandre II
 

 
horace_ginzburg.jpg
 
Le banquier Baron Horace Ginzburg, de Saint-Pétersbourg,
un porte-parole des Juifs russes et promoteur des arts.

 
 
synagogue_saint_petersburg.jpg
 
La Grande Synagogue de Saint-Pétersbourg, appelé aussi
« Synagogue du Baron Ginzburg » en hommage à son bienfaiteur,
elle a ouvert en 1893.
Horace Ginzburg est décédé le 17 Février, 1909. Son corps a été ramené de son appartement au 17 boulevard Konnogvardeisky, à la synagogue, pour une cérémonie spéciale, puis conduit à la gare de Varsovie pour être transporté à Paris et enterré dans la crypte de la famille. Les journaux ont indiqué que le défunt « avait un cancer, que dans les mois précédents il était alité et souffrait sévèrement. La veille de sa mort, il était à l'agonie mais a conservé sa conscience et sa faculté de parole ». Sa famille, lorsqu'on lui a demandé de l'enterrer à Saint-Pétersbourg, a poliment refusé.

 
 
soldats_juifs_russie_turc.jpg
 
Un service de prière pour les soldats juifs pendant la guerre russo-turque en 1877. En 1874, la conscription générale a été introduit, mais les juifs devaient servir en plus grand nombre et pour un temps plus long.

 
 
pogrom_enfants_juifs_mort.jpg
 
Les victimes, essentiellement des enfants, de l'un des pogroms à Ekaterinoslav (Dnipropetrovsk, ville où est née H.P. Blavatsky) en 1905. Cette photo a été distribué en carte postale par l'auto-organisation de défense du Poalei Sion (Poalei Zion, un partie sioniste marxiste créé en 1906), afin d’attirer l'attention mondiale sur les pogroms de 1905. (Encore un point pour la Révolution de 1917... et les sionistes et leur propagande facile : DÉPART DU LAVAGE DE CERVEAUX). On va retrouver cet étrange mélange de dualité qui plombe la Russie : Nicolas II tantôt un criminel et un despote tantôt un Saint, Staline tantôt le « le Petit Père des peuples » tantôt un tyran dictateur, etc. Les Sionistes ont dû immanquablement profiter de cela. On trouve ça aussi chez les Anciens Égyptiens, qui tantôt adoraient les dieux, tantôt les maudissaient quand les dieux ne favorisaient rien de leurs désirs.
 
 

Dernière mise à jour : 02-03-2010 21:53

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >