Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow LA GLANDE PINÉALE
LA GLANDE PINÉALE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-10-2010 16:21

Pages vues : 8674    

Favoris : 24

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Couleurs, Dimensions, Glande Pinéale, Instant, Temps, Vision

 
focale4.png
LA GLANDE PINÉALE


Avant toute chose, la Glande Pinéale ou Troisième Œil, a absolument un rapport avec la COULEUR et donc avec l’espace et le temps (DIMENSIONS), et avec la Conscience sans espace ni temps : l’Instant ou Soi. Le Troisième Œil est plutôt l’ŒIL UNIQUE en forme de coupelle chez les Kappas du Japon (les Élementals de l’Eau en Occident), soit leur alimentation générale mais naturelle comme l’eau, comme l’était peut-être celle des Hyperboréens qui avaient un « œil » sur le sommet du crâne, analogie avec la coupelle au-dessus du crâne du Kappa, et qui servait à le nourriture prânique, seule nourriture des Hyperboréens. Qui dit nourriture prânique dit vraie Liberté (autonomie totale). Suivant la description de mon rêve ci-dessous, la Glande Pinéale jouxté à la Glande Pituitaire (Hypophyse) ont fait que je pouvais voir à la fois l’intérieur et l’extérieur des objets solides. Plus d’espace ni d’obstacle n’existait.

« C’est Tilke qui m’a appris comment voyager dans la Matière : il suffit d’appuyer son front sur un immeuble, un mur... et on passe au travers sans même s’en rendre compte. On ouvre un « chemin » dans lequel on voit clairement à la fois le « réel » et la zone hyper-espace, qui ressemble à l’intérieur d’un gâteau, un flan, genre flan antillais.
Donc pas besoin de vaisseau spatial avec moteur à hyper-propulsion, il faut utiliser son front et la Glande Pinéale ». Extrait de mon rêve de août 2010 .
 
 
LA GLANDE PINÉALE

Cette Glande Pinéale, si importante, joua autrefois un rôle essentiel dans la vie fondamentale de tous les jours. Elle est symbolisé par la couleur Jaune et se situe à l’état de ‘Matière’ au niveau des Eaux Primordiales et est d’essence spirituelle.
Cette Glande Pinéale aux fonctions partiellement atrophiées maintenant, et qui autrefois possédait un rôle essentiel comme celui de pénétrer la matière : le Troisième Œil.
C’était une petite masse grosse comme un pois, de matière grise nerveuse attachée à la partie postérieure du troisième ventricule du cerveau, et qui contient presque toujours, dit-on, des concrétions minérales et du sable, et « rien d’autres ». Cette fin de phrase extraite de la Doctrine Secrète de H. P. Blavatsky est fondamental pour la suite de notre cycle terrestre après 2012.
DU SABLE : « Tout atome minéral, végétal ou autre, n'est qu'une concrétion d'Esprit cristallisé, ou d'Akâsha l'Ame Universelle », ne jamais oublier ‘l’électricité mentale’, ni ce qui se passe lorsque l’on donne un petit coup de maillet en bois sur un cristal : dégagement d’électricité par une étincelle bien visible à cause de la compression de la structure du cristal. Cette "propriété" est largement utilisée en électronique moderne, où on compresse mécaniquement la tranche d'un cristal et donc sa structure en rapprochant légèrement les atomes ; la rigidité de la liaison atomique de l'enveloppe externe en est assouplie, et les électrons libérées se déplacent à la surface. Une fois que la pression soit un maillet, soit d'une compression mécanique, le cristal reprend sa forme initiale. Contractions et expansions du cristal ne sont autres que ses VIBRATIONS (la fréquence).
Il y a un côté HYDRAULIQUE dans le sable, il est purificateur, liquide comme l'eau, abrasif comme le feu. Comme l'eau, il épouse n'importe quelle forme, il est donc symbole de MATRICE.


Comme écrit ici dans maintenant de nombreuses pages, Il faut voir, sentir les choses de L’INTÉRIEUR VERS L’EXTÉRIEUR : « L’œil de l’embryon humain se développe de l’intérieur à l’extérieur ». Le sculpteur Auguste Rodin expliquait déjà cela à qui voulait l’entendre.
« L’œil de l’embryon humain sort donc du cerveau au lieu de faire partie de la peau, comme chez les insectes et chez la seiche. Le professeur Lankester – trouvant que le cerveau était une singulière place pour l’oeil et cherchant à expliquer le phénomène à l’aide des principes de Darwin – suggère une curieuse théorie d’après laquelle « notre ancêtre vertébré le plus ancien était une créature « transparente », chez laquelle, en conséquence, l’emplacement de l’œil importait peu ! Or, l’on nous enseigne que l’homme fut, en effet, une « créature transparente » à une certaine époque, d’où il résulte que notre théorie tient bon » explique H. P. Blavatsky. D’un autre côté cela semble paradoxale, car : L’Occultisme avec son enseignement, d’après lequel le développement graduel des sens se fait « de l’intérieur à l’extérieur », suivant les prototypes astraux, est bien plus satisfaisant. Le Troisième Œil se retira intérieurement lorsqu’il eut achevé son cycle...

« L’expression allégorique des mystiques hindous, qui parlent de « l’Œil de Shiva », le Tri-Lochana ou « aux trois yeux », est ainsi justifiée, trouve sa raison d’être, attendu que le transfert au front de la Glande Pinéale (jadis le Troisième Œil) n’est qu’une licence exotérique. Cela éclaire aussi le mystère – incompréhensible pour certains – du rapport qui existe entre la Clairvoyance anormale ou spirituelle et la pureté physiologique du Voyant. On pose souvent cette question : « Pourquoi le célibat et la chasteté seraient-ils une condition sine qua non pour devenir un Chéla (disciple) régulier ou pour obtenir le développement des pouvoirs psychiques et occultes ? »

Cette glande pinéale est en rapport avec la clairvoyance et le développement de techniques psychiques ayant bien-sûr sa source dans le plus petit LANGAGE ou SYMBOLE. Le Troisième Œil fut jadis un organe physiologique et plus tard, par suite de la disparition graduelle de la spiritualité et du développement de la matérialité, la nature spirituelle fut éteinte par la nature physique et cet œil devint un organe atrophié que les Physiologistes comprennent aussi peu que la rate, explique H.P. Blavatsky, dans la Doctrine Secrète, Vol.3)


« Durant la vie humaine, le plus grand obstacle qui arrête le développement spirituel, et, surtout, l’acquisition des pouvoirs de Yoga, n’est autre que l’activité de nos sens physiologiques. L’acte sexuel ayant lui aussi, par interaction, des rapports étroits avec la moelle épinière et avec la matière grise du cerveau, il est inutile de prolonger les explications. Il va sans dire que l’état normal ou anormal du cerveau, ainsi que le degré de travail actif du bulbe rachidien, réagissent puissamment sur la glande pinéale, attendu qu’en raison de l’existence dans cette région de nombreux « centres » qui gouvernent la plus grande partie des actions physiologiques de l’économie animale et aussi en raison du voisinage très rapproché des deux organes, une action « inductive » très puissante doit être exercée par le bulbe sur la glande pinéale.

La Glande Pinéale a beaucoup été étudié au 19è siècle, justement parce que ce siècle fut le démarrage du matérialisme démentiel qui nous donnera notre enfer actuel.
Toujours d’après la Doctrine Secrète de H. P. Blavatsky : l’Anatomy de Quain :
« C’est dans cette partie constituant d'abord la vésicule encéphalique antérieure primaire, dans son entier et, plus tard, la portion postérieure de cette vésicule, que les vésicules optiques se développent durant la première période et c'est en rapport avec la portion antérieure que se forment les hémisphères cérébraux et les parties qui les accompagnent. La couche optique de chaque côté est formée par un épaississement latéral de la cloison médullaire, tandis que l'intervalle qui les sépare et qui se prolonge vers la base, constitue la cavité du troisième ventricule avec son prolongement dans l'infundibulum. La commissure grise s'étend ensuite à travers la cavité ventriculaire... La partie postérieure du toit se développe à l'aide d'un processus spécial que nous retrouverons plus tard dans la glande pinéale, qui reste rattachée de chaque côté à la couche, par ses pédicules et, derrière ceux-ci, une bande transversale forme une commissure postérieure.

Le lamina terminalis (corps cendré) continue à fermer par devant le troisième ventricule et, au-dessous, la commissure optique forme le plancher du ventricule ; plus loin encore, en arrière, l'infundibulum descend pour s'unir dans la selle turcique avec le tissu adjacent au lobe postérieur du corps pituitaire.
Les deux couches optiques, formées par la partie postérieure et la partie extérieure de la vésicule antérieure, consistent tout d'abord en un simple sac vide de matière nerveuse, dont la cavité communique, en avant, de chaque côté, avec celle des hémisphères cérébraux en formation et en arrière avec celle de la vésicule céphalique moyenne (tubercules quadrijumeaux). Bientôt, en raison des dépôts croissants qui se font à l'intérieur, derrière, dessous et sur les côtés, les couches deviennent solides et, en même temps, une fente ou fissure apparaît entre eux, dans le haut, et pénètre dans la cavité interne, qui demeure ouverte en arrière et en face de l'entrée de l'aqueduc de Sylvius. Cette fente ou fissure, c'est le troisième ventricule. En arrière, les deux couches se continuent, unies par la commissure postérieure que l'on peut distinguer vers la fin du troisième mois et aussi par les pédicules de la glande pinéale...
Au début, les régions optiques peuvent être considérées comme des prolongements creux de la partie extérieure de la cloison des couches, lorsqu'elles sont encore à l'état vésiculaire. Au quatrième mois, ces régions sont distinctement formées. Elles se prolongent plus tard en arrière et prennent contact avec les tubercules quadrijumeaux.
La formation de la glande pinéale et du corps pituitaire présente certains phénomènes des plus intéressants, qui sont en rapports avec le développement du thalamencéphale ».

« Ce qui précède est particulièrement intéressant lorsque l'on se souvient que, sans le développement de la partie postérieure des hémisphères cérébraux, la glande pinéale serait parfaitement visible en enlevant les os pariétaux. Il est aussi très intéressant de noter les rapports évidents que l'on relève entre la région optique originairement creuse et les yeux, en avant, et, en arrière, entre cette région et la glande pinéale avec ses pédicules et enfin les rapports qui existent entre toutes ces parties et les couches optiques. Ainsi, les récentes découvertes qui ont trait au troisième oeil de la Hatteria Punctata ont une portée très importante au point de vue de l'histoire du développement des sens humains... »

« Il est bien connu que Descartes considérait la Glande Pinéale comme le Siège de l'Ame, bien que ce soit aujourd'hui considéré comme une fiction par ceux qui ont cessé de croire à l'existence d'un principe immortel dans l'homme. Bien que l'Ame soit unie à toutes les parties du corps, disait Descartes, il y a une partie de ce corps dans laquelle l'Ame exerce ses fonctions plus spécialement que dans tout autre. Et comme, ni le cœur ni le cerveau ne pouvaient être cette localisation ‘spéciale’, il en concluait que c'était cette petite glande qui était rattachée au cerveau et avait cependant une action indépendante, puisqu'elle pouvait être aisément animée d'une sorte de mouvement oscillatoire « par les esprits animaux qui traversent en tous sens les cavités du crâne ».

Tout est vibrations et donc CYCLIQUE. Ainsi : « Si 'l’Œil’ impair est aujourd'hui atrophié chez l'homme, cela prouve qu'il fut jadis actif, comme chez les animaux inférieurs ; la Nature ne crée jamais la moindre, la plus insignifiante forme sans que ce soit dans un but déterminé et pour servir à quelque chose. Nous disons que ce fut un organe actif à l'époque de l'évolution durant laquelle l'élément spirituel régnait en maître, chez l'homme, sur les éléments intellectuels et psychiques à peine naissants. Et à mesure que le Cycle suivit son cours descendant, en se dirigeant vers le point où les sens physiologiques se développent pari passu avec la croissance et la consolidation de l'homme physique – les vicissitudes et les tribulations interminables et complexes du développement zoologique – cet ‘ŒiL’ médian finit pas s'atrophier, en même temps que les caractéristiques primitives spirituelles et purement psychiques de l'homme. Cet Œil est le miroir et aussi la fenêtre de l'Ame, dit la sagesse populaire et Vox populi, vox Dei ».

« Au début, toutes les classes et toutes les familles des espèces vivantes étaient hermaphrodites et pourvues d'un seul oeil, objectivement. Chez l'animal – dont la forme était aussi éthérée (astralement) que celle de l'homme, avant que les corps de tous les deux ne commençassent à évoluer leurs ‘vêtements de peau’, c'est-à-dire à évoluer du dedans au dehors, leur épais revêtement de substance ou de matière physique, avec son mécanisme physiologique interne – chez l'animal, disons-nous, le Troisième Œil était primitivement, comme chez l'homme, le seul organe visuel. Les deux yeux physiques de face ne se développèrent que plus tard, chez la brute comme chez l'homme, dont l'organe visuel physique occupait, au commencement de la Troisième Race, la même position que celui de certains vertébrés aveugles de nos jours, c'est-à-dire se trouvait sous une peau opaque. Seulement les phases de l’Œil impair, ou Œil primordial, chez l'homme comme chez la brute, sont aujourd'hui interverties, attendu que l'homme a déjà dépassé, durant la Troisième Ronde, cette phase animale irrationnelle, et se trouve avoir, sur la création simplement animale, une avance de tout un plan de conscience. Aussi, tandis que l’Œil Cyclopéen était, et est encore, chez l'homme, l'organe de la vue spirituelle, c'était chez l'animal celui de la vue objective. Ensuite cet Œil, s'étant acquitté de ses fonctions, fut remplacé, au cours de l'évolution physique du simple au complexe, par deux yeux et fut emmagasiné et mis de côté par la Nature pour d'autres usages dans des æons à venir ».

Cela explique pourquoi la Glande Pinéale atteignit son plus haut développement à l'époque la plus basse du développement physique. C'est chez les Vertébrés que cet organe est le plus prononcé et le plus objectif, tandis que chez l'homme il est soigneusement caché et inaccessible, sauf pour l'Anatomiste. Cela, toutefois, n'éclaircit pas davantage la question du futur état physique, spirituel et intellectuel de l'humanité, durant des périodes correspondant, sur des lignes parallèles, avec des périodes passées et toujours sur les lignes ascendante et descendante de l'évolution et du développement cyclique. Ainsi, quelques siècles avant le Kali Yuga – l'Age qui a commencé il y a environ 5.000 ans – il était dit dans le Vingtième Commentaire, si nous le paraphrasons pour le rendre compréhensible :
Nous [la Cinquième Race-Racine], dans notre première moitié [de durée] en avant [sur l'arc aujourd'hui ascendant du Cycle], nous sommes sur [on entre] le point moyen des Première et Seconde Races tombant en bas [c'est-à-dire que les Races étaient alors sur l'arc descendant du Cycle... ]. Calcule toi-même, Lanou (disciple, comme le Chéla), et vois.
En calculant comme on nous le conseille, nous trouvons que durant cette période de transition – c'est-à-dire durant la seconde moitié de la Première Race spirituelle, éthéréo-astrale – l'humanité naissante était dépourvue de l'élément cérébral intellectuel comme elle l'était sur son arc descendant.


Évolution des Races-Racines durant la Quatrième Ronde.
Le méridien des races peut être tenu par la verticale qui passe par la septième race, la première et le milieu de la troisième.
Le cycle descendant de l'évolution des races comprend le développement de la nature physique et intellectuelle, ainsi que la régression graduelle de la spiritualité. Le cycle ascendant comprend la réversion de la spiritualité, ainsi que la décroissance graduelle de la matérialité et de la simple intellectualité cérébrale.


RAPPEL : le mot RACE ne doit pas s’entendre comme actuellement, mais comme un terme employé en littérature spirituelle pour désigner une vague de vie, une phase de l’évolution, et n’a donc rien à voir avec la couleur de peau, ni avec le lieu de naissance, ni avec une quelconque croyance en des religions.
D’autre part, le cerveau n’est qu’un ORGANE, un OUTIL comme un autre, il enregistre la mémoire, fait « prendre conscience de », mais n’est ni mémoire ni conscience. Nous faisons partie d’un ensemble.

Ce Troisième Œil était primitivement le seul organe visuel et donc source d’informations, et de vibrations... Les deux yeux physiques de la face ne se développèrent que bien plus tard, chez les animaux comme chez l’homme, dont l’organe visuel physique occupait, au commencement de la Troisième Race, la même position que celui de certains vertébrés aveugles de nos jours, c’est-à-dire se trouvait sous une peau opaque. Concernant le mot race, il ne faut pas l’entendre comme aujourd’hui, mais comme un mot employé en littérature spirituelle pour désigner une vague de vie, une phase de l’évolution, et ça n’a donc rien à voir avec une couleur de peau ni avec un lieu de naissance.
Ce Troisième Œil correspond à la TRINITÉ, si cher à Jean Coulonval, Trinité source d’éternité. Il faut bien voir que la matière n’est qu’une simple projection du mental ! comme l’explique de long en large Ramana Maharshi dans ses enseignements ; même si c’est une ‘conception’ bouddhiste.

Ce Troisième Œil porte différents noms : Devâksha en Inde, l’Œil divin ; en Inde on l’appelait aussi : Œil de Shiva, et il est lié au karma (actions de vies antérieures provoquant des effets dans l’Instant), donc cela rejoins la première ligne de cet article : possibilités de passer dans d’autres dimensions, puisqu’il y a couleurs, espace et vibrations. C’est donc avec cet organe qu’il y a lieu de parler de FEU, puisqu’il est question de spiritualité. Ce troisième Œil correspond donc à un POINT FOCAL SOURCE, à un PASSAGE débouchant vers autre chose.
Karma est un mot qui a de nombreuses significations et un terme spécial pour presque chacun de ses aspects. En tant que synonyme de péché, il signifie l'accomplissement d'une action dans le but de satisfaire un désir de ce monde et, par suite, un désir égoïste, qui ne peut manquer de nuire à quelqu'un d'autre. Karma, c'est l'action, la cause ; et Karma c'est aussi la ‘Loi de Causalité Morale’ ; l'effet d'un acte accompli d'une façon égoïste en présence de la grande Loi d'Harmonie qui dépend de l'altruisme. La Loi de Karma est inexorablement mêlée à celle de la Réincarnation (tout est cycle).

Il y aurait beaucoup à dire sur la Glande Pinéale, mais pour terminer ici sur ce sujet, il faut savoir que la glande pinéale avait atteint son plus haut développement à l’époque la plus basse et primitive du développement physique. « C’est chez les Vertébrés que cet organe est le plus prononcé et le plus objectif, tandis que chez l’homme il est soigneusement caché et inaccessible, sauf pour l’Anatomiste. Cela, toutefois, n’éclaircit pas davantage la question du futur état physique, spirituel et intellectuel de l’humanité... » explique encore H.P. Blavatsky.
La Glande Pinéale est donc l’indice de capacités astrales et de tendances spirituelles de l’être humain.


Pour terminer sur la glande pinéale, les Atlantes doivent avoir une grand part de responsabilité sur la dégradation de l’humanité ; en effet, ce furent ceux des Atlantes qui étaient les plus élevés spirituellement qui chutèrent en entrainant nombre de leurs frères dans l’abime. Mais mieux, ce fut peut-être Un seul qui chuta... Il faut comprendre qu’il n’y a rien de nouveau sous le Soleil et que out est un cycle éternel. « Ceux qui sont nés et ont été élevés dans la foi Chrétienne et qui ont été habitués à l’idée que Dieu crée une âme nouvelle pour chaque enfant nouveau-né, sont les plus perplexes de tous [à propos de renaissances et de karma]. Ils demandent si le nombre des Monades [chaque personnalité] qui s’incarnent sur la Terre est limité et on leur répond affirmativement. En effet, si inchiffrable que paraisse être, dans notre conception, le nombre des Monades qui s’incarnent, il faut pourtant qu’il ait une limite [même sur d’autres planètes habitables] », explique H.P. Blavatsky.


Fin de cycle, bientôt le temps de Choisir sa voie :

- Celle de la cupidité, du confort et du profit, des inventions débilitantes, de la souffrance et des privations, de la tempête et de la dureté.
- Celle de l’amour (du A privatif : privation de mort), de la Paix et de l’Harmonie, de la vie et de l’abondance à son plus haut point, de la prière et de la méditation : se connaître soi-même.

On peut facilement comprendre pourquoi il y a des forces, visibles et surtout invisibles, qui ne veulent absolument pas que nous retrouvions notre spiritualité et notre VRAIE FOI : se connaître soi-même...


M. R.
 
 

Dernière mise à jour : 04-05-2014 18:47

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >