Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Je suis CE JE SUIS
Je suis CE JE SUIS Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-04-2012 23:51

Pages vues : 843    

Favoris : 94

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Peur, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
anim_fond_point.gif
 
Je suis CE JE SUIS
 
 
 
Le Je ou Soi ou Instant est probablement illustré dans la petite animation ci-dessus, qui renvoie la vision d’un rêve avec seulement un petit cercle sur un fond noir profond. Pour moi c’est peut-être la concrétisation en rêve du Je ou Soi ou Instant de Ramana Maharshi, dont je ne connaissais pas l’existence à l’époque du rêve (janvier 1992). je ne connaissait pas non plus le texte plus bas intitulé : Pages d’archive préhistorique.
Cette vision fut ni angoissante ni excitante, tout juste attractive par son aspect si simple et symbolique.
 
Cette vision ne peut pas être angoissante car il y avait la possibilité du « passage » avec cette lumière au centre du fond noir : lumière mouvante au fur et à mesure que je m’avançais, ce qui n’avait rien d’inquiétant, parce que comme une respiration, une aspiration.
Le catéchisme de l’Église de Rome a déformé le Soi, l’Instant, en fabricant la convention que l’âme du chrétien après sa mort allait se retrouver dans un machin genre PAN et Panique associé à « l’éternité » mais pas tout à fait : seulement jusqu’à « la fin des temps », ce qui est dans la même famille que les conneries du Big Bang à propos de l’Univers, lequel n’est qu’UN UNIVERS PARMI D’AUTRES - AVANT LUI - APRÈS LUI, et bien-sûr s’influençant les uns les autres.
Comme tout est vivant l’Univers actuel n’est que le produit de la RESPIRATION des univers précédents et suivants car il ne peut pas y avoir de « commencement ni de fin », concept qui est encore une invention humaine. Tout comme la vie terrestre n’est qu’une respiration entre un « avant » et un « après ». Le Big Bang est une attraction de fête foraine !!!
C’est un sadisme sans nom ou plutôt en forme de chewing-gum étiré jusqu’à « l’éternité », afin de faire croire aux gens que leur âme peut vivre dans l’angoisse « éternelle » jusqu’à leur jugement considéré encore par convention comme « dernier » ; après on vous fout la Paix et les méchants sont dégommés !!!

Un monument de conneries cette « fin des temps » ! Et bien dans le système évolutionniste ou de la croissance à toutes les sauces, surtout matérialistes. Le Big Bang est aussi dans le système évolutionniste façon Noosphère à la Teilhard de Chardin, comme si « la science » parviendra un jour à expliquer la chaleur et le feu, par exemple. Celle-ci pouvant être décrite à la façon Noosphère, c’est-à-dire QUANTITATIF, laissant totalement de côté le qualitatif du ressenti ou de la sensation : « je ne peux pas manger ou mourir pour vous ! » De nos jours où le pouvoir veut uniformiser, on ne jure que par le quantitatif : le monde décrit pas ce qui s’entend en ce moment par « science » est un monde à la Louis Pasteur : aseptisée, sans odeur, sans saveur, etc. Bref, un monde pasteurisé, les microbes et autres terroristes ayant été jettés au diable.

« Au loin, j’ai vu une petite lumière dans le noir absolu, comme dans la nuit noire si vous voyez une étoile vous n’êtes déjà plus seul. C’est tout l’espoir du monde, cette petite lumière... Et là j’ai compris le sens du mot « Je suis ». Parce que j’ai vraiment senti que j’étais éternelle, que je vivrais toujours. C’est le mot « Je suis », c’est difficile à dire, mais on a contact avec la partie immortelle de soi-même [le ‘Je’]. Là dans notre corps on croit bien se connaître et puis finalement on vit à la surface de nous un peu comme l’iceberg, où il y a une partie qui émerge et de l’autre côté on arrive au cœur de soi et ça, cela correspond à « Je suis », finalement. Et à la limite on n’est plus seulement soi, tout en étant Soi on arrive à être le Tout »
(Témoignage d’une EMI rapporté par le Docteur Jean-Pierre Jourdan, dans son livre : Deadline, dernière limite)
Cette personne ayant vécu une EMI ne devait pas connaître l’existence de Ramana Maharshi, et pourtant elle décrit exactement le Soi qui est la base de la connaissance de R. Maharshi.


Pages d’archive préhistorique.
Un manuscrit archaïque - assemblage de feuilles de palmier rendues, par quelque procédé inconnu, inaltérables à l’eau, au feu et à l’air - se trouve sous les yeux de l’auteur. Sur la premier page l’on voit un disque blanc immaculé, sur fond noir.
Sur la suivante, il y a un disque semblable, avec un point au centre. L’étudiant sait que le premier représente le Cosmos dans l’Éternité, avant le réveil de l’Énergie encore assoupie, émanation de l’Univers en des systèmes postérieurs. Le points dans le cercle jusqu’alors immaculé, l’Espace et l’Éternité en “ repos “, indique l’aurore de la différenciation. C’est le Point dans l’Œuf du Monde, le Germe qu’il contient deviendra l’Univers, le Tout, le Cosmos illimité et périodique, ce Germe étant périodiquement et tour à tour latent et actif.
Le cercle unique est l’Unité divine, dont tout procède, où tout retourne : sa circonférence, symbole forcément limité de par les limites de l’esprit humain, indique le PRÉSENCE abstraite, à jamais inconnaissable, et son plan, l’Âme Universelle, bien que les deux ne fassent qu’un. La surface du disque est blanche et le fond est noir : cela montre clairement que ce plan est la seule connaissance qui soit accessible à l’homme. C’est sur ce plan que commencent les manifestations manvantariques [période de manifestation] ; car c’est cette Âme qui dort, durant le Pralaya [période d’obscuration ou de repos – planétaire, cosmique ou universelle – le contraire du Manvantara], la Pensée Divine (1) où gît caché le plan de toutes Cosmogonie et Théogonies futures.
(D’après La Doctrine Secrète, H.P. Blavatsky, vol.1, début de la Préface : Pages d’archive préhistorique)

Le WOU KI en Chine (le sans commencement) est représenté par une circonférence sans rien au centre.
Le Wou Ki pourrait ressembler à 10 élevé à la puissance 10x100. En notation décimale positionnelle classique, il faudrait autant de volumes genre encyclopédie qu’en contiendrait une sphère de plus de dix milliards d’années-lumières ! (Dans Histoire universelle des chiffres, de Georges Ifrah, tome 2, page 68)


Note.
1. Pensée Divine n’a rien a voir avec l’intellect ou mental, mais correspond à une Sagesse absolue dépassant l’idée de temps et d’espace.
 
 

Dernière mise à jour : 28-04-2012 00:03

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >