Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Scarabée est l’Instant ou le Jade - Part 2
Scarabée est l’Instant ou le Jade - Part 2 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-10-2012 18:10

Pages vues : 4764    

Favoris : 442

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Scarabée est l’Instant ou le Jade - Part 2
Science du VIDE



L’érosion de la biodiversité menace les conditions d’existence de milliards d’êtres humains. 
 
 
 

Suite du parcours du Secret de la Fleur d’Or, classique chinois de Tung-Pin Lü, proche de l’Alchimie Taoïste, traduit et commenté par Thomas Cleary. Le Secret de la Fleur d’Or s’inscrit dans le thème de l’Alchimie Taoïste et évidemment de la médecine. Il voisine avec le Huangdi Nei Jing que traduisit au 19è siècle Charles de Harlez, et du Traité d’Alchimie Taoïste du 11è siècle (dynastie Song 960-1280) traduit par Farzeen Baldrian-Hussein. Le Secret de la Fleur d’Or, comme dans toute la taoïcité, se résume dans la formule : VACUITÉ DU MENTAL.
Rappel : les Taoïstes prétendaient par l’Alchimie prolonger indéfiniment le corps et le rendre immortel ; pour les Bouddhistes, le corps, comme toutes les choses composées, est essentiellement impermanent. D’autre part, et comme en Occident, et comme chez les francs-maçons (opératifs et spéculatifs), l’Alchimie Taoïste comporte deux courants : opératifs et spéculatifs, plus ou moins mélangés selon les époques et les circonstances et compliqué par une Alchimie interne et une Alchimie externe (principe Yin et Yang) qui rappelle beaucoup l’Alchimie de Jabir.
 
JADE (photo du haut) : symbole du Yang, il est solaire, et emblème de perfection. Il est la Pierre Philosophale orientale permettant la régénération des corps et d’assurer leur immortalité. Le jade est la chaleur, la douceur, la préciosité. Il représente la fonction royale. Le Jade est symbole de la pluie fécondante chez les Mayas, ainsi il est symbole du sang et de l’année nouvelle (dict. des symboles, de Chevalier et Gheerbrant).

Une clé d’Or de la taoïcité : Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. C’est ça être Maât et être dans le Lâcher prise (voir plus bas). C’est ça l’activité sans effort ou non-agir. Aucune pensée ne surgit alors resplendit la vraie vigilance ou Attention pure.
Ainsi on ne doit équilibrer ceci :
« Les Dieux des Anciens ont tenu leur promesse. Ils sont de retour. Mais ils ne viennent pas à nous à travers l’immensité des espaces interplanétaires. Ils proviennent en quelque sorte de l’intérieur de nous-mêmes. Ils ont toujours été dénués de visage, parce que leurs visages sont les nôtres reflétés dans le super-spectre ». (Avant propos de Pierre Lagrange citant John A. Keel : The Eighth Tower, p.217, dans : La Prophétie des Ombres, de John A. Keel)
Si les « Dieux sont de retour », il faut désormais s'en méfier ! Car dans l'actuel délire technologique, des gens sont parfaitement capables de produire artificiellement des « Commandements de Dieu ».

Le Retournement de la Lumière (RL), dans la Taoïcité et dans le SFO (Secret de la Fleur d’Or) ne signifie pas une « introversion » à la Jung, puisque le texte spécifie bien que la « Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi ». Elle correspond à l’Instant au Soi. Comme déjà écrit dans la page précédente, le mystique ne se coupe absolument pas du monde extérieur, et il n’est certainement pas intéressé par les images qui surgissent dans le mental !

Même chose que le RL : le Regard Retourné (RR) correspond au « Qui le dit ? » de Ramana Maharshi. Le RR est une des formules clé de la technique du SFO. Le RR est le retour À LA SOURCE des Connaissances.

Le Retournement de la Lumière (RL) correspond à ce que j’appelle : « Fixation Cavalante », illustré par la figure ci-dessous, que l’on peut aussi nommer aussi « Catéchisme Occulte : un disque blanc immaculé, sur fond noir ; puis au centre de ce disque on voit un Point. Dans un premier temps cela représente le Cosmos dans l’Éternité, avant le réveil de l’Énergie encore assoupie, émanation de l’Univers en des systèmes postérieurs. Dans le deuxième temps, Le point dans le cercle jusqu’alors immaculé, l’Espace et l’Éternité en “ repos “, indique l’aurore de la différenciation. C’est le Point dans l’Œuf du Monde, le Germe qu’il contient deviendra l’Univers, le Tout, le Cosmos illimité et périodique, ce Germe étant périodiquement et tour à tour latent et actif. Le cercle unique est l’Unité divine, dont tout procède, où tout retourne : sa circonférence, symbole forcément limité de par les limites de l’esprit humain, indique le PRÉSENCE abstraite, à jamais inconnaissable, et son plan, l’Âme Universelle, bien que les deux ne fassent qu’un. La surface du disque est blanche et le fond est noir : cela montre clairement que ce plan est la seule connaissance qui soit accessible à l’homme. (D’après La Doctrine Secrète, H.P. Blavatsky, vol.1, début de la Préface).
 
 
anim_fond_point.gif
 
 
Pierre Philosophale, Jade, Instant, Soi, RL, Conscience, Centrum Centri, etc., est une même chose et un MOYEN mais jamais une fin. « Une fois qu’on « a vu l’essence », ce « voir l’essence » devient un moyen et non une fin » : un moyen de libérer l’énergie mentale nécessaire  à la poursuite du développement spirituel », écrit le traducteur du SFO : Thomas Cleary. « L’éducation des sages commence lorsqu’on sait quand on s’arrête et s’achève lorsqu’on sait ne pas s’arrêter avant la réalisation du bien ultime. Elle commence dans l’infini et s’arrête dans l’infini ». (SFO, chapitre : Le secret de la Liberté).
Le RL étant la Fixation Cavalante (« l’éducation des sages commence dans l’infini et s’arrête dans l’infini ») et le Vide dans, et de toute chose, tout en sachant que les choses sont vides, on ne détruit pas la multiplicité des phénomènes du spatio-temporel, mais on les considère d’une manière constructive, tout en restant centré dans le Vide. C’est cela la Fixation Cavalante.

Il ne faut pas prendre la Fixation Cavalante pour de l’Opinion ou du dogme, car comme l’écrit Thomas Cleary : L’essentiel est d’atteindre un état de concentration mentale dans lequel l’esprit voit clairement la double nature des phénomènes, à la fois fluides et réels, sans se laisser entraîner à privilégier l’un ou l’autre aspect. Sinon, cela devient de l’opinion : prendre le conditionnel pour un dogme, pour une réalité immuable et indépendante. C’est cela l’opinion, le dogme, la fixation fixe.
La Fixation Cavalante c’est l’esprit qui transcende l’attachement au conditionnel en comprenant la « Fixation Cavalante », « Vacuité en positivité négative »  (voir plus bas) des phénomènes. L’esprit transcende l’attachement à la vacuité en comprenant la « nature factuelle » des phénomènes. En vivant le Centrum Centri on atteint l’Accord ou Harmonie de l’Instant, du Soi, et de la responsabilité véritable.
Réaliser le Soi, ou « Maîtrise » dans le SFO, indique : voir vraiment le Vide, le conditionnel est vide aussi, point d’opinion, point de centre car il est vide aussi. Le SFO utilise constamment la Loi des Croisements selon la clé Yin et Yang : maîtrise du Vide ne va pas sans l’action, donc croisement : contemplation du conditionnel va avec l’action, le conditionnel devient conditionnel, le vide le devient aussi, le centre le devient aussi. Cela revient à nommer ces éléments, mais quand on arrive au Centrum Centri, il n’y a plus rien à nommer.

L’Instant évoque « la Voie du Milieu ». Liou dit : Le Centre est la grande Racine du monde, ce qui évoque le centre décrit par Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux, il s’agit du centre de nos jours considéré comme OPINION ; un centre dont on ne doit pas s’écarter à cause du dogme qu’il représente, et qui, si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux. Liou parle du Soi, de l’Instant : « Il n’y a pas de localisation, pas de position fixe. Cherchez à le voir et vous ne le verrez pas, essayez de l’entendre et vous ne l’entendrez pas. Il n’est pas facile de voir ce centre, ni facile de le connaître. On ne peut le chercher consciemment, ni le cultiver sans y faire attention. En le cherchant consciemment, vous tombez dans les formes ; en le cultivant sans y faire attention, vous tomberez dans le silence vide. Ni l’une ni l’autre de ces manières n’est la Voie du Milieu ».

Maintenant le TAIJI. Cette figure illustre bien la Loi des Croisements et son balancement, son ‘tic-tac’. Selon le Yi King et le principe alchimique : « La Limite suprême, une fois en Mouvement, génère le Yang et la limite du Mouvement (c’est) le Repos ; le Repos, à son tour, génère le Yin et à la limite du Repos (c’est) le retour au Mouvement. Un Mouvement et un Repos, l’un prend racine dans l’autre. Le Yin et le Yang se divisent, les Deux pôles ainsi s’établissent. Le Yang se transforme et le U-Yin s’en accommode, ce qui génère l’eau, le feu, le bois, le métal et la terre [5 éléments Wuxing] ».

TAIJI et Catéchisme Occulte cité plus haut peuvent « s’illustrer » dans la Vide avec une quantité indéfinissable genre a pour ailleurs : a1, a2, a3,, ax, etc. Ce serait comme une « Négativité positive » indéfinissable car jamais terminée, comme l’illustre le Catéchisme Occulte ; Occulte puisqu’indéfinissable en quantité, comme le Tout est naturellement plus, et autre chose, que la totalité des parties (ou vérités).

Torpeur et Distraction sont les deux maladies de la Contemplation et du raffinage du soi : l’Esprit ou mental repose sur le Souffle et le Souffle repose sur l’Esprit (figure du Taiji). La pratique consiste à laisser l’Esprit ou mental et le Souffle reposer l’un sur l’autre et est le rapport utilisé pour calmer le vagabondage du mental et l’amener progressivement au calme.

En langage taoïste la « fuite » indique le vagabondage et le désordre du mental et donc de l’agitation physique. Les Bienheureux et ceux qui ont réalisés le Soi sont ceux qui ont mis un terme à ces « fuites », comme le précise aussi Ramana Maharshi.
Le traducteur et commentateur du SFO, Thomas Cleary, précise cette grande importance : les textes taoïstes indiquent que la tendance humaine est à l’extrémisme et à la polarisation ou dualité (on ne voit pas l’ensemble, surtout en Occident). Ainsi on s’imagine que la méditation serait l’arrêt complet de la pensée... et même de la respiration.

LE LACHER PRISE (Wou-wei ou Wuwéi ou non-agir) : libérer l’esprit des liens qui l’attachent aux formes. Un lâcher prise absolu deviendrait une torpeur. Il est nécessaire de trouver le Juste Milieux entre ‘arrêt’ et ‘voir’. Ainsi ne pas tomber dans la quiétisme (quiétude) et le nihilisme, bref, ne pas tomber dans les ismes ou systèmes. L’Instant est le Juste Milieux.

Soi petit s, et Soi grand S : éteignez le vagabondage du mental (petit soi) mais n’éteignez pas le Soi qui brille.

Authentification du Retournement de la Lumière d’après le SFO. En route pour la réalisation de l’Instant ou Soi avec « Ramener le Regard ».

On est assis en état en méditation et le mental reste en état d’ouverture. On voit et on entend clairement les gens à l’extérieur. Cet état peut s’expérimenter à tous moments. Je l’ai expérimenté en tant que comédien, ce qui me permet d’exprimer complètement le personnage que je joue. Si on pratique quotidiennement le RL (sans visualisation particulière) au milieu des occupations quotidiennes, l’esprit ou le mental devient de plus en plus fluide et adaptable, « capable d’accomplir des activités ordinaires sans s’enliser dans les situations qu’il rencontre », écrit T. Cleary. « Si vous pouvez inlassablement « ramener le regard » à la Source de l’esprit [mental], quoi que vous fassiez alors et sans vous attacher à la moindre image d’une « personne » ou d’un « soi », ce sera le « Retournement de la Lumière où que l’on soit ». C’est la meilleure des pratiques », écrit le SFO.
Autre expérience : « Quand au milieu du calme, la lumière des yeux brille très fort et emplit tout l’être. C’est comme si on ouvrait les yeux dans un nuage : pas moyen de trouver son corps. Voilà la « chambre vide qui produit de la lumière ». Le dedans et le dehors sont inondés de lumière, le calme est visité par des signes de bon augure », est-il écrit dans le SFO.

Cela est proche de l’Instant et ces expériences. De même, quand on boit de l’eau on sent si elle est chaude ou froide. C’est à chacun de réaliser le Soi, on ne peut pas le faire pour les autres. « Chacune doit lui-même atteindre la foi. Alors apparaît la véritable énergie primordiale unifiée », est-il écrit dans le SFO.


Rien dans le Tout et tout dans le Rien.

Ou comme l’écrit le SFO : La patrie du rien du tout est la vraie demeure. Comme le Ministre de la Nature est l’Alchimiste. Et l’Alchimiste est le Ministre du RIEN du TOUT. Il va au-delà de l’au-delà. Il est proche de l’Instant car son utilité s’en trouve RÉDUITE À CELA. Il est donc un ARTISTE.


Le VIDE est le seul RÉEL.
La patrie du Rien du Tout c’est la LIBERTÉ, et celle-ci est CE QUI NE SERT À RIEN. Voilà la VRAIE VALEUR. Un arbre a de la valeur parce que son bois pourra servir le charpentier ou le fabricant de meubles. Mais s’il est planté dans le pays du Rien du Tout, dont un Ministre est Alchimiste, personne ne lui fera de mal, car il est sans valeur puisqu’il ne peut servir à rien. C’est cela la LIBERTÉ. C’est cela LA VRAIE DEMEURE. Le véritable OR est le SANS VALEUR.

La LIBERTÉ c’est le contraire des compas-équerres franc-maçonniques et de leur géométrie à la Euclide. La LIBERTÉ c’est l’absence de conventions, l’absence de formes et d’images ; et ce monde actuel est bombardé par les images et les symboles.


INSTANT : contrôler l’intérieur depuis l’extérieur c’est atteindre l’indépendance. Grâce à l’élévation de la Conscience, la connaissance devient spontanée plutôt qu’acquise par l’apprentissage.
« Aux abords du calme total, aucune pensée ne surgit. Quand on regarde vers l’intérieur, tout d’un coup, on oublie le regard. À cet instant-là, le corps et l’esprit connaissent une grande liberté et tous les objets disparaissent sans trace... Ainsi s’opère la solidification de l’esprit dans la tanière de l’énergie », écrit le SFO.

Le contraire de l’Instant pourrait-être le DÉSIR : une arrière-pensée ou pensée déplacée, ou pensée calculée. Le règne de la « raison » du siècle des lumières des perruques poudrées entraine naturellement la pensée calcule ou calculée et non spontanée.

Ramana Maharshi et le SFO se complètent admirablement.
 
 

Dernière mise à jour : 28-10-2012 22:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >