Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Nos FORÊTS et la modernité des humains
Nos FORÊTS et la modernité des humains Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-11-2012 21:30

Pages vues : 3521    

Favoris : 377

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Nos FORÊTS et la modernité des humains

Mort des Forêts = Mort des humains.
 
 
 
MODERNITÉ ou « C’est mieux maintenant »
« Dans ton cul c’est mieux maintenant », disait avec lucidité un ami ! Surtout avec le « mariage gay », ya intérêt à serrer les fesses et les bourses !

MODERNITÉ : demain, je change de sexe ; après-demain, je rechange de sexe. C’est pas beau le progrès de la chirurgie, de la chimie, du freudisme, de la mécanisation des âmes en soi-disant « nouveaux schémas de pensée Vu à la Télé » !?

Selon le Dieu de cette « modernité », place aux usines des humains en champs de perches et à poutres en bois.
 
 
Pour respecter les FORÊTS il faut commencer d’arrêter de bétonner la planète Terre ! Et d’arrêter d’appeler les gens « citoyens », car tous n’habitent pas des cités en béton ! C’est encore une idée de la finance et de la franc-maçonnerie d’avoir choisit ce terme pour fabriquer la misère ouvrière aux 19 et 20è siècles, cette nouvelle forme d’esclavage se nommera « Citoyen » ; en URSS ce sera « Camarade », toujours au nom de l’égalité des frères chapeautés.

Pour les Forêts, il faut appliquer LA LOI.

Nous entrerons dans la Vraie civilisation quand :
Quand la biche pourra brouter aux côtés du lion herbivore.
Quand le liseron ne bouffera plus le géranium.
Aimez-vous les uns les autres, oui, mais pas au point de se bouffer les uns les autres.
Quand la forêt ne connaîtra plus la hache de l’homme.
Quand on ne fera plus attention au temps et au profit matériel.
Quand l’Or ne servira plus de monnaie.

FORÊTS - PAYSAGE : PAYS : VUE – ÂGE : temps/durée.
[PAISTRE] : manger, des produits de la Terre.
C’est la vue du temps qui coule de la période de vie du Promeneur terrestre !
C’est là où il y a des plaines, des steppes, des montagnes, des forêts.
Le terrain : formé de terre, étendue d’un lieu.
FORÊTS [SILVE] – BOIS :
- A) FORÊT/REFUGE
- B) FORÊT/GRENIER/GRAINS
- C) FORÊT/OPACITÉ/SAUVAGE
A) Pour prier, chercher, s’échapper.
B) Pour se nourrir, pour les matériaux. (Actuellement l’on pille les forêts, on tue les forêts).
C) Densité des forêts à l’époque du Moyen Âge.
- La forêt des brigands.
- La forêt enseignements, l’on peut apprendre beaucoup de choses en s’y promenant. On peut aussi ramasser des choses, c’est la forêt de l’initiation.
- La forêt des rencontres bonnes ou mauvaises.
Lieu de l’aventure et des bêtes sauvages.
Qu’est-ce que l’on fait dans un paysage, une Forêt ? On se promène ; on écoute le silence ; on se laisser mener par le FIL D’ARIANE, LE FIL ROUGE.
FIL ROUGE : Dans la marine Anglaise, pour contrôler l’usure d’un cordage et son appartenance, il était tissé dans icelui un fil rouge, permettant ainsi de visualiser la CONTINUITÉ DU CORDAGE. (Pour ne pas se perdre, pour éviter d’aller au fil de l’eau, d’aller à vau-l’eau).

Flamme froide : HYLÉ : bois, forêt, mais aussi mondes manifestés :
1) Latent (vierge froide)
2) Réveillé (Mère) d’où sortit la Matière.
Flamme froide ou Chaleur cosmique ou FOHAT : électricité intelligente ou “ électricité cérébrale ”. Fohat est le lien entre Esprit et Matière qui électrifie l’atome et lui donne vie.

En Chine, le Bois est l’un des CINQ ÉLÉMENTS (dessin en haut de page) : l’EAU (Reins), le FEU (Cœur), le BOIS (Foie), l’OR ou MÉTAL (Poumons), la TERRE (Ventre).

La Forêt est première manifestation de vie, à la fois génératrice d’angoisse et de sérénité et douceur. Chez les Celtes la Forêt est le sanctuaire, le temple, l’église, d’ailleurs par la suite les cathédrales du Moyen-Âge seront construites en imitant la Forêt ; et en Gaule les temples et autres édifices de pierre seront construits en imitant les premiers destructeurs des Forêts : les Romains. Le mot Forêt commence par le F, indiquant l’idée D’ÉLÉVATION et VERTICALITÉ : Feu-Foudre, Fendre, Flèche, Fusée, Fuseau, Fin, Fort, Fête. Le F correspond au 6, chiffre de la Nature traduisant le mouvement vers la perfection terrestre du 7. Le F est du domaine des émotions, et donc du mental ; aussi il n’est pas étonnant que la Forêt soit une école à elle toute seule, même la seule école véritable.

Les Forêts et l’enracinement représentent l’inconscient, selon Carl Gustav Jung. L’humain en détruisant les Forêts détruit son inconscient et se robotise.

LES FORÊTS SONT NOTRE CULTURE
Sans Forêt, pas de construction, ni de cathédrales et autres belles architectures. L’âme des grands peuples de la Terre la doivent aux Forêts. Presque toutes les cultures humaines sont nées des Forêts, et ce n’est pas un hasard si on peut constater que la stérilité de la vie culturelle de cette civilisation moderne progresse sur toute la Terre au même rythme que la déforestation.
La Forêt est lieu pour retrouver son origine. La Forêt ouvre les sources de la Connaissance. La Forêt est gardienne de la vie, elle garantit la régularité du cycle de l’eau, l’équilibre du climat et la fertilité des sols cultivés.
Son toit de feuillage protège le sol du rayonnement solaire venu de l’extérieur et de la déperdition d’humidité venue de l’intérieur.

Le système des racines des arbres de la Forêt parcoure le sol en un réseau d’une inconcevable densité, il maintient solidement la terre et l’eau.
Quand la Forêt meurt à cause des humains, les mousses et les racines meurent, le sol perd sa plus grande capacité d’accumulation. L’eau de pluie venant frapper le sol de plein fouet arrache la terre en s’écoulant. Le vent ne rencontrant plus d’obstacle absorbe l’humidité, et ça démolit le climat des contrée environnantes.
Quatre cinquièmes des carburants du monde proviennent de sources qui ne se renouvellent pas et qui seront un jour épuisées : le charbon, le pétrole, le gaz naturel. Le bois est la seule matière première qui se renouvelle.

La modernité chère à certains c’est l’automatisme et la robotisation, la vitesse, le bruit, la violence, le matérialisme sous toutes ses formes, la superficialité des jugements et l’abrutissement culturel par tous médias et technologie.
Presque toutes les Forêts d’Europe centrale, surtout en URSS avec l’institution du Goulag, ont été réorganisées au mépris des lois naturelles exclusivement en fonction du rendement et du rapport financier. On aligne maintenant des essences de bois comme des colonnes de chiffres dans un ordinateur, des kolkhozes pour arbres ! Si on impose au sol des essences qui ne lui conviennent pas, il s’acidifie et refuse un jour ses services.

La « Raison » du siècle des lumières ou philosophistes à perruques poudrées et sa modernité.

« La raison raisonnante, c’est quand on pose une équation qui, si elle est correctement posée, contient en germe sa réponse, qu’il suffit de dégager par la raison mathématique et syllogistique. C’est aussi celle dont les républicains de 1789 célébraient le culte et qui, aujourd’hui, a pondu son œuf ultime : L’ORDINATEUR, lequel est en train de tuer l’homme, son créateur, en le rendant inutile dans la conduite des affaires rationnelles, en supprimant ce qu’il croyait être sa raison d’être. L’esprit scientifique et humanitaire engendre aujourd’hui sa propre négation et meurt en accouchant de l’ordinateur. Car tout ce qui peut être mis en équation, sciences physiques ou sciences sociales, n’a plus besoin de ce genre d’esprit pour trouver sa solution. Ce genre d’esprit s’est fait ROBOT. Il en faut un autre, ce qui est donné à l’homme et qui n’est pas de l’homme. Il faut retrouver, pour conduire l’homme et son destin, l’esprit théologique et métaphysique des Pères de l’Église et du Moyen-Âge, mais enrichi de ce que depuis il a découvert, l’esprit du physique et de la Terre. Car l’esprit total est trinité : théologique, métaphysique, physique.
...
L’humanité trouvera son salut dans la Paix de la synthèse du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; du Père, du Christ et de la Vierge ; de la religion, du politique et de l’économique ; de la théologie, de la métaphysique et de la science. Dans la circum-incession qui accomplit la synthèse, l’unité en sa double spiration [involution-évolution].
Les principes et les institutions qu’a pondues et voulu imposer au monde l’esprit de 1789 se disloquent et s’effondrent. Qui construira autre chose, rendra à la jeunesse déboussolée des raisons de vivre ? Pas moi ; je ne suis pas en situation de le faire. J’ai tenté seulement d’éveiller à ce problème des religieux, des politiques, des scientifiques. J’ai prêché dans le désert, et je ne suis pas un Jean-Baptiste.
J’ai vraiment cherché le « Mysterium Magnum » de Jakob Boehme... »
, écrit Jean Coulonval en 1972 dans : Synthèse et Temps Nouveaux.


[Référence partielle pour les forêts à : La Danse avec le Diable, de Günther Schwab]
 
 

Dernière mise à jour : 30-11-2012 21:43

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >