Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow FER et FAIRE et son matérialisme
FER et FAIRE et son matérialisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-03-2013 02:04

Pages vues : 3904    

Favoris : 389

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
FER et FAIRE et son matérialisme


Je compatis pour le repos de l’âme du FER (et de ses Frères métaux) qui souffrent tant depuis des millénaires et leur dédie cette page, donc je dédie cette page à l’EAU PRIMORDIALE (Ève du Jardin d’Eden).
 
 
 
FAIRE > GAGNER SA VIE dans le struggle for life du spatio-temporel de la CHUTE.
MARS > ARS ARÈS ARTS le Feu des désirs : MARS EMBRASE et EMBRASSE aussi bien les militaires que les médecins. Ils sont signés Mars.

Les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture constitue l’ÂGE DU FAIRE-FER : guerres sans fin et ses massacres, esclavage en masse ou mondialisme, appauvrissement généralisé, culte du matérialisme. Cet ÂGE DU FAIRE-FER demande tant et tant de SACRIFICES : HOLOCAUSTE si chair et cher aux Juifs. On dit bien « aller aux fourneaux ». La découverte de la métallurgie oscille entre le sacré et le diabolique. Le diabolique était dans le Faire-et-les-armes (larmes qui s’en suivent pour les survivants). LACRIMA LARME ARMA ARMONIA : Mé-tal ou Lune-Fondre (Mé ou Més est le plus ancien nom indo-européen connu de la Lune, et ‘Ta’ en racine indo-européenne signifie ‘fondre’). La Lune est le symbole du Froid (comme le métal) et de l’Eau (forme-fondre de Ève : réceptacle et créatrice, donc double nature). Voir le travail d’un autre genre d’observation contemporaine de « l’Eau », chez Masaru Emoto, ou chez Laurent Costa. La Lune est la Maîtresse des EAUX SOUTERRAINES : Triade Nuit-Eau-Lune. Comme le Feu, la Lune forme et déforme, elle est aussi ambivalente que le sacré : les humeurs « bien luné », ou « mal luné ». Ne pas oublier que la « Chimie » c’est fondre et assembler, donc transformer, et faisable par n’importe qui, et contrôlable par n’importe qui (notion franc-maçonnique d’égalité ‘industrielle’ ou de ‘progrès’ ou de confort).
 
Le Fer, comme le Dieu Seth n’a pas toujours été le « méchant », le « Dieu de la guerre » Mars. Chez de nombreux peuples, le Fer a une valeur sacré, positive, qu’il soit d’origine météorique (tombé duCiel), qu’il soit d’origine terrestre, il entre dans le domaine des choses qui pousse, comme les embryons animaux. Le symbolisme du Fer est ambivalent, comme le sacré et les arts métallurgiques : le Fer protège contre les influences mauvaises, mais il est aussi leur instrument (flèches, épées, armes modernes et véhicules) ; il est l’agent du principe actif pouvant donner une forme utile : charrue, couteau ; et dans son contraire il donne une forme satanique : armes et autres engins de mort. Rien de plus mortel que le Fer-Faire : IL ROUILLE. Selon Platon (Critias), les habitants de l’Atlantide chassaient sans arme de Fer, mais avec des épieux de bois et des filets. Le Fer et Faire ATTAQUE, il ÉMET fortement de lui-même. Les Druides n’usaient pas d’outil en Fer, ils coupaient le Gui sacré avec une faucille d’Or.

Au mot FER le dictionnaire Le Robert indique : du 10è siècle, épée, du latin ferrum.
Quelque mots dans le même thème :
FEREUR, FÉRIR : celui qui frappe, frapper.
FERME : serment fait en justice pour affirmer son bon droit.
FERMEAU : outil de fer, serpe.
FERMENT : outil de fer, serpe.
FERMER : promettre, assurer avec serment, affermir, fortification.
FERMETÉ : forteresse, château, fortification, impôt sur les denrées.
FERMETURE : enceinte, clôture.
FERMILLERE, FERLOILLET : agrafe, boucle.
FERONGLE (furoncle) : tumeur, enflure
FERONNERIE : lieu où l’on vend du fer.
FERRATIER : forgeron, ouvrier en fer.
FERRER : mettre les fers, marquer avec un fer.
FERTIN : petite monnaie d’argent.
Etc.
(Glossaire de Du Cange)

FER ou OS de Typhon (monstre de légende grec), de Seth.
Il est attiré par l’aimant. « Croire dur comme fer ». Fusible à 1535°C. Numéro atomique 26.
Symbolique terrestre :
L’aimant de Aimer attire le FAIRE : œuvrer avec passion, avec foi.
C’est la planète MARS qui le représente par analogie de nature.
Mars, forces guerrières donc dangereuses, agressivité et passion.
Le fer chauffé à 800 °C. perd son pouvoir magnétique. En se refroidissant son aimantation revient, accordée sur le champ magnétique terrestre.
FER TERRESTRE > Mine > PYRITE : Sulfure/Soufre de fer (Acide, Vitriol).
FER CÉLESTE > Météorite, mais aussi Astrologie.
Fer du Grec SIDÉROS.
FER DUR = MÂLE/ARSENIC = MÂLE.
FER MALLÉABLE = FEMELLE.

Symbolique céleste :
BÉLIER (puissance génératrice) Feu de vie, ÉMISSION.
Âge de fer.
En Égypte pharaonique, Base et Haute :
- Mendes (ville)
- Bélier > Dieu : BA-NEB-DED
- Île d’Éléphantine > Dieu : KHNOUM
- Latopolis > Dieu : KHNOUM
- Héracléopolis > Dieu : HARSAPHÈS
 
 
MARS, ARÈS, Dieu de la guerre en rapport avec l’HOLOCAUSTE si chair et cher aux Juifs.

LE SACRIFICE, SACRI SACRÉ SACREMENT SERMENT SAEL (sceau, eau).
Le Sacrifice si vendeur à Hollywood (fondée par des Juifs). La guerre ça rapporte (aux banquiers juifs) depuis les millénaires de la voie de l’Agriculture.
Arès est armé de son casque, de sa cuirasse, de sa lance et de son épée. Arès c’est la compétition, la force, la vitesse. Il entre dans les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture comme protecteur des moissons, ce qui est une des missions du guerrier (voir la page : Naissance de l’Enfer au Moyen-Orient).
Mircea Eliade écrit dans Forgerons et Alchimistes que la création est un Sacrifice : « On n’arrive à animer ce qu’on a créé qu’en lui transmettant sa propre vie (sang, larmes, sperme, ‘âme’, etc.) ». Voir le mythe d’Osiris coupé en morceaux et ensuite le Jésus crucifié.
Les sacrifice ne peuvent que s’inscrire dans la voie de l’Agriculture, pour l’Horticulture c’eut été différent. Dans l’Agriculture « les sacrifices au profit des récoltes réitèrent symboliquement l’immolation de l’Être primordial qui, ab origine, avait rendu possible l’apparition des graines, le sacrifice (concret ou symbolique) d’un humain à l’occasion de l’œuvre métallurgique a pour objet d’imiter un modèle mythique », écrit Eliade.

Si Mars Dieu de la guerre donne son nom à la saison du Printemps, c’est uniquement à cause de la violence : le mois de Mars inaugure la saison où les princes vont à la guerre (réf. dict. des Symboles). Bien-sûr Mars ou Arès est aussi le Dieu de la Jeunesse : sa fougue et son sang chaud. Il guide les jeunes gens, qui par exemple partirent fonder la ville de Rome (Romulus et Remus).

Mars-Arès est un tueur, et aussi un défenseur des maisons et des jeunes gens. Il est aussi Superman : il punit, venge de toutes les offenses, et en particulier de la violation des serments (FERME, voir plus haut). Arès, Mars, c’est la CLASSE GUERRIÈRE.
« À l’époque gallo-romaine la fonction royale a disparu et, le combat singulier n’ayant plus de raison d’être, la nature même de Mars a été gravement altérée par l’interprétatio romana et le syncrétisme, ce qui a été cause d’innombrables confusions et d’erreurs » (dict. des Symboles de Chevalier et Gheerbrant).

Le Fer était surtout honoré comme « Métal céleste » et en la croyance à ses prestiges cachés quand il était météorite. « Les Bédouins de Sinaï sont convaincus que celui qui réussit à se fabriquer une épée en fer météorique, devient invulnérable dans la bataille et assuré d’abattre tous ses adversaires », écrit Mircea Eliade dans : Forgerons et Alchimistes. Le « Métal céleste » est extraterrestre, donc il a un pouvoir, celui des Dieux ou de l’Âge d’Or.
La puissance sacré des Métaux s’étend bien-sûr aux outils, bons, ou mauvais (les armes). « La magie ambivalente des armes de pierre, meurtrières et bienfaisantes comme la foudre elle-même, s’est transmise, amplifiée, aux nouveaux instruments forgés en métal », écrit M. Eliade.

Autrefois le métal était rare, il dormait, « germait » encore au fond, dans le ventre des mines, et son usage était plutôt rituel. Il fallut la découverte de la fusion des minerais pour inaugurer une nouvelle étape de « civilisation ». « C’est seulement après la découverte des fourneaux et surtout après la mise au point de la technique de « durcissement » du métal porté au rouge-blanc, que le fer gagna sa position prédominante. C’est la métallurgie du fer terrestre qui a rendu ce métal apte à l’usage de tous les jours », écrit M. Eliade.
Avec l’invention de la métallurgie, le Forgeron est « l’architecte et l’artisan des Dieux », et comme le Potier, il est Maître du Feu comme l’Aquarelliste sera Maître de l’Eau. D’ailleurs, d’après les Dolganes, les Chamans ne peuvent pas « avaler » l’âme des Forgerons, parce que ces derniers les conservent dans le Feu ; et au contraire, il est possible aux Forgerons de s’emparer de l’âme d’un Chaman et de le brûler dans le Feu. (Réf. Mirea Eliade, dans : Le Chamanisme).
Mircea Eliade écrit que le Forgeron a des rapports avec la musique et le chant, tout comme dans nombre de sociétés les Forgerons et les Chaudronniers sont également musiciens, poètes, guérisseurs et magiciens.
En assumant la responsabilité écrasante de « changer la Nature », l’être humain se substitua à « Dieu » : dans son Athanor l’artisan estime pouvoir « accélérer » la Nature. Cette maîtrise du temps se retrouvera tout au long du 19è siècle pendant l’industrialisation de la société : chemin de fer, navires à vapeur, téléphone naissant, journaux, etc., et surtout naissance de la chimie industrielle qui va envahir notre vie. Nous vivons bien l’ÂGE DU FAIRE : produire, produire, produire, et consommer... Un 19è siècle qui verra le renouveau de l'occultisme plus ou moins trouble et honnète...

Avec la métallurgie se renforçait la notion de sexualité : les Arabes appellent le fer dur « homme » (dzakar), et le fer mou « femme » (ânit). Le four où l’on fond l’émail est nommé Matrice. Si le minerai « pousse », l’analogie du règne minéral va avec le règne végétal et animal : le minerai est vivant comme un animal, et le mineur qui le recherche est comparable au chasseur à l’égard de son gibier. Les mines sont étroitement liées aux ÉLÉMENTALS. Les trésors de la Terre, ses œuvres et ses enfants, appartiennent aux « autochtones », et seul leur sacralité permet de l’en approcher.

À l’aube de la métallurgie, si la mine est sacré, la forge l’est également : elle est vénéré comme un lieu de culte, et là où il n’existe pas de maison spéciale ou de temple pour la prière et les assemblées, c’est dans la forge qu’on se rassemble (cité par M. Eliade). Le Forgeron a une position honorifique à la Cour, et dans des circonstances précises il pouvait même représenter la communauté entière. En revanche chez les peuples de chasseurs des steppes et des civilisation chamitiques pastorales, les Forgerons sont méprisés et forment une caste à part, parce que le Forgeron est DÉJÀ dans la voie de l’Agriculture (mais il aurait pu aussi être dans celle de l’Horticulture !). Métaux, Forgerons, sont aussi ambivalent que le sacré.

CONCLUSION : La voie de l’Horticulture aurait été le véritable ÂGE D’OR(T) (Ortie, Art des Jardins). ORTIAL, ORTEL, ORTELAIN, ORTHOLAN : Jardin, Jardinier. ORTIVE : ce qui est cultivé au Jardin.
JARDIN : che, en langue de l'Égypte ancienne. Le signe che est représenté par un bassin rempli d'eau. Che indique l'été, une des trois saisons du calendrier égyptien. L'été (chemou) avec son inondation par le Nil signifie récoltes, donc nourriture (chebou).
Sa (en Sumérien) indique l'étang de Lotus, la campagne, les champs cultivés ; sa indique commander, ordonner (c'est celui qui surveille le labeur des ouvriers, voir plus bas à propos du mot Satan).
Sar en Sumérien indique : légumes, entrer, insérer, commencer, mesure de surface, jardin, etc.
Par contre sa (avec accent sur le S), est l'inverse de che, car il indique se dessécher, dessécher, tarir.
En Sumérien, Gàn indique : culture agricole, pièce de terre, champ ; gàn-da indique un bâtiment agricole ; gana2-mah indique un grand champ. En Hébreu jardin (celui d'Adam et Ève) se dit : Gan-Eden, le Jardin d'Eden.
Yahvé (‘Dieu’) est proche du mot de l'Égypte ancienne : Iaw (Iaou, Iawav) qui indique : adoration, prière.
Ihw (iou, iwav) indique : campement, parc à bestiaux. (Et là, je peux rejoindre, avec réserves, la note 116, page 231 du livre : Adam Genisis, d'Anton Parks, sur ce qui pouvait se passer il y a plus de 6000 ans dans le Paradis en matière de dérives provoquées par un « Dieu » !)
Proche du mot Satan :
Sa-ta indique : serpent, fils de la terre (vibrations).
Satou indique : sol, terre.
Sa (avec un accent sur le S) indique : commander, ordonner.
Saït (avec accent sur le S) indique : férocité, massacre.
L'enclos du jardin est peut-être plus important que le jardin lui-même : il maintient les forces internes qui fleurissent, et on ne pénètre dans le jardin que par la PORTE, pas si facile à trouver ! selon beaucoup de légendes avec des histoires de jardins.
Jardinier en Égyptien ancien : karyou.
Enfin, voici un secret contenu dans l’Évangile de Thomas :
- 95. Jésus a dit : Si vous avez de l’argent, ne prêtez pas a usure mais donnez à qui ne rendra pas. (Cela entre aussi dans la voie de l’Horticulture...).


[En haut de page : très belle peinture à Pompéi représentant le Dieu de la guerre Mars]



Vidéo, hommage à Jacqueline Bousquet.
 
 
 

Dernière mise à jour : 02-03-2013 02:53

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >