Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow SIMPLICITÉ
SIMPLICITÉ Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-04-2013 00:09

Pages vues : 3659    

Favoris : 458

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
SIMPLICITÉ

Mondialisme ou Nouvel Ordre Mondial est la même soupe pour tous, donc illusion, alors elle ne dure jamais longtemps.

Oui, la démocratie c’est « la Manip pour tous » ! Libéralisme et luthérianisme et protestantisme du Saint Fric oblige.
 
 
 
1789 et sa suite a été le règne de l’OPINION, et donc de la DIVISION. Rien ne divise plus les gens que l’opinion. « La vie politique est le lieu de rencontre d’OPINIONS et non d’OCCUPATIONS [ou de travail avec ses mains]. Or, les opinions ouvrent la porte à un phénomène néfaste qui se manifeste par la DIVISION. Car les opinions peuvent être confrontées et discutées sans fin, et contrairement aux questions du travail, dont les hypothèse et les propositions peuvent subir l’épreuve et le contrôle des faits et de l’expérience des procédés ». (Hyacinthe Dubreuil dans : J’ai fini ma journée).
Ainsi les frères chapeautés (travailleurs du chapeau ou du mental) ou francs-maçons du Grand Orient de France, et autres obédiences à pouvoir, peuvent-ils discuter sans fin de comment manipuler le peuple des profanes.
 
SIMPLE : sonne comme Saint ou Sincère ou Héros, et Naïf, et Vide et Cœur, et bien-sûr Nature et Jardinier, et Ouvrier ; de Natte, Naissance, Nativité, Origine.
« L’élan de la Foi qui touche les cœurs est ardu pour les mortels et méprisé par eux ». (Empédocle).
Il y a 100 ans, il suffisait quand on sortait de “ chez soi ”, de simplement “ claquer ” la porte, on ne fermait pas le verrou à double tour. Autrefois, pas de registre d’état civil, pas de carte d’identité. Les œuvres d’Art n’étaient pas signées.
Plus une chose est simple, plus elle est sensible à l’Esprit.

Dans le même thème vient NAÏF.
Simple, brut. C’est quelqu’un qui est très Nature et un peu mal habile, crispé par moments.
Il se pourrait que le Naïf ait la pauvreté pour sœur ; tant mieux que la pauvreté ne soit pas monnayable !!
C’est quelqu’un qui croit à la Mère-Veilleuse et que l’on ne prend pas au sérieux ; c’est donc celui qui veut rester enfant et fait de la Ré-sistance. C’est donc la SÉCURITÉ de certains qui souhaitent aller plus loin dans la Connaissance, car il y a danger. (Il y a des mouvements à ne pas faire, et des choses à ne pas mentionner car le pouvoir est toujours en éveil).
SIMPLE ce sont les médecines données par les plantes. L’HORTICULTURE est plus ancienne que l’AGRICULTURE.
L’Horticulteur entretient une relation amicale avec la plante, reconnue comme un être vivant, tout comme le jardinier.

Si l’homme est appelé à pénétrer des mystères dans la Nature, c’est que les Dieux ont choisi de s’y révéler. La Nature est comme une sorte de Temple des Dieux.

SIMPLICITE.
[SIMPLECE] contraire de Complexité.
Ce que tout le monde cherche et que bien peu trouve. *Transparence*
Elle s’apparente à l’Origine. Elle vient dès la première fois en un seul coup, selon certaines Circonstances ; sinon il faut tout démêler pour retrouver la Source de la Simplicité.
Bible : Livre de la Sagesse : Ce qui est à notre portée nous ne le trouvons qu’avec effort.
- Nature ne connaît que la Simplicité. (Elle est directe, elle est Maât).
Avec la Simplicité, on peut enrichir, mais avec le compliqué c’est difficile.
Simplicité des 6 métaux.
- La Vie est un abîme de simplicité. Un abîme, c’est-à-dire une infinité de possibilités.
Par là, plus une chose est simple plus elle est compliquée, puisqu’elle offre une infinité de possibles, ou de variations.
“ Seule l’abondance mène à la clarté, et c’est dans l’abîme que demeure la Vérité ”. Vers de Schiller, cité par Werner Heisenberg dans « La Partie et le Tout ».

Qu’est-ce que la Vie ?
C’est un abîme de simplicité dans les deux sens, formes et possibilités.
« C’est tellement simple que si vous saviez ce que c’est, vous en perdriez icelle ».
L’Alchimie est simplicité et extraordinairement compliqué (Jeux de fous ou de très très très sages ! C’est aussi l’Art de ce qui précède, puisque travaillant sur l’invisible).

L’ennemi des professionnels de la politique, c’est la simplicité ; en effet, les politiques sont atteint de la diarrhée législative : ils chient des lois en symptômes chroniques. La diarrhée législatives bien dans l’évolutionnisme et la fuite en avant des Yahvistes et de leurs religions du Salut. Et le mot politique est synonyme de pouvoir. Tenez, en voici un exemple récent de ce que je dénonce ici depuis un moment et qui est une abomination humaine : LA MORALE :
« Il faut soumettre l’enfant, s’il continue à fauter, c’est que la discipline n’est pas suffisante, on renforcera le dressage en intensité et en durée ». Non il ne s’agit pas de la norme d’un cirque ou d’un zoo, mais de la recommandation d’un directeur de l’administration pénitentiaire de la fin du 19è siècle, c’était hier (cité par René Santoni dans son livre : La Colonie Horticole de St. Antoine - Le bagne pour enfants d’Ajaccio sous le second Empire).
Le bagne pour enfants, nommé « colonie agricole », établi en 1855 à Ajaccio en Corse a été en son temps un établissement unique dans l’histoire de la répression enfantine française ; enfants considérés comme de petits animaux à dresser, car tels de « petits sauvages » ils faisaient peur aux bourgeois de cet après 1789 avec la montée en puissance des banques et du Saint Fric ; le pire crime au 19è siècle étant le vol des bourgeois ou des banquiers (il suffit de lire l’avertissement pour les « faux-monnayeurs » inscrit sur les anciens billets en franc, réminiscence du 19è siècle). Souvent des enfants volaient parce qu’ils n’avaient rien à manger... C’est l’industrialisation de la société et le dépeuplement des campagnes au profit des villes qui amena cette misère enfantine et l’atroce répression d’État à leur égard.
Inutile de dire que selon le principe de l’évolutionnisme et son toujours plus plus plus, on obtenait toujours moins moins moins !!!
De nos jours de délire sécuritaire, savamment orchestré par les Couilles en Or prônant un retour prioritaire à la répression et à l'enfermement, c'est peu dire qu’il nous pend au nez cet enfer du Goulag, pour petits et grands...

Il faut être un pouvoir français particulièrement malade et pervers pour nommer les bagnes pour enfants du 19è siècle « Colonies Agricoles » ! La langue de bois administrative et de pouvoir préfère emballer dans des termes ronflants bien eyes candy certaines choses qu’elle estimerait fâcheuses d’exposer d’une manière trop directe ! Ainsi l’invention de « Colonie Agricole », ou « Horticole ».

J’en reviens au « mariage pour tous » ou théorie du genre où selon la bourgeoise Simone de Beauvoir on ne naîtrait pas femme mais on le deviendrait (surement par la force de la volonté !). Mais cette Simone de Beauvoir, que je qualifierais de sioniste et donc de communiste, a-telle jamais observé un nid d’oiseau ? « Le mâle est l’être qui va au-dehors pour la conquête de la nourriture, et se met au besoin en position de combat pour défendre son nid, pendant que la femelle y reste avec ses petits. Mais la société indistrielle qui a pris la femme après avoir pris l’homme, tend à détruire la famille, même si ce n’est pas en vertu des théories des régimes totalitaires. Ne nous dit-on pas que les dirigeants chinois d’aujourd’hui s’efforcent de détruire le sentiment de la famille qui avait assuré depuis deux mille ans à ce pays une continuité et une stabilité qui n’a pas d’autre exemple dans le monde. Le résultat de la destruction de la famille est de compromettre gravement l’éducation des enfants, et d’autre part de réduire le vieillard à l’état de résidu gênant...
La destruction des sentiments naturels qui devaient assurer la subsistance des vieillards est confirmée par les propos que tiennent même des personnes âgées, qui disent qu’elle ne veulent pas être à la charge de leurs enfants. C’est la marque de l’oubli complet de ce qui s’est fait de tout temps, c’est-à-dire bien avant qu’on ne poursuive la chimère d’assurer pleinement le sort des vieillards par des pensions ou quelque système de secours administratif. De tout temps c’est-à-dire dans le long passé où l’on ne s’embarrassait pas de théories comme on le fait aujourd’hui pour éluder la solution naturelle par laquelle le vieillard pourrait conserver sa place au foyer. L’Histoire atteste le respect que l’on portait aux « Anciens », dans le temps où l’on admettait le vieillard à la table familiale, avec le même naturel que l’on donne à l’enfant son premier biberon, sans lui demander s’il a préalablement versé les cotisations nécessaires.
L’influence de l’ambiance est telle que l’on peut entendre des gens qui s’érigent en défenseurs de la famille et qui, loin de protester contre le travail de la femme, parlent eux aussi de sa « liberté » et se réjouissent contradictoirement de son entrée dans les professions les plus variées », écrit de façon fulgurante et prémonitoires Hyacinthe Dubreuil dans : J’ai fini ma journée.
Le gender et le « mariage pour tous » est résumé dans cet extrait du livre de Dubreuil.

Oui, le gender entre bien dans la norme compas-équerre maçonnique de ce « libéralisme » ou matérialisme égoïste du « tout sécuritaire », du « tout confortable », du « tout assurance », c’est-à-dire garantie selon des méthodes éprouvées de l’assurance de ceci et de cela et de la diarrhée législative. De sorte que, continuant à vivre dans l’isolement égoïste ou individualiste, nous serons « libres », libérés de la préoccupation d’aimer nos frères et sœurs humains. Mais la véritable libération passe par la réalisation du Soi-Instant ou la connaissance profonde de son ego afin de le dompter, ce qui n’est pas de l’égoïsme mais son évacuation. On est en train de crever dans ce monde du tout sécuritaire à la 1984 de Orwell ! Et nous avons principalement besoin d’un retour à la SIMPLICITÉ et sortir de l’abomination purement matérialiste encouragée par les Yahvistes et leur « Royaume de Dieu (des Juifs) sur Terre ».

Le duc Bo demanda, sans obtenir de réponse, à Confucius : « Les humains peuvent-ils comprendre une allusion ? »
- Bo : Que se passe-t-il lorsque l’on jette une pierre dans l’eau ?
- Confucius : Au Wu, de bons plongeurs peuvent la récupérer.
- Bo : Que de passe-t-il lorsque l’on jette de l’eau dans l’eau ?
- Confucius : Les eaux du Zi et du Mian se mêlent, mais Yi Ya savait les distinguer.
- Bo : Les humains ne peuvent-ils donc pas comprendre une allusion ?
- Confucius : Pourquoi ne le pourraient-ils ? Il suffit que l’on comprenne les mots. Qui comprend les mots ne parle plus avec les mots. Qui rivalise avec les poissons se mouille. Qui poursuit une bête court. Ce n’est pas agréable ! C’est pourquoi le discours parfait, c’est le mutisme ; l’action parfaite, c’est l’inaction. Un savoir superficiel s’attaque à l’insaisissable.
Le duc Bo ne comprit pas. Il mourut dans son bain.
(Lie Tseu : Traité du Vide Parfait, 10 - Discours sur les Contrats)
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 10-04-2013 00:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >