Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Main ou Malin
Main ou Malin Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-01-2014 00:44

Pages vues : 3754    

Favoris : 425

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
fresq_sienne_isis.jpg
 
 
Main ou Malin
Il suffit de glisser le L dans la main
symbolisant le plan terrestre (le pied du L, le binaire)
Le L terrestre de Loi, Long, Large, Lourd, Loin, Lumière (extension, possession, sacrifice)
 
 
MAIN : Lama en gaulois (proche de la-main), du latin manus. Au Moyen-Âge on parle de MANANT (Jeux de mains jeux de Vilain, disait un proverbe populaire, et les Vilains était l’ancien nom des Paysans libres) et de MANANCE (possession jouissance), ce qui donnera MANANTIE (biens, revenus, richesses, meubles précieux) ce qui donnera MANAYE (puissance, possession, et proche de monnaie) pour aboutir à MARCHANDISES. Nous avons la classe des MANOVRIERS (ou Manouvriers) : ouvriers manuels, manœuvres ; et la classe des BRACEORS (ou Brassiers) : ceux qui chargent quelque chose sur leurs bras (la Main-Tenance, le Main-Tien). La Main donne et reçoit (de la main à la main, troc, donc en se passant de banque).
Dans le même thème nous avons : MANIPULATION, de MANCIPE : esclave, d’où viendra d’ailleurs : émancipation.
MAIN, de MANITOU : énergie d’un personnage important et celui qui Manie-tout, de MANNE : agriculture céleste, de MANNEQUIN (image ou identification à une chose périssable comme la mode, à une société ou à un logo, ou à une personne bonne ou mauvaise, proche de l'idolâtrie) ; MARIONNETTES (voir l’allégorie de la Caverne, et la Taoïcité du non-agir ou Wouwei).
 
MALIN : du latin malignus (méchant), du breton gwall (mal, méfait, danger). Malin ou néfaste, dangereux, on dit : « une tumeur maligne », une « maladie » ; mais aussi en inverse : intelligent, débrouillard, habile et ingénieux, démerdard, déluré, donc qui travaille du chapeau ou mental, qui travaille de ses MAINS (on dit d’ailleurs malin comme un singe, comme si le singe étant le Diable à deux mains).
MALIN, de MALICE (fraude), de MALICHONS (malédiction, imprécation), de MALIGNER (tromper, frauder), de MALINGRE ou MALINGEUX (chétif, débile, faible, crevard), de MALIGNOSITÉ (malignité, méchanceté), de MALIVOL (malveillant), de MALOSTRU (mal avisé, imprudent, qui donnera malotru), de MALPARLER (médisance), de MALPRENDRE (dérober, voler), de MALTALENT (mauvaise volonté), de MALVETIEZ (malice, méchanceté).    

Si Malin peut dériver vers les singes, vers la traite des Noirs, il dérive surtout vers les Démons, les Dragons que combattent des Saints de la chrétienté. Des Dragons ravagent le Doubs ; on donnait des jeunes filles en pâture au Dragon de l’Orne ; le Dragon des Basses-Pyrénées tue un Seigneur, etc. Dans le Mâconnais on a la Bête Faramine, qui donnera « faramineux »... Le Diable est souvent nommé « la Bête » ; les Païens sont ravalés au rang de bête par Pierre Hillard (les païens sont au raz du sol comme si c’était des serpents ou des moins que rien). Les Dragons sont ravalés au rang de vermine, de vers, de lézards, de griffons, de cocodrile ou de crocodile ; de nos jours on parle même de Gris, ou de « petits hommes verts » à propos de l’imaginaire extraterrestre ! Bref, les méchants de service...
Avec la chrétienté le Dragon est sans cesse ravalé au rang de Malin : pas un province du royaume des rois francs qui n’est son Saint local ayant tué, ou au mieux dompté ou apprivoisé et rendu inoffensif le Dragon, la Tarasque, etc. Le christianisme ravageait les lieux de culte druidique et des Dieux gaulois et celtes comme les Déesses-Mères, alors que le christianisme a pillé bien des traditions des Païens !!!

La chrétienté, dont Pierre Hillard, a fait des Païens des moins que rien, et du Serpent ou du Dragon le Diable. Tout cela bien-sûr en parfaite logique évolutionniste en géométrie de la ligne droite : le droit, la règle et autre compas-équerres et ses dérives...

RAPPEL : Dans l’Ancien Culte Païen la Déesse-Mère EST ANDROGYNE : PÈRE-MÈRE, et non un Dieu patriarche à la yahviste ou religions dépendantes de l’Abrahamisme, et non la Déesse-Mère de certains Païens qui était uniquement féminine et pouvait passer pour négative en tant que « Mère-Nature » étouffante (cannibalisme et inceste), ou tueuse comme la Mère-Vampirisante ! Les religions abrahamiques ont apportées la religion de l’homme, celle de l’individualité ou renforcement de l’ego ; d’ailleurs, Agro (du grec : champ) de Agriculture est proche de EGO, le ‘je’ ou le soi avec le s minuscule ! Un champ illustre bien l’évolution ou espace représentant l’idéation. Agriculture ou SEMER, donc assurer sa descendance : silo en gaulois, progéniture, postérité (hill en gallois), de la racine se (semer), du latin semen.

Depuis l’abolition du paganisme, chacun possède sont petit ‘je’, son petit moi ou soi, mais il n’est absolument pas libéré du capitalo-socialisme ou assemblage capitalisme et prolétariat, parce que c’est l’état du monde actuel. Paganisme à ne pas confondre avec l’idolâtrie si « terroriste » aux yeux des Yahvistes. Paganisme signifie plutôt étude ou science des énergies de la Nature, donc aussi de nous même, de ce qui n’est pas visible avec nos cinq sens.

Main ou Malin, Âge du Fer et Faire :
« Tel qui parle étourdiment blesse comme une épée. La langue des Sages guérit » (Ancien Testament, Proverbes).
« Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme, mais ce qui sort de sa bouche, voilà ce qui souille l’homme » (Matthieu 15 11).

Qu’est-ce qu’on fait avec la main, et avec le mental ? ON VOTE et on encourage ainsi le système républicain.
Quand vous votez vous donnez votre responsabilité, votre faculté de décision à un autre, donc vous vous placez en position de faiblesse. Élection pièges à cons, pouvait-on lire sur des affiches en 1968.
Voter dans un système politique représentatif est donc un acte de faiblesse, de trahison. Vous donnez votre participation à un autre, ainsi vous diminuez votre propre harmonie avec l’ensemble du peuple.

Main-tenant la MAIN a permise la CONSTRUCTION DE LA ROUE ET DU CHAR, avec la pièce la plus importante : L’ESSIEU et son AXE, le CENTRUM CENTRI. Centrer le monde, la Voie du Milieu ou équilibre des deux mains. Unir Ciel, Terre, Souterrain : ou en Chine : Ciel, Humain, Terre, l’Humain étant l’Axe. Mais sans roue, l’Axe, le PIVOT était toujours visible. Si on retrouve facilement l’Axe entre les deux pivots de l’Arbre séphirotique de la Kabbale juive (Arbre de Vie universel), on la retrouve sur la tête d’ISIS !



ACCROCHER-VOUS, nous partons chez ISIS et ça peut donner le vertige !

ISIS et sa sœur NEPHTYS : les deux Pleureuses.

À CHYPRE, au monastère de Chico les pèlerins vénèrent une grande chaise indiquant l’emplacement d’un ancien temple d’ISIS. Isis est le nom de notre lettre X et est essentiellement celtique (IXE) qui ressemble au Point focal ou source, chiffre 10 en chiffres romains (X), facteur « inconnu » des maths (d’où : xénophobie ou phobie des étrangers et des extraterrestres) ; donc le X en égyptien comme en gaulois veut dire : UNE CHAISE (selon ce qu’en écrit Grasset d’Orcet dans son Archéologie Mystérieuse vol.1). Ainsi ISIS porte une Chaise sur sa tête, ou un trône. Le monastère de Chico sonne comme le Chicot : morceau qui reste, ou extrémité, ou pointe. Son radical est le catalan xix, (prononcez tchiche), en auvergnat tches ou tchet, en vieux français mie ou rien ; de l’espagnol chiquito (petit) et en auvergnat chétif, en français chiche, en grec kyklos (pépin).
CHIC indique l’origine ou originalité, donc la simplicité ou facilité, quelque chose de très aigu et petit, comme l’extrémité d’un pied de chaise, d’un PIVOT presque invisible.
Les Anciens se représentaient la TERRE sous la forme d’une Axe, d’une TOUPIE. C’est ce pivot qui serait représenté sur la tête d’Isis sous la forme d’une Chaise, évidemment qui n’avait pas quatre pieds. Il paraît qu’on peut encore voir une chaise à un seul pieds chez les montagnards auvergnats qui s’en servent pour traire leurs vaches ; une chaise à pied unique qui s’enfonce en terre et ressemble alors à la lettre T, qui en phénicien et chypriote indique samek (escabeau). Isis devrait porter à Chypre le nom de Caisa ou « la Chaise », de l’hébreu Casa, qui dérivera vers le nom Atossa.

ISIS est la déesse du Pôle Arctique. Elle est vénérée sous son nom hébreu de Mir-iam (Marie) : la Pointe du Jour, Sirius ou Sothis en égyptien. Le mot Miriam est d’ailleurs proche de Misraïm (l’Égypte chez les Anciens Juifs, et qui donnera dans la franc-maçonnerie spéculative le rite de Misraimet ou Rite de Memphis). Sothis-Sirius a une influence mystique sur tout le Ciel vivant et comme un Axe se trouve reliée à presque tous les Dieux et Déesses. Sothis était Isis-dans-le-Ciel et appelée Isis-Sothis, car Isis était dans la Constellation du Chien, comme le déclarent ses monuments. Sirius-Sothis peut être la source de toutes les religions de l’antiquité.

Bref, Mir-iam ou Pointe du Jour sépare la veille du lendemain, le passé du futur, le non-être de l’être, comme une sorte d’INSTANT, comme le nom Jéhovah : Je suis CE JE SUIS. Mir-iam ou Isis est une autre forme de l’INSTANT, ce qui n’a pas échappé aux Chrétiens dans leur prière à la Vierge Marie qui est une copie d’Isis et de Sirius : « Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, maintenant et à l’heure de notre mort ». Cette Vierge a relier d’ailleurs avec la Vierge Noire du paganisme, cette Vierge Noire qui était invoquée dans les anciennes églises romanes sous la forme d’une poule noire qui pond des œufs d’or : le Noël ou Nouveau Soleil. (Pour plus de détail sur les Vierges noires, voir la page : Croyances de chez-nous : la sacralité gauloise).

Il ne faut pas oublier que la Gaule a de nombreuses relations avec Isis, comme déjà écrit, les Anciens Égyptiens sont le peuple le plus mystique de la Terre. Si de nombreuse traces d’Isis se trouvent en Gaule, la plus importante est à Paris, où une grande statue d’Isis fut longtemps conservée dans l’église de Saint-Germain-des Près, jusqu’à ce qu’un prêtre la détruise à coups de pioche au 18è siècle ! La nef ornant les armoiries de la ville de Paris est la barque d’Isis avec sa devise : Fluctua Nec Mergitur rappelant la navigation des Suivants d’Horus (survivants de l’Atlantide), et aussi celles des initiés circulant dans le secret des temples, ou de la Stargate ! La barque d’Isis ou le Chaudron de Parisii...
Le nom PARIS est un dérivé du nom gaulois de Paris : PARISII, en gallois pair. Parisii est un dérivé du mot gaulois PARIO (chaudron), du provençal par, pairol ; du lyonnais per ; du catalan perol ; de l’italien paiolo (chaudron) ; du gallo-romain parium et pariolum, d’un gaulois Pario (Dictionnaire Français-Gaulois de J.P. Savignac).
Le CHAUDRON a une très grande valeur symbolique, surtout chez les Celtes : chauffer dans un Vase ou Vaisseau, c’est le départ de l’Alchimie et de la résurrection ou naissance d’un être nouveau ! Le Saint Graal est du même thème et le Chaudron en est son prototype. Le Chaudron c’est la CONNAISSANCE, l’ABONDANCE, voyez le Chaudron magique du monde de l’Asie chamanique, voyez le Chaudron de la Potion Magique d’Astérix.

Oui, il y a toute raison de prier la Sainte Vierge Marie, puisque finalement, Païens et Chrétiens, et même Juifs et Musulmans ne feront plus qu’Un avec nos amis Dragons, et Yôkai du Japon. Tous se serreront la MAIN, et sans le noachisme des Yahvistes.

Hymne à Isis de Philae
Rê est en fête,
le cœur exultant dans la joie.
Que votre cœur est doux, Dieux et Déesses !

Isis a mis au monde son fils Horus
en roi sur le trône de son père.
Il gouverne les Neuf-Arcs [nom des ennemis héréditaires de l’Égypte].
Le siège de Geb [Terre] est en sa « possession ? »
La fonction d’Atoum est en son poing ;
la force de Montou est en sa poigne.
La Déesse [oiseau ou faucon signe de l’horizon] qui s’est produite au commencement
a rempli le ciel et la terre de sa perfection [ou force vitale] ;
diadème de ‘Celui-qui-brille-en-or’ [le divin, ce qui prouve bien qu’aujourd’hui le fric est une religion]
auguste de son Seigneur
résidant dans l’appartement divin,
souveraine des Dieux du ciel,
régent des Dieux [petit faucon] de la terre,
fauconne [Isis] aussi des Dieux de la Douat [monde souterrain des morts],
reine qui s’empare de la fonction royale grâce à ses plans.
Le Seigneur [le Roi] apparaît glorieux (sur le trône) selon son ordre.
C’est celui que son cœur désire qui est choisi pour monter sur le trône, (elle) sans la volonté de qui on ne marche point vers le palais.
On l’appelle, on désire la voir, l’Honorée du pays tout entier.
C’est elle qui met en ordre les temples par la puissance de son frère (?) ;
son nom est prononcé à leur tête. [Pour tous Sémites et tous Égyptiens le nom est inséparable de la personne, si on efface le nom la personne disparait physiquement].
Il a fait que le monde lui (à Isis) soit fidèle [ou soumis].
Le pays tout entier vient pour lui [peut-être Horus à sa naissance].
Puissante [qualificatif de Déesses], Maîtresse du Pays,
Maîtresse de la Nubie,
Reine de Haute et Basse-Égypte,
Isis, vénérable, Mère Divine, faite régente,
Dame de Philae, régente de Senmout,
vénérable, puissante, Maîtresse des Dieux,
dont le nom est distingué parmi les Déesses...
On adore le Ka...
......

(Texte gravé sur un bandeau de frise droite du sanctuaire dans le ‘mammisi’ de Philae (petit temple). Restitution : André Barucq et François Daumas)

Tout étant dans le mental, il est normal que LA NATURE AIT HORREUR DU VIDE. Si l’humain n’a pas de Dieu, alors il ne peut plus raconter des jolies histoires et le Cosmos lui apparaît comme un corps sans âme... Ici tragique peur du Vide... et pourtant...


Intéressante vidéo avec Jacob Cohen. Très bizarrement, la hantise des sionistes, CRIF, LICRA & Co, c’est l’intégration des Juifs parmi le reste des peuples. Les sionistes veulent ghettoïser (résidence forcée), ou enfermer les Juifs en eux-mêmes, refaire les tribus, comme si le Vatican voulait enfermer les Chrétiens au Vatican ou en ghetto. C’est le contraire du mondialisme ou le renforcement négatif du tribalisme afin de défendre l’État d’Israël, qui par ailleurs se veut le centre du monde ! Paradoxe, paradoxe ! Qui en plus est lié au FRIC...
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 25-01-2014 01:38

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >