Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Humain = Scarabée
Humain = Scarabée Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-04-2017 23:02

Pages vues : 1953    

Favoris : 242

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vide, Volonté, Yokaï

 
scarab_cl.png
 
 
Humain = Scarabée
En souvenir du Scarabée qui roula
sa Perle d’Eau de Rosée sur l’herbe
d’été de 1987 à La Jarne



Page dédiée à William H. Prescott.
 
 
L’être humain est comme le Scarabée qui roule sa Perle de Rosée. Cela veut dire que l’être humain a autant de réalité que cette Perle. Celui qui ne comprend pas cette comparaison est dans l’illusion et gâche sa vie.
 
Un est le Tout : le Scarabée c’est Ptah, Osiris, Maât, Christ, Instant, TAO, Bouddha, le Centrum Centri, etc. : le Réalisé, le « Connaître toi-même par toi-même » comme le Scarabée roulant la Perle de Rosée. Les Anciens Égyptiens l’avaient bien compris. Maât, la seule Loi universelle, qui comme telle n’a pas à être vénérée, et ne le fut pas dans des sanctuaires particuliers puisque elle est partout et nulle part ! Plus tard, quand tout commence à se dégrader, notamment à cause de l'Or métal, elle aura des sanctuaires (au Nouvel Empire). Maât, le Soi, la vérité, la Un est le Tout ; avec sa plume représentant LE FLÉAU, LA NON-DUALITÉ, LA SIMPLICITÉ (qui fait horreur dans nos jours de complexité extrême).
Si l’être humain ne comprend pas sa vraie nature, il ne peut vivre que comme un zombie. Il est rempli de fèces et de grosses commissions de ses bourses… Or la Nature réelle de notre ignorance n’est autre que notre nature du Soi : Un est le Tout. Notre corps vide est le Vaisseau du Centrum Centri. Christ et Lucifer ou Adolf Hitler ont même origine.

Vaisseau : RÉALISER MAÂT : Elle aide à ne plus être aveuglé par notre ego qui nous fait voir du dualisme là où il n’y en a pas. Maât par ce qui est direct nous fait prendre conscience que notre Vaisseau tel qu’il EST est identique à l’Essence de l’Univers : Nous sommes l’Univers. NOUS SOMMES SANS POURQUOI. NOUS SOMMES FÉLICITÉ. RIEN NE MANQUE. À quoi bon chercher à l’extérieur un principe ou une loi ? De même, il n’y a rien à chercher à l’intérieur : Tout étant Félicité il n’y a pas de loi au-dehors, il n’y en a pas non plus au dedans de nous-mêmes.

Le Soi est cette Perle de Rosée (Dazhu en chinois signifie Grande Perle) indique notre nature originel : l’Eau première avant la catastrophe Oxygène et l’apparition des noms-les-formes. La Perle de Rosée ronde (petit Soleil) et transparente comme C(h)ristal, libre et dénuée de tout obstacle car roulant sur l’herbe comme n’ayant aucun poids ou pesanteur. Cette Perle de Rosée est le Soi ou Éveil. Ce n’est pas pour rien que le labour alchimique réclame la « récolte » de Rosée au printemps ! La Rosée comme l’Or Rose du Pommier du Jardin des Hespérides arrosé par l’Eau primordiale.
Le Tao-tö king au Verset 32 (traduction Liou Kia-hway) :
« Le TAO n’a pas de nom.
Bien que son fond soit minuscule,
le monde entier n’ose pas l’assujettir.

Si les princes ou les seigneurs [l’étatisme actuel] pouvaient adhérer au TAO
tous les êtres du monde se soumettraient à eux [pas besoin d’élections…].
Le ciel et la terre s’uniraient
pour faire descendre une douce rosée,
les peuples sans contrainte aucune
se pacifieraient d’eux-mêmes ».
Tout est dit, pas besoin de loi ou de convention de chefferie qui une fois établis vont provoquer les catastrophes.
À la fin de ce Verset il est écrit :
« Le TAO est à l’Univers
ce que les ruisseaux et les vallées sont au fleuve et à la mer ». Ce qui rejoint la citation de Jean Coulonval : « Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source ».

Bien-sûr dans un matin d’été la Rosée s’évapore très vite, et signale le principe éphémère de tout ce qui EST dans le spatio-temporel et qui a même origine dans les trois Règnes : Minéral, Végétal, Animal. Et il n’y a pas plus éphémère que le binaire technologique de l’inform-atique !
L’Eau de Rosée est la pureté, l’Eau principielle par excellence. Elle équilibre les Eaux d’en haut et celles d’en bas.

ÉTERNITÉ ET ÉPHÉMÈRE SE REJOIGNENT.

Isaïe probablement inspiré par les Anciens Égyptiens ne s’y est pas trompé, quand il écrit à 26, 19 : « Réveillez-vous et chantez, vous qui habitez la poussière, car la rosée est une rosée lumineuse, et le pays va enfanter des ombres ».
Bref, la Rosée est comme la Manne, une nourriture d’immortalité (donc pas réservée uniquement au « peuple élu »…).


ROSÉE = LES TROIS RÈGNES ET LA FÉCONDITÉ.

Le Scarabée et sa Perle indique l’éternel Retour. Dans le Livre de Sortir au Jour (Livre des Morts des Anciens Égyptiens) le Scarabée est bien le Soi : « Le Dieu qui est dans mon cœur, mon créateur qui entretient mes membres ». Scarabée-Cœur ou jugement de la conscience dans la scène de la psychostasie (pesée des âmes).
Dans Le Secret de la Fleur d’Or, classique de la méditation ou Réalisation du Soi : « Un Scarabée se fabrique un cocon de bouse d’où émergera la vie, grâce à un pur effort de concentration de l’esprit. Si la vie peut émerger d’une boule de bouse, pourquoi ne serait-il pas possible de produire un corps en concentrant la pensée sur l’endroit où demeure l’esprit céleste quand l’embryon a quitté la matrice ? ». « Au cœur de la transe extatique, il existe un point de potentiel vivant [Stargate et déplacement dans ”l’éternel” Instant] qui vient à l’être depuis le non-être, qui forme l’embryon et produit le corps spirituel » (réf. Thomas Cleary citant Liou I-ming, maître de taoïcité de la branche Nord).

Le Scarabée roulant sa Perle de Rosée est le summum de l’équilibre perfection-imperfection : rouler une Perle de Rosée est plus « technologie » que rouler une bouse d’excréments ! Le Tao-tö king au Verset 45 décrit cette perfection-imperfection apparente :
« La perfection suprême semble imparfaite (1),
Son action n’a pas de cesse ;
La plénitude suprême semble vide,
Son action n’a pas de limite.

La droiture suprême paraît sinueuse.
L’habilité suprême paraît maladroite.
L’éloquence suprême paraît bégayante.

Le mouvement triomphe du froid.
Le repos triomphe de la chaleur.

Pureté et quiétude sont normes du monde ».

ÊTRE MAÂT : ÊTRE DANS L’INSTANT ABSOLU = ÊTRE DANS L’ÉTERNITÉ.

Notre Vaisseau ou corps est ce véhicule d’éternité : la Voie de Maât.
ÊTRE MAÂT : à chaque Instant le moi ou ego ne fait plus qu’un avec l’Univers, chaque action remplit, accomplit l’Univers, le ‘Je’ est devenu le « Temps éternel ».
La nature réelle de notre ignorance n’est autre que la nature du Soi (Un est le Tout). Notre Vaisseau ou corps est celui du Centrum Centri. Cela signifie que l’ignorant est également le Soi, le sans Pourquoi « tel qu’il est » car il a même origine : le Soi. L’Univers est dans le mental, nous en sommes un modèle réduit. Comprendre que l’on est l’Instant ou Soi c’est admettre que l’on contient l’Univers.

L’homme du Rien du Tout (et aussi du big data) est celui qui a réalisé le NON-AGIR : aucune pensée, pas d’attachement, pas de pratique, pas d’éveil. Non, non, ce n’est pas un mort ou un comateux ! Il ignore l’illusion, qui est le fait de discriminer ou diviser, coller des noms-les-formes sur tout, élaborer des concepts, fantasmer. Être Réalisé vivant c’est être un humain conscient qui a cessé d’étudier et d’agir ou intervenir. Bref, il ne rejette aucun phénomène mais n’en saisit aucun non plus. Il ne rejette rien parce qu’il est dans la non-dualité là où rien n’est a jeter comme il n’y a rien à saisir ! De même qu’il n’y a rien à fuir ou à poursuivre !

Voici un code d’Honneur d’un Samouraï mort en 1645, qui est autre chose que le noachisme.
1. Ne va pas à l’encontre des usages de ton temps.
2. Ne recherche pas le plaisir.
3. En toutes choses reste impartial [désintéressé, neutre].
4. Fais peu de cas de toi-même et grand cas d’autrui [gratuité].
5. Ignore les désirs ta vie durant.
6. Ce qui est fait est fait, ne le regrette pas.
7. Dans le bien comme dans le mal n’envie personne.
8. Quelle que soit ta route, par sans tristesse.
9. Ne reproche rien aux autres ni à toi-même.
10. Ne garde pas d’attachements dans ton cœur.
11. Ne convoite aucune chose.
12. Ne désire pas une demeure pour toi-même.
13. Ne recherche pas les mets raffinés.
14. N’acquiers pas d’objets anciens avec l’intention de les revendre.
15. Ne pratique pas de rites d’abstinence.
16. À l’exception de tes armes, ne t’attache à aucune chose en ce monde.
17. Tant que tu pratiques la Voie [le Soi], ne crains pas la mort.
18. Ne désire pas la richesse pour tes vieux jours.
19. Vénère les Dieux et les Bouddhas, mais ne leur demande rien [sinon, marchandage].
20. Abandonne ta vie, mais pas ton honneur.
21. Ne t’écarte jamais de la Voie du guerrier.
(Shôhô, 22è année, 52è mois, 122è jour. Shinmen Musashi pour le seigneur Terao Magonojo, cité par Taisen Deshimaru (1917-1982), dans les commentaires sur Le Shôdôka, Chant de l’Éveil, de Kôdô Sawaki (1880-1965).

- Le 4 : « Fais peu de cas de toi-même et grand cas d’autrui » illustre le manque total de gratuité à notre époque de l’après 1789, nous sommes dans le culte du narcissisme, du selfie, du « moi-je » : ON NE PENSE-PANSE-RUMEN QU’À SE GOINFRER, À SE REMPLIR LES POCHES : LES GROSSES COMMISSIONS DANS LES BOURSES DIGÉRÉES PAR LA CITY DE LONDRES. Et celui qui devient le loser va se lamenter sur son sort, énumérer ses griefs et prendre la fuite dans un paradis fiscal. C’est l’égoïste qui fait grand cas de lui-même en voulant rester winner et fait peu de cas d’autrui. Le « vivre ensemble » label capitalo-socialisme est du pur égoïsme déguisé qui n’en a rien à foutre d’autrui.
- Le 7 : « Dans le bien comme dans le mal n’envie personne » indique que les guerriers n’étaient pas jaloux du sort d’autrui ; ils ne tombaient pas dans la division winners-losers actuelle où tout le monde envie l’autre selon la maladie de l’égalitarisme puisque nous « sommes égaux » selon la politique-opinion du régime républicain !

Concernant cet enfermement, cette prison bien pire que du temps de l’Ancien Régime, et qui se nomme régime républicain, mais qui ne veux pas entendre ce mot et qui traite les autres de « régime » parce qu’ils ne seraient pas « démocratiques », il ne faut pas participer à l’arnaque suprême ayant nom-la-forme « élection au suffrage universel » qui usurpe le mot universel ne pouvant avoir que le sens du Soi, du Cœur, du Centrum Centri, donc de l’Univers. VOTER C’EST DISCRIMINER, DIVISER, ÊTRE TROMPÉ : passer dans l’anonymat de l’isoloir pour retomber dans le même anonymat isoloir de l'ego après, quand il ne restera plus que ses yeux pour pleurer parce que « l’élu » ne correspondra pas à l’attente de celui qui a divisé en votant. Chacun peut encore avoir conscience du gouffre qui sépare « l’élu » du votant, surtout que tout est dirigé en fonction de la City de Londres et de son Wall Street !
VOTER EST DU MASOCHISME : SE VAUTRER DANS LA PEUR, LE MANQUE.
VOTER 10 SECONDES C’EST DIVISER PENDANT 5 ANS et entretenir la guerre de tous contre tous dans un régime républicain qui est cancérisé de partout mais qui s’accroche parce que la City veut le conserver.
Comme dit un slogan actuel parfaitement adapté : « LA DICTATURE C’EST FERME TA GUEULE, LA DÉMOCRATIE C’EST CAUSE TOUJOURS », donc la dictature de l’opinion… et depuis la Renaissance… VOTER C’EST ENTRETENIR CE CULTE DU NARCISSISME.
L’ABSTENTION AU VOTE, SON BOYCOTTE, NE DOIT PAS ÊTRE INCONSCIENT, MAIS ÊTRE UN ACTE CONSCIENT DE COMMENCEMENT DE LIBÉRATION DE CETTE TYRANNIE DE L’OPINION, DU SUPER GRÉGARISME. Boycotter les élections c’est condamner les forts en gueules et en verbiage creux AU SILENCE, la pire chose qui puisse arriver aux « spécialistes » en politique (les politicards ou professionnels du béton et des costumes-cravates et de son étatisme qui se goinfrent sur le dos des peuples). TOUS LES SPÉCIALISTES DIVISENT et la mode est hélas à ces gens là.

Il y aurait encore beaucoup à écrire sur cette « civilisation » qui court à sa perte aussi surement que 2+2=4 ! Civilisation en perdition en phase de mort à cause évidemment de la religion de sa City de Londres et de son Wall Street !!!

Je remets ici la parfaite analyse de l’historien du 19è siècle : William H. Prescott, concernant la civilisation des Incas.
Système politique des Incas, pur système socialiste ou communiste (communautaire) : un gouvernement patriarcal, donc dans le style Petit-Père-des-Peuples, MAIS SANS ARGENT.
Le peuple était vu comme un DON (gratuité), et non comme un droit. Le peuple renonçait à tout droit personnel, la nation, l’État était soumis à l’Inca. « Sous ce régime extraordinaire, un peuple raffiné à beaucoup d’égards, chez qui l’industrie et l’agriculture avaient fait, comme on l’a vu, de grands progrès, ne connaissaient pas la monnaie. Il n’avait rien qui méritât le nom de propriété. Il ne pouvait exercer aucun métier, se livrer à aucun travail, à aucun amusement, autres que ceux que la loi avait spécialement réglés. Les Péruviens ne pouvaient changer de résidence ou d’habits qu’avec la permission du gouvernement. Ils ne jouissaient pas même de liberté qui appartient aux plus misérables dans les autres pays, celle de choisir leurs femmes. L’esprit impératif du despotisme ne leur permettait pas d’être heureux ou malheureux, autrement qu’il n’était réglé par la loi. Le pouvoir d’agir librement - droit inestimable et inné de tout être humain - était annulé au Pérou.
Le mécanisme étonnant du gouvernement péruvien pouvait résulter uniquement du concours de l’autorité morale et de la puissance positive dans la personne du chef de l’État, porté à un degré sans exemple dans l’histoire de l’homme. Cependant une forte preuve de sa conduite généralement sage et modérée, c’est qu’il ait pu si heureusement fonctionner, et durer si longtemps contrairement aux goûts, aux préjugés et aux principes de notre nature », écrit William H. Prescott dans : Aztèques et Incas - Grandeur et décadence de deux empires fabuleux.

Prescott ajoute, que le gouvernement est fait pour l’homme, tandis qu’au Pérou, l’homme ne semblait fait que pour le gouvernement [COMME AUJOURD’HUI OÙ LE FRANÇAIS, OU L’AMÉRICAIN, OU D’UNE AUTRE NATION EST FAIT POUR L’ÉTAT OU NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA CITY DE LONDRES]. Prescott ajoute cette remarque fondamentale : « Le Nouveau Monde est le théâtre sur lequel ces deux systèmes politiques, de nature si opposée, ont été mis en pratique. L’empire des Incas a passé et n’a pas laissé de traces. L’autre grande expérience dure encore [la notre], expérience qui doit résoudre le problème si longtemps discuté dans l’Ancien Monde de l’aptitude de l’homme à se gouverner lui-même. Malheur à l’humanité, si elle doit échouer ». Parce que l’être humain naturellement n’a pas le besoin d’un État, donc d’un gouvernement.
Merci beaucoup Monsieur William H. Prescott.


Note.
1. « La perfection suprême semble imparfaite » ou le PROGRÈS très bien résumé par Gustave Thibon dans Notre regard qui manque à la lumière, et citant l’avertissement éternelle de l’Évangile : « Que sert à l’homme de gagner l’Univers s’il vient à perdre son âme ? ». Thibon ajoute : « L’homme perdra peut-être son âme pour conquérir l’Univers, et devant l’Univers conquis, il sera sans âme pour en jouir, de sorte qu’il trouvera sa plus mortelle défaite dans sa suprême victoire ». Thibon ajoute cette subtilité :
« L’homme arrivé aux limites du possible et toujours prisonnier du monde et de lui-même n’aura plus d’issue que du côté de l’impossible et comprendra sans rémission qu’il est fait, non pour l’illimité, mais pour l’infini » (mais certainement pas pour celui des transhumanistes...).
 
 
 
scarab_cl.png
 
Composition de Michel Roudakoff. DIAPASON LA 432.
Pour : Piccolo, Flûte, Hautbois, 2 Clarinettes, 2 Bassons, Cor, 2 Trompettes, Trombone, Timbales, Glockenspiel, Percussions, Violons 1 et 2, Altos, Violoncelles, Contrebasses.
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 06-04-2017 23:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >