Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Allégeance, de Alléger
Allégeance, de Alléger Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-05-2018 23:07

Pages vues : 1022    

Favoris : 160

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Allégeance, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
levesoleil_ci3-4a400.jpg
 
 
Allégeance, de Alléger
comme goûter allégeance au lait
du goûter de la quatrième heure de
la colonie de Breteuil-sur-Iton.
Allégeance : FAIRE UN,
donc Réaliser le Soi, qui évidemment
n’a rien à voir avec une opinion comme
le politisme mondialiste de
cette mo(n)de du terrorisme.

Allégeance = pas de spatio-temporel, pas de cause ni d’effet.
On ne « prête » pas allégeance comme
on prête son stylo à son voisin : on EST.
 
 
Faire allégeance ou ne faire qu’un avec son seigneur.
ALLÉGEANCE PERPÉTUELLE = RÉALISATION DU SOI-INSTANT ou ÊTRE INNÉ-IGNÉ.
Donc pour traverser correctement ce monde des illusions, la seule méthode est la maîtrise absolue de nos pauvres cinq sens. « Tout autre effort est vain », explique Vasistha dans le Yoga Vasistha : « Une fois ses sens bien maîtrisés, l’on se rend compte de la parfaite inexistence de tous les objets de perception. ”Râma, le mental seul est tout cela ; et, une fois cela résolu, cette illusion de l’apparence du monde est résolue du même coup” (YV IV, 4-6). Ce mental seul, par sa faculté de penser, fait apparaître ce qu’on appelle le corps, Aucun corps n’est perçu là où le mental ne fonctionne pas ! D’où le fait que le traitement des maladies psychologique qui porte le nom de perception des objets constitue - en ce monde - le meilleur des traitements. Le mental crée l’illusion, le mental crée les idées de naissance et de mort ; et, le résultat direct de ses propres pensées, il est lié et il est libéré », explique Vasistha concernant le Inné-Igné et le paradoxe de la Réalisation du Soi, voir aussi en note 1.
 
 
Allégeance - Alléger (en sucre, en sel, etc.)

Par exemple : un corbeau qui vole en direction d’un cocotier et se pose dessus, un noix de coco tombe comme si l’oiseau en était la cause, la coïncidence, alors qu’en réalité il n’en est rien. « De la même façon par pure coïncidence et du fait de l’ignorance, l’irréel donne l’impression d’être réel », explique Vasistha.

Le GRÉGARISME en rapport avec le rêve du roi Lavana : mariage du rêve et de l’éveille pris pour la « réalité ». « Ces hallucination deviennent réalité lorsqu’elle sont le fait d’un nombre important d’individus, de même que des avis partagés [des opinions, des conventions] par beaucoup passent pour être vrais [aussi en rapport avec le mot ”allégeance”). Une fois incorporées à notre existence, ces choses acquièrent leur propre réalité [phénomène de l’égrégore]. Après tout, qu’est-ce qui fait la vérité des choses de ce monde sinon la façon dont on les connaît dans la conscience ? », dit Vasistha, de l’air de dire que la Vérité ça n’existe pas….

Le grégarisme de certains par exemple invente l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule). Ce grégarisme est comme l’invention de ce temps qui coule. Mais quand il n’y a personne pour inventer ou « voir » ce temps, il n’existe pas ; de même quand il n’y a personne pour se souvenir, comment le souvenir peut-il exister ? Donc comment l'histoire peut-elle exieter ? Aussi le « devoir de mémoire » imposé par le régime républicain est du grégarisme dictatorial (2).
”La nescience [l’ignorance] et le Soi ne peuvent entretenir aucun rapport, car il ne peut exister de rapport qu’en des entités semblables et comparables [les semblables par les semblables] - c’est bien évident, chacun a pu le constater par lui-même” (YV III, 121). Ainsi, ce n’est que parce que la Conscience est infinie que tout dans l’univers devient connaissable. Ce n’est pas comme si le sujet illuminait l’objet qui ne possède pas de luminosité propre, mais, du fait que la Conscience est toute chose, tout est auto-luminescent sans qu’il y ait besoin d’un intelligence qui perçoit. C’est par l’action de la conscience devenant consciente d’elle-même que se manifeste l’intelligence, non pas quand la conscience appréhende un objet inerte.
Il est incorrect de dire qu’en cet univers se trouve un mélange de sensible et d’inerte, car ceux-ci ne se mélangent pas ; mais, du fait que toutes les choses sont remplies de conscience, quand cette conscience se comprend elle-même, il y a connaissance ».

La division sujet-objet est une erreur, il n’y a qu’une Conscience infinie. « L’univers est rempli des tours de passe-passe du pouvoir de cette conscience. Pourtant, rien ne s’est passé, car on ne peut rien ajouter au plein pour le remplir. Il est rempli, seulement au sens d’un espace plein d’une ville imaginaire ».
Comme le bracelet est une apparence illusoire de l’Or le constituant : rejeter le bracelet pour ne conserver que « la conscience » de l’Or. « Et une fois rejetée la fausse notion du sujet et de l’objet, il n’est plus d’ignorance pour créer une division. Seule la pensée crée toutes ces divisions et ces illusions. Quand elle cesse, la création cesse également », dit Vasistha.

”Dans l’intervalle entre le voir et le vu, existe un rapport connu sous le nom de spectateur. Une fois abolie la division entre celui qui voit, le voir et le vu, c’est le Suprême” (YV III, 121).
« Alors que tu sois pris par des activités ou en contemplation, demeure toujours en tant que Cela [Soi], sans t’embrouiller dans la conscience du corps. De même que tu ne t’occupes nullement des affaires d’un village qui n’existe pas encore, ne va pas t’empêtrer dans les humeurs de ton mental, mais établis-toi dans la vérité. Vois dans le mental un étranger ou un morceau de pierre. Il n’est pas de mental dans l’infinie Conscience ; ce qui est fait par ce mental inexistant est aussi irréel. Sois établi dans cette vue
En fait, le mental n’existe pas. S’il a bel et bien existé, maintenant il est mort. […] J’ai examiné fort longtemps la réalité relative au mental, ô Râma, et je ne lui en ai trouvé aucun. Seule existe l’infinie Conscience », dit Vasistha.

Quand le conditionnement mental disparaît, il n’y a pas d’attachement. La dépendance vis-à-vis des actions, ou en récolter les fruits, tout cela prend fin.

« Ô Râma, efforce-toi de connaître la vérité. En accédant à la connaissance de soi tu dépasseras la douleur, l’illusion, la naissance et la mort, le bonheur et le malheur. Le Soi étant un et indivis, tu ne possèdes aucun parent et ignores donc tout des souffrances dues à ces fausses relations. Il n’est rien en dehors du Soi qu’il vaille la peine de connaître ou de désirer. Ce Soi ne subit aucun changement et ne meurt pas. Quand la cruche se casse, l’espace qu’elle contient n’est pas brisé ».


Monde illusoire, apparence de ce monde maintenu par quelque chose, par quelque allégeance.

Ce monde est comme le temps, il faut au minimum une personne pour l’observer en tant qu’objet d’un sujet, et ainsi le fabriquer par grégarisme, par convention, par contrat.
« En fait, cette existence est aussi réelle qu’une vision onirique, car, produite par personne à partir de rien, au moyen d’aucun instrument, elle ne s’appuie sur rien du tout [vous avez ainsi la définition de l’invention de la valeur et de l’argent, notamment de la dette !] Elle n’est appréhendée qu’à la façon d’une rêverie. Elle est essentiellement irréelle. C’est une peinture sur du vide, comme les couleurs de l’Arc-en-Ciel. C’est comme un brouillard général ; quand on tente de s’en saisir, il n’y a rien », explique Vasistha à Râma.

« La graine d’un arbre contient l’arbre à venir ; c’est parce que la graine et la pousse sont toutes deux des objet matériels capables d’être appréhendés par les sens et par le mental. Mais comment cela qui est hors d’atteinte du mental et des sens peut-il être la semence des mondes ? Comment la semence de l’univers peut-elle exister dans Cela qui est plus subtil que l’espace ? Puisqu’il en est ainsi, comment l’univers peut-il émerger de l’Être Suprême ? ».
”Il est opportun de dire que l’arbre existe dans la graine, parce que tous deux ont des formes opportunes. Mais dans Cela qui ne possède pas de forme [Brahman ou Soi], il est inopportun de dire que cette forme cosmique du monde existe” (YV IV, 1). Voilà pourquoi c’est pure folie de supposer qu’il existe un lien causal entre Brahman et le monde [comme le prétend le Yahvé des Hébreux et Talmudistes…]. La Vérité, c’est que Seul Brahman existe et que ce qui paraît être le monde est Cela et rien d’autre ».

Bref, si l’univers existait à l’état de germe au sein du Soi pendant la dissolution cosmique (respiration), il lui faudrait alors une cause opératoire pour se manifester après la dissolution, soit tomber dans la dualité cause-effet, soit faire de la création un fils né d’une femme stérile. « D’où la cause fondamentale elle-même doit être vue comme la nature même de l’Être Suprême, qui persiste à être ainsi même pendant la période qui fait suite à la dissolution, dans ce que l’on considère comme cette création. Il n’existe pas de lien de cause à effet entre l’Être Suprême et l’univers [c’est moi qui souligne].
Des millions d’univers apparaissent dans la Conscience infinie (cidâkasa) comme des grains de poussière dans un rayon de lumière. De même que de tels grains de poussière n’apparaissent pas dans la lumière du soleil extérieur elle-même, le monde n’est pas vu dans la Conscience Suprême non duelle. Cela vient de ce que ces univers ne sont pas plus différents de l’infinie Conscience que notre nature ne diffère de nous-mêmes », explique Vasistha. En rapport avec l’être humain Conscience infini, qui est de ce fait dans l’impossibilité de se poser comme sujet étudiant d’un objet « univers » qui lui serait extérieur.

RAPPEL : POUR SE LIBÉRER OU ÉCHAPPER À L’ÉGRÉGORE DU RÉGIME RÉPUBLICAIN : Être dans le monde MAIS PAS du monde ; principe même du Yoga Vasistha qui énonce au I, 3 toute l’Essence de sa Connaissance : « L’apparence de ce monde est une confusion, de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer ».
Ainsi, se protéger, fuir le Super Grégarisme ou Big Égrégore de faux modèles que les Pour-Voir veulent nous faire bouffer par tous moyens. Donc NE PAS LEUR PRÊTER ALLÉGEANCE. NE PAS PARTAGER, NE PAS SE CONNECTER À CE MONDE DE LA CITY DE LONDRES ET DE SES BANQUES QUI VEULENT NOUS RELIER TOUS, COMME LE MOT « RELIGION » AUTREFOIS SIGNIFIAIT « LIER », étymologie de lire comme relier les pages d’un livre. LE « tout connecté » (”tout intelligent”) du capitalisme technologique a remplacé le sens du mot religion : se conformer au modèle capitaliste nommé « liberté » par un commercial comme Emmanuel Macron.
Comme disait Jiddu Krisnamurti, comprendre la vie c’est nous comprendre nous-mêmes, c’est donc le commencement et la fin de l’éducation [donc la fin des manipulations par l’extérieur et avant tout par l’État administrateur de ces manipulations].

Ne pas prêter allégeance au tout connecté si artificiel du régime républicain et capitaliste.


À suivre…    

[Voyage en cette dimension en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982). Hymnes composés par Vasishtha dédiés à Agni (Igné-Inné…)]

[En haut de page : aquarelle de M. Roudakoff : ciel très tôt sur la Butte Montmartre, janvier 1967]
 
 
Notes.
1. « Le ‘Je’ [le Soi] rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est LE PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI [c’est moi qui souligne]. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction. Prenez la bhakti [dévotion] : je m’approche d’Ishvara et je prie afin d’être absorbé en Lui. Je m’abandonne dans la foi et le recueillement. Que reste-t-il après ? À la place du ‘je’ initial, ce qui subsiste après l’abandon total de soi-même est Dieu, dans lequel le ‘je’ s’est dissous… ». Ramana Maharshi, entretien 28, du 4 février 1935.

2. IMPORTANT : NOUVELLE DIVISION DANS LE PRINCIPE DU CHAOS ORGANISÉ. Un nouveau grégarisme dictatorial et très diviseur au lieu de rassembler est en train de s’installer depuis environ une décennie et demi après la guerre de 1939-1945 (théorie du genrisme, mode et business des gays, mouvement Hippie, Beatles, etc). Un de ses gros symptômes apparaît au milieu de 2017 comme une verrue sur le nez : la mise en croix du producteur de cinéma Harvey Weinstein, doublée de l’hystérie collective à la Adolf Hitler du « balance ton porc », identique au même égrégore du chaos fabriqué et contrôlé du « Je suis Charlie ». Vrai que Hollywood c’est un western et une guerre winners-losers à lui tout seul en compagnie de l’argent sale de la drogue… ou de l’argent sale tout court tant il est impossible que de l’argent simplement soit propre !

Il est en train de s’installer un PROTESTANTISME à la mode féminin, qui n’a rien a voir avec la nature originelle de la dualité mâle-femelle, mais est totalement une construction du mental (idéologie) qui va essaimer en un puissant égrégore, voir par exemple le festival de Cannes 2018… et son monde du fric et de l’ego… Ce NOUVEAU PROTESTANTISME PURITAIN, PROTESTANTISME DE PHARISIENS apparaissait déjà sous l’ère victorien ou plus généralement dans le culture anglo-américaine protestante. Il y a une FIXATION ENTRE LES SEXES ou cacophonies organisées à dessein selon le principe du chaos organisé et contrôlé, afin d’empêcher les gens d’être eux-mêmes et ainsi de se réaliser de l’unique façon authentique.
CHAOS ORGANISÉ ET CONTROLÉ = LA BONNE BOUFFE POUR L’ÉGRÉGORE EN CHEF. Le patriarcat démocratie et son « État de Droit » ne refuse rien et dit oui à tout, selon le principe du libéralisme mercantile. « Oui à tout » comme sa « liberté d’expression » NOUVELLE INQUISITION À L’ENVERS COMME EST CELLE QUI SE MET EN PLACE AU FESTIVAL DE CANNES 2018 depuis la CRUCIFIXION du producteur de cinéma américain.
Bref, une dictature féministe se met tranquillement en place pour communier au chaos cher à la City de Londres… Le féminisme commence à poindre avec le socialisme au 19è siècle, voir les « suffragettes » ou féminisme politique étatique. Comme écrit le dic. Le Robert à l’article ”Féminisme” : « À partir de 1960, le féminisme se développe dans les pays occidentaux. Les revendications du féminisme ».
« Le féminisme se développe dans les pays occidentaux », dit Le Robert, mais surtout dans les pays anglo-saxons. Le producteur Harvey Weinstein aurait dû se méfier…
 
 

Dernière mise à jour : 16-05-2018 00:06

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >