Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow GUERRES DES EAUX
GUERRES DES EAUX Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-05-2018 23:37

Pages vues : 1678    

Favoris : 252

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Allégeance, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
 
 
GUERRES DES EAUX
entre
les Eaux de tuyaux ou Eaux cassées du monde des accidents,
les Eaux du Royaume des Cieux en Nous.
Guerres entre Sambara et les Dieux du Ciel.


Page dédiée à Saint-Just

Page sur l’EAU : Conscience infinie ou Eau Primordiale.
 
 
Un des Dieux de l’Enfer, Sambara, ne va plus commettre l’erreur de sa première création des Dama, Vyala et Kata ; il va créer de nouveaux Démons, mais cette fois-ci, des Démons dotés de la connaissance du Soi et donc de la Sagesse, afin de leur éviter de tomber dans le piège du sentiment de l’ego, et ainsi de connaître la peur de mourir.
 
Sambara créa les trois Démons : Bhîma, Bhâsa et Drdha, lesquels étaient omniscients, pourvus de connaissance de soi, impassibles et sans péchés. Ils n’attachaient pas plus de valeur à l’univers entier qu’à un brin d’herbe.
Ils entreprirent de combattre l’armée des Dieux du Ciel. Sans ego ils finirent par vaincre l’armée des Dieux. Iceux coururent chercher refuge auprès de Vishnu. Après quoi, le Seigneur Vishnu dut se battre en personne contre Sambara !
Sambara tué, Vishnu libéra Bhîma, Bhâsa et Drdha, qui, libérés de leur corps connurent la Félicité.

”Le conditionnement du mental tombe quand la vérité est clairement appréhendée et réalisée ; et, quand le conditionnement a cessé, la conscience jouit de la Paix Suprême, comme lorsque la flamme d’une bougie est éteinte” (Yoga Vasistha IV, 34) Saisir que « quel que soit l’objet des pensées, seul le Soi est tout Cela » figure la perception claire. « Conditionnement » et « mental » ne sont que des mots auxquels ne correspond aucune vérité. Quand, par ses investigations, on découvre la vérité, ils n’ont plus aucun sens - c’est la perception claire. Quand cette claire perception voit le jour, il y a Libération », dit Vasistha.

« Dama, Vyala et Kata figurent le mental conditionné par le sentiment de l’ego. Bhîma, Bhâsa et Drdha figurent le mental libre de ce conditionnement. Ô Râma, ne prends pas exemple sur les premiers ! C’est pour te mettre en garde, cher disciple si intelligent, que je t’ai conté cette histoire ».

”La servitude est la soif des plaisirs, et son abandon est la Libération” (YV IV, 35) Vois donc un poison dans tous les lieux de plaisirs de ce monde. L’abandon aveugle n’est pas souhaitable. Analyse en profondeur la nature des plaisirs des sens et renonce à tous les désirs qui te portent vers eux. Alors tu peux vivre heureux.
En cultivant les qualités propices, toute connaissance mauvaise cesse peu à peu, le mental se vide des désirs - et se libère des couples de contraires, de l’agitation, de la peur et de l’illusion. De cette façon, le mental repose dans un état de Félicité. Il échappe alors à la pollution du sentiment de l’ego, aux mauvaises pensées et aux sentiments fâcheux, à l’attachement et à l’affliction. […] Le mental ignorant se développe, grandit [évolution] ; mais, à l’éveil de la sagesse, le même mental cesse d’être mental [c’est moi qui souligne] ».

Mental = Jiva (âme individuelle).
« Le mental seul est cet univers. Le mental est la chaîne de montagnes. Le mental est l’espace. Le mental est Dieu. Le mental seul est l’ami et l’ennemi. Quand la conscience s’oublie et subit modification et conditionnement psychologique [Chute], elle est connue sous le nom de mental, lequel suscite la naissance et la mort. C’est ce qu’on appelle le jiva - cette parcelle de l’infinie Conscience qui a revêtu le caractère d’un objet de cette conscience, juste un peu enveloppé par le conditionnement psychologique. C’est ce jiva qui s’éloigne de la Vérité de l’infinie Conscience et qui, en sombrant plus profond dans le conditionnement, se laisse entraîner dans l’apparence du monde ».
Vasistha : « Ô Râma, le mental lui-même est le jiva. Le mental fait l’expérience de ce qu’il a lui-même projeté hors de lui-même. Par cela il est lié. C’est l’état du mental qui détermine la nature de la réincarnation du jiva ».

EAU OU TEINTURE.

« Dans la Vérité ne se trouve ni servitude ni libération [sinon on tombe dans la dualité oui-non]. L’infini pense : « Je suis le corps », et cette pensée induit la servitude. Quand l’homme s’aperçoit que toutes ces notions sont fausses, il brille en tant que Conscience infinie [ou Soi-Instant]. Une fois purifié par des pensées et des actions pures, le mental prend la nature de l’Infini, de la même façon qu’une étoffe pure prend facilement la teinture [c’est moi qui souligne] ».

« Quand le mental abandonne la relation sujet-objet qu’il entretien avec le monde, il est absorbé à l’Instant dans l’Infini ».

« Le mental n’a pas d’existence séparée de l’infinie Conscience. Il n’existait pas au commencement [c’est moi qui souligne], n’existera pas à la fin, et n’existe donc pas maintenant ! Qui pense que le mental existe vraiment tient la souffrance à la main. Qui sait que ce monde est en réalité le Soi, dépasse cette souffrance. […] Le mental n’est que tissu d’idées et de notions [opinions]. Qui s’affligera à la disparition d’un mental pareil ? La Réalité est la Conscience qui est le milieu, entre celui qui voit et l’objet ».

EAU.

« Bien qu’omniprésente, l’infinie Conscience est non manifestée - de même que l’espace, pourtant présent partout, est non manifesté. De même qu’il est possible d’affirmer que le reflet d’un objet dans le cristal n’est ni réel ni entièrement irréel, on ne saurait dire que cet univers, reflété dans l’infinie Conscience, est réel ou irréel ».
Le ciel n’est pas affecté par les nuages qui flottent en son sein, le Soi n’’est ni affecté ni touché par l’univers qui apparaît en sein.
”En se reflétant dans la Conscience, la Conscience brille en tant que Conscience et existe en tant que Conscience. Chez l’ignorant qui se juge pourtant sage et doué de raison, apparaît la notion qu’a été créé et existe autre chose que cette Conscience” (YV IV, 36). Cette Conscience n’est pas créée, et elle ne périt pas non plus. Elle est éternelle et l’apparence du monde s’y superpose, ainsi que des vagues en rapport avec l’océan. Au sein de cette Conscience, quand icelle est reflétée en elle-même, apparaît la notion « je suis » qui donne naissance à la diversité [le quantitatif]. […] De même qu’un homme intoxiqué se prend pour quelqu’un d’autre, cette Conscience, devenant consciente d’elle-même, se prend pour une autre [c’est moi qui souligne].

Le Sans Pourquoi : « Puisque ce qui existe et cela en quoi ça existe sont identiques, on ne peut même pas affirmer qu’il EST. Puisque en Lui n’est absolument aucun désir, il n’est en Lui aucune idée d’inaction ».
« Libère-toi donc de toutes ces notions de dualité qui mène une vie active. Qu’as-tu à gagner à accomplir maintes et maintes fois toutes sortes d’actions ? Et que gagneras-tu à souhaiter être inactif ? Ou à suivre les Saintes Écritures à la lettre ? [comme les Talmudistes…] Ô Râma, repose en Paix et en pureté tel l’océan que n’agite aucun vent. Ce Soi, dont toute chose est imprégnée, ne se trouve pas en voyageant aux quatre coins de la Terre. Ne laisse pas ton mental vagabonder parmi les objets du monde [dont les opinions]. Tu es toi-même le Soi Suprême, la Conscience infinie. Tu n’es rien d’autre ! ».

La notion « je fais ceci », ou « je suis cela » est pure opinion ; mais pour l’ignorant il s’agit d’une réalité. « Quelle est l’origine de cette notion ? Cette notion survient dans le mental, aiguillonné par la prédisposition, tenter d’obtenir quelque chose ; l’homme s’attribue alors l’action qui en résulte. Quand la même action porte les fruits escomptés, se présente la notion « J’y prend plaisir ». À vrai dire, les deux notions sont les deux faces de la même notion ».
L’ignorant est conditionné par la notion « Je fais cela », qu’il fasse quelque chose ou qu’il ne fasse rien. Bref, ne pas attendre les fruits de quelque chose, car FRUITS = CALCUL, CULTURE DU CHIFFRE OU RÉSULTAT, CULTURE DU SEL-SALAIRE et irrémédiablement dualité sujet-objet. « Il [le Libéré vivant] laisse les actions se produire dans sa vie sans s’y attacher et, quels que soient les résultats de ces actions, il ne les juge pas différentes de son propre Soi. Ce n’est pas l’attitude d’un homme plongé dans les états mentaux [et donc du calcul].
Quelle que soit l’activité du mental, cela est action : d’où le mental seul est celui qui accomplit les actions, pas le corps. Le mental seul est cette apparence du monde. Cette apparence du monde a pris naissance au sein du mental, et elle demeure en lui. Quand les objets et le mental qui en fait l’expérience sont parvenus à l’état de repos, seule demeure la Conscience.
”Les sages déclarent que le mental de l’éveillé n’est ni en état de félicité ni dépourvu de félicité, ni en mouvement ni statique, ni réel ni irréel, mais entre ces deux propositions” (YV IV, 38).

Le conditionnement mental déterminant la nature de l’action de l’expérience, puisque ce conditionnement est absent chez le Réalisé, icelui vit en permanence la Félicité ; ses actions sont des non-actions. Le Réalisé vivant ne se nourrit même pas de l’opinion de « libération » ou de son contraire la servitude. Il voit le Soi ou Instant et ne voit rien d’autre.

À suivre…    

[Voyage en cette dimension en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982). Hymnes composés par Vasishtha dédiés à Agni (Igné-Inné…]


POPULICIDE PAR LE REGIME RÉPUBLICAIN TOTALITAIRE ET JUDÉO-MAÇONNIQUE MENTALISÉE.
La France républicaine est le seul pays au monde qui a voté des lois d’extermination de ses populations, pas pour ce qu’elles avaient fait, mais pour ce qu’elles étaient ! Si le régime républicaine de 1789 n’est pas raciste, alors, qu’est ce qu’il est, et par là même continue d’être et de sévir en 2018 ? Ces lois françaises d’anéantissement de populations sont toujours en action, ou latentes (non abrogées).

Diviser, diviser, diviser… Régime républicain = empêcher la Réalisation du Soi, qui était, pour ainsi dire, le propre du Pays de Vendée et de bien d’autres Pays de France, mais la Vendée est le nombril génocidaire du régime républicain, le modèle de 1917 en URSS et des khmers rouges plus tard, en passant par les massacres des Arméniens en 1915.
LE RÉGIME RÉPUBLICAIN RESTE LE PROTOTYPE DE POPULICIDE DE MASSES, et en seulement il y a 225 ans (2018-1793).
LA RÉPUBLIQUE DES EGO ET DES TOUS CONNECTÉS JUDÉO-MAÇONNISÉS À POUR-VOIR (les copains-coquins).
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-05-2018 01:19

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >