Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Content est devenu Comptant et même USURE
Content est devenu Comptant et même USURE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-07-2018 22:34

Pages vues : 1103    

Favoris : 175

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
1dollar_content.jpg
 
 
Content est devenu Comptant et même USURE
surtout par le temps qui coule.
Nous sommes même devenus des USAGÉS
dans le fameux « droit » (de l’évolutionnisme en
géométrie de la ligne droit(e) comme la justice)
et l’USAGE-USURE-USER-USINE de la raison
des perruques poudrées et déifié par eux.
Monde de l’Emploi-Employeur ou USURE (par le temps
et la conso-consumer ou l’AVOIR).

Les US-A (sous City de Londres) foutent leur
USURE-USAGE et âge du Faire/Fer partout !
US-A = IN GOD WE TRUST (5) !
Voilà leur CONTENT moyennant paiement !
ILS SONT COMBLÉS ET LE FONT SAVOIR
PARTOUT À COUPS DE BOMBES ET DE GUERRES.


NOTRE MONDE DE GROSSES COMMISSIONS.
 
 
CONTENT, ÊTRE CONTENT : enchanté, ravi, satisfait, heureux. Bref, être  PLEIN DE VIDE (mais pas des coffres ou de la Bourse ou du Marché).
 
« ”La richesse est source de malheurs sans fin, la prospérité est adversité perpétuelle, la pratique des plaisir une maladie chronique. L’intellect perverti se méprend sur ces choses” (Yoga Vasistha VI 2, 47). Dans ce monde, seul le CONTENTEMENT est le meilleur des médicaments et le plus grand des bonheurs. Le cœur content est prête pour l’éveil. Détourne-toi des choses de ce monde, puis recours au satsanga [compagnie, fréquentation des maîtres et des sages], approfondis la vérité des textes sacrés et cultive l’indifférence au plaisir, et tu parviendras à la Vérité suprême », dit Vasistha au Prince Râma.
Hélas, le CONTENT depuis la City de Londres s’est transformé en COMPTANT (Calculer ses opinions et son argent pour payer comptant).

« Quand l’étude des textes sacrés entraîne l’indifférence envers la quête des plaisirs, l’homme n’aspire plus à la richesse et n’y voit même que de la bouse séchée. Il n’est pas attaché à la solitude, aux jardins, aux endroits sacrés ou à sa propre demeure, aux bons moments et aux ébats avec des amis ou aux discussions autour des textes sacrés, et il ne consacre guère de temps à aucune de ces activités.
Il repose dans l’état suprême : CELA QUI EST ».

CELA QUI EST : EST Point cardinal et pays de la naissance, ou renaissance, du Soleil et de Vénus. Il est associé à toutes les manifestations du renouveau. Est : couleur Rouge du « Passé », de l’Adam, du sang nouveau : symbolisme végétal du Rouge/Vert : la couleur verte sa cache dans le Cuivre rouge. Il y a du ROUGE dans le VERT des arbres. Le Vert de la Chlorophylle est un peu le Sang des Arbres.
VERT OPAQUE : il s’appuie sur le ROUGE.
ROUGE TRANSPARENT : il soutient le VERT.
Le Rouge est transparent sinon, on ne verrait pas le vert !

CELA QUI EST : ce qui n’est pas est A-VOIR : l’avoir du A privatif est toujours une PRIVATION DE VOIR, au sens de CONNAÎTRE, de VAINCRE L’IGNORANCE. Donc l’avoir est l’ignorance même. L’argent est l’ignorance même et fausse existence comme l’usure du temps et de la finance internationale dont l’argent est devenue une profession comme une autre : faire ou fabriquer de l’argent n’ayant plus aucun rapport avec la réalité des besoins physiques comme se loger, se vêtir, se nourrir, se déplacer.
« Celui qui a connaissance de la Vérité [le Soi] ne fait pas l’expérience de ‘je’ et du « monde », du temps et de l’espace, de la connaissance ou du vide [donc de l’HOTC], bien qu’ils puissent continuer à être ».

IDÉE REÇUE
Tout le monde naît et meurt. Si vous faites comme tout le monde, effectivement vous allez mourir un jour ! Alors, êtes-vous un mental et un corps ? Ou non ? Suivez-vous les idées reçue, notamment comme celle de « l’État de droit » censé reposer sur ce mental ou corps dénommé par certains « raison » ? (1) Et du même coup tomber dans la dualité, et son contraire la non-dualité ; parce que ne jamais oublier les contraires !…
Ainsi, ne pas tomber dans l’idée reçue du « je suis le corps », et s’attendre à mourir un jour ! « L’être établi dans la connaissance de soi [Centrum Centri] n’est nullement ébranlé par les pires calamités [la pire étant cette idée reçue de naître et mourir], même si la Terre se désintégrait et disparaissait sans laisser de traces, ou si un déluge engloutissait tout », dit Vasistha.

Ainsi Content est devenu Comptant et même USURE, surtout par le temps qui coule : « Les corps limité ont une fin, mais ce qui possède et emploie le corps est infini, illimitable, éternel, indescriptible. Ainsi donc, ô Bhârata, lutte.
Celui qui regarde ceci [l’âme] comme ce qui tue, et celui qui pense que ceci est tué, ni l’un ni l’autre ne perçoivent la vérité. Ceci ne tue pas, ni n’est tué », dit la Bhagavad-Gîtâ aux Versets 18-19, chapitre II (1).

ÉTERNEL = EST, Celui qui EST (Je suis ce JE SUIS), l’Éveillé au Soi intérieur, donc au Suprême dont le « Nom » est OM (avec accent sur le M). « Il est l’Être omniprésent. L’univers est, pour ainsi dire, son corps [tout est fractal].
”Le Soi est très content des différentes formes d’adoration que l’homme adoptait avant. Il lui envoie le pur messager du nom de viveka (2). Au moyen de la compagnie des saints, de l’étude de la Vérité contenue dans les textes sacrés et de l’éveil, il rapproche le jiva [âme individuelle] du pur état primordial de l’Unité [Eau primordiale]” (YV VI 2, 48).

Comme le dit Ramana Maharshi écrit en note 2 : « L’apparence du monde ne voit le jour que lorsque l’infinie Conscience se voit elle-même en tant qu’objets. Mieux vaudrait qu’il n’en soit pas ainsi, mais une fois que ça s’est produit, la conscience est extériorisée et matérialisée. L’appréhension de la matière est le mental, et le mental se lie au corps. Mais toutes ces choses ne sont que des opinions et des descriptions verbales, ces distinctions sont opinions et imaginaires. Le Soi qui est Conscience ne devient jamais un objet ni ne se matérialise », explique Vasistha.

CONSCIENCE : le monde loka (ce qui est perçu par les cinq sens). Loka = lokyate iti lokah (ce qui est perçu est le monde). « Ce qui est donc vu est le loka du monde. Quel est l’œil qui le voit ? C’est l’ego [le ‘je’ irréel] qui apparaît et disparaît périodiquement [notamment dans le sommeil profond]. Mais vous existez toujours. Par conséquent CELA qui se trouve au-delà de l’ego est la Conscience - le Soi.
Dans le sommeil profond, le mental est immergé mais il n’est pas détruit. Ce qui est immergé tôt ou tard émergera », explique Ramana Maharshi à l’entretien 76.

Le corps-matière prend naissance à partir du corps mental subtil du fait de l’HOTC ou persistance de la pensée. Si bien que la matière est irréelle.
 
 
CONSCIENCE FRACTALE et « EXTRATERRESTRES ».

Les Êtres appartiennent au catégories suivantes : état de veille au sein du rêve, état de veille notionnelle, état de veille pur, état de veille long, état de veille grossier, état de rêve sein de la veille, état de veille décroissant.

« Ô Râma, dans un certain cycle du monde antérieur (3), dans un certain coin de la création [ou manifestation], certains êtres - bien vivants - sont demeurés en état de profond sommeil. Les rêves qu’ils font sont ce qui apparaît sous la forme de cet univers. Ils sont dans ce qui s’appelle l’état de veille au sein du rêve. Nous sommes tous leurs objets de rêve. Du fait que leur rêve est très long, il nous apparaît comme un état de réalité et de veille. Et, dans tout cela, les rêveurs continuent à être des jivas. ”Parce que l’omniprésent est Conscience omniscience, tout existe partout. Par conséquent nous existons en tant qu’objets rêvés des rêves de ces rêveurs initiaux [fractal…]” (YV VI 2, 50).
Dans ce monde de rêve, si l’on rejette l’illusion, on est libéré ; ou, en accord avec l’idée qu’on se fait soi-même, on se considère comme un autre corps. L’expérience de l’apparence du monde résulte d’une telle opinion. Dans un certain cycle du monde antérieur, à une endroit donné, des êtres vivaient à l’état de veille en nourrissant différentes opinions qui ont générés des créatures diverses [pensons surtout au transhumanisme, aux « extraterrestres »…]. Icelles sont dans l’état de veille notionnelle [d’opinion]. À cause de la persistance des opinions qui les ont générés [par technologie par exemple], ils sont solidement établis dedans [le monde de la manifestation]. Même quand cesse ces opinions, ils continuent à exister du fait de leurs propre opinions [ou concepts] passés », explique Vasistha. Ceci est très important et peu expliquer grandement le phénomène « extraterrestre », et le phénomène temporel comme « voyage dans le temps ».

L’état de veille pur est celui du Réalisé vivant, état originel quand il n’y avait pas encore de sommeil et de rêve. « Eux-mêmes, lorsqu’ils continuent à exister dans les incarnations qui s’ensuivent, sont dans l’état de veille long et continue. Quand ils se trouvent dans un état de conscience dense qui est inconscience, on dit qu’ils sont dans un état de veille grossier.
Après avoir écouté les exposés des textes sacrés, ceux qui jugent que l’état de veille est un rêve sont dans l’état de rêve de la veille. Une fois qu’ils se sont pleinement éveillés et qu’ils reposent dans l’état suprême, leur perception du monde dans l’état de veille se fait moins grossière. Ceux qui se trouvent dans un tel état de veille moins grossier accède au turiya ou quatrième état de conscience (4). Voilà les sept états dans lesquels existent les différents êtres. En fait, de même que les sept océans ne sont qu’une masse d’eau, ils ne sont tous qu’un unique océan de Conscience ».

Le Prince Râma s’inquiète de l’absence de cause chez les rêveurs « créateurs ».
« Ô Râma, sans cause il n’y a pas d’effet. Par conséquent le pur état de veille ne se produit pas plus que tout le reste et cette apparente création ne voit jamais le jour. Rien n’est créé et rien ne périt : toutes ces descriptions ont seulement pour objet d’accompagner l’enseignement [c’est moi qui souligne] ».

Râma se demande qui est celui qui crée les corps, le mental, etc., et qui ainsi fout la merde partout.
”Ô Râma, nul ne crée ces corps à aucun moment [pas la connerie du Big bang…] et nul n’induit jamais personne en erreur” (YV VI 2, 51). Dépourvue de commencement, la Conscience est éternelle, et Elle seule existe sous la forme de tous ces êtres différents [les ”Je suis ce JE SUIS”]. Rien n’est extérieur à cette Conscience [puisque fractal], bien qu’Elle donne l’impression d’être dehors d’Elle-même [d’où l’invention de Dieu, le vieil homme à la barbe blanche…]. Cette apparence, également, prend naissance en Elle-même [fractal], comme un germe issu d’une graine. Cet univers existe au sein de la Conscience tout comme une sculpture existe à l’intérieur d’un bloc de marbre. Cette Conscience qui est partout, dedans comme dehors, se déploie en tant qu’apparence du monde du fait du temps et de l’espace, comme se répand le parfum d’une fleur. « Cela » même est « l’autre monde ». Mettons un terme au conditionnement mental qui crée l’autre monde. Une fois qu’on a renoncé à l’opinion d’autre monde, d’où des opinions pareilles peuvent-elles bien surgir ? », dit Vasistha.

Vasistha dit que seule la Conscience apparaît sous les traits de cet univers grossier. « Quand on en a connaissance dans la Réalisation [du Soi], cesse la croyance dans l’existence de la matière [les crédit-crédo-croyance et leur business]. Et du même coup, cesse le désir de posséder cette matière [et d’en faire du business]. On demeure alors dans sa propre Paix intérieure [dans son Jardin ou Tapis Volant…]. Quand on réalise que le Soi n’est ni le monde ni le vide, tout demeure comme il est véritablement [dans l’Instant, Sans Pourquoi]. Le sage de la Réalisation du Soi a traversé ce samsara [apparence du monde, cycle des naissances et des morts] et est arrivé au terme de tout karma [sans dualité cause-effet] », explique Vasistha.




À suivre…

[En références à : Padamalai, enseignements de Ramana Maharshi recueillis par Muruganar (1890-1973). Et en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982)]


Notes.
1. Selon le psychiatre et juriste Pierre Legendre, dans son livre : Le crime du caporal Lortie, il écrit, page 47 : « Qu’est-ce que le principe de raison dans uns société ?
Je dirai : c’est la construction culturelle d’une image fondatrice [donc une convention, un contrat], grâce à laquelle toute société définit son propre mode de rationalité, c’est-à-dire son attitude devant la question humaine de la causalité. Cette construction produit un certain type d’institutions, une politique de la causalité, dont procède ce montage de l’interdit que nous appelons en Occident l’État et le Droit. Selon cette perspective, le système institutionnel, porté par l’image fondatrice, a pour fonction de transmettre la Raison, d’inscrire la reproduction humaine dans le rapport de causalité, de perpétuer l'interdit (au sens anthropologique de ce terme) à travers les générations. Ainsi une société n’est-elle pas un bétail d’individus comptabilisables, mais dans le principe une composition historique de sujets différenciés [donc une HOTC : Histoire-Opinions-Temps qui coule]. De la sorte, nous naissons tous présumés raisonnables ».
Pour P. Legendre, une société est celle qui MET EN SCÈNE la « Loi des lois » ou Raison (depuis 1789 les « Droits de l’Homme »). « La face généalogique de la causalité, c’est le principe de paternité [filiation, cause-effet] qui institue la Raison des fils ». Et en note de bas de page Legendre précise : « Fils ici, toujours au sens transmis par la tradition juridique antique [celle de l’Empire Romain], notifiant le concept de filiation aux deux sexes ».
En résumé, Pierre Legendre en reste à la fameuse « couverture sociale », à la surface des choses, COMME FREUD. ALORS L’ÉTAT DE DROIT TEL QU’IL LE DÉFINIT ÇA NE VAUT PAS UN CLOU !
L’ÉTAT DE DROIT SELON LA DÉFINITION DE LEGENDRE NE S’OCCUPE QUE DE CE QU’IL Y A EN DESSOUS DE LA CEINTURE, LE VENTRE, IL NE S’OCCUPE DONC QUE DE LA LAÏCITÉ EN UNE RELIGION INVERSÉE COMME EN URSS ! MAIS SE MÊLE MAINTENANT DE L’OPINION DE TOUS… COMME ALLER À CONFESSE… (aller au travail, à la banque ou en vacances… bref, aller à la République… Maintenant ce n’est plus aller à la République mais aux Banques et à leurs financiers…).
Sur Pierre Legendre, voir aussi la page du Figarovox sur l’État.

2. Viveka : discrimination (pointer, FLÉAU ou faire le bi-lanx, le poids ou tas-lanx, talent). « La discrimination initiale doit persister jusqu’au bout. Son fruit est la Libération », dit Ramana Maharshi à l’entretien 192. Discrimination ou réalisation que la non-Conscience n’est pas séparé de la Conscience. C’est-à-dire qu’il n’existe pas de non-Soi. « Le non-Soi se trouve aussi dans le Soi. C’est le Soi qui parle du non-Soi, parce qu’il s’est oublié lui-même. S’étant oublié, il conçoit les objets comme étant le non-Soi, lequel n’est en fait rien d’autre que lui-même [toujours la fractal] », dit Ramana Maharshi à l’entretien 310.

3. « Respiration d’Univers » : il enfle ou se dissous (dissolution cosmique) puis naît ou respire à nouveau. Inspire-expire ou Involution-Évolution au niveau Trinitaire…

4. Le Turyatita est l’état dans lequel l’être individuel se fond dans le Suprême…. Le Soi est sous-jacent à toutes les expériences. Il est leur témoin ainsi que leur support. La Réalité est donc différente des trois états, veille, rêve, sommeil profond. (En référence à Ramana Maharshi, entretien 617).
Dans l’entretien 353 le Maharshi explique : « Le turiya n’est pas un quatrième état [sauf si on résonne en évolutionnisme…] ; il est sous-jacent aux trois états. Mais les gens ne comprennent pas cela facilement. Voilà pourquoi on dit que le turiya est le quatrième état et la seule Réalité. En fait, le turiya n’est séparé de rien, car il forme le substrat de tout ce qui existe. Il est la Seule Vérité ; et Il est votre Être même. Les trois états apparaissent sur Lui en tant que phénomènes éphémères et s’y fondent ensuite. C’est pourquoi ils sont irréels.
Turiya : pure non-dualité, aucun sentiment de l’ego, aucun sentiment de la dualité réel-irréel.

5. IN GOD WE TRUST : Jacques Attali dans son gros livre : Les Juifs, le monde et l’argent, écrit page 693, en une syntaxe laissant entendre que Dieu est une entité extérieure (comme le Dieu football et comptes en banques), parce que tout étant fractal et ainsi TOUT EST DANS TOUT : « Mais, différence radicale avec Dieu, qui est éternel, l’argent est précaire, volatil, réversible. Il est l’autre face de Dieu ».
Donc le IN GOD WE TRUST du billet de un dollar s’inscrit parfaitement et dans le protestantisme et dans ce monde du CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE… Il n’y a pas de surprise, si vous ne voulez pas crevez, NE L’UTILISEZ PAS, N’Y CROYEZ PAS, comme ça les CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE OU IGNORANCE ET TOUT CELA S’ÉCROULERA ! Cela paraît encore impossible, mais ça finira par s’écrouler faute d’ignorants à plumer !
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-07-2018 00:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >