Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow JARDIN = résolution du dilemme Moi-Col./Moi-Indiv.
JARDIN = résolution du dilemme Moi-Col./Moi-Indiv. Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-05-2020 01:32

Pages vues : 433    

Favoris : 79

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Déconfinement, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Histoire, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
jardin_ptah_aqua_fb.png
 
 
JARDIN = résolution du dilemme Moi-Col./Moi-Indiv.
Parce que DANS UN JARDIN ON SE PROMÈNE, comme du
temps des NOMADES : Eaux Primordiales qui
CIRCULENT PARTOUT.

LE TEMPS ORIGINEL DES HORTICULTEURS.
LE TEMPS DES TAPIS VOLANTS (temps des Nomades (1))

- SÉDENTAIRE = PREMIER CONFINEMENT,
PREMIER SOCIAL-SOCIALISME, VIRTUALISATION.
- NOMADE = JARDIN, PARADIS, AIR.
 
 
anipucsac1.gifVoir aussi la page : Tapis-Jardin-Voyage-Vaisseau

JARDIN : étymologie de COUR (le Soi), de l’ancien français gart (jardin, verger), du francique gard, garder (veiller, prendre), garden regarder, soigner, et par prolongement : garde mangier, garde huche (officier de bouche), garde-robe (alcôve, chambre à coucher, chaise percée), garde bien (guet, garde [de nos jours : policier]) ; à y ajouter : gardon et gardoner : récompense, mérite ; garene (endroit où on garde le gibier, le poisson et endroit où il est interdit de chasser ou de pécher).

JARDIN [GART] - [OR] – [ORT] – [HORT-iculture]  JARDIN, VERGER : l’équilibre par ses 4 côtés, et c’est aussi le Jardin/Terre.
Lieu en partie clos où l’on apprivoise les plantes. COMME LA FORÊT : lieu de sérénité et de recherche. Sorte de petit PARADIS :
Le Jardin intérieur a besoin d’Eau, Le point d’O-rigine.
Le Jardin Russe avec une allée de sable.
Le Jardin japonais à la fois détaillé et vu d’ensemble.
Le Jardin de Curé avec son potager.
Le Jardin du Moyen Âge : potager, fruité, simples, fleurs.
Le Jardin Ouvrier : potager et passe temps.
Le Jardin du Cheminot : avec ses roses.
Ne pas jardiner pendant les noeuds lunaires et pendant l’apogée et le périgée.

Jardin = COUR, FONTAINE, SOURCE ET BASSIN, ENDROIT DES POMMES (Jardin des Hespérides).
JARDIN = LIEU ENTOURÉ D’UN ENCLOS : ambio- en gaulois; mot déduit du nom propre Ambiorix, issu de ambi- susbtantivé à l’aide de la voyelle thémtique -o- : alentour (réf. Dic. Français-Gaulois, de J.-P. Savignac). L’Enclos rejoint la COUR, VASE, VALLÉE : Enclos : le Pays du Rien du Tout, image globale du monde. L’Enclos symbolise le Soi dont chacun est le maître absolu puisque reflet du Soi ou sa Manifestation ; l’enclos, le Vase ou la Vallée ne s’ouvre qu’aux ÊTRES accordés sur iceux. Quant aux Vase et Vallée, ils contiennent, comme la caverne contient un trésor : le Vase contient l’Eau Primordiale prenant TOUTES les formes possibles à l’in-fini, et le Vase ouvert vers le haut, comme la Vallée indique qu’ils sont en réception des influences célestes. La Vallée ou Val profond est la Stargate dont Yin-hi est le gardien et par où Lao-tseu rejoint le Soi ou TAO. Vallée ou Rideau…. Apocalypse…

La civilisation urbaine et qui urbanise la planète à coups de tôle-boulons-béton-acier-verre-goudron engendre des pollutions et des maladies, à y ajouter l’aliénation du confort-sécuritaire et de l’utilitarisme aliénant, et c’est la fragilité de l’espèce humaine dont les défenses naturelles ont désormais besoin de fric pour s’acheter les médecines chimique extérieures de Big Pharma. Qui dit urbain dit principalement matérialisme, utilitarisme, de là va découler inévitablement le social, avec structures de rapports familiaux régies par une série de règles religieuses, économiques et juridiques (pouvoir spirituel, pouvoir économique, pouvoir politique).
Par sa technologie l’humain à ce hui est comme sur un TAPIS VOLANT : il peut se déplacer partout, et maintenant par l’inform-atique il peut se déplacer VIRTUELLEMENT dans le monde entier et même dans le système solaire. Il « travaille » déjà virtuellement par son tététravail comme il a sa tétévision et son tétéphone portable, et sa tétémédecine…. TOUT EST FAIT POUR QUE LE SÉDENTAIRE DE L’ÉRE DU NÉOLITHIQUE ET DE LA VOIE DE L’AGRICULTURE DEVIENNE UNE CARICATURE DE « NOMADE », VIRTUELLEMENT ! LES JUIFS-GOOGLE SONT, EN APPARENCE ACTUELLE, DEVENUS LES WINNERS… LA TECHNIQUE N’EST PAS UNE FATALITÉ, DÉCOULANT DU MENTAL, ELLE EST DONC IDENTIQUE AU MENTAL DEVENU LE SEUL CRIMINEL SUR CETTE PLANÈTE.
« Les Upanishad et les Écritures affirment que les êtres humains ne sont que des animaux tant qu’ils ne sont pas réalisés. Peut-être même sont-il pires », dit le Maharshi à l’entretien 79 du 29 septembre 1935 ; les humains sont pires que des animaux parce qu’ils ont un mental qui détruit tout ce qu’il conçoit. POURQUOI ? PARCE QUE LE MENTAL LIMITE TOUT ET QU’IL EST PAR ESSENCE LIMITÉ ; L’EGO EST LIMITÉ par ce qui le définit par rapport à un « toi », donc par rapport au social, et que ce « moi » ou ‘je’ est limité par ce qui le différencie de ce « toi ». Il en est ainsi de chaque individu se prenant pour un corps, qui ne peut être un in-fini, un TOUT, un ‘Je’.

- SÉDENTAIRE = PREMIER CONFINEMENT, URBAIN, SOCIAL, DÉVELOPPEMENT DES MALADIES (promiscuité avec des animaux d’élevage, développement des rats suite au développement de l’Agriculture et de son stockage des grains), DÉPART DU PREMIER VIRTUEL PAR LE COMMERCE ET SES BOUTIQUES (les premiers Faire/Fer). Depuis deux siècles dans le monde il y a de moins en moins de PAÏENS-PAYSANS, lesquels se transformèrent en ouvriers tout au long de la révolution industrielle de l’après 1789, puis après la guerre de 1914-18/1945, l’électricité et son « intelligence artificielle » remplace maintenant peu à peu l’ouvrier, autre forme de sédentarité qui va engendrer de nouvelles maladies, physiques et mentales.
À partir de la sédentarité du Néolithique les villages commencent à se fortifier avec des murs d’enceinte, ÉTABLISSEMENT DE LA TRINITÉ ARMÉE-POLICE-JUSTICE ET DE L’ÉCRITURE POUR MÉMORISER LES LOIS.
À partir du Néolithique nous entrions dramatiquement dans la dualité sujet-objet et le dilemme du Moi-Collectif/Moi-Individuel SOURCE PRINCIPALE POLITIQUE DE GUERRES SANGLANTES, ET NOUS Y SOMMES ENCORE CONFINÉS À CE HUI AVEC LA LOI « ANTI-HAINE » DESTINÉE À ROBOTISER TOUJOURS PLUS L’ÊTRE HUMAIN…
Avec le Néolithique apparait la hiérarchie pyramidale : les chefs en haut (sacralisés) et les dominés en bas (dans la boue).
Avec le Néolithique apparait le même écart actuel entre un chef de contrée et un Païen-Paysan qu’avec un patron d’une industrie du CAC40 et l’un de ses plus bas salariés (près de 1% des plus riches possèdent la totalité de la planète, alors on peut se demander ce que signifie le dogme judéo-maçonnique spéculatif du Grand Orient de France inscrit sur toutes les façades des institutions du régime capitaliste et républicain avec son : « liberté-égalité-fraternité »).
Dès que les Chasseurs-Cueilleurs pratiquèrent le STOCKAGE de grandes quantités de nourriture, « lesquelles allaient devenir la propriété de certaines familles qui possèdent aussi les biens de prestige, la richesse, et généralement les lieux privilégiés où les ressources sont les plus abondantes. Ils présentent d’importantes inégalités socio-économiques, ce qui génère des rivalités d’ordre économique » (page 198 : Chasseurs-Cueilleurs, sous la direction de Sophie A. de Beaune, CNRS éditions).
TECHNOLOGIE = SOCIAL (voir le winnerisme des « réseaux sociaux » et de leur « tout connecté » singeant l’Église de Rome et son social bi-millénaires).
- NOMADE = JARDIN, PARADIS, AIR, ABSENCE D’ESPACE-TEMPS, EAU PRIMORDIALE. Temps sans violence collective ou guerre « moderne » issue du Néolithique.
NOMADE = ABSENCE DU SENS DE LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE DU SOL par le déplacement rapide du groupe, ce qui fait que le concept de « maison » (de cabane, de hutte ou tente) ne sera qu’un « meuble » engendrant un début de CONFORT (on peut d’ailleurs transporter sa maison, sa tente, sur un cheval).
NOMADE = PROMENEUR : ET DU CIEL, ET DU PAYSAGE, DU PAÏS, qui marche sur les vents comme le Tapis marche sur les vents au-dessus des vagues, sans que ses pas ou le Tapis touche les eaux. Khechara (celui qui se promène va au ciel), ainsi que l’explique le 6è Adhyâya de ce roi des traités mystiques, le corps du Yogi [Réalisé] devient comme formé du vent, comme « un nuage d’où ses membres auraient poussés ». Après quoi, le Yogi aperçoit les choses qui sont au-delà des mers et des étoiles ; il entend le langage des Devas et le comprend, et perçoit ce qui se passe dans le ”mental” de la fourmi ». (En référence à une note de La Voix du Silence, fragments choisis du « Livre des préceptes d’Or » pour l’usage journalier des Disciples, traduits et annotés par H.P. Blavatsky)
TAPIS VOLANT : « MONTE L’OISEAU DE VIE, SI TU VEUX SAVOIR (d’après la Nâda-Bindu Upanishad [Rig Veda], un Yogi qui médite sur le AUM n’est pas affecté par les influences karmiques ni par les milliards de péchés.
RÉALISER LE SOI = VOYAGER OU SE PROMENER TRANQUILLEMENT SUR LE TAPIS VOLANT : doux sera le repos sur les dessins du Tapis en ce qui n’est pas né et ce qui ne meurt pas ; Tapis volant comparable à l’AUM à travers l’éternité (2) : le A du Dessus, le U du dessus, le M de l’arrière du sens où se dirige le Tapis.

SE CULTIVER (sens de réaliser le Soi, et non dans le sens actuel utilitariste de « soyez vous-même » ou de son « développement personnel » à la mode mercantile utilitaire du coaching sous dogme républicain).
RÉALISER LE SOI = « Trouver la réalité sous-jacente à ces trois états [veille, rêve, sommeil profond], il n’y a plus que ÊTRE, il n’y a plus « toi », ni « moi », ni « lui » ; plus de présent, ni de passé, ni de futur. Cet état est au-delà du temps et de l’espace, au-delà de toute expression », dit le Maharshi à l’entretien 17 du 24-1-1935.



Notes.
1. TAPIS = ANTI-SÉDENTARITÉ : le chameau représente la fortune des nomades dont l’image est un gage de bonheur et de prospérité pour le fabricant et propriétaire du TAPIS. En Perse comme en Chine : la colombe symbole de Paix, l’Arbre de Vie symbole d’éternité, comme l’œillet est symbole du bonheur. Le tapis symbolise avant tout l’idée de JARDIN INSÉPARABLE DE L’IDÉE DE PAIX ET DE PARADIS : LE RIDEAU OU APOCALYPSE, LA PERTE OU PUTRÉFACTION, LE FLÉAU. LE JARDIN EST LE G DE GROUND (terre), LA CLÉ DE SOL EN MUSIQUE. Le Tapis n’est pas égoïste : il est un JARDIN EN SOI, ses caractéristiques formelles et universelles qu’expriment les TAPIS ne sont pas individuelles mais JOIE PERMANENTE DES JARDINS EN RÉSEAUX OU EN VRAIE TÉLÉPATHIE (d’où le concept de TAPIS VOLANT : ABOLITION DE LA DUALITÉ ET DE L’ESPACE-TEMPS : SUR LE TAPIS-JARDIN LE PRINTEMPS EST ÉTERNEL). Bref, le TAPIS résume en lui le PAYS DU RIEN DU TOUT en un PARADIS ABSOLU, LA DIMENSION ABSOLUE.

2. Éternité signifie ici 100 ans ou « âge de Brahma » : période d’un Mahâ Kalpa de 311.040.000.000.000 années.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 16-05-2020 02:01

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >