Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Dimension absolue sans espace-temps
Dimension absolue sans espace-temps Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-05-2020 23:58

Pages vues : 363    

Favoris : 61

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Déconfinement, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Histoire, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
realgar350.jpg
 
 
Dimension absolue sans espace-temps
afin de rompre l’utilitarisme de l’utilisateur
de ce monde de la production-extinction et
de ce monde marchand-marchandise qui fonctionne
comme une machine à rentabiliser un petit
nombre grâce à un grand nombre, comme le rêvait
un John D. Rockefeller qui voulait une nation
d’utilisateurs, de faiseurs, selon le
principe capitaliste du FAIRE/FER qui
demande des « travailleurs » (dociles)(1).
 
Dimension absolue inverse de la
dimension dépendante d’une civilisation,
laquelle a toujours amené le développement
du côté mental ou corporel aux dépens des
aspects spirituels de la Dimension absolue.
CIVILISATION = S’EMPARER DE.



Ce monde est construit sur la tyrannie de l’opinion, du genre dualité du binaire informatique oui, non, même si le non est analysé alors qu’il n’y a rien à affirmer, pas même une négation ; parce qu’affirmer une négation est encore de la dualité binaire du oui, non.
Avec le NETI NETI (ni ceci ni cela, méthode d’élimination exhaustive de l’illusion), on est encore dans l’affirmation du rejet.
Par contre, comme l’indique Ramana Maharshi à l’entretien 366 du 20-2-1937 : « Mais vous ne pouvez le faire [le neti neti] qu’en vous attachant fermement [être COUR] à ce qui ne peut être rejeté [sinon on retombe dans l’opinion]. Et cela est iti seul [Iti veut dire « ainsi » (désignation ici du Soi)] ». C’est-à-dire que le Soi NE LIMITE PAS, comme d’affirmer une chose ou de fixer, de prendre position, c’est-à-dire POSSÉDER.
Si l’on use de l’expression « n’est pas X », le champ reste ouvert à tous les possibles (no limit), il n’y a pas de censure, pas de possession, ou du moins atténuée ; et la formule entière revient à dire que les choses ne sont que des DÉSIGNATIONS (des signaux), de simples allégations nominales, donc dépourvues d’être en et par soi, ce qui revient à la voie du Fléau ou voie médiane.

DÉSIGNATIONS, SIGNAUX, MARQUES = tromperies. « Tout ce qui est dépourvu de marque ne recèle aucune tromperie. Ce n’est donc pas à ces marques que l’on reconnaîtra le Tathâgata [de gate : allé, ou « porte » en anglais, désigne l’Éveillé ou Réalisé, selon la formule de l’Éveil : Gate, gate pâragate pârasamgate bodhi svâha (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi)], car dans ce qu’on appelle « marques » on ne trouvera rien de tel que des marques » (Soûtra du Diamant, V) à la fois affirmation et non affirmation laissant une ouverture.

TOUTE POSSESSION OU FIXATION LIMITE OU MILITE !!!
Comme celui qui croit être entré dans le courant de l’Éveil du allé, allé, pense avoir atteint le fruit de l’entrée dans le courant, alors qu’il ne fait qu’adhérer à la CROYANCE AU MOI : CULTE DE L’EGO ET DES RÉSEAUX SOCIAUX, IL CROIT, IL POSSÈDE PAR SA CROYANCE COMME ON POSSÈDE UN CHIEN OU UN AUTOMOBILE OU UNE OPINION, OU COMME ON CROIT À L’EXTÉRIEUR ET À SES ÊTRES ANIMÉS, COMME ON CROIT À LA VIE ET À L’INDIVIDU (surtout actuellement le consommateur ou utilisateur….)

CROYANCE = FIXATION : COMME ADORER DIEU OU UN DIEU IL FAUT FABRIQUER DES CONCEPTS, ET N’IMPORTE QUELLE CONTEMPLATION SUPPOSE UN DIEU AVEC UNE PROPRIÉTÉ, UN CARACTÈRE (comme le Yahvé des Hébreux-Juifs est possesseur, fixateur et politisé).
« En état de veille vous vous identifiez avec une forme. Voyez quel est votre état réel. Par l’investigation [le Retournement de la Lumière], on comprend qu’icelui est sans forme. Et si vous reconnaissez que votre Soi est aussi sans forme, ne devriez-vous pas concéder le même degré de connaissance à Dieu et comprendre qu’Il est, Lui aussi, sans forme ? » (Ramana Maharshi, entretien 385 du 6-4-1937).

Les noms-les formes sont vacuité, et la vacuité elle-même, ce sont les nom-les-formes : la vacuité = les noms-les-formes, et les noms-le-formes ne sont que la vacuité. La vacuité est ce que les noms-les-formes sont, et les noms-les-formes sont ce qu’est la vacuité. De même les sensations, les représentations, les formations et les consciences.
Toutes choses ont pour attribut essentiel la vacuité : elles ne sont ni produites ni détruites, ni impures ni pures, ni déficientes ni parfaites [le rêve industriel du « zéro défaut »].
En conséquence, dans la vacuité il n’y a pas de noms-les-formes, pas de sensations, pas de représentations, pas de formations ni de consciences ; il n’y a aucun yeux, aucunes oreilles, aucun nez, de langue, de corps ou de mental ; il n’y pas de sons, aucun odeur, aucune saveur, aucun objets mentaux ; il n’y a pas d’ignorance ni de fin de l’ignorance, il n’y a pas de fin des temps ou de « remise à plus tard » genre « projet », et ainsi de suite jusqu’à : il n’y a pas de vieillissement et de mort ni de fin du vieillissement et de la mort ; il n’y a pas de souffrance, d’origine, de cessation ni de voie ; il n’y a pas de sagesse, pas de fruit ni d’absence de fruit. (Le Soleil se trouve toujours à la même « place », il n’y a pas de coucher ni de lever : ce qu’on appelle le lever et le coucher, N’EST QUE LE FAIT DE VOIR OU DE NE PAS VOIR LE SOLEIL COMME LE TEMPS QUI COULE N’EXISTE QUE S’IL Y A UNE PERSONNE POUR L’OBSERVER !).

Si bien que n’ayant pas de fruit à atteindre, le Réalisé vivant se repose sur la Connaissance transcendante et son mental ignore tous les obscurcissements. Libre d’obscurcissements, il reste impassible et, bien au-delà des distorsions de la conscience conceptualisante et du temps, il finit par atteindre le nirvana. (Le nirvana n’est pas que la perte de l’ego, un « non-Soi » : « Lorsque l’ego disparaît, un autre ‘Je’’-‘Je’ [aussi décrit par Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 34] se manifeste spontanément dans toute sa gloire… », le Maharshi citant l’œuvre de Thâyumânavar à l’entretien 122 du 1-1- 1936. Il cite encore la Skandar-anubûthi : « Ni réel ni irréel ; ni obscur ni lumineux, C’EST ». Ce qui est naturel puisqu’il n’y a plus de dualité].
En conséquence, il fait connaître la grande formule inégalée qui apaise toutes les souffrances, en vérité et sans mensonges : Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâha. (En référence au Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante).
Thâyumânavar mentionne le mauna [silence] dans de nombreux passages de son œuvre mais ne le définit que dans un seul vers : « Le mauna est l’état qui se manifeste spontanément après l’annihilation de l’ego [et donc de l’opinion qui va nécessairement avec]. Cet état est au-delà de la lumière et de l’obscurité, mais est encore appelé lumière parce que aucun autre mot approprié n’a pu être trouvé [sous peine de possession genre ”copyright”] ».

Si vous fixez (ou vous vous fixez à un endroit, du mental), vous possédez et vous vous faite posséder ; ce qu’on possède vous possède, on en devient dépendant comme à une drogue : vous avez PEUR (du Fléau : PEUR DE LA PERTE (peur de mourir notamment), car vous êtes tellement conditionné que vous êtes forcé de PRENDRE ou POSSÉDER UNE POSITION, DONC DE VOUS FIXER DANS UNE OPINION PRISE POUR UNE VÉRITÉ (une croyance à quelque chose comme l'ego). OR LE FLÉAU EST IDENTIQUE À L’ÉTAT NATUREL DE FÉLICITÉ ; LE FLÉAU ÉTANT LA PERTE, LA NON POSSESSION, L’APOCALYPSE (ou révélation).
Ce qu’on possède vous possède, on en devient dépendant ou soumis, comme le fait de voter à une élection vous dépendez du « isme » ou du truc inhérent à cette élection, vous dépendez d’un but à atteindre : le résultat.

NON POSSESSION : VIDE, L’ÉQUILIBRE OU LE FLÉAU N’EST PAS NÉCESSAIRE (conséquence directe : la politique est inutile ! On n’a plus la nécessité d’organiser une communauté puisque tous SONT, l’aspect qualitatif devient inutile, aucune élection n’est nécessaire, aucune trinité armée-police-justice n’est nécessaire).

SOCIAL = COMMERCER = POSSESSION, FIXATION, COAGULATION, CONFORT, DEMEURER, PLAIR, CONVENIR, CONVENTION, OPINION, CHAIR(E), SIÈGE, JET-SET, OFFET, POSER, PLACER, PRÉSIDER ET PRÉSIDENT, DÉPÔT, SÉDIMENT, FÈCES, ALLER, MARCHAND-MARCHANDISE (qui vont et viennent comme le phallus pendant le coït).

RAPPEL : les religions abrahamistes et donc monothéistes SONT POSSESSION, PIRE, ELLES SONT ALIÉNANTES, DANGEREUSES, INTOLÉRANTES CAR POSSESSION : l’islam parle de « mécréants », les Hébreux-Juifs parlent de « Goyim ».
POSSESSION = IMAGE et nous sommes pire qu’au 13è siècle dans un monde d’images virtuels du Dieu technotronique devenant un « vaccin pour tout » style le Saint Graal du bonheur ; le catholicisme ce sont les images (pieuses) on dit d’ailleurs d’un enfant : « sage comme une image ».
La croyance est partout, la laïcité même en est la principale nom-la-forme.
Toute foi cherche un uniforme, un confort en une autorité, ce qui engendre la croyance qui cherchera à contourner cette autorité.
Surtout dans les religions abrahamistes, se réclamer de Dieu n’a jamais empêchés, ni ses paroissiens, ni ceux qui sont en dehors, de tuer leurs prochains !
L’être humain étant lui-même l’Univers, il contient nécessairement LES TROIS RÈGNES : minéral, végétal, animal, donc « l’homme ne descend pas du singe »…. C’est plutôt l’axiome antique traditionnel suivant : « Une Pierre devient une Plante ; une Plante devient un Insecte ; à la fois un Insecte et une Plante deviennent un Humain ; un Humain devient le Soi : il devient le C’EST.

DIMENSION ABSOLUE = RYTHME CYCLIQUE INVARIABLE COMME LE TIC-TAC D’UNE HORLOGE COMTOISE, attendu que la Nature ou le Soi n’a pas de but à atteindre puisqu’Il n’a pas de possession et concerne les trois Règnes, y compris le plus chétif ver de terre : ni l’humain ni le ver de terre n’a cherché à naître, aussi tous deux sont-ils soumis AU MÊME RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE : tous deux sont partis du même CENTRUM CENTRI et tous deux par Retournement de la Lumière doivent s’y fondre à nouveau pour la fin du tac du tic-tac (ou l’inverse…).

« Le maître chan Wuye, de la préfecture de Fen [non loin du Fleuve Jaune], rendu visite à Mazu. Mazu, voyant son allure majestueuse et entendant le son de sa voix pareil au timbre d’une cloche, dit : « Quelle magnifique salle de Buddha ! Mais à l’intérieur il n’y a pas de Buddha ». Wuye se prosterna et dit : « En gros, j’ai épuisé le sens de la littérature des trois véhicules (2). J’ai souvent entendu dire que, d’après l’école chan, le Cœur c’est le Buddha, mais vraiment je ne le comprends pas ». Mazu répondit : « Le Cœur qui n’a pas compris, c’est précisément cela et rien d’autre ». Wuye demanda à nouveau : « Quel est le sceau du Cœur [le gate de l’Éveil] transmis secrètement par le patriarche venu de l’Ouest ? » Mazu dit : « Votre révérence est en train de faire du tapage ! Qu’elle s’en aille et revienne une autre fois ! » Au moment où Wuye allait sortir, Mazu l’interpella : « Votre révérence ! » Wuye retourna la tête, et Mazu dit : « Qu’est-ce que c’est ? » À cet Instant, Wuye comprit et fut éveillé. Il se prosterna. Mazu dit alors : « Quel gaillard obtus, pourquoi salue-t-il ? »
(Les entretiens de Mazu, introduction, traduction et notes par Catherine Despeux. Mazu Daoyi (709-788) est un des plus grands maîtres chan (Zen) de la dynastie des Tang (618-907)). Rejoint Howard Philipps Lovecraft dans Démons et merveilles, et son : « ESPÈCE DE CRÉTIN, WARREN EST MORT ! » (Page 29 de l’édition 10/18 de 1995). Howard Philipps Lovecraft, un ami comme Mazu, lesquels font comprendre qu’il n’y a rien à rechercher, rien à com-prendre, ni au dehors, ni au dedans, mais seulement à percevoir l’utilisation merveilleuse du Zéro indien, le Soi, le Gate, gate pâragate pârasamgate bodhi svâha (qui correspond au sens de « la Voie » ou TAO identique à la permanence-impermanence de l’Instant, parce qu’insaisissable et non-identifiable). Mais quand la vacuité est troublé, alors les entités de H.P. Lovecraft peuvent effectivement surgir… comme des virus….

« Celui qui passe la Gate gate…
peut parcourir le monde.
Il le fait sans danger car
partout il trouve Paix,
équilibre et calme ».



Notes.
1. « Dans notre rêve, nous avons des ressources illimitées et les gens se soumettent avec une parfaite docilité à notre main moulante [des fabricants d'âmes]. Les conventions éducatives actuelles s'effacent de leur esprit ; et, sans être gênés par la tradition, nous travaillons notre propre bonne volonté sur un peuple rural reconnaissant et sensible Nous ne chercherons pas à faire de ces personnes ou de leurs enfants des philosophes ou des hommes de science. Nous ne devons pas susciter parmi eux des auteurs, des éditeurs, des poètes ou des hommes de lettres. Nous ne rechercherons pas embryon de grands artistes, peintres, musiciens ni avocats, médecins, prédicateurs, politiciens, hommes d'État, dont nous avons une abondante réserve… La tâche que nous nous assignons est très simple et très belle, pour former ces gens comme nous le trouvons à une vie parfaitement idéale là où ils sont… Nous allons donc organiser nos enfants en une petite communauté et leur apprendre à faire de manière parfaite les choses que leurs pères et mères font de manière imparfaite, à la maison, dans les magasins et sur la ferme » - General Education Board, Occasional Papers, n° 1 "L'école de pays de demain" (General Education Board, New York, 1913) p.6.
Source : Wikipedia : General Education Board.
Non, non, non, surtout pas de poètes ou d’artistes chez les gueux !!! Voilà comment Rockefeller nous donne la recette pour FABRIQUER UNE CLASSE DE POPULATION, CELLE DES ESCLAVES, CELLE DES SALARIÉS.

2. Trois véhicules : celui des auditeurs [grand disciple, premier disciple, adepte du Petit Véhicule] ; celui des Bouddha par soi [pratiquant du Petit Véhicule qui atteint la Libération de son ego en méditant sur le cycle de la production interdépendante de toutes les réalités] ; et celui des bodhisattva [ceux qui ont atteint l’Éveil parfait].
 
 

Dernière mise à jour : 08-05-2020 00:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >