Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow PAGANISME (Paysan) - PAÏEN - PAYSAGE - CAMPAGNE
PAGANISME (Paysan) - PAÏEN - PAYSAGE - CAMPAGNE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-09-2023 06:15

Pages vues : 714    

Favoris : 58

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Celtes, Conformité, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Guillotine, Homéopathie, Horticulture, Humain, Judéo-maçonnerie, Libération, Limite, Marxengelsisme, Or, Païens, Paysage, Paysans, Penser, Racine du mal, Réel, République, Religion, Robot, Saisie, Simplicité, Tiahuanaco, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke

 
paysage_horizon.jpg
 
 
PAGANISME (Paysan) - PAÏEN - PAYSAGE - CAMPAGNE
C’est la religion avant celle de l’ère Chrétienne,
la religion des temps Lithiques.
C’est aussi celui qui habite la Campagne.

Pangans-Paysans-Campagne-Matriarcat
contre Rome-Urbain-Citoyen-Patriarcat.


Page dédiée à Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, Victime d’holocauste à l’Amour miséricordieux du Bon Dieu.
 
 
Le mysticisme chrétien ne peut qu’avoir sa source dans le mysticisme païen (c’est toujours sous les églises de l’Église de Rome et de son pape qu’il faut chercher les vestiges des religions précédentes). Nombres de traditions venues de pratiques païennes ne peuvent qu’être passées dans la religion chrétienne (pour réf. à Baronius, cité par A.J. Festugière dans L’enfant d’Agrigente).

PAYSAN (MOUJIK en Russe) [PAISANT] : homme du [PAIS] de PAGUS (Canton ou contrée) pays, terre, ferme, région.
PAGI : fidèles d’un culte antique comme le Zoroastrianisme résidant dans les districts ruraux.
PAGANS : ce sont les provinciaux de ces districts, comme les cités libres, sans État, des Gaulois.
Paganisme devrait bien signifier : ANCIENS CULTES DE DIVERS GROUPES DE POPULATION.
PAYS : VUE – ÂGE : temps/durée.
[PAISTRE] : manger, des produits de la Terre.
C’est la vue du temps qui coule de la période de vie du Promeneur (sur cette planète) !
C’est là où il y a des plaines, des steppes, des montagnes, des forêts, des rivières.
Le terrain : formé de terre, étendue d’un lieu.
FORÊTS [SILVE] – BOIS :
- A) FORÊT/REFUGE
- B) FORÊT/GRENIER/GRAINS
- C) FORÊT/OPACITÉ/SAUVAGE
A) Pour prier, chercher, s’échapper.
B) Pour se nourrir, pour les matériaux. (Actuellement l’on pille les forêts).
C) Densité des forêts à l’époque du Moyen Âge.
- La forêt des brigands.
- La forêt enseignements, l’on peut apprendre beaucoup de choses en s’y promenant. On peut aussi ramasser des choses, c’est la forêt de l’initiation.
- La forêt des rencontres bonnes ou mauvaises. Lieu de l’aventure et des bêtes sauvages.

Qu’est-ce que l’on fait dans un paysage, sur la planète : on se promène ; se laisser mener par le FIL D’ARIANE, LE FIL ROUGE.
FIL ROUGE : Dans la marine Anglaise, pour contrôler l’usure d’un cordage et son appartenance, il était tissé dans icelui un fil rouge, permettant ainsi de visualiser la CONTINUITÉ DU CORDAGE. (Pour ne pas se perdre, pour éviter d’aller au fil de l’eau, d’aller à vau-l’eau).
Le fil de l’eau/fil rouge/fil d’Ariane du mythe de THÉSÉE, qui retrouve, reconstitue son chemin dans le labyrinthe, grâce à une pelote de fil que lui avait donné ARIANE fille du Roi MINOS ; ainsi au départ, essayer de trouver la bonne direction, et commencer par le commencement, ou la fin, au sens évidemment du Retournement de la Lumière.

Voir du pays. Voyage pour voir de beaux paysages.
Une DÉCOUVERTE :
A) Un trou au travers d’arbres, permettant de voir une belle vue.
B) La découverte du décor de cinéma, c’est le paysage extérieur derrière la fenêtre, paysage peint sur une grande toile.
Dans votre être, votre paysage, VOTRE UNIVERS, vous avez Tout ; c’est à vous de cultiver la “plante” que vous voudrez dans le grand Paysage du Monde.
Le paysage de pensées de l’AIR du moment :
Telle année, je me souviens avoir ciré mes chaussures dans le fond du hall d’entrée de l’appartement de la directrice de l’école normale d’institutrices d’Auxerre ; il y avait une lumière tamisée par des vitres poussiéreuses et une odeur de cuisine située à côté, mêlée à l’odeur du cirage...
PAYSAGE : comment trouver un ou des “ACCORDS” entre tous les éléments cités dans ce voyage sur Terre ? Noeud : Kaléidoscope. Peut-être faut-il le demander à CHNOUPHIS !
 
puce4.png

« Parmi les termes de mépris qui accablent les anciens peuples, en voici un dont l'incompréhension semble générale. Il est donc utile de remonter à son origine pour en faire comprendre la signification.
Les nations réunies formaient de vastes confédérations, des petites républiques. Ces confédérations se subdivisaient en peuplades ou tribus, et celles-ci en clans ou parentés, c'est-à-dire en familles. Le territoire du clan était désigné par les Romains sous le nom de pagus, ses habitants étaient donc des pagani.
Pour humilier les partisans de l'ancien régime féministe (1) et pour les diminuer socialement, de ce mot on fit paysan (le lexique latin dit : paganus, habitant des villes et des villages, opposé à soldat (2)).
Plutarque nous dit qu'il y avait trois cents pagi (tribus maternelles) dans toute la Gaule. D'autres nous disent qu'il y en avait cinq cents (1 ?).
Les clans avaient pour origine la parenté utérine, ce qui veut dire que la parenté n'existait que dans la lignée maternelle [le scribe de la page souligne, ce n’est pas dans l’original].
Ce sont les pagani qui furent appelés les gentils, et longtemps le mot gentilhomme désigna ceux qui étaient restés fidèles à l'ancienne doctrine matriarcale.
Le mot pays est dérivé de l'ancien mot pagus ; c'est ce qui va nous expliquer pourquoi on appelle Ethnique ce qui appartient au paganisme et Ethnarque celui qui commandait une province.
On dira aussi Éthologie pour désigner un discours ou un traité sur « les mœurs et les manières », c'est-à-dire telle que la Déesse la donnait, et le mot Ethopée signifiera « peinture des mœurs et des passions humaines ». Mais toutes ces sciences morales ont été abandonnées par les hommes, et aujourd'hui l'Ethnographie n'est plus qu'une sèche étude des races.

Une curieuse polémique a été soutenue entre l'abbé Roca et Mme Blavatsky dans le Lotus de 1888, au sujet du mot païen [Lotus, plutôt à l’époque : Lucifer - A Theosophical Magazine, edited by H.P. Blavatsky and Mabel Collins. Ici tous les liens vers l’ensemble de la revue Lucifer].

Dans une discussion d'un grand intérêt sur le Christianisme ésotérique, Mme Blavatsky eut l'occasion de parler de la doctrine théogonique ou théosophique, antérieure au Catholicisme, et qui fut renversée par l'Eglise après avoir été avilie, dépréciée et méprisée (4), comme le sont toujours par les masculinistes les institutions féministes, et elle donne à cette doctrine son vrai nom, « Paganisme », se disant elle-même païenne.
L'abbé Roca, que ce mot offusque, dit : « Un seul mot me gêne plus à lui seul que tous les précédents ; Mme Blavatsky s'est donnée, elle et les Mahâtmâs, comme païens. Il y a là une équivoque. J'ai idée que rien au monde n'est moins païen que les conceptions des « Frères » et de leurs adeptes ».
Mme Blavatsky répond :
« Les Frères et les adeptes n'étant ni chrétiens, ni juifs, ni musulmans, sont nécessairement comme moi des païens, des gentils, pour tous les Chrétiens, comme ces derniers, surtout les Catholiques romains, sont des idolâtres pur-sang pour les « Frères ».
Est-ce assez clair ? Le Christianisme de M. l'abbé Roca ayant dit (Matthieu 10,5) : « N'allez pas vers les gentils, et n'entrez dans aucune ville des Samaritains » (qui sont les féministes), je m'étonne de tromper un abbé chrétien faisant si peu de cas de l'ordre de son maître ».

Roca répond :
« Vous rendez-vous bien compte du sens que revêt le mot de païen dans l'intellect européen et d'après tous les lexiques ? Les païens, en latin pagani, de pagus, bourgade ou village, étaient les pago-dediti, les confinés au bourg, les campagnards, les ignorants idolâtres qui prenaient les signes sacrés, les symboles religieux, pour des réalités divines. Comment croire que Mme Blavatsky et les Mahâtmâs sont de ces gens-là ? »

Réponse de Mme Blavatsky : « Les pagani ou paysans pouvaient être des ignares aux yeux de plus ignorants qu'eux, de ceux qui avaient accepté, pour argent comptant, l'âne de Balaam, la baleine de Jonas et le serpent se promenant sur sa queue, ils n'en étaient pas plus ignorants pour cela. Une fois que les livres les plus sérieux parlent de Platon, d'Homère, de Pythagore, de Virgile, etc., etc., sous le nom de philosophes et poètes « païens », les adeptes se trouvent en bonne compagnie. Je suis païenne pour les Chrétiens et j'en suis fière, J'aime mieux être païenne avec Homère et Pythagore que chrétienne avec les Papes ».

Alors Roca dit à Mme Blavatsky qu'elle lui a ouvert les yeux sur le paganisme, mais, croyant toujours qu'il y a dans ce mot une offense, il ajoute : « Le mot est grave, mais c'est elle qui l'a prononcé la première, et qui me force à le répéter ».
Elle répond : « Je ne m'en dédis nullement. N'étant ni chrétienne, ni juive, ni musulmane, je dois être nécessairement païenne, si l'étymologie scientifique du mot vaut quelque chose » ; et, insistant sur l'ignorance de Roca, elle ajoute : « On dirait qu'il cherche à faire croire aux lecteurs que ce n'était qu'un lapsus ; mais pas du tout ; quelle est l'origine du mot païen ? Paganus voulait dire, dans les premiers siècles, un habitant des villages, un paysan si l'on veut, c'est-à-dire celui qui, vivant trop éloigné des centres du nouveau prosélytisme (masculin), était resté, fort heureusement pour lui, dans la croyance de ses pères. Tout ce qui n'est pas perverti à la théologie sacerdotale est païen, idolâtre, et vient du diable selon l'Eglise latine ».

Donc, la Théogonie des païens, c'est la religion naturelle, la religion scientifique des féministes.
D'après Tacite, on appelle Centum Pagi (les Cent familles) les Suèves qui pratiquent le culte de Herta (surnommée Diane) (3).
C'est un peuple voyageur, appelé Ases (d'où Cent). Ce sont eux qui ont propagé dans le monde entier la Religion scientifique des Païens qui était la base de la grande civilisation celtique.
Les provinces gauloises, depuis l'organisation du pays par Auguste, se subdivisèrent en cités (civitas), au nombre de 120, dont le territoire était presque partout le même que celui des anciennes peuplades gauloises, et les cités se subdivisèrent en pagi (pays ou cantons). Le Catholicisme établit des évêques dans la plupart des cités ; les diocèses épiscopaux avant 1789 représentaient les métropoles ou chefs-lieux de province de l'ancienne matrie. Pagi minores par opposition à pagi majores qui, là où il en existait, représentaient en général le territoire même des cités ».

Source extrait de : Livres de Femmes - Livres de Vérités. (Les notes 1 à 4 sont ajoutées en complément par le scribe de cette page sur les Païens).

puce4.png

Le Pour-Voir français et sa Laïcité et son matérialisme en ”pouvoir d’achat” a institué dans la mode de sa ”liberté d’expression” le DROIT AU BLASPHÈME, mais, pour blasphémer : IL FAIT CROIRE ! Ainsi, la laïcité n’existe pas, puisque le ”droit au blasphème” fait la partie de la tyrannie de l’opinion : la croyance du spatio-temporel….

MYSTIQUES PHILOSOPHES, PAÏENS OU CHRÉTIENS, PAREILLEMENT : LA LUMIÈRE DU Soi ”voit” le Centrum Centri en se ”voyant” (sens du Retournement de la Lumière, le BLANC de l’Instant).
Comme chez les Païens, le christianisme primitif ne faisait pas de laïcité en divisant entre vie temporelle (ou active) et vie contemplative. L’essentiel était d’imiter le Christ. « En revanche, la distinction entre les deux genres de vie, la primauté de la vie contemplative, la nécessité de la mener dans la solitude, tels étaient les dogmes fondamentaux de la sagesse philosophique des Païens, en particulier du platonisme [celui postérieur à Platon, sinon, de Platon lui-même : voir Contemplation, 3è partie]. La raison en est claire. Si l’on identifie perfection et contemplation, et si la contemplation ne s’obtient qu’après un long effort de concentration et d’ascèse, non seulement morale, mais intellectuelle, le sage doit évidemment s’abstraire de la vie sociale, et se retirer du monde », une claire évidence décrite par A.J. Festugière, dans : L’enfant d’Agrigente, p.173.
Non, non, la vie contemplative ce n’est pas de l’hédonisme à la Aldous Huxley (Le meilleur des mondes et sa drogue du ”bonheur”).
Le mondialisme ne pouvait en aucun cas se développer chez les Païens, même si iceux n’avaient pas encore de smartphone et de tout connecté informatique les reliant matériellement dans l’Instant d’un bout à l’autre de la planète !…..
Le SALAIRE est complètement ANTI-CONTEMPLATION, il exige le FAIRE/FER ou PRODUCTIVISME MÉCANIQUE ; IL EXIGE LA ROBOTISATION DE L’HUMAIN, TEL QUE LE VEUT NÉCESSAIREMENT LE NOUVEL ORDRE MONDIAL.


Nouvel Ordre Mondial déjà en latence chez l’impératrice Galla Placidia, fille de Théodose le Grand : comme son père, elle contribua à l’éradication des cultes des Païens : les temples païens furent rasés et transformés en cimetières. Cette ordonnance barbare fut exécutée dans tout l’Empire romain avec une implacable rigueur, et tout le mobilier des temples païens qui n’avait pas de valeur vénale fut transporté aux gémonies (à Rome, lieu où l’on exposait les cadavres des condamnés après leur strangulation, ou avant de les jeter dans le Tibre) ; les statues furent brisées et les cendres des sépultures païennes violées pour faire place à des chrétiens, un VANDALISME de plus, EFFET DU POUR-VOIR DE L’EGO et de la loi de succion vulgaire !!! Et cette impératrice romaine a encore son mausolée intact de nos jours…. mais il ne reste rien des mausolées païens qu’elle a fait détruire…. Mausolée de l’impératrice évidemment « patrimoine de l’UNESCO » mondialiste….. Quelle pitié !!!

La Réalisation du Soi existait nécessairement aussi bien chez les Païens que chez les Chrétiens primitifs : l’humain devient « Un fils de Dieu, le Tout est dans Tout ou PAN, le TAO », composé de toutes les énergies sans limite qui sont entrées en lui (PAN). Ce ne peut qu’être, au sens de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, « victime de Dieu », par l’envahissement réel de l’humain par Dieu, ou par le Soi :
« Afin de vivre dans un acte de parfait Amour, je m’offre comme victime d’holocauste à votre Amour miséricordieux, vous suppliant de me consumer sans cesse, laissant déborder en mon âme, les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en vous, et qu’ainsi je devienne martyre de votre Amour, ô mon Dieu !...
« Que ce martyr, après m’avoir préparée à paraître devant Vous, me fasse enfin mourir, et que mon âme s’élance sans retard dans l’éternel embrassement de Votre miséricordieux Amour.
« Je veux, ô mon Bien-aimé, à chaque battement de mon cœur, vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu’à ce que, les ombres s’étant évanouies, je puisse vous redire mon Amour dans un face à face éternel !... »


En France : « SOYEZ PARFAIT COMME MON PÈRE MACRON EST PARFAIT », NOTRE « PÈRE À TOUS », PUISQUE « PRÉSIDENT » DE NOSTRE RÉPUBLIQUE….

Notes.
1. L’Ancienne spiritualité ou spiritualité originelle était MATRIARCALE : le CULTE À LA MÈRE DIVINE. Suite à l’arrivée de l’abrahamisme, le judaïsme, le christianisme de l’Église de Rome puis l’islamisme, ONT TENTÉS DE DÉTRUIRE le culte de la Mère Divine, surtout en qualifiant ses représentations de « prostitutions » et d’« idoles ». Ainsi la victoire d’un Dieu sur le Serpent Ouroboros se traduit dans l’organisation sociale étatique par le PASSAGE DU MATRIARCAT AU PATRIARCAT (si visible en peinture sur le plafond de la chapelle sixtine à Rome en un vieux bien en chair avec tous ses chevaux et poils de barbe).

2. Le « soldat », celui qui touche une solde ou un « salaire », ne peut qu’être engendré dans la fabrication de l’État suite au début du Néolithique avec l’invention de la voie de l’Agriculture qui ne pouvait que donner naissance au grosses cités, à l’État, et à la trinité armée-police-justice pour protéger « les biens » produits par l’Agriculture et la domestication des animaux tels : moutons, vaches, volailles, cheval, etc.

3. Aucun État au Paléolithique, aucun État chez les Amérindiens, chez les Celtes ou chez les Anciens Germains (Alains, Burgondes et Suèves) ; l’État est une structure d’unification du scindé, du désunifié, quand est né le Néolithique introduisant le valeur d’échange de marchandises issues de cette voie de l’Agriculture, ce qui a fait passer l’humain de l’espèce de la QUALITÉ au royaume de la QUANTITÉ, DU CHIFFRE, DU PRODUCTIVISME ; c’est pour ça qu’il fallait un État pour réunifier le diviser, le scindé, donc centraliser. L’État et ainsi une structure qui vient ORGANISER le scindé, le divisé. De plus, l’État n’est pas né parce qu’il y avait plus de naissances à un moment donné !

La vraie morale ressemble à cette Loi, plutôt mode de vie attribuée aux Alains, Burgondes et Suèves : « Mes droits sont à mon libre arbitre », et illustrée par cette phrase attribuée à Jeanne d’Arc : « Filer et coudre, toutes les femmes peuvent le faire, mais ce que j’ai fait, moi seule pouvait le faire ». Jeanne en un sens a réalisée le Soi.
La devise des Alains ou Loi ou Morale naturelle se retrouve dans ce récit de Jagadish Chandra Bose, qui écrivait à la fin de sa vie : « Aucune nounou n’aurait été plus douce que le chef de bande de hors-la-loi qui s’occupait de lui. Bien qu’il n’eût que railleries pour les contraintes judiciaires de la société, il respectait profondément la loi MORALE NATURELLE ». (Référence sur Bose : La vie secrète des plantes, de P. Tompkins et C. Bird)
Complément à propos de Bose : « Son père qui ne voulait pas que son fils fréquente une école anglaise où on lui aurait inculqué les traditions occidentales l’envoya simplement à l’école du village, ou pahtasala. A l’âge de quatre ans, il s’y rendait juché sur les épaules d’un brigand repenti, un « dacoït », qui après un long séjour en prison n’avait trouvé de travail qu’auprès du père de l’enfant. C’est ainsi que l’écolier fut nourri de récits de batailles et d’aventures sauvages et périlleuses, mais la bonté naturelle de cet homme qui avait trouvé l’amitié après avoir été rejeté comme criminel par la société ne manqua pas aussi de le marquer ».
Voir aussi Jean Valjean qui est dans la même famille ou le même Thème.
MORALITÉ : espèce de farce ou d’action théâtrale, dit le Glossaire de Du Cange, appuyant ainsi la superficialité de la morale terrestre judéo-maçonnique, donc uniquement de l’opinion sociale. Moralité de la « couverture sociale », le superficiel, le productivisme des objets.

L’être humain actuel étant tellement superficiel, artificiel, qu’il est NOYÉ dans le Saint Chaos ou l’Infini, et qu’actuellement IL N’EST PAS CONSTITUÉ POUR FAIRE DE LONGS VOYAGES OU DE LONGS RETOURNEMENTS DE LA LUMIÈRE. Les « sciences » de l’humain présent n’ont jusqu’ici pas encore fait trop de mal, même si la thermodynamique y compris son nucléaire sont une infection radiante ; le jour où la Réalisation du Soi sera importante sur la planète, CE SERA LA PANique : impossible d’utiliser la prothèse, la béquille nommée ”paix” par tous les politistes de l’État ; leur “paix” ou leur sécurité nécessaire à leur COMMERCE. Parce que l’opinion impératrice de l’humain actuel prétend toujours de baser sur ce qu’elle appelle : la logique. Mais ce ”isme”, si apparemment correct qu’il soit, part toujours de prémices qui sont nécessairement par définition incontrôlables, saisi pour le seul appétit de penchants sentimentaux très obscurs. Ces prémisses prennent valeur de dogmes, qu’on en soit conscient ou pas. Et ce dogmatisme sera d’autant intraitables qu’il est plus inconscient, PARCE QUE TOUT DANGER DE N’Y PLUS CROIRE CRÉE LA PANique DEVANT LE VIDE, DEVANT LA PERTE DE LA LOI DE SUCCION, LA PERTE DE LA MISE EN VALEUR DU TEMPS.
Le Réalisé n’a pas à craindre la PANique, parce qu’il ne croit pas le dogme, il le ”sait” ; et c’est pourquoi il n’est pas dogmatique (pour réf. à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 26 du 25-11-1973).


4. GUERRE DES HÉBREUX-JUIFS CONTRE LES PAÏENS : ce que ces Hébreux-Juifs appellent « prostitution » ou « idoles » contre lesquelles ils n’arrêtent pas de fulminer, représente une des formes les plus répandues de la spiritualité originelle : PAN, LE TOUT, LE TAO : Tout dans le EST de chaque nom-la-forme, du grain de poussière qui scintille un après-midi d’été, jusqu’à la montagne en passant par l’humain. Ce PAN a été dénoncé par les fidèles de Yahvé comme l’idolâtrie par excellence, et ceci depuis leur pénétration en Palestine. Les prophètes des Hébreux-Juifs ont réussi a évacuer la Nature de toute présence divine. Des hauts-lieux, des pierres, des sources et fontaines, des arbres, certaines récoltes, certaines fleurs, seront dénoncés comme « impurs », et de nos jours le même phénomène se reproduit avec l’ACCUSATION DE « COMPLOTISME », DONT LES PROPHÈTES ACTUELS NE PEUVENT QU’OFFICIER EN TANT QUE PAROISSIENS DU YAHVÉ ET PARCE QUE C’EST LE « PEUPLE ÉLU » PAR LEUR DIEU AU-DEHORS : Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt, et certainement pas par un Bulgare ou un Népalais immigré et intégré…. Bis repetita….
Pour ces paroissiens du Yahvé, la « région pure », donc sans complot, sera ÉVIDEMMENT LE DÉSERT, LÀ OÙ ISRAÊL EST FIDÈLE À SON DIEU (puisque c’est le ”peuple élu”), BIEN-SÛR POUR PLUS FACILEMENT FAIRE DU COMMERCE CARAVANIER (Abraham, Isaac, Jacob sont des pasteurs, avec la VALEUR du cheptel ou capital, et évidememnt la PAIX DU COMMERCE qui va avec !) Désert et tentative de réparation ou tiqounisme bien-sûr pour amener ”la paix”. Il faudra attendre le rabbinisme au médiéval pour que le judaïsme redécouvre le vert du moindre brin d’herbe.

La spiritualité originelle, telle celle des Anciens Égyptiens, voyaient le prolongement de la vie terrestre dans l’APRÈS-VIE (le Livre des Morts des Anciens Égyptiens le prouve assez), et ainsi que la notion de PAYS [au sens de la Vraie Demeure] pouvait survivre en dépit de la gravité des crises historiques et des dialectiques matérialistes, ou des catastrophes naturelles (inondations, épidémies, mouvements sismiques, météorites), et de telles catastrophes ne sont jamais définitives ni totales, car elle ne concernent que le spatio-temporel. Mais les prophètes des Hébreux-juifs annonçaient non seulement la ruine et la disparition de l’État, ils proclamaient aussi l’anéantissement totale de leur nation. […] Ces prophètes des Hébreux-juifs FAISAIENT EN FAIT DE LA PURE POLITIQUE EN TRANSFORMANT MENTALEMENT LEURS PAROISSIENS. Là encore : Bis repetita…. Dans le Salut, dans le Tiqoun ou réparation : le « MIEUX »… le Salut….. (En réf. à Mircea Eliade : Histoire des croyances et des idées religieuses, vol.1, chapitre La religion d’Israël).

La religion du judaïsme REPREND la bonne vieille MAGIE : LA DUALITÉ SUJET-OBJET : LE CONTRAT ENTRE LE MYSTÈRE ET SON DIEU : AVOIR DROIT DE… OBTENIR UN RÉSULTAT… ce qui ne pouvait qu’engendrer plus tard le SALAIRE, principe de la loi de succion vulgaire…. De nos jours LE CONTRAT EST ROMPU : L’HUMAIN VEUT S’ÉGALER À DIEU, MÊME DÉPASSER DIEU (surtout le transhumanisme des Juifs des Google…). À moins que PTAH ait tout prévu, l’OUVRIER CONNAISSAIT LA MATIÈRE DANS SON ABSOLU, ET DONC INCLUAIT CE DÉPASSEMENT (sans dépassement….).
Le monde et son ‘moi’ ne sont ni réel ni irréel mais de l’ordre de la CROYANCE : les humains sont POSSÉDÉS par la croyance qu’ils ont un ego ; tout se passe ”COMME SI”, ON FAIT SEMBLANT. Comme au cinéma, on comprend l’histoire-historique, ON Y CROIT : les séquences en cascade accordées entre elles font que TOUT SE TIENT : QUAND UNE MAGIE PARLE TOUTES LES MAGIES PARLENT, QUAND UNE SE TAIT TOUTES SE TAISENT… ON EST EN CONFIANCE-CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE-CRÉANCE : PAS DE LAÏCITÉ, QUE DU MONDIALISME.
QUAND UNE MAGIE PARLE TOUTES LES MAGIES PARLENT = LOI DE SUCCION : ON RESTE PRISONNIER DE CETTE MAGIE ET DE SES VARIANTES.


APARTÉ : Avec la prêtresse Ursula VL, VACCINEZ-VOUS CONTRE LE RÉCHAUFFISME POLITICO CLIMATÉRISTE, VOUS APPORTEREZ AINSI VOTRE LIBERTÉ, VOTRE ÉGALITÉ, VOTRE FRATERNITÉ AU NOUVEL ORDRE MONDIAL NOUVELLE ÉGLISE DU MONOTHÉISME RÉPUBLICAIN JUDÉO-MAÇONNISÉ, en un Dieu République qui ne peut nécessairement qu’être CRÉÉ DANS LA CROYANCE OU DANS LE CONVENTIONNEL DE L’OPINION : IDOLÂTRIE DU CONFORMISME QUI CROIT, ÉLIMINER L’INDIVIDUEL POUR ATTEINDRE LE DIVIN, LA FÉLICITÉ NATURELLE. Et en s’engageant sur la voie du Moi-Individuel, on s’arrachera  aussi bien au ‘moi’ empirique ou ego qu’aux croyances collectives fabriquées et par l’égrégore autonome officiant, pour RE-connaître le Soi.
RÉALISER LE Soi : Être, ce que Nous sommes en permanence, Ici et Maintenant, et que Nous avons TOUJOURS été, éternellement.
Comme l’exprime si clairement Ramana Maharshi le 19-11-1946 : « Tout le monde considère comme réel ce qui n’est pas réel [comme voir le Trou, comme un objet, et donc une possession-information]. Nous devons perdre cette habitude. Alors nous réalisons le Soi tel qu’Il est, autrement dit, nous serons le Soi. À ce stade, nous allons rires de nous-mêmes du fait d’avoir fournie tant d’efforts pour découvrir le Soi qui est une telle évidence [parabole de ce Trou qui n’est pas à voir ou à pour-voir] ».
Ce qu’exprime ci-dessus le Maharshi ou Sage, EST LE CONTRAIRE DE LA PRIÈRE COLLECTIVE DE LA JUDÉO-MAÇONNERIE ET FORCÉMENT DU NOUVEL ORDRE MONDIAL RÉPUBLICAIN ET DE SES NORMES COLLECTIVES MÉCANISANTS L’ÊTRE HUMAIN EN DES ÉVIDENCES TOUTES FAITES, QUI EMPÊCHERONT DE SE VIVRE COMME UNIQUE ET AVEC L’UNIQUE, QUI EMPECHERONT LA RÉALISATION DU Soi ou de la SCIENCE DU CŒUR. NOUVEL ORDRE MONDIAL = CELUI QUI VEUT « ACHEVER » (réaliser la ”fin des temps”).
Les normes en marche comme la mode du ”réchauffisme-vaccinal” de l’UE…..
 
 

Dernière mise à jour : 16-09-2023 07:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >