Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow QUI saisi quoi ?
QUI saisi quoi ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-10-2023 11:12

Pages vues : 617    

Favoris : 77

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke

 
comme_si.jpg
 
 
QUI saisi quoi ?
Si le mental lui-même n’existe pas,
Qu’est-ce qui est perçu ou saisi,
et par quoi ?
- Le mental ne se perçoit pas lui-même.
De même que la lame du couteau
Ne se coupe pas elle-même.
De même que la lampe qui s’éclaire
elle-même.
Les lampes n’ont pas à s’éclairer
Puisqu’on n’y trouve pas de ténèbres.
 
Pour les ”Lumières” des riches perruques
poudrées françaises du 18è siècle :
Si une conscience qui sait et affirme
Que la lampe s’éclaire ou éclaire,
Qu’est-ce qui affirme et sait
Que le mental ou la ”raison” est une
”lumière” ?
Dès lors que nul ne le perçoit,
Qu’il soit lumineux ou non,
Voilà une définition de l’opinion,
opinion aussi stérile que les charmes
de la fille d’une femme stérile.

- Si le mental ou conscience ne se
connaît pas elle-même,
Comment se rappellera-t-elle ce qu’elle
a connu ?
- La mémoire résulte de l’association-socialiste
Avec une autre expérience, comme l’infection
transmise par le rat.

- L’illusion n’est pas différente du mental
Il est aussi impensable qu’elle en soit
non différente.
- Si le mental est réel, comment l’illusion,
LA RAISON, n’en est-elle pas différente ?
Si elle n’est pas différente, le mental ne
peut pas être réel, ”l’État de droit” (2) en
Occident construit sur la raison ne peut pas
être réel.

De même que, bien qu’irréelle, l’illusion
Est visible, de même, irréel, le mental la voit.
- Le samsâra [cycle des naissances et des morts,
monde phénoménal des noms-les-formes] a pour
support quelque chose de réel.
Autrement, il serait comparable à l’espace.
Comment, prenant appuis sur une chose réelle,
Une chose irréelle pourrait-elle remplir
une fonction ?
Sans compagnon, votre mental ne serait que
solitude [Singularité, et paradoxe de la
Réalisation du Soi, car si la Conscience était
dépourvue d’objets, tous les noms-les-formes
seraient des Ainsi-Allé (1) :
Quel avantage ou utilitarisme y aurait-il
À imaginer que tout est conscience ?


NO-UTILITARISME, NO US-âge.
Avec la routine de la Vacuité,
La routine des choses disparaît $$$
et naturellement leur mercantilisme
ou LOI DE SUCCION.
Et naturellement la routine qu’il n’y
ait rien finit aussi par disparaître.

Quand il n’y a plus rien, tel un mental
qui ne pense pas à sa vacuité : il ne
peut pas énoncé qu’il n’y a plus rien,
Comment une irréalité dépourvue de support
Se trouverait-elle en face d’une raison
Qui fonctionne en dualité sujet-objet ?

Quand réel et irréel
Ne se présentent plus au mental,
Et en l’absence de toute autre possibilité,
C’est la Libération libre de tout support,
libre de toute béquille ou artifice,
C’EST L’AUTHENTIQUE INSAISISSABLE (3).

« Un jour mon prince viendra,
un jour il me baisera »,
« Un jour mon messie viendra,
un jour il m’apportera du nougat »,
« Un jour je m’éteindrai libéré de
la loi de succion par les 5 sens le
nirvana m’atteindra, je serai heureux »


[En référence à : Shântideva : Bodhicaryâvatâra - La Marche vers l’Éveil. ‘Marche’ parce que le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi). ON NE SAISI PAS ON MARCHE SANS LA DUALITÉ ICI-AILLEURS].
 
comme_si_ailleurs.jpg
 
 
Notes.
1. Ainsi-Allé définit ceux qui vivent DANS L’INSTANT : L’AINSITÉ, LE EST (Je suis ce JE SUIS), LE SANS-POURQUOI, L’ÉTAT NATUREL. Épithète des Bouddhas ou des Réalisés vivants.

2. ÉTAT DE DROIT (d’après le juriste et psychiatre Pierre Legendre) : fondé sur le principe de la « raison », donc sur la France des gens riches qui se voulaient « philosophes » : les « lumières opinions », et la France de Pasteur, selon la leçon du Prof. Macron.
Pierre Legendre, dans Le crime du caporal Lortie : « Je dirais, c’est une construction culturelle [?] d’une image fondatrice [inconscient collectif ?], grâce à laquelle toute société définit son propre mode de rationalité [c’est-à-dire que si deux individus sont d’une même opinion, ils fondent déjà une société, UNE CONVENTION] », « c’est-à-dire l’attitude de l’IMAGE, DE L’ILLUSION devant le questionnement humain sur la causalité ».
Pour Legendre cette construction du mental produit un « certain type d’institutions, une politique de la causalité [donc de la pure dualité guerrière ou d’opinion], dont procède ce montage de l’interdit [donc nécessairement de la LIMITATION PAR FRUSTRATION ET DE LA SOUMISSION] que nous appelons en Occident l’État et le Droit ».

« Selon cette perspective, le système institutionnel, porté par l’image fondatrice [causale genre Big Bang ou la Cause, la convention, LE CONTRAT, L’AGRÉGAT ou le faire comme tout le monde], a pour fonction de transmettre la Raison [la pensée si mortifère et paradoxalement utilitaire… sens d’outil…], d’inscrire la reproduction humaine dans ses rapports de causalité, de perpétuer l’interdit [l’inceste et le cannibalisme principalement], à travers les générations [donc en réseau…]. Ainsi une société n’est-elle pas un bétail d’individus comptabilisables [là, ERREUR MONUMENTAL de Legendre puisque nous sommes tous devenus des marchandises numérisables], mais dans le principe une composition historique [causisme et Histoire-Opinions-Temps] de sujets différenciés [non résolution du dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif]. De la sorte, nous naissons tous présumés raisonnables. Cette condition impose à la folie statut de décomposition, soit, en termes de tradition européenne, statut de maladie de l’esprit [seulement point de vue de Legendre et non certitude]. À proprement parler, l’esprit se défait (de-mentia) ».
Nous retrouvons là le même principe de construction de grumeaux selon les deux Anglais qui s’harmonisent pour former en premier, un match de football, et en second, avec un troisième Anglais, former pourquoi pas un Empire. PREUVE DE LA FRAGILITÉ EXTRÊME DE L’ESPÈCE HUMAINE. Ainsi, dans un système étatique, pas de différence entre une « démocratie » à l’occidentale et « État de droit » et le régime stalinien, hitlérien ou maoïste, ou de Mussolini, ce n’est QU’UNE QUESTION DE DEGRÉ…

Page 51 du livre de Legendre cité, il considère en note de bas de page UNIQUEMENT LE CORPS, LE SPATIO-TEMPOREL, L’EGO ou POSSESSION : « Dans cette perspective [celle du politisme lié à l’étatisme], il s’agit de notifier qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole [donc seulement du mental et des cinq sens], n’a le pouvoir de se soustraire à son statut dans l’espèce »…. Encore la croyance, croyance… Et « Circulez ya rien à voir », c’est le ravage du fixisme, le ravage du langage sonore tout simplement. Legendre ne jure que par la causalité : « la Loi des lois », donc ce qu’il appelle comme les perruques poudrées : « la raison », le mental killer. Il associe ce mental à un PATRIARCAT, une paternité qui « institue la Raison des fils [sens du droit romain] ». Par contre Pierre Legendre reconnaît parfaitement en page 53 que « les sociétés techno-scientifiques sont prisonnières d’un engrenage [l’évolutionnisme] : des accès aveugles de moralisation [et de sentimentalisme en isme] et de répression, entrecroisés dans le discours gestionnaire du sujet libre ».

3. Pas le : « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux » du ”Great Reset” des Schwab-Harari, ce comble de la possession énoncé il y a des siècle par Nagarjuna dans la Stance 16,9 :
« ”Un jour je m’éteindrai libre de toute possession,
le nirvana m’adviendra”.
Prendre les choses ainsi,
c’est le comble de la possession ».
C’est donc LA CROYANCE des candidats à la Libération
qu’icelle est construite sur la loi de succion à
cette croyance en une personnalité corporifiée,
”augmentée”, laquelle fait la partie de l’empirisme
à la John Locke : la dualité de l’expérience :
moi ou le Dedans (‘moi’, le sujet) et l’objet :
ce qui est à moi ou saisissable (l’objet, du désir).
Le monde inclusif nouvelle mouture républicaine
de la trinité judéo-maçonnique spéculum en ”liberté,
égalité, fraternité”
est un MESSIANISME JUDAÏQUE comme
le conte de Blanche Neige : ”Un jour mon prince
viendra, un jour il me baisera”.

INCLUSIVISME = LA SOCIÉTÉ FOURMILIÈRE INCLUANT
« TOUTES LES SENSIBILITÉS » ET DONC LES NORMALISANT.
Ça commence déjà par la singerie ”écriture inclusive”
comme une NOUVELLE ÉCRITURE LITURGIQUE ou SACRÉE
DU MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN.
L’inclusivisme est inhérent à l’Homo Religiosus et
à sa nostalgie d’un paradis perdu, dont l’éternalisme
transhumaniste.
Mais c’est seulement la PARTIE UNIVERSELLE QUI
L’ÉPROUVE, LA LUMIÈRE DE L’ESSENCE, IL N’Y A
DONC PAS COMME TENTE DE LE FAIRE CROIRE
L’INCLUSIVISME D’IMMORTALITÉ INDIVIDUELLE au sens
socialiste d’un consommateur aux côtés d’un autre
consommateur ou citoyen façon ”Vivre ensemble”.
La délivrance n’est donc pas individuel dans un
Moi-Individuel ni dans un Moi-Collectif dans
l’empirisme de l’inclusif ou de l’égalité ;
d'ailleurs l’inclusivisme peut également être un
nouveau vêtement pour le mot ”laïcité” : tout le
monde croit en ne croyant rien du tout alors qu’il
opinione à longueur de journée à l’état de veille !

Ceci peut renvoyer au « N’EST PAS X »(4) véritable
libération de la tyrannie de l’opinion dont fait
partie l’inclusivisme qui se voudrait ”neutre” en
ne rejetant personne…
Comme le « N’EST PAS X » n’inclut ni n’exclut,
n’est ni action ni inaction, il est naturellement
libératoire de la SAISIE PAR L’EGO ;
il pourrait s’appeler FLÉAU, ou CROIX, CRU (pas cuit,
non pasteurisé).
Un sage est sans idée ou opinion, dit un dicton oriental.

Mais à ce hui, N’EST PAS INSIGNIFIANT QUI VEUT,
surtout à nostre époque de complexité sans fond,
évolutionniste, et de winnerisme de l’après
1789 français où tout le monde est devenu le roi.
(Être Insignifiant ou insaisissable).

NON, l’inclusivisme n’est pas la mort de l’opinion,
mais son COMBLE ! Dans la tradition judaïque de mise
en valeur du temps socialiste ou républicain :
L’INDIVIDUALISME À SON COMBLE SOUS LE MASQUE DE LAÏCITÉ
OU INCLUSIVISME D’UNE OPINION À CÔTÉ D’UN AUTRE OPINION
comme si on additionnait des données pour en former
une grosse et que ce serait ça « la vérité »,
à COUP DE DONNÉES, soit la logique des
Schwab-Harari copiant cette judéo-maçonnerie
DE VOYEURS (Pour-Voir) qui voudraient VOIR toutes les
faces d’un polyèdre et que ce serait pour eux « la vraie religion »,
donc la religion transhumaniste avec des données récoltés
partout dans leur monde numérisé et mises dans une
puce informatique portant le nom de ”conscience”.

Ce comble de la possession des Schwab-Harari rejoint
L’A-di(o)ration du Soleil des humains découvrant le
feu vulgaire, la thermodynamique de la métallurgie et
donc DES GUERRES (flèche, armure, épée, bombe, etc. $$$)

Ce comble de la possession des Schwab-Harari rejoint
LE REMPLISSAGE DE LA VACUITÉ AVEC DES « COMME SI »,
DES ILLUSIONS TEL LE MESSIANISME DU :
« UN JOUR MON PRINCE VIENDRA », OU
« UN JOUR MON MESSIE VIENDRA »

« UN JOUR MON ’ICI’
REJOINDRA SON ”AILLEURS” ».


4. ”Dans la question ”Qui suis-je ?”, le ‘je’ désigne
l’ego. En essayant de suivre sa trace et de trouver
ainsi sa source, on s’aperçoit qu’il n’a pas
d’existence séparée mais qu’il se fond dans le
Vrai ‘Je’”.
”Quelque soit la voie que vous suivez, vous devez
vous perdre en l’UN. L’abandon [Putréfaction,
Renoncement] n’est complet que si vous arrivez au
stade où vous pouvez dire : ”Tu es Tout” et
”Que ta Volonté soit faite”.

”Dans la Réalité il n’y a ni dvaita [dualité]
ni advaita [non-dualité], mais CELA qui est, EST.
L’abandon de soi paraît facile parce que les
gens s’imaginent que, s’ils prononcent simplement
les mots ”Je m’abandonne” et remettent leur
fardeau au Seigneur, ils sont libres et peuvent
faire ce qu’ils veulent [façon ”libéralisme” du
protestantisme anglo-américain : le self].
Mais en réalité, une fois que vous vous êtes
abandonné, vous ne pouvez avoir ni préférences
ni aversions [donc délivré de l’opinion]. Votre
volonté doit disparaître, laissant la place à
celle du Seigneur (1).
Cette mort de l’ego n’est pas différente du jnâna
[celui qui a réalisé le Soi].
Ainsi, quelque soit la voie que vous empruntez,
vous devez arriver au jnâna, à l’Unité”.
(2-1-1946).
 
C’est-à-dire que le ”arriver au jnâna” ne veut pas
dire être en possession de quoi que ce soit ou en
possession de quelque réalité de Libéré vivant dans
l’Éveil insurpassable, authentique et parfait.
Le ”vous devez arriver au jnâna” signifie que dans
cet état on ne peut concevoir la moindre réalité.
En conséquence, on ne fait, éventuellement, que de
parler d’Éveil insurpassable, authentique et parfait.
Cela correspond au Thème de la Carotte, ici la
SUPER CAROTTE, qui n’est évidemment pas une SUPER
CAROTTE, c’est pourquoi elle peut être ici l’objet
de sa mention.

SEUIL, PASSAGE : QUADRATURE ou TRANSPARENCE du Circulus et aussi définition de l’ÉVEIL INSURPASSABLE, AUTHENTIQUE ET PARFAIT.
Si bien que le Fruit de la Simplicité unique qu’on appelle ”Fruit de la Simplicité unique” (I), le Réalisé vivant dit que le Fruit de la Simplicité unique (II) N’EST PAS le Fruit de la Simplicité unique (III) ; et c’est bien pourquoi on l’appelle ”Fruit de la Simplicité unique” (IV).

Le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant est comparé au reflet dans un miroir sans tâche [miroir clair ou sans tain] dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938).
MIROIR SANS TAIN = le SOIS TRANQUILLE ET SACHE QUE JE SUIS DIEU : « La seule chose permanente est la Réalité ; et cela est le Soi. Vous dites : « Je suis », « Je suis en train de marcher », « Je suis en train de parler, de travailler, etc. ». Ajoutez un trait d’union à « Je suis » chaque fois, et cela devient « JE-SUIS ». Cela est la Réalité permanente et fondamentale. Cette vérité fut enseignée par Dieu à Moïse quand Il lui dit « Je suis ce JE-SUIS ». « Sois tranquille et sache que JE-SUIS Dieu ». Donc « JE-SUIS » est Dieu ». (Ramana Maharshi, entretien 503 du 17-8-1938). Oeil du cyclone ou FLÉAU …. Le Centre est nulle part.
 
fond_no_saisi.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 17-10-2023 11:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >