Accueil arrow Spécial Russie arrow Russie arrow Destruction de la Russie - Sociétés secrètes
Destruction de la Russie - Sociétés secrètes Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-05-2009 02:27

Pages vues : 2147    

Favoris : 151

Publié dans : Nouvelles Spéciales, Russie

Tags : Argent, Banques, Bolcheviks, Business, Chrétiens, Cosaques du Don, Dictateurs, Destruction de la Russie, Israël, Juifs, Ku Klux Klan, Pouvoir, Révolution, Russie, Sionisme, Terreur, Terroristes, Tortures, Usure

 
Destruction de la Russie - suite 12
The Bolshevik October Revolution



L’Âme russe est une forêt obscure. (Ivan Tourgueniev)
 
 
 
Le secret dans la Russie du Tsar.
Le mot Révolution possède le sens de rotation, comme l’Ouroboros, le serpent qui se mord la queue. On peut le comprendre comme la période d’une fréquence susceptible de recommencer un tour. Ce qui est curieux, c’est que dans le sens politique, la révolution est un changement pour le moins brutal et même sanglant et mortel ! donc le contraire d’une course de fréquence revenant à son point de départ. La révolution correspond à la fermentation, là où la matière change de nature, alors que dans la putréfaction elle change de vêtement.
 
4 mars 1861 : début de la présidence d’Abraham Lincoln ; un peu avant, le 19 février 1861, Alexandre II libère des dizaines de millions de serfs, leur offrant ainsi la possibilité d’acquérir leur terre. Les serfs n’appartenant plus à la terre d’un noble devaient donc la rembourser pendant des décennies à leur ancien propriétaire.

Quand on parlait d’un propriétaire foncier on disait qu’il avait une terre avec par exemple 5000 âmes (ou serfs mâles). L’abolition du servage était chose depuis longtemps décidé dans la tête de Nicolas 1er, et l’empereur Alexandre II en proclamant cette abolition ne fit qu’obéir tant qu’à ses propres convictions qu’aux recommandations de son père.
Beaucoup de seigneurs où les sols étaient peu fertiles exploitaient des mines et des forêts, ils exemptaient donc de corvées leurs paysans les plus actifs moyennant une redevance. (source : notes des Mémoires d’un Chasseur, d’Ivan Tourgueniev)

En 1869 un fils de serf intelligent : Andrei Jeliabov, qui à l’époque de ses études se heurta au système russe. Protestant contre un professeur impopulaire à l’aide du mouvement qu’il avait formé, il fut arrêté et perdit toutes chances de poursuivre ses études. Après différents déboires il est arrêté une nouvelle fois en 1874 et passe quatre mois en prison. A ce moment là il se dit révolutionnaire. il se tourna vers les narodniki, mouvement populaire d’étudiants et intellectuels qui voulaient se reprocher du peuple. Dans toute la Russie les étudiants se rendaient auprès des paysans pour les instruire. Mais les paysans étaient aussi retords et stupides que les riches propriétaires. A cette époque, et même sous le régime bolchevik, la bureaucratie était d’un poids énorme sous l’autorité unique du Tsar Alexandre II, lequel était bien conscient de la souffrance de son peuple. Après quelques réformes dans l’enseignement secondaire et dans la justice, l’autorité policière resta la même. Le mouvement populiste Zemlia i Volia (Terre et Liberté) qui voulait donner des terres aux paysans et se libérer de l’État policier fut dispersé, des narodnikis furent arrêtés et déportés en Sibérie. On monta des procès, mais la plupart des accusés, dont Jeliabov furent acquittés.
 
 
Extraits de l’ouvrage de Jan van Helsing en pdf sur les sociétés secrètes. (Dans cet ouvrage le mot Illuminati doit être compris comme : la puissance de l’argent). Bien-sûr en Allemagne on a accusé cet auteur d’antisémitisme... Même si effectivement il n’est pas neutre, son témoignage est intéressant.

Beaucoup de Juifs qui ne possédaient pas de terres se virent contraints de voyager dans tous les pays à cause des nombreuses lois antisémites en Europe. Quel que fût le pays où ils séjournaient. ils se heurtèrent, la plupart du temps, à un rejet unanime. A la fin du 19ème siècle, le seul obstacle réel qui empêchait les Illuminati de contrôler le monde fut la Russie tsariste.
En 1881, Theodor Herzl fonda le "MOUVEMENT SIONISTE" à Odessa, en Russie, dans le but de créer une patrie pour les Juifs en Palestine. [NT : suite aux pogroms de 1881]
En 1916, Jacob Schiff, président de la "Khun Loeb & Co. Bank", fut choisi lors d'un rassemblement du "B'NAI B'RITH" à New York comme président du "Mouvement sioniste (révolutionnaire) en Russie". (Herbert G. Dorsey III : "The Secret History of the New World Order", p. 11 - 12 Archibald E. Roberts : "America in Crisis Survival Portfolio" Betsy Ross Press. P. 0. Box 986, Ft. Collins, CO 80522)
Le 13 janvier 1917, le juif LEON TROTSKI (alias Bronstein) arriva aux Etats-Unis et reçut un passeport américain. On le vit occasionnellement pénétrer dans la résidence très luxueuse de JACOB SCHIFF.
Schiff et Trotski échangèrent alors sur les troubles sionistes en Russie ainsi que sur les leçons qu'on avait tirées de l'échec du renversement du tsar. Jacob Schiff finança l'entraînement des "rebelles trotskistes", composés principalement de Juifs des quarriers ce de New-Jersey. Leur entraînement eut lieu dans la propriété de la "STANDARD OIL COMPANY" de ROCKEFELLER au New Jersey. Lorsqu'ils se furent assez entraîné pour mener des guérillas, les rebelles trotskistes quittèrent les Etats-Unis munis d'une somme de 20 millions de dollars en or que Jacob Schiff leur avait remis. Le bateau "S.S. Kristianiafjord" les emmena en Russie pour préparer l'avènement de la "révolution bolchévique".
Trotski et Lénine étaient tous deux de mèche, par l'intermédiaire de Bruce Lockheart, avec le "Comité des 300". (Des Griffin : "Die Absteiger", p. 94 - 95 Herbert G. Dorsey III : "The Secret History of the New World Order", p. 11 - 12 Des Griffin : "The Fourth Reich of the Rich")


La plupart des historiens sont d'accord sur le fait que la cause de la guerre [NT : il s’agit de la première mondiale] n'avait été qu'un simple différent entre l'Autriche et la Serbie. L'assassinat de l'archiduc Franz Ferdinand qui devait succéder au trône d'Autriche et de sa femme Sophie, exécuté par des Serbes de la société secrète occulte la "MAIN NOIRE" à Sarajevo déclencha la première Guerre mondiale.
Les puisances invisibles utilisèrent cet attentat pour réaliser la guerre mondiale qu'Albert Pike avait annoncée plus de 40 ans plus tôt.
Nous connaissons dans l'ensemble le déroulemont des tractations.Je ne vais donc examiner que ce qui se passa du côlé russe. La Russie, bien qu'elle posséda la plus grande armée du monde, avait un équipement de misère pour faire face à un grand conflit [NT : suite à la guerre avec le Japon notamment]. Avant que n'éclate la guerre de 1914, la COURONNE BRITANNIOUE avait assuré la Russie de son aide totale et de son soutien militaire en cas de guerre [NT : la France aussi]. Au début de la guerre, cette assistance se trouva réduite à 10% des aides données avant-guerre. Il est évident que les détenteurs des monopoles d'argent, en parfit accord avec le plan décrit par Pike, voulaient plonger la Russie dans une situation très dangereuse.
Dans le même temps, alors que des millions de Russes étaient déjà tombés dans les batailles, les agents des ROTHSCHILD avaient accompli un bon travail en accentuant la situation déjà désastreuse des Russes. La philosophie des Illuminati de déclencher la misère et l'insécurité et leurs efforts se virent gratifiés : la scène était libre pour une révolution qui devait survenir à la suite de la défaite subie par les Allemands.
La Révolution éclata en février 1917, le tsar fut renversé et le prince Georgi Luwow se chargea des affaires de l'Etat dans un gouvernement provisoire qui ne réussit, cependant, pas a empêcher le pays de sombrer dans la décadence. (Des Griffin : "Die Absteiger", p. 84 - 86)
Je voudrai présentément reprendre le chapire "la révolution bolchevique et ses dessous" au moment ou TROTSKI et ses rebelles viennent de quitter New York sur le S. S. Kristianiafjord avec 20 millions de dollars en or.
Le vapeur affrété par JACOB SCHIFF fut arrêté le 3 avril 1917 par les autorités canadiennes à Halifax, en Nouvelle-Ecosse. On aurait pu croire que le plan des Illuminati était condamné à l'échec. Mais Jacob Schiff usa de son influence et de celle de ses amis les Illuminatis dans le gouvernement américain et en Angleterre si bien que le voyage put reprendre peu après. Arrivé en Europe, Trotski alla directement en Suisse pour y rencontrer Lénine, Staline, Kagonowitch et Litwinow afin de mettre au point les détails de leur stratégie.
Il est intéressant de remarquer ici que les représentants éminents et les agents de toutes les nations participant à la guerre pouvaient se rencontrer ouvertement en pays neutre, la Suisse. La Suisse existe, dans sa forme actuelle, depuis 1815, année du congrès de Vienne ou on l'avait assurée d'une neutralité permanente. Un hasard ?
Ou alors un lieu si sûr et si petit au centre de l'Europe ne se prête-t-il pas parfaitement aux plans de ceux qui vivent de la guerre ?
Les conspirateurs se virent alors obligés de résoudre le problème suivant : comment se rendre de Suisse en Russie avec les rebelles et leur armement ? La solution fut donnée par l'agent des ROTHSCHILD, dirigeant de la police secrète allemande : MAX WARBURG. il les entassa tous dans un wagon de chemin de fer scellé et prit en charge leur traversée jusqu'à la frontière russe. Lorsque le train s'arrêta pour la première fois en Allemagne, deux officiers allemands y montèrent pour l'escorter. ils en avaient reçu l'ordre du général ERICH LUDENDORFE.
Max Warburg était le frère de Paul Warburg, premier président de la "Federal Reserve Bank".
En juillet 1917, le complot soutenu par les banquiers internationaux subit un début de revers de fortune, LENINE dut s'enfuir avec quelques autres en Finlande. Par contre, en novembre 1917, leurs efforts furent définitivement couronnés de succès.
Si nous prenons en considération le soutien financier qui s'ajoutait à la formation reçue à New York, il n'y a plus de quoi s'en étonner. Lors de la sanglante guerre civile qui succéda à la révolution bolchevique, Lénine était le chef incontesté des activités politiques et Trotski fut chargé de la partie militaire de l'organisation qui était, en fait, l' "Armée rouge". Ce nom d'"Armée rouge" n'était pas un nom donné à tort ou trouvé par hasard. L' "Armée rouge" bolchévique sous la direction de Trotski était l'instrument mortel des banquiers internationaux, eux-mêmes sous la domination des Rothschild (traduction littérale de ce mot : enseigne rouge). Que cette armée porte l'emblême ou l'enseigne rouge, cela ne pouvait être qu'adéquat.
Entre-temps, et c'est devenu un fait historique, la plupart des rebelles sous la conduite de Lenine étaient des Juifs. Le Times écrit aussi le 29 mars 1919 qu' "une des caractéristiques les plus intéressantes du mouvement bolchevique est le haut pourcentage d'hommes non russes dans l'équipe dirigeante. Sur environ trente commissaires ou dirigeants qui forment l'appareil central bolchevique, 75% pour le moins sont des Juifs".
D'après les écrits du général A. Nechvolodov, les services secrets français ont constaté que Jacob Schiff avait donné directement douze autres millions de dollars aux révolutionnaires russes. Ce général cite comme autres financiers de la révolution bolchevique : Felix Warburg, Otto Khan, Mortimer Schiff, Jerome H. Hanauer, Max Breitung aux Etats-Unis et Max Warburg, Olaf Aschburg et Jivlovsky en Europe.
L'ambassadeur de l'Empire russe aux Etats-Unis, Bakhmetiev explique qu'après la victoire bolchevique, 600 milions de roubles en or furent transférés de Russie à la "Khun Loeb Bank" à New York entre 1918 et 1922.
Le livre "Der piombierte Zug" ("Le train plombé") de Michael Pearson prouve que les Allemands avaient mis à disposition (d'après les données du ministère des Affaires étrangères), jusqu'au 5 février 1918, 40.580.997 Marks allemands pour la propagande en Russie et pour des "buts particuliers". Dans le même document, il est dit que le Trésor allemand avait libéré environ 15 millions de marks pour la Russie le jour suivant la prise de pouvoir de Lénine.
Le massacre sanglant subi par des millions de Russes et l'esclavage de millions d'autres hommes n'a que peu intéressé les banquiers internationaux qui n'avaient qu'un seul but en tête : la domination du monde. (Des Griffin : "Die Absteiger", p. 84 et suiv. William Bramley : "Die Götter von Eden", p. 366 et suiv.)
 
bank_revol_russ.jpg
 
L'Okhrana (ex-service secret russe ou police politique)

La révolution bolchevique ne fut, cependant, pas seulement soutenue par les Etats-Unis et l'Allemagne. L' "Okhrana", les services secrets fondés par le dernier tsar, comportaient plusieurs organisations qui assumaient toutes les fonctions usuelles avec leurs agents secrets, leurs agents doubles, leur police secrète, leurs mouchards. L'Okhrana était, pourtant, une association subversive et criminelle, ce qui simplifiait le travail des Illuminati [L’Okhrana payait une belle somme tous les mois au célèbre Raspoutine, mais le pistait aussi fidèlement(1)].
 
D'énormes sommes d'argent passaient entre les mains des banquiers internationaux - notamment dans celles d'ALFRED MILNER qui fut responsable, plus lard, du groupe secret de la "Round Table" - pour aller dans le service de l'Okhrana dont beaucoup de membres s'étaient introduits dans le mouvement bolchévique. Des agents de l'Okhrana s'infiltrèrent dans les cercles les plus intimes du parti bolchevique et dirigèrent beaucoup de leurs activités. L'infiltration fut si importante qu'en 1908, quatre membres sur les cinq du comité du parti bolchevique de Saint-Petersbourg appartenaient à l'Okhrana. Ceux-ci faisaient passer l'argent qu'ils recevaient des banquiers internationaux aux bolchéviques qui pouvaient alors facilement opprimer les plus forts de leurs adversaires, les mencheviks ainsi que le parti socialiste. Deux agents de l'Okhrana qui travaillaient pour la Pravda, l'un comme éditeur et l'autre comme directeur financier, les soutinrent à leurs débuts.
Comme on le dit, JOSEF STALINE fut membre aussi de l'Okhrana, il fut, en effet, un agent de liaison important entre la police tsariste et les bolchéviques.
Après la chute du tsar en 1917, l'Okhrana fut officiellement dissoute mais elle fut remaniée, jusqu'en 1921, sous le nom de TSCHEKA, en un service secret qui comportait dix fois plus de membres que l'Okhrana auparavant. En 1920, on lui donna le nouveau nom de GPU, puis OGPU et en 1934 celui de NKWD (Commission du peuple pour les affaires
intérieures). Le NKWD avait sous son contrôle le système russe des camps de concentration, érigé sous Lénine et qui eut son apogée sous Staline. Les camps étaient une partie de l'économie soviétique et presque la moitié de l'exploitation de l'or et du chrome était basée sur le travail obligatoire des occupants des camps.
Jusqu'en 1950, les camps de concentration coûtèrent la vie à environ quatre millions d'hommes.

La seule Première Guerre mondiale a entraîné la mort de 10 millions de soldats russes, sans parler des millions de civils. On a enregistré, jusqu'en 1950, environ 40 millions de morts dus au système communiste. Cela représente au total autant de morts que la ex-RFA comptait de vivants. Et ce sont seulement les chiffres officiellement déclarés. [NT : je pense qu’on peut pousser jusqu’à 50 millions de morts]



L’Okhrana remonte jusqu’en 1830, à l’instigation du très autocrate Nicolas 1er. Les agents de l’Okhrana étaient recrutés parmi les sous-officiers de la garde. Ils devaient être des athlètes complets, de véritables combattants sachant tout faire. Pour protéger l’État Russe et faire appliquer la politique du Tsar, l’Okhrana avait  20 000 agents en Russie et à l’étranger. Son budget annuel était d’environ 10 millions de francs-or; mais elle avait également des fonds secrets qui pouvaient atteindre 25 millions de francs-or pour payer les politiciens étrangers amis ainsi que la presse étrangère !
L’Okhrana usa et abusa des agents doubles.
L’agent juif Ievno Azev à l’Okhrana eut un salaire de 50 roubles par mois et il dut entrer dans le détachement de combat des socialistes révolutionnaires. Ses rapports permettaient à l’Okhrana de déjouer tous les complots. Mais Azev devint suspect, et il dû assassiner son supérieur hiérarchique suprême : le Ministre de l’intérieur Plehve. Ensuite, comme dans un film moderne, Azev continua à espionner pour l’Okhrana !
Il y eu un autre agent de l’Okhrana : Roman Malinovski, le mieux payé de tous les agents. Il se glissa dans les rangs des bolcheviques en se présentant comme un leader syndical. il séduit beaucoup Lénine par ses discours enflammés en faveur des révolutionnaires. Donc d’un côté il appel a renverser le Tsar ; et de l’autre, une personne examine les rapports détaillés sur les secrets stratégiques des bolcheviques que l’agent spécial Malinovski lui envoyait. Le plus sinistre du travail de Malinovski fut lié au père Gapone, prêtre-ouvrier et agent de l’Okhrana. Le 9 janvier 1905, Gapone à la tête d’une forte manifestation ouvrière marche sur le Palais d’Hiver, pour présenter au Tsar une pétition en faveur des droits des ouvriers et des mineurs. Par malchance le Tsar n’était pas au palais ce jour là, et les soldats tirèrent sur la foule et tuèrent au moins 500 personnes. Ce « dimanche rouge » que l’Okhrana n’avait pas été capable de maîtriser provoqua le plus grand tort au Tsar, et on l’observa depuis l’étranger comme un tyran sanguinaire, avec pour surnom : le Tsar rouge.
Cette police secrète est aussi responsable des pogroms, et sous Nicolas II elle s’institutionnalisa. L’élément déclencheur fut une « farce » : les protocoles des Sages de Sion, montée par l’Okhrana à partir d’un pamphlet de 1864 contre Napoléon III et d’un roman allemand postérieur, qui « dévoilait » une conspiration des juifs pour se rendre les maîtres du monde.

M. Roudakoff


Note.
1. Courts extraits du compte rendu de l’Okhrana sur Raspoutine, avec une précision étonnante (traduction).
Début Janvier, Raspoutine a envoyé un télégramme à Pokrovskoe [son village natal], adressée au doyen du village : "J'ai obtenu le bois gratuit, c'est se laisser emporter lorsque l'autorisation d'abattre a été accordée."

10 Janvier. ShapovaIenkova [une femme médecin] lui a présenté sur un tapis. " Il a envoyé un télégramme : "Tsarskoe-Selo, Palais de l'Hôpital. Anna Alexandrovna Vyroubova. Même si je n'étais pas présent dans le corps, en esprit, je me réjouissait avec vous. Mes sentiments sont les sentiments de Dieu. J'envoie un ange à la console et le calme pour vous. Appelez un médecin. "

12 Janvier. Raspoutine a reçu une requête de Sa Majesté concernant un paysan du gouvernement de Saratov, appelé Gavrill Panteleiev Chichkine, avec une demande de remise de peine (il a été condamné à l'emprisonnement dans une forteresse en raison de son lien avec une secte), et une autre d'un paysan du gouvernement de Tambov appelée Alexander Ossipov Sleptzov, pour obtenir aussi le pardon. Ce dernier a été condamné pour falsification de chèques.
Raspoutine leur demande à chacun 250 roubles pour son travail.

17 Janvier. Raspoutine a passé cinquante minutes dans les bains publics, dans les n°3 et 4, rue Rogdestvenskaia, mais s’il y était seul ou avec quelqu'un n'a pas été établie.
 

Dernière mise à jour : 10-06-2009 18:07

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >