Accueil arrow News arrow Dernières news arrow ReligionS, politique = MANIPULATION PRISON
ReligionS, politique = MANIPULATION PRISON Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-11-2013 23:28

Pages vues : 5228    

Favoris : 75

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
logo_repub_france_latripubliquepsdisral.jpg
 
 
ReligionS, politique = MANIPULATION PRISON
 
 
Les religions et la politique sont des CAMISOLES DE FORCE des esprits pour maintenir les peuples dans l’ignorance et s’assurer de ce que ces pouvoirs nomment : « la paix » (on parle bien de 'gardiens de la paix'). Voilà ce qu’est le thème « paix » évoluant depuis au minimum des 10.000 de la voie de l’Agriculture. Pour ces pouvoirs la « paix » c’est le « bonheur absolu » et permanent style « fin des temps » qui résout tout. Mais c’est du matérialisme pur, celui des OBJETS. La Vraie Paix ne peut être que synonyme d’absolu, d’éternité, et libre de souffrance et de plaisir ; elle est absence de dualité, elle est le Soi ou Instant. Ainsi notre condition naturelle est la Félicité, et non celle imposée par l’opinion de quelques meneurs rongés par la dualité winner-loser et plaisir-douleur.
 
 
Science, politique, philosophie, religions = OPINIONS.
Un des auteurs les plus lu de tous les temps, avec la Bible, est Miguel de Cervantes, auteur de Don Quichotte de la Manche, qui est de la même famille de roman « moderne » que le Satyricon attribué à Pétrone. Don Quichotte illustre parfaitement le drame de l’Opinion. D’ailleurs Cervantes écrit son roman dans la période plein pot de la Renaissance et suite à l’invention de l’imprimerie. C’est parfaitement clair, et Don Quichotte est confronté avec les livres comme nous nous sommes confronté avec l’invention Internet et sa quantité indéfinissable d’opinions. Ça tourne la tête de Don Quichotte qui se prend pour Superman, ça tourne la tête et manipule les Internautes qui ne savent pas se protéger du développement monstrueux et diabolique de l’opinion en forme de nouvelle religion de la laïcité. Miguel de Cervantes critique donc l’arrivée du règne de l’opinion.
Don Quichotte est typiquement une personne ancrée dans le monde des accidents ou monde spatio-temporel, donc dans l’opinion : il baigne dans une sorte de rêve à l’envers, au lieu de rêver réellement. Il s’épuise contre des moulins à vent. Il s’épuise à fuire le Soi ou Instant.



Religions et politique font la partie de la variation du thème paix : la possession. Ce qu’on nomme le ‘je’ ou corps, ou mental, en définitif : l’OPINION qui nous fais cracher le ‘je’, le ‘moi’, qui fait la partie de l’identité, grâce à l’hérédité par nos parents, notre éducation, la société et les médias, les religions.
Le ‘je’ est possession et coupure d’avec la Nature : ‘je’ suis à l’image de Dieu, ‘je’ suis de race humaine, ‘je’ suis plus proche de ceux qui me ressemble le plus. Possession : moi, ma femme ou mon homme, mon métier, ma voiture, mon chien, ma maison, ma région, mon village, mon pays, mon époque, etc. On peut ajouter : « je suis jeune », « je suis vieux », etc., Encore la possession et les étiquettes.


Les religions ou système monothéiste, les sectes comme la maçonnerie spéculative ont tout salopé :
« Un homme se débarrasse de ses vêtements et devient libre et léger. Le Soi est illimité et n’est pas confiné au corps. Comment peut-on se débarrasser de son corps ? Où l’homme le laisserait-il ? Où qu’il soit, le corps restera toujours le sien. La Vérité Suprême est si simple. Ce n’est rien d’autre que d’être dans l’état originel [être dans l’Instant, le Soi]. Il n’y a rien de plus à dire.
N’est-il pas étonnant que pour enseigner une vérité aussi simple il faille que tant de religions, croyances, méthodes en viennent à exister avec les discordes qui en découlent entre elles ? Oh quelle pitié ! Quelle pitié !
C’est parce qu’ils veulent [les gens] des choses savamment élaborées, attrayantes et difficiles à comprendre que tant de religions sont apparues dont chacune est si compliquée, et chaque secte, à l’intérieur de chaque religion, a encore ses partisans et ses adversaires.
Par exemple, un chrétien ordinaire ne sera pas satisfait tant qu’on ne lui dira pas que Dieu se trouve quelque part, dans quelques cieux lointains que nous ne pouvons atteindre sans aide [des prêtres et de l’Église de Rome]. Il pense que seul le Christ peut nous guider. Il suffit d’adorer le Christ pour être sauver. Si on lui expose la simple vérité : « Le Royaume des Cieux est en vous », il n’est pas satisfait et donnera des interprétations compliquées et alambiquées à de telles déclarations. Seuls des esprits matures peuvent saisir la simple Vérité dans toute sa nudité ». (Ramana Maharshi, entretien 96).


Les étiquettes se collent à nous dès le berceau : « Ah ! c’est un garçon » ; « Ah ! c’est une fille ». Et selon la mode du moment et aujourd’hui de l’égalité franc-maçonnique, on invente la théorie du genre (gender) comme pour renforcer notre ego, notre corps de chair ou notre mental, c’est toujours le corps. Homme, femme, riche, pauvre, blanc, noir, indien, timide, ce sont des étiquettes, des opinions, des MASQUES de théâtre qui pompent l’énergie de tous.

Religions comme politique veulent socialiser, domestiquer les « sauvages » ou les « délinquants », ceux qu’aujourd’hui les pouvoirs appellent « terroristes », ou « extrême droite », ou « fascistes ». Les chiens des bergers doivent ramener les brebis dans leur enclos.
C’est simplement l’ignorance qui permet à tous les pouvoirs de manipuler les humains. La propagande est une arme plus terrible que la moindre bombe nucléaire. Cette ignorance que certaines religions nomment « enfer », et donc qui n’a rien « d’éternel » !!! « L'enfer éternel » est la même imbécilité ou opinion que le collage « universel » au mot « suffrage ».

Religion n’est pas synonyme de spiritualité mais d’OPINION, comme le dit bien Jean Coulonval dans son livre : Synthèse et Temps Nouveaux.
Toutes les religions comme tous les philosophismes DIVISENT, et se contente d’imposer souvent par une violence extrême une sociabilité avec ceux du même clan : rituels, obligations, lois qui ne sont qu’opinions, souvent répression du monde féminin. La vraie égalité réside dans l’équilibre homme-femme, ce que semblaient avoir trouvé un moment nos Grands Ancêtres les Gaulois en Gaule.

Les humains s’accrochent à leur possession, leur masque de théâtre : leur identité, leur « statut social » récompensé par des médailles ou des diplômes. Tout cela détourne de l’Instant ou Soi. Nul possession ou bien matériel n’apporte la Félicité ou Vraie Paix. Toutes possession lasse très vite, et c’est le principe de la société de consommation : toujours plus, toujours nouveau ; bref, le dogme de la croissance nécessaire à alimenter les comptes en banques, souvent juives, des Couilles en Or. La période de Noël étant actuellement le sommet de la consommation ! Étonnant pour la soi-disant naissance du messie ! Il doit s'agir du messie des Juifs !

Avec la Renaissance, la franc-maçonnerie spéculative née en 1717 à Londres, et le siècle dit « des lumières », le sauvage humain se prend pour Dieu, se prend pour un « civilisé » !!! Or nous sommes au plus bas niveau de l’univers physique, même moins qu’un lombric. Et nous voulons aller dans la Lune, conquérir l’espace... My God !
“ L’homme qui soutient qu’on ne raisonne que par le rapport des sens, et qui cependant a les sens les plus faibles, les plus tardifs, et les plus faux d’entre toutes les créatures ; l’homme enfin que la Nature, pour faire de tout, a crée comme les monstres, mais en qui pourtant elle a infus l’ambition de commander à tous les animaux à exterminer ” (L’autre Monde le Soleil, de Savinien de Cyrano de Bergerac).
L’humain, un animal stupide doté d’un mental catastrophique, et qui se croit la créature la plus évolué de tout l’Univers, et qui va jusqu’à s’imaginer que « Dieu » lui ressemble. Un animal si stupide qui ne voit ou n’entend que par la « raison » de ses cinq pauvres sens. Les sens ne peuvent donner qu’une connaissance indirecte et non une connaissance directe. L’univers fourmillent de formes de vie amusées et distraites par l’espèce de l’animal humain !

Le cas des rituels est typique de l’envers de la spiritualité. RITES ET RITUELS = RELIGION, soit le caractère d’ambivalence du sacré et de tous symboles (tout est double ici-bas). Entretenir le rituel c’est entretenir la dualité sujet-objet ou cause et effet (« Il n’y a pas de religion sans rites et cérémonies » disait Bergson). De plus le rituel frôle la MAGIE, avec tous les dangers que ça comporte (magie blanche ou noire). Tout cela n’est que torture du mental humain.

Depuis 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, l’humain n’a pas changé. Il est toujours sous la coupe des Grands Prêtres, qu’ils soient cachés comme les experts ou « Grands Maîtres » de cette franc-maçonnerie spéculative née en 1717, ou qu’ils soient maintenant de la juiverie de la finance internationale tirant les ficelles des petits prêtres nommés « Président de la république » ou « Ministre » de ceci ou cela ; ou encore « Monseigneur » de ceci ou cela.
Le problème des Grands Prêtres fut d’ailleurs en grande partie de la responsabilité des Anciens Égyptiens qui en connaissaient un big rayon en matière de religion et de sacré ! Tous ces gens se croyaient détenteurs de « la vérité ».


CROYANCES = POUVOIRS et EGO
Croyances qui sont TOUJOURS infusées dans les cerveaux. C’est comme ça qu’on tient les humains.

- On fabrique une doctrine, du dogme (genre machins de Moïse).
- Un meneur fait appliquer la doctrine à coups de pouvoir.
- Pour faire fonctionner la doctrine il faut du charbon : business et fraude en tous genres font bon ménage.
- Enfin, manipulation et tromperie, et discipline imposées aux adeptes.

Les meneurs politiques sont des Grands Prêtres, comme l’étaient les nobles de l’Ancien régime, et les leaders religieux, et comme les artistes et les « scientifiques » actuels ; le tout manipulé par la finance internationale. C’est une société terriblement hiérarchisée, qui n’a rien de démocratique, en forme pyramidale bien symbolisée par la pyramide maçonnique dessinée sur le billet de un dollar.
Pas de démocratie puisque le sommet de la pyramide décide des règles de comportement et de la cohésion sociale, comme si la base pyramidale était dans l’ignorance totale. Or les fondations de la pyramide se trouvent à sa base, pas à son sommet !!!

Le pouvoir est l’éteignoir de la chandelle.
Habitants de la Terre, PRENEZ GARDE, ne vous laissez pas éblouir, aveuglé, par la lumière du siècle portant le même nom, et se nommant aussi « raison » ; c’est un subterfuge digne de la magie la plus noire pour vous tenir mieux en laisse.
Contre tous pouvoirs et ses manipulations, ici-bas l’humour est l’arme presque absolue ; l’Arme Absolue étant LE VIDE DES CHEMINS.
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 14-11-2013 23:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >