Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Psychose humaine mondiale
Psychose humaine mondiale Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-08-2016 00:40

Pages vues : 7624    

Favoris : 58

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
morvan_degustationvin470.jpg
 
 
Psychose humaine mondiale
Cirrhose mondiale
et anti-création totale
sous DRoGue DiRiGeants de la City
en Divine Bouteille
de succion consommatrice,
creuse
à sec
illusoire…


La Loi Universelle de TRINQUE ou Divine Bouteille (Fontaine de Jouvence ou Éternité, Connaissance : Royaume des Cieux en nous dont le fruit est l’Eucharistie, Jésus en étant le Cep ou Axe, donc le Soi-Instant)
 
 
 
Les régimes politiques fondés sur la corruption, comme l’actuel républicanisme, aboutissent à la tyrannie la plus universelle, la plus absolue comme le Nouvel Ordre Mondial de l’Empire qui piaffe d’impatience. Ainsi, l’humanité va se trouver plongée dans le climat politique le plus rigoureux et le plus corrupteur (voyez le verbe d’été 2016 d’un N. Sarkozy…).
La corruption démagogique ruine le social, et l’étatisme ou État-abstraction devant assurer le soin de conduire et d’assister les « citoyens » tarit à la fois en eux le courant de l’initiative personnelle, et le besoin du vrai prochain (vrai Vivre ensemble) en abolissant la profonde communion vitale du milieu organique de l’individu. Rien n’isole plus l’être humain que de dépendre uniquement de l’État, monstre totalement froid et donc stérile. Avec le socialisme que génère l’État qu’il doit entretenir dans les masses pour vivre et triompher, il aboutit à cette monstruosité : GÉNÉRALISATION DES PRIVILÈGES, TOUS ROIS, TOUS EXPLOITEURS : « exploitez-vous les uns les autres ». Et dans notre temps de démagogie automatisée, la tyrannie ne peut que s’installer. Et pour cause ! Si l’État veut vivre encore, il doit suppléer, par la seule contrainte extérieure, l’opinion donc, l’équilibre qui résultait partiellement autrefois avec la présence d’une « âme collective », d’un instinct social totalement autre que le grégarisme actuel (à cause de la technologie surtout).
LE RÉGIME AURA D’AUTANT PLUS BESOIN D’ÊTRE STÉRILE ET INHUMAIN QU’IL A PLUS DÉTRUIT, POUR PRENDRE LE POUVOIR, LE SENS DES RESPONSABILITÉS PERSONNELLES ET DE LA RÉSIGNATION SOCIALE (paradoxalement et malgré les technologies, on ne communique plus !) Aux liens intimes et naturels qui unissent organiquement l’humain à son semblable, et qu’on a détruits, on substitue, pour assurer l’existence de la cité, LES CHAÎNES DU BAGNE : consommer/consumer… ).
La corruption porte depuis 1789 le déguisement de la délivrance et de l’émancipation des peuples, elle se résout, comme nous le vivons depuis plus de 200 ans, en une quintessence de servitudes. Tous mythes révolutionnaires sucent le sang de n’importe quel pays, et en même temps sécrètent un poison qui pourrit le sang qui reste.
Autrefois des tyrans ont pu vampiriser les peuples sans les corrompre profondément : leur oppression suscitait une résignation saine ou une révolte saine (comme sous l’Empire Romain). C’est que leur tyrannie était celle d’un seul homme, vivant et concret, pas un symbole ou une marionnette comme maintenant en républicanisme : si excessive qu’elle fût, cette tyrannie restait DANS LES EXCÈS NATURELS (elle ne supprimait ni le sens de la hiérarchie, ni celui d’une tradition nourricière, ni cet instinct fait de résignation et d’amour, qui lie l’humain à sa fonction, à son groupe, à sa destinée. Un homme vivant écrasait des hommes vivants : c’était terrible certes, MAIS HUMAIN.
Avec le mythe du capitalo-socialisme de la City de Londres et sa paroisse Wall Street, son mythe du chiffre, des compte et des bilans, son mythe de l’égalité, ce système se borne à pomper le sang des peuples mieux que le plus abominable des anciens tyrans. Les mythes modernes de l’après 1789, gâtent, en introduisant dans le mental des masses des révoltes et des appétits extra-naturels, les réserves de santé sociale qui dorment dans ce mental.
Le mythe du capitalo-socialisme avec la richesse matérielle enlève aux humains leur sens intérieur, leur Soi, le sens spirituel de la Vraie vie sociale : en même temps que l’État tire, boit le sang, il fausse le rythme cardiaque, il pervertit le goût des peuples. Le social : un monstre grégaire qui bouffe tout et chie tout (en lois).
RAPPEL : bien plus que la fameuse « loi d’attraction » ou opinion que croit avoir découvert Newton, la loi de la SUCCION est autrement plus valable que celle de l’attraction (tirer à soi, et spectacle entre deux films dans les cinémas des années 1950 et dans les spectacles de variétés : spectacle dans le spectacle). Le premier acte de tout être vivant est D’ASPIRER, SUCCER TOUT CE QUE L’ORGANISME VOIT ET VEUT SAISIR : la plante « suce la lumière » et l'eau, le caillou « suce tout ce qui passe à ses côtés », le suc, le flux. SUCER LE SOI. COMMUNION-ASSIMILATION ET POSTÉRIEUR (centri-pète) : ça entre d’un côté et ça ressort d’un autre ! Newton n’a qu’à aller se recoucher… la république aussi… car « Dieu brasse dans les deux sens », comme écrivait Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux.
La Loi Universelle de TRINQUE ou Divine Bouteille (pas dans le sens des vignerons !) et de Grandgousier (de Rabelais). Trinque ou TIRER, TRIPHOIR (mettre en œuvre), Trinité… Triomphe… Grandgousier tire à lui tout ce qu’il peut sucer, bouffer. Vraiment, Newton n’a rien inventé et a même égaré tout son monde et le notre.

Depuis 1789 : « Exploitez-vous les uns les autres ». Ce qui devrait permettre l’affirmation de soi est devenu l’instrument de la négation de soi ou culte du narcissisme et de l’ego devenu killer. Le travail qui était liberté et indépendance devient servitude et enfermement par les mots civilisation et citoyens perdus dans les villes, et dans un processus abstrait, digitalisé et technique que personne ne maîtrise plus, et qui fonce droit dans le mur en forme de grégarisme singulier inversé (comme de tout maintenant). L’individu n’est plus lui-même, il est dépossédé, il est devenu un patate ou marchandise dans un sac à code-barres. L’individu a tout délégué aux autres, à commencé par la gestion de l’endroit où il vit. Ainsi DÉMOCRATIE = DIVISION : on délègue ses pouvoirs à commencer par un revendeur au lieu de s’adresser directement au producteur, ou mieux : ÊTRE CE PRODUCTEUR.
Le socialisme et son « vivre ensemble » c’est l’industrialisation, la mécanisation de l’être humain (notamment par la laïcité-production), et paradoxalement notre époque est celle où il y a une énorme réserve de « spécialistes » et de spécialités liés au tout délégation, le propre de la division comme sait le fait tout l’Occident étatique (l’Orient ne divise pas, il voit l’ensemble).
Dans un village moderne on cherche en vain un cordonnier, mais on trouve en ville un coiffeur ou une pharmacie, ou une banque à tous les coins de rue et des grandes surfaces en périphérie…

La Vraie spécialité professionnelle comme avant 1789 est de nature organique, comme le peintre sur émail, ou le fresquiste, elle est par conséquence limitée car de l’ordre du QUALITATIF ; les métiers-métaux vitaux ne sont pas multipliables à l’infini, sinon on tombe comme maintenant dans l’anarchie et la catastrophe à venir. Car la fausse spécialisation comme actuellement ne peut résulter que de l’uniformité, la pensée unique ou le conformisme des sociétés sous domination de la démocratie, celle de l’après 1789. Ainsi la fausse spécialisation est multipliable à l’infini, elle n’a pas de limites : on peut diviser sans fin un corps indifférencié ! Cela nous donne le genre « United Colors of Benittan » ou « Uni dans la diversité » .
La saine spécialisation professionnelle repose sur l’unité et la diversité de la Nature : la partie a racine sur le Tout et par sagesse va au-delà du Tout. Voir les trésors d’invention que doit dépenser un artisan de village qui fabrique et VEND lui-même sa marchandise : ainsi centrée sur le Tout, elle sert le Tout : c’est la spécialisation du Microcosme.
La fausse spécialisation comme maintenant est celle du FRAGMENT INFORME ; elle s’adresse à des fantômes, du virtuels, du faux. Son objet n’est pas la partie gonflée du Tout, mais un pseudo « tout » qui gît dans le cadavre de la partie mutilée. Ainsi séparée du Tout elle et centré sur son ego elle encrasse et parasite l’organisme collectif.
Aucun salut économique ne sera possible tant que les activités humaines continueront à se différencier en un rythme étranger à l’être humain et à ses besoins ; en d'autres mots, tans que la spécialisation ne correspondra à aucune spécificité naturelle, c’est-à-dire sans correspondance avec L’INSTANT.

L’exploitation de l’homme par l’homme est catastrophique quand comme en ce moment c’est pour, non seulement satisfaire ses appétits individuels, mais plus grave, aux profits de croyances religieuses et de choses aussi abstraites que les actuelles technologies de ce monde du patriarcat des « Hommes d’A-Faire/Fer », du A privatif et Faire : privé de Vraie Création (ces gens sont de la main morte, comme les « hommes politiques »… des gens du gain, donc du ganos ou lumière, représenté par un gant, utile contre les effets du froid. Soleil, lumière, Hiram et Salomon : Sol-Monte ou Soleil Levant ; Hiram ou Abiram le libre opprimant, la mort ou brouillard [en Grimoire selon Grasset d’Orcet], Mort ou mauvaise fortune… comme la ville de Marseille…).
Le plus grave est l’exploitation quand l’homme exploite l’homme au profit d’une chose totalement illusoire : L’ARGENT, SIGNE DE MORT, DE FANTÔME AUQUEL COLLENT SON AVARICE ET SON ORGUEIL DÉNATURÉS. LE FAIT DE CES ILLUSIONS FAIT QU’ELLES SONT SANS LIMITES. AINSI EN CAPITALISME L’HOMME IMMOLE L’HOMME, ET LES MASSES DÉLIRANTES D’HOMMES, CAR UNE ILLUSION, COMME UNE DROGUE, DEMANDE TOUJOURS PLUS, LA CROISSANCE, la DRaGée-DRoGue, L’ARGENT-CHIFFRE, L’ARGENT-INFORMATION. LE TOUJOURS PLUS SOUS DÉPENDANCE DE BIG BROTHER, ÉTATISME MONDIAL OBLIGE. C’était particulièrement visible avant 1945, dans l’Allemagne hitlérienne et dans la Russie Marxiste-Léniniste, où l’irréalisme épuisant du capitalisme atteint - sous mode et forme de socialisme, à son maximum de nocivité, où une image irréalisable de l’homme devenu stérile et malade - économiquement et moralement la foule vivante des hommes.  

La révolte malsaine des masses naît quand la chefferie devient chefferie : quand elle cesse de jouer un rôle organique ou de rouage et cesse de rendre aux âmes, par leur appui et leur prestige concrets, l’équivalent et au-delà de ce qu’elle prenne au corps en biens matériels. La révolte naît quand le peuple se sent parasité sans compensation, immolé à un monstre sans entrailles maintenant déguisé du nom de « Pouvoir d’achat ». Ce monstre sans âme de l’après 1789, sans responsabilité profonde, d’un profit facile et tout confort parce que désormais accessible à tous (« Enrichissez-vous »), exerce sur le mental des exploités, une séduction qui endort. Et la révolte des exploités est malsaine, parce que (en vertu de la loi du grégarisme voulant que les masses calquent leur état d’âme sur les chefs de partis et autre chefferie) elle est orientée foncièrement (quelque soit les masques dont elle se déguise) non pas vers la suppression, mais vers la généralisation du parasitisme comme ce que nous vivons actuellement et depuis des décennies. Les parasités du corps social ne haïssent leur parasite que dans la mesure où eux aussi ils veulent en jouir. Au terme de cet évolutionnisme, on a le collectivisme étatique (Cuba, la Chine, la Corée du Nord et il y a peu l’URSS) où le parasitisme capitaliste trouve sa plus haute expression : l’humain est dévoré corps et âme par un fantôme étranger à la nature humaine et par la même insatiable de sang humain.

OPPRESSION + CORRUPTION : une illusion de vie sécurisée mais totalement malsaine. Pour faire la révolution depuis 1789, on a tari la santé mentale des peuples, et rien ne vient compenser maintenant la rigueur matérialiste de l’existence, sauf les illusions d’illusions comme la folie technologie avec par exemple la psychose tablette, etc. DE PLUS EN PLUS SOURNOISEMENT LE JOUG À L’EXTÉRIEUR, LE POISON À L’INTÉRIEUR. LE REFLET, LE COMMENCEMENT DE L’ENFER SUR TERRE.


CULTE DU NARCISSISME OU CULTE DE LA PERSONNE.

Depuis 1789 tout le monde est devenu le ROI, donc la per-sonne ou le Père qui sonne : règne de l’opinion. La personne et son opinion est l’Axe de tout ! Même que bientôt on n’épousera plus la personne de son choix, on la « louera » selon le temps de son bon plaisir. LA PERSONNE EST DEVENU IDOLE. En ce règne de la laïcité, en France les choses les plus universelles, donc de l’ordre du divin, sont devenues « des questions de personnes ». On n'a plus d’yeux et de cœur que pour les individus ou ego. Ils portent à eux seuls tout le poids des institutions, voyez les têtes d’œufs de partis politiques. Dans notre civilisation très malade le sort des institutions construites pas des humains est liés aux misérables accidents du temps qui coule et de ses accidents individuels. Accident anthropocentrique qui confond le canal avec la source et qui tend à faire de la personne humaine le support absolu de ce qui, en réalité, ne fait que passer par l’humain (il est seulement un Vaisseau ici sur Terre) et repose sur le Soi-Instant seul.


La révolution technologie exige une révolution spirituelle, icelle ne pouvant être que « le retour à un ordre momentanément perturbé » (d’après Simone Weil qui parlait là de l’Âge d’Or). Un Âge d’Or qui nous attend dans l’éternité et que par notre psychose nous cherchons sur la Terre et dans le temps qui coule, dans l’Histoire-Opinion.
Aucun but à atteindre, sinon les moyens sont coupés de la fin et se retournent naturellement vers leurs auteurs. L’humain sera-t-il vainqueur, ou victime de ses conquêtes ou but à atteindre ??

RAPPEL : La Franc-Maçonnerie qui n’était pas spéculative était, et est toujours, un programme de spiritualité individuelle ayant pour bout de former des Vrais Créateurs dans le qualitatif et le beau, aussi bien en connaissance de soi qu’en réalisation d’œuvres. La judéo-maçonnerie spéculative née à Londres en 1717 est un programme politique en forme de religion sociale et a pour but de formater un citoyen ou habitant des cités dont l’idole sera la commune ou communisme ou république et son « vivre ensemble », soit le Super Grégarisme. Cette nouvelle maçonnerie ne forme que ce qui est de nos jours à la mode : LE RÉSEAU (social uniquement matérialiste et donc intéressé car lié à l’ego en forme de succion...). La judéo-maçonnerie spéculative organisée par Oliver Cromwell a un but politique et recrute ses adeptes dans toutes les professions en rapport avec le publique, comme les avocats, la police et les instituteurs, leur religion ou foi est donc celle de la politique, c’est pourquoi il y a tant de membres du gouvernement français qui vont y « faire un tour » ; ce sont les gens de la « main morte », opposés à la Main vive des tailleurs de pierres, peintres, verriers, forgerons et autres arts du dessin et ceux qui OUVRENT.



[En référence à : Diagnostics, de Gustave Thibon]
 
 

Dernière mise à jour : 30-08-2016 01:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >