Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Bouffez-vous les uns les autres
Bouffez-vous les uns les autres Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-03-2021 04:04

Pages vues : 396    

Favoris : 44

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Ampoule, Anarchie, Araignée, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Ouvrier, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Pieuvre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Rire, Royauté, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Washingtonisme, Yokaï

 
dmain1_tr_direct.png
 
 
Bouffez-vous les uns les autres
à la place de :
Aimez-vous les uns les autres,
qui est la définition de la GRATUITÉ ou AMOUR.
 
 
L’UNIQUE problème de ce monde est la GRAVITATION, ce qu’un certain Newton a copié sous le nom de « Gravitation universelle » (du moins ici sur cette planète). Du coup, pour s’envoyer en l’R, les humains ont réussit à construire des a-vions (du latin avis : qui donnera aviaire, comme la « grippe aviaire » ou grippe des volatils) ; et au sol ils s’envoient en l’R par la consommation, de tout et n’importe quoi selon la création virtuelle de besoins permanents.
Gravitation ou LOI DE SUCCION, EUCHARISTIE : de la petite cellule jusqu’au bébé humain, tous saisissent tout ce qu’ils peuvent saisir ; soit une Variation du Thème QUESTE DU SAINT GRAAL ou recherche d’un Absolu, ce que le politique appelle « la liberté », ou « la paix », soit au final la transformation en véritablement lui-même, mais pas sous sa forme actuelle appelée « ego », ou ‘je’, ‘moi’ du possessif appelé « consommateur » lié à cette loi d’absorption, c’est-à-dire la célèbre GRAVITÉ des Terriens qui veulent s’envoyer en l’R (main-tenant : possédant et donc lourdeur extrême, plomb ou matrice… Alors que la main OUVERTE en haut de page indique la Gratuité, la non-possession : le flux de vie ou Fontaine coule au travers du Corps dans l’I-C-I à travers la Ma-in-tenant à l’opposé de la Main-tenant… Le MA de Matrice (car il y a matrice et Matrice)… IN, du Tout est dans Tout et le tenant….).

Rappel important TOUT étant dans TOUT : si tout est conscience, y compris les « choses » du dehors, et qu’il n’y a pas de conscience sans les « choses extérieures », qu’est-ce que c’est « la conscience » SEULEMENT ? Conscience qui restera toujours Conscience, appelée « Éveil », suscité par le point-Instant ou Ici et Maintenant correspondant à cette Unité de Conscience.

Unité de Conscience dévoyée par : désir, formes, Être et ses idées, opinions ou concepts. Tels sont les quatre « ismes » habituels qui naissent dans la conscience ou raison et qui opèrent dans le mental et par là-même dans le Soi (Tout est dans Tout : PAN).
Le nihilisme à la mode actuelle du Nouvel Ordre Mondial consiste à CROIRE à l’anéantissement du mental par son bourrage de crâne, et donc de ce qui s’en suit à travers les cinq sens : l’œil, la bouche, etc.
La raison ou conscience conceptualisante appelle NIRVANA « l’universel » ou « néant » en forme de république universelle ou « monde inclusif » nouveau terme pour universel ayant la forme du ‘je’ ou ego destructeur de Tout : LA LOI DE SUCCION OU GRAVITATION, LE NIRVANA D’ASPIRATION.
Alors que le Vrai Terme de l’Éveillé, ou Ainsité, serait : ni s’enfuir, ni s’approcher. Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout.
Ni apparaître, ni disparaître, seulement « Je suis ce JE SUIS » ou immortalité, éternité du ‘Je’. Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».


À TRAVERS LE VERBE « ÊTRE »
Actuellement et depuis déjà de nombreux millénaires (du Néolithique), ce monde de la dualité sujet-objet ou winner-loser ne voit qu’un seul visage de JANUS à travers le verbe ÊTRE : le Pour-Voir ou pouvoir (l’illusion octroyée par les 5 sens), le Pour-Voir nommé « ego », celui de la possession, ce qui va permettre à certains d’inventer le concept qu’ils vont appeler « État ».

Principe de l’Inquisition par tout pouvoir lié à l’ego imaginaire et possessif en un groupement de gens qui se nomment « État » ou « Autorité publique » (vulgairement appelée « l’exécutif », soit les GENS DE LA MAIN MORTE) :
En URSS comme en régime de la république ou étatique, il s’agit de défendre un DOGME MORALO-SOCIALISANT, appelé aussi ‘Valeur’, c’est-à-dire une position du mental qui, pour l’accusation ou le pouvoir, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme la laïcité, comme les « valeurs de la république », comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. Aussi, si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux. Tout accusé qui se reconnaît lié à la foi d’une religion et d’une opinion politique, philosophique ou scientifique (par exemple c’était le cas de Galilée, et c’est le cas de tous membres d’un parti, surtout communiste ou socialiste, ou d’une république, ou d’une classe de gens fortunés et en réseaux) est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental. Il est donc normal que le tribunal lui demande : « Sais-tu pourquoi tu es là ? » S’il le sait, il se condamne lui-même par auto-critique et ne subit qu’une peine légère ou ne subit pas une condamnation imposée. S’il ne sait pas pourquoi on lui reproche quelque chose, c’est qu’il est fou, et pour ce cas là le post-stalinisme des années 1960-1970 a institué des hôpitaux psychiatriques spéciaux. L’inquisition brûlait ses opposants comme possédés de Satan, c’était moins barbare que n’importe quel hôpital psychiatrique moderne. Inquisition et Tchéka (police politique de l'URSS) et certains psychiatres ont la même configuration géométrique mentale.

ÉTAT DE DROIT (d’après le juriste et psychiatre Pierre Legendre) : fondé sur le principe de la « raison », donc depuis 1789 sur la France des gens riches et perruqués au 18è siècle qui se voulaient « philosophes » : les « lumières », et la France de Pasteur, selon la leçon du Professeur E. Macron.
Pierre Legendre, à propos de la dualité État-raison, dans, Le crime du caporal Lortie : « Je dirais, c’est une construction culturelle [?] d’une image fondatrice, grâce à laquelle toute société définit son propre mode de rationalité [c’est-à-dire que si deux individus sont d’une même opinion, ils fondent déjà une société, UNE CONVENTION, UN CONTRAT] », « c’est-à-dire l’attitude de l’IMAGE, DE L’ILLUSION devant le questionnement humain sur la causalité ».
Pour Legendre cette construction du mental produit un « certain type d’institutions, une politique de la causalité [donc de la pure dualité guerrière ou d’opinion en chaine de causes et effets sans fin], dont procède ce montage de l’interdit [nécessairement de la LIMITATION PAR FRUSTRATION liée aux conflits d’intérêts] que nous appelons en Occident l’État et le Droit [et « démocratie »] ».

« Selon cette perspective, le système institutionnel, porté par l’image fondatrice [causale genre Big Bang ou la Big Cause, la Naissance, la convention, LE CONTRAT, L’AGRÉGAT ou le faire comme tout le monde], a pour fonction de transmettre la Raison [la pensée si mortifère et paradoxalement utilitaire… sens d’outil…], d’inscrire la reproduction humaine dans ses rapports de causalité, de perpétuer l’interdit [l’inceste et le cannibalisme principalement], à travers les générations [donc en réseau… temporalité]. Ainsi une société n’est-elle pas un bétail d’individus comptabilisables [là, ERREUR MONUMENTAL de Legendre puisque nous sommes tous devenus des marchandises numérisables dans un monde rêvé « inclusif »], mais dans le principe une composition historique [causisme et Histoire-Opinions-Temps] de sujets différenciés [non résolution du dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif]. De la sorte, nous naissons tous présumés raisonnables. Cette condition impose à la folie statut de décomposition, soit, en termes de tradition européenne, statut de maladie de l’esprit [seulement point de vue de Legendre et non certitude]. À proprement parler, l’esprit se défait (de-mentia) ». (Le mot « esprit » étant un gigantesque fourre-tout, il s’agit ici du mental).
Nous retrouvons là le même principe de construction de grumeaux selon les deux Anglais qui s’harmonisent pour former en premier, un match de football, et en second, avec un troisième Anglais, former pourquoi pas un Empire. PREUVE DE LA FRAGILITÉ EXTRÊME DE L’ESPÈCE HUMAINE. Ainsi, dans un système étatique, pas de différence entre une « démocratie » à l’occidentale et « État de droit » et le régime stalinien, hitlérien ou maoïste, ou de Mussolini, ce n’est QU’UNE QUESTION DE DEGRÉ…

Page 51 du livre de Legendre cité, il considère en note de bas de page UNIQUEMENT LE CORPS, LE SPATIO-TEMPOREL, L’EGO ou POSSESSION : « Dans cette perspective [celle du politisme lié à l’étatisme], il s’agit de notifier qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole [donc seulement du mental lié à ses cinq sens], n’a le pouvoir de se soustraire à son statut dans l’espèce »…. Encore la croyance, croyance-crédit-crédo-créance… et ses banques autrefois appelées « Marchands de confiance », donc de soumission ou de succion à cette confiance-croyance, et instinct supposé grégaire…

Tant que les humains ne jureront que par leur GRAVITATION UNIVERSELLE, ils chuteront lamentablement avec leurs « années lumière » de leur concept de temporalité ou éc(v)olution…. Évolution et Écolution sont leurs modes de perdition, enrobée de leur packaging appelé « PEUR » (la peur est un parfait outil de perdition qui va paralyser).
Cette GRAVITATION comporte des mondes qui ne sont que des constructions du mental, toute quincaillerie pour déchaîner les opinion à propos des conceptions de ‘moi’ et des choses (y aller dessus, comme aller sur « Mars »).
GRAVITATION = ÊTRE ATTACHÉ, SOUMIS À LA RÉALITÉ du sujet opinionant et de la chose opinionée, de qui relève uniquement du langage humain évoqué ci-dessus par Legendre et empêche de con-naître le Seul Réel.
Lorsque la Connaissance transcendante lui montre que rien n’a d’essence propre, le pratiquant trouve son repos dans l’absence de toute caractéristique ou référence, ou idées fictives.

La nature du mental, de l’infusoire à l’humain, est PURE DEPUIS TOUJOURS, SANS NAISSANCE NI MORT, À L’IMAGE DU VIDE. Ramener le Vide sur le Vide est le propre de la Réalisation ou Retournement de la Lumière : C’EST LA ROUTINE (LA ROUE, LE FEU DE ROUE [sens alchimique]), cela n’a pas d’autre concept ou calcul.
L’attachement ou gravitation universelle à l’illusion de ses propres perceptions est la CAROTTE ou MOTEUR de l’usine à fourbir les pensées. Ce qui est alors perçue n’a nécessairement rien du dehors : voilà pourquoi CELA pourrait définir la Conscience infinie SEULEMENT : « Il n’y a qu’un Soi, unique et infini » (Ramana Maharshi, entretien 20 du 30-1-1935). Il n’existe ni Homme ni Femme ou autres noms-les-formes, seulement le Soi et son Zéro Indien ”unique et infini”.
« Les ego sont multiples. Ils sont contenus dans le Soi unique. Le Soi n’est pas affecté par les ego. Le ‘Je’ n’est qu’un. Le ‘Je’ est la Vérité. Tout le reste, dans ce vers (1), vise à réfuter le sens de la dualité ». (Ramana Maharshi, entretien 284 du 18-11-1936).

En vérité relative, tout existe ;
En Vérité absolue, rien.
Les choses n’ont pas d’essence :
Telle est leur essence absolue.
[…]
Les hallucinations n’ont pas d’objet
Mais sont l’effet d’une distorsion [de la pensée].
Si cette distorsion était réelle,
Les choses auraient en fait une essence.

Cette distorsion n’est possible
Que parce que rien n’a d’essence.
Tout ce qui existe
Est introuvable [et donc insaisissable].
(Lankâvatâra, Stances 1 et 2, extraits)

Stance 16, extrait :
Ce qui est perçu, c’est seulement votre mental.
Il n’existe aucun objet qui lui soit extérieur.
Méditez ainsi et l’erreur [et la peur] vous quittera,
Remplacée par l’Ainsité.

Mondialement Nous sommes tous drogués au mental !
Il s’est substitué à la Glande Pinéale.


Note.
1. « aham eko na me kashcin nâham anyasya kasya cit / na tam pashyâmi yasyâham tam napasyâmi yo mama ». [MBh XII.788] (Je suis seul ; personne n’est à moi ; je n’appartiens à aucun autre. Je ne vois personne à qui j’appartiens, personne qui m’appartienne.)
- Maharshi : Ce vers apparaît dans différentes Écritures et livres sacrés, notamment le Bhâgavatam, le Mahâbhârata, etc. Il est également l’épigraphe du chapitre XI du livre Self-Realization [le ”Qui suis-je ?”] ». (Entretien 284).

Qui suis-je ? (Who Am I?, en sanskrit ”Nan Yar?”) : « Ne pas laisser le mental s’extérioriser, mais le maintenir dans le Coeur est ce qu’on appelle « intériorisation » (antar-mûka, sans dualité dedans-dehors). Si le mental quitte le Coeur, on appelle cela « extériorisation » (bahir-mûka, avec dualité dedans-dehors). Ainsi, quand le mental demeure dans le Coeur, le ‘je’, origine de toutes les pensées, s’évanouit, et le Soi toujours présent resplendit. Quoi que l’on fasse, on doit le faire sans le ‘je’ de l’ego. Si l’on agit de telle manière, on s’apercevra que tout est de la nature de Shiva (Dieu) ». (Chapitre 11).
 
 
coronavirus-2019-vivreensemble.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 09-03-2021 04:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >