Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow LE FEU : POINTER
LE FEU : POINTER Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-05-2021 20:00

Pages vues : 545    

Favoris : 58

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Bouteille, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Smartphone, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
serpent_alchi_tr_gategate.png
 
 
LE FEU : POINTER
symbolisé par :
« N’EST PAS X »,
ou :
LE « UN POINT C’EST TOUT » : POINTER.
 
 
Si l’on utilitarisme de la formule : « N’est pas X », l’ouverture vers le TOUT est possible, il n’y a plus la tyrannie de l’opinion qui tente de SAISIR, de POSSÉDER par l’ego, alors les choses ne sont plus que des POINTES ou dé-signations : pion de jeu qui pique, sicotise (voir plus bas) ou qui pointe une marque, comme « LES DÉS SONT JETÉS » ou avec le Yi King : les Runes, comme le Yi-King servent à consulter le sort. Gravés sur bois, ils étaient par exemple jetés en l’air. Ensuite dans ce « Tout est possible », il fallait interpréter, pointer le résultat : chose maintenant difficile avec le tout numérisé censé, comme avec l’usage du langage écrit, éviter les erreurs d’interprétation…. et par là même la fabrication de la pensée unique, robotisée, normalisée…
Maintenant il devient très difficile, avec le CHIFFRE DU NUMÉRIQUE, d’entrevoir même la question posée à la Divinité où l’on obtient une réponse pour ‘oui’ ou ‘non’, et par éliminations successives, on arrive au but désiré. Les signes ou symboles du Yi-King et des Runes représentent chacun un groupe d’idées. Ainsi les possibles peuvent s’entrevoir par addition de deux ou plusieurs symboles ; avec la technologie du numérique ça devient négatif, pas « sérieux ».

Donc dans la forme analogique (en continu, alors que le spatio-temporel fonctionne en discontinu) du « N’EST PAS X », tous les possibles ne sont pas limités puisque les choses ne sont que de simples POINTAGES (tha-snyad en tibétain pour ”désignation”), alors ces choses désignés ne sont plus des possessions ou opinions car elles sont dépourvues d’être en, et par soi, ce qui s’approche en fait du FLÉAU, et de « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
C’est-à-dire que comme l’indique et le résume le Yoga Vasistha : « L’apparence de ce monde est une confusion ; de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer » (YV I, 3).
Le Soûtra du Diamant dit la même chose :
« Comme les étoiles, les mouches volantes ou la
flamme d’une lampe,
Comme une illusion magique, une goutte de
rosée sur une bulle,
Comme un rêve, un éclair ou un nuage :
Ainsi devrait-on voir tous les phénomènes
conditionnés ».
Quand il n’y a rien à expliquer et donc à saisir, à com-prendre, la Vraie Paix existe réellement.
Et ci-dessus, le concept de « phénomène » n’est pas une opinion mais simplement une pique, UN VACCIN (qui est un démarquage du principe de l’Homéopathie), une désignation. De là ça rejoint l’HOMÉOPATHIE, l’ACUPUNCTURE ET LES PETIOTES CHOUSES de Cyprian Piccolpassi Durantoys : Les trois Livres de l’Art du Potier (l’ARGILE ADN comme catalyseur pour les processus de combinaison des acides nucléiques : ADN, ARN… L’ARGILE ADN).
L’Homéopathie utilise les petiotes chouses : les pointes ou HAUTES DILUTIONS, à tel point qu’il n’existe plus de matière de molécule présente dans une préparation, mais SEULEMENT SON « ESPRIT » (voir la MÉMOIRE DE L’EAU du médecin homéopathe Jacques Benveniste), comme le FEU est un ESPRIT ou : « un vent de Dieu tournoyait sur les eaux » comme l’illustre la Genèse 1, 2.

Genèse 1, 2 : n’est-ce pas plutôt : « un vent de L’HOMME tournoyait sur les eaux » ?

René Descartes et son « Je pense donc je suis » est le contraire de Ramana Maharshi pour qui « penser » (posséder) est le drame ou le « je ne suis pas ». Car « penser » C’EST SAISIR, POSSÉDER, À L’ÉTAT DE VEILLE SEULEMENT et ainsi faire dans l’utilitarisme en une régression évolutive sans fin. Selon le dogme de Descartes, il pourrait aussi dire : « Si je ne pense pas, je meurs ».


POINTER : LANCER UNE PIQUE. LE FEU PIQUE, DARDE (frapper avec un dard : fer de lance, organe pointu, aiguillon, pénis, le dard de l’abeille).

UNE PIQUE, UN VACCIN : tous les vaccins sans exception sont des artifices dans le corps ainsi « sicotisé », piqué d’un coup de « poignard » (sicaire, du latin sicarius, de sica : poignard. Sicaire ou tueur à gages)(1).
Par thérapie génique pasteurienne les piqués sont devenus un propriétaire ou agent porteur possédant de la fabrication de leur propre vaccin : le corps des « vaccinés » contre le SRAS-CoV-2 devient une usine de fabrication d’une protéine spécifique (spike ou spicule en français (2)) du virus. Cette « fabrication » artificielle de « l’homme augmenté » peut se trouver dans tous les fluides corporels et donc être contagieuse et se propager. Le scénario à la « Train to Busan » n’est plus loin…

Quel est le SIGNAL qui fait que ceci va agir ? Rechercher ce signal, et il disparaîtra, comme rechercher l’ego : il disparaîtra.

Qu’est-ce que la RÉALITÉ ? C’EST S’ATTACHER À QUELQUE CHOSE POUR LA SAISIR (surtout affectivement, pour se RÉ-conforter, pour se sécuriser : sens de cure, curer ou d’échapper à la maladie), COMME QUAND ON SE RÉVEILLE ON S’ATTACHE À CETTE RÉALITÉ (les yeux ouverts), À CE LANGAGE, EN DEVENANT UN ATTACHEMENT AU CORPS ET À L’EGO, ALORS QUE DANS LE SOMMEIL PROFOND CET ATTACHEMENT N’EXISTE PAS ET EST DONC PERMANENT.
LA RÉALITÉ C’EST SAISIR, CE QU’ON APPELLE AUSSI « ÊTRE CONSCIENT » (quand on est « inconscient » on ne saisit ou ne sait plus rien !) Pour être dans la NON-SAISIE et libéré de la tyrannie de l’opinion, le rédacteur de cette page écrit que « la réalité c’est saisir » n’est qu’un pointage ou une simple désignation conventionnelle, selon un langage propre à l’humain. Puisque le phénomène désigné de Réalité ne peut qu’être AU-DELÀ de toute expression que peut émettre dans l’Instant un mental humain ; hélas les sots s’y attachent et vont dire que c’est une opinion, une possession, un bien considéré comme la Réalité, ce qui est proprement le drame de ce monde (là encore ce n’est qu’une désignation…).
S’ATTACHER À QUELQUE CHOSE, C’EST VOULOIR « SORTIR » DE L’UNIVERS POUR LE « POUR-VOIR », POUR LE POSSÉDER, DANS LE SENS DU COMPLEXE PROMÉTHÉEN (complexe d’Œdipe de la vie intellectuelle, pour référence à Gaston Bachelard).


La découverte du feu vulgaire est le principe même du sens du mot PHÉNOMÈNE (du grec phainomena : ”phénomènes célestes”, de phainesthai : apparaître) ; c’est évidemment tout ce qui se manifeste au mental par l’intermédiaire des cinq sens, et à l'état de veille.
Mais, le Feu n’est pas « au ciel », il est EN NOUS : TOUT EST DANS LE MENTAL.


Les humains voient le Réalité comme quelque chose de seulement PARTIELLE : à l’état de veille ; sinon, ils parlent d’inconscience, au pire : de mort, la preuve, LE CROQUEMORT : l’ancienne pratique consistant à mordre l'orteil d'un défunt pour s'assurer de son décès par son manque de réaction, le défunt étant « refroidit ». Comme si l’état de veille devait nécessairement être une CHALEUR, UN FEU, comme une bougie placée dans une charrette pour la faire avancer, comme une carotte attachée à distance de la tête de l’âne pour le faire avancer, donc comme le messianisme ce moteur des religions abrahamistes ; comme pour les vitalistes ou les animistes assez utilitaires qui expliquent le fonctionnement par un moteur nommé par eux : « âme ». Chez ces utilitaristes il y a toujours un calorisme ou une THERMODYNAMIQUE pour faire avancer le truc ; ce qui leur semble vivant doit être « chaleur-chaleureux » et THERMODYNAMIQUE, carné, ou incarné donc ! À côté de cela le FEU INTIME ou la SIGNATURE DE L’EAU c’est de la « théorie du complot occultiste ». Comme pour les évolutionnistes, le Feu et leur thermodynamique, c’est le progrès, le SALUT, LA TRANSCENDANCE ; ils semblent oublier que FEU = DUALITÉ SUJET-OBJET = LOI DE SUCCION : ON S’ENFLAMME POUR QUELQUE CHOSE À SAISIR ! Dès qu’une affectivité monte dans le foyer, c’est-à-dire dès qu’il s’expose, en sa violence, on peut être certain qu’il va accumuler plein de contraires : suffit d’observer quelques secondes les formes des flammes s’élancer au-dessus d’un feu de bois.
LA SALAMANDRE EST CETTE SOMME DE CONTRAIRES : PLUS LE SOUFFLE EST CHAUD ET PLUS LA GLACE PEUT SURGIR… : avoir conscience de brûler, c’est se refroidir semble vouloir montrer la Salamandre.
Pareil pour le mental : Tout fonctionne Tout coule quand…
… quand le mental ne fonctionne pas,
il se refroidit quand il n’entre pas en
‘je’ en essayant de « tirer son épingle du
‘je’ dans l’état de veille prise pour la réalité.

À propos de « bougie placée dans une charrette pour la faire avancer » (à la place d’un cheval), voir dualité des gens actuels : la nuit les gens sont « dans le noir » (du sommeil profond) ; le jour ils sont dans leur état de veille qu’ils appellent « réalité ». CHERCHEZ L’ERREUR ! Laquelle est aussi VISIBLE PUISQU’EFFACÉE dans la NON DUALITÉ dans LA NUIT OBSCURE de Jean de la Croix… La nuit ou le sommeil considéré comme négatif par l’humain moderne, alors que l’Ancien parlait de « nuit qui porte conseil », mais de nos jours c’est le tout connecté qui « porte conseil ».

Mettre quelque chose d’universel dans une charrette pour la faire avancer à la place de l’âne ou du cheval, équivalent de la formule : « Prends ceci et fais un monde ». Ou bien : « Prends n'importe quoi et fais-en une pilule ou un clystère » (Thomas Vaughan : Traité du Ciel terrestre). L’actuel moteur thermodynamique à essence ou électrique n’est pas universel. De même que le régime capitaliste et républicain tente d’acculer les masses à la sainteté ou l'universel : au lieu d’avoir une personne sainte, on tente d’avoir une personne SAINE, la SAINETÉ a remplacé la SAINTETÉ; l’exemple est flagrant dans cette période covid-19 !
Le régime tente d’acculer les masses à la sainteté, à l’EXTÉRIEUR. Mais c’est impossible : « Les instructions spirituelles diffèrent selon le tempérament des individus et leur maturité spirituelle. Il n’est pas possible d’instruire en masse ». (Ramana Maharshi, entretien 107 du 29-11-1935). Et dans l’entretien 101 du 19-11-1935 : « La spiritualité ne peut s’accorder avec le rationalisme. La spiritualité est transcendante. Le miracle eut lieu après que Draupadi se fut abandonnée. Le secret repose dans l’abandon de soi [soit dans la Putréfaction ou Renoncement] ».

« Le folie révolutionnaire consiste à exiger l’impossible, c’est-à-dire l’infini dans le fini [donc la sainteté dans le général], le bonheur dans les contradictions de la vie mortelle [des conflits d’intérêts dans la démocratie actuelle], l’esprit dans la matière et le divin dans l’humain. Exactement ce même impossible que la grâce nous DONNE. Car « ce qui est impossible aux homme est possible à Dieu »… « Paradoxe de l’homme - L’homme ne s’accomplit qu’en se dépassant ; il n’est vraiment lui-même qu’au-delà de ses limites. Et, à vrai dire, il n’a pas de limites : il peut, suivant qu’il ouvre ou qu’il ferme la porte à Dieu, se dilater jusqu’à l’infini ou se rétrécir jusqu’au néant », écrit Gustave Thibon page 172 de : Notre regard qui manque à la lumière.
Dans cette civilisation du fric/flic et de la technologie les gens s’ils ne croient plus en Dieu ne croit même plus à la mort, grâce au rêve du transhumanisme des Juifs Google et à sa « réalité augmentée » et à ses « vaccins » à ARN messager… Les gens ne croient plus à la mort pour la simple raison QUE ÉTOUFFÉS PAR LA PENSÉE UNIQUE, ILS NE PEUVENT PLUS SE DÉPASSER EUX-MÊMES.

Aiguille, Pointe ou Goutte : ce qui est caché et va devenir le germe de la manifestation : le Point ou Bindu en sanskrit ; ou encore le OM sacré, le Germe à l’intérieur de la Conque, Germe ou Saint Chaos…
CONQUE : Eaux primordiales ou VIBRATIONS (instrument de musique, ébranlement du mental, mise en RÉSONANCE de…).

Aiguille, Pointe ou Goutte : seule la Patrie du Rien du Tout est la Vraie Demeure ou Vraie Patrie. L’absence d’effort est le Vrai Confort qui permet de se délivrer des conventions, du grégarisme du social killer et de ses images et formes en usage dans son spatio-temporel et, comme ce non-effort s’accompagne d’actes délibérés, on évite de chuter dans un vide nihiliste ou vacuité morte anti-zéro indien.
NON-SAISIE OU POINTAGE = LE MÉTAL AU MILIEU DE L’EAU PRIMORDIALE (le Plomb dans la région de l’Eau) : le RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE (par le vichara (3)) n’est que ce pointage, ce Point, cette piqure permettant aux apprentis de contrôler nécessairement au moins un temps la dualité du dedans par le dehors, afin de les aider à re-trouver l’indépendance, sans sujet ni objet.
LE PLOMB VRAI EST SYNONYME DE VRAIE VACUITÉ SOIT LA CONNAISSANCE AUTHENTIQUE, FACULTÉ IMMATÉRIELLE DU SANS NOM-LA-FORME INHÉRENTE À CE QU’ON APPELLE « CORPS » (humain). Faculté sombre au dehors mais lumineuse au dedans capable de toutes réparations possibles. PLOMB VRAI OU FLEUR D’OR, PIVOT, LA CHAISE D’ISIS, L’AXE OU ÉTOILE POLAIRE car en Elle se cache le TOUT EST DANS TOUT sous Lumière dans l’Obscurité identique au  « Gate gate pâragate… », identique à l’adage alchimique : « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore ».

Aiguille, piqure, dard, LE FEU PIQUE : la Chaise d’Isis représente le monde. Chez les anciens montagnards Auvergnats on utilisait pour traire une vache une chaise-pivot à un seul pied, qui s’enfonce en terre comme pour se « mettre à la masse » ; c’est la forme du T. C’est également la symbolique de L’AURORE et sa couleur ROSE du ROSE des POMMES D’OR, CELUI DE L’ÉVEIL ;L’Aurore grelottante, en robe rose et verte”, dit Baudelaire (Crépuscule du matin). Le Rose de la Pomme d’Or OUVRE toutes les possibilités à l’infini. Dans la poésie de l’Islam, l’Aurore marque une état où « l’événement spirituel primordial advient ». De même l’Aurore boréale est une MANIFESTATION DE L’AU-DELÀ tendant à suggérer de l’existence de l’Après-Vie… Bref, L’AURORE EST UNE OUVERTURE, UNE GATE GATE PÂRAGATE…

RAPPEL : Chartres en France vénérait encore au 19è siècle une image druidique en pierre noire sur laquelle on pouvait lire :  VIRGINI PARTITURÆ. « Cette image n’a pu appartenir qu’à la « Koridwen » gauloise [la Mère universelle, Isthar, Tanit, Cybèle, etc., le Soi], qui enfantait sans cesser d’être vierge. Tous les ans à Noël, elle se transformait en poule noire et avalait chastement le Dieu Guion ou Gauvain, métamorphosé en PÉPIN DE GRENADE [c’est le site qui souligne]. Elle en accouchait immédiatement sous la forme d’un œuf d’or, qui n’était autre que Noël le NOUVEAU SOLEIL, ou Taliésin « le Front brillant » [Grande Pinéale ou troisième Œil]. Ainsi le culte de Koridwen s’est conservé en France sous deux formes bien distinctes : on l’invoque dans les cryptes des anciennes églises romanes sous la forme d’une VIERGE NOIRE ; on l’invoque à minuit dans les carrefours déserts sous la forme d’une poule noire qui pond des œufs d’or. De toutes les madones miraculeuses, les Vierges noires sont restés le plus en crédit. « Nigra sum, sed formosa », dit l’Écriture. Marie joue un rôle assez effacé dans l’Évangile ; mais partout, sauf dans le protestantisme, la dévotion populaire lui a rendu le premier rang qu’elle occupait autrefois dans la religion de nos pères, et l’islamisme lui-même, partout où il se trouve en contact avec le christianisme, n’a pu se soustraire à cette influence… », écrit en note de bas de page 40 Grasset d’Orcet, dans : Archéologie mystérieuse, vol.1.

Vierge Noire = NON POSSESSION : aucun miroir, aucun œil ne peut saisir le reflet de l’Univers puisqu’il est NOUS comme aucun œil ne peut saisir le corps de la Vierge Noire : Elle est le Tout à elle seule, le monde et tous les corps qu’il contient n’ont aucun complément en miroir : ILS SONT À JAMAIS IDIOTÈS, UNIQUES.
Vierge Noire = NON POSSESSION : le contraire de ce qu’il se passe actuellement, l’égrégore qui est devenu quasi autonome fonctionne grâce à l’énergie intellectuelle des humains qui la dépense à vouloir percer à jour le sens et surtout le devenir et la raison de l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui Coule), c’est-à-dire le sens de ce qui n’a pas de sens !
Le ROSE D’OR DU POMMIER est ce ZÉRO INDIEN ouvrant tous les possibles à l’infini : c’est à l’Aube ou à la lisière, sens de l’icône (LIAISON entre le Visible et l’INVISIBLE, elle représente l’invisible dans le visible), que se réalise le « Gate gate pâragate… », PARCE QU’IL N’EXISTE PAS DE LOI DE SUCCION : AUCUNE SAISIE POSSIBLE DANS CE QUI EST INCOMPRÉHENSIBLE, MAIS TOUT EST, TOUT EST CELA, TOUT EST « JE SUIS CE JE SUIS ».
Le « Je suis ce JE SUIS » est le Seul Réel insaisissable, IL EST LE CONTRAIRE DU QUELCONQUE, DU POLITISME ÉTATIQUE DU ”PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE”, OU DE L’UNIVERSEL RÉPUBLICAIN ÉTATIQUE DES FRIC/FLIC (qui résume tout… parce que toute tentative d’identification, de « mettre en ordre » ou de numérisation du Réel est vaine, illusions et opinions).

La NUIT OBSCURE de Jean de la Croix, le FROID OBSCUR de l’Eau Primordiale ou Saint Chaos.
Le feu vulgaire est saccades, étincelles : au moindre mouvement-événement contre la fourmilière, on voit grouiller les fourmis qui sortent de leurs souterrains…

Actuellement seulement deux feux vulgaires : celui de la PERCUSSION OU DE LA PIQUE ET DE LA POINTE, DE L’ÉCLAIR ; CELUI DU FROTTEMENT PUREMENT SEXUEL. Par la découverte de son feu vulgaire l’être humain s’est éloigné de sa condition animale, ce qui est purement là encore une illusion à en voir où en est réduite sa « civilisation » : IL EST DEVENU PIRE QU’UN ANIMAL, PARCE QU’IL A UN MENTAL QUI DÉTRUIT TOUT (4)



Notes.
1. RAPPEL : La vaccination moderne, depuis l’invention de la seringue, est une singerie de l’Homéopathie, MAIS EN UN GENRE DE CLYSTÈRE MINIATURISÉ À HAUTE DOSE !!! Or l’Homéopathie consiste à donner au malade, À DOSE INFINITÉSIMALE, la substance qui, prise chez un humain sain à doses fortes, produit des symptômes semblables à ceux observés sur le malade. La thérapeutique est difficile à appliquer puisque accordé à chacun, et comme chacun est UNIQUE… et seul le remède indiqué aura une action, les autres n’ont absolument aucune action. Mais si vous donnez une remède non accordé au malade, ce remède ne fera jamais de mal et n’intoxiquera pas le malade : aucun effet secondaire, alors que dans les remèdes de Big Pharma, à doses pondérales, massives, commerçantes, utilisées en médecine allopathique, ils ont souvent des effets secondaires dont la liste est plus ou moins « longue comme le bras »

2. SPICULE : SPÉCIALEMENT : chacun des petits bâtonnets calcaires ou siliceux constituant le squelette des éponges, dans le cas du virus covid son squelette. Le dard du squelette en question va pénétrer une cellule et l’infecter, en produisant d’autres virus.
Voir aussi la page.

3. Vichara : dans le sens d’introspection tel que le « QUI SUIS-JE ? » et investigation sur sa propre réalité, et du « Sadvidya, ne traitant que du Soi et cela d’une façon explicite » (Ramana Maharshi, entretien 332 du 20-1-1937).

4. « Les Upanishad et les Écritures affirment que les êtres humains ne sont que des animaux tant qu’ils ne sont pas réalisés. Peut-être même sont-ils pires ». (Ramana Maharshi, entretien 79 du 29-9-1935).
 
 

Dernière mise à jour : 21-05-2021 21:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >