Accueil arrow News arrow Dernières news arrow TROU GNOUF
TROU GNOUF Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-01-2022 00:24

Pages vues : 1064    

Favoris : 61

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Chaos, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Eau, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, Images, Instant, Jardin, Marchandise, Nostalgie, Ondopinon, Opinion, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Ptah, Raison, République, Rêve, Serpent, Silence, Social, Spirale, Transparence, Trou, Verbopinion, Vie, Vierge

 
prise_usb_raison.jpg
 
 
TROU GNOUF
Tel est bien pris qui croyait apprendre
(des infos), du A privatif et prendre :
ne pas prendre, ne pas apprendre ou saisir.
Saisir et la police se saisit de vous et
vous flanque dans le Trou, au Gnouf,
en Cabane, ou elle vous fait « vacciner ».
 
 
TROU : Permet d’échapper aux machines construites par l’humain utilitariste, outil, et donc les machines seront elles aussi utilitaristes et considéreront les humains comme devenus INUTILES.
Le TROU n’est pas le vide mais le SEUIL.
TROU = ZÉRO INDIEN : aussi bien sur la fertilité ou énergie que sur la spiritualité puisque le  « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ », du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
Le TROU est à la fois immanentiste et transcendantale et par là même le moteur nommé CONTRADICTION : l’ouverture au Zéro Indien et LA SEULE CHOSE EN CE SPATIO-TEMPOREL À LAQUELLE ON NE S’HABITUE JAMAIS, VU QUE DANS UN TROU IL N’Y A RIEN D’AUTRE QUE LE TROU, ET DONC PAS DE TROU À VOIR.
C’EST POURQUOI LA RÉELLE EXISTENCE EST INSOLITE OU SPONTANÉE PAR NATURE. Celui qui voudrait l’organiser sera le Diable, le Grand Organisateur ou Grand Architecte, Grand Administrateur. LE SEUL RÉEL = LE TROU : tout ce qui est déjà et dûment recensé, voir prévu dans ses moindres détails, en viendra nécessairement à SUR-PRENDRE PARCE QU’IL EST L’INSTANT OU ABSENCE DE TEMPS : LE TROU, LE GATE GATE, LA TRANSPARENCE, LE VITRIN, LE FLUIDE OU LE VOLATIL : L’EAU.

Pour échapper aux machines style Matrix, le CHOIX :

- Cet actuel monde Luciférien du Faire/Fer et de l’opinion en carrelage en damier noir et blanc des loges judéo-maçonniques spéculum (les réseaux utilitaristes), et du transhumaniste en Big Brother et en metavers (”réalité augmentée”), où toute évolution vers les Mondes Libres sera interrompue car il sera procréé à la place une évolution statique, virtuelle, metavers ou artificielle dans le Minéral, le Végétal, l’Animal et l’Humain. C’est le monde limité qui se croit illimité parce que son problème d’ego ne sera pas résolu dans son dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif ; les machines construites par l’humain ne résoudront pas ce problème à leur place, et risquent fort de supprimer tout simplement les humains.
Lucifer, c’est le winnerisme, le Bel Ange, le Eyes Candy et donc le metavers en puissance, le Pour-Voir, l’information : récolter un peu partout des petites vérités pour en former une grosse, ou principe de l’évolutionnisme et du « progrès » sans fin comme la dualité cause-effet est une chaîne sans fin et en parfaite absolue stérilité !
- Ce monde Originel du Divin et donc a-temporel, les Eaux Primordiales, le Saint Chaos et la résolution du dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif. C’est donc le monde où l’on peut prendre conscience que : « Je dis, moi aussi, « je suis un homme » ; mais je ne me limite pas au corps. Le corps est en MOI. Voilà la différence », dit Ramana Maharshi dans l’entretien 601 du 27-12-1938.
Dans un cas comme dans l’autre, si on se prend pour un corps, ou si on se prend pour le Seul Réel, le « Bien » disparaît, et seul demeurera : ou bien le winnerisme de ce monde Luciférien, ou bien l’Unité originelle.
Comme l’Univers n’est pas ailleurs que dans le mental de chacun(e), il devient vital de ne pas se laisser bouffer au sens corporel du terme par le Pou-Voir Luciférien manipulateur de corps qui, pour le moment, semble le winner (C’est moi qui ait le pouvoir ! dit un enfant… ignorant qu’il se trouve pris-au-nier dans le spatio-temporel, le monde et le corps [nier, oublier la seule Réalité et être possédé par le mental]).

Dans l’un ou l’autre des choix ci-dessus, le seul FLÉAU (de la balance) possible est : « La réforme de soi entraîne automatiquement la réforme sociale. Limitez-vous à votre propre réforme. La réforme sociale prendra soin d’elle-même », dit Ramana Maharshi à l’entretien 282 du 16-11-1936.
« Vous voyez le monde et les gens qui s’y trouvent. Ce sont vos propres pensées. Le monde peut-il être séparé de vous ? » (Entretien 476 du 21-3-1938 avec le Dr. Stanley Jones, un missionnaire chrétien qui cherche à récolter partout des vérités pour en former une grosse).
« Le monde peut-il être séparé de vous ? », c’est-à-dire sortez-vous de l’univers pour l’examiner et vous dedans avec ? Et en plus à l’état de veille ?

BOUCHER LE TROU OU ENVOYER AU GNOUF = NIL NOVI SUB SOLE : RIEN DE NOUVEAU SOUS LE SOLEIL, ou en politisme et en capitalisme : « Plus ça change et plus c’est la même chose », ça s’appelle également « démocratie autoritaire » (puisque il n’y a que l’illusion d’un changement, et à cette période du covidisme, cette démocratie ne peut qu’être augmentée en autoritarisme…).

LE TROU : impossible de se connaître soi-même par soi-même : ça s’appelle « Pure Connaissance » ou Lumière de l’Essence, Saint-Esprit, Soi, la Conscience ne peut pas par définition, se connaître soi-même. L’Individu, comme son vrai nom l’indique : SINGULARITÉ ou IDIOTÈS, NE PEUT QU’ÊTRE (Lui-même). La question même de savoir si le Seul Réel ou Lumière de l’Essence peut se connaître elle-même est une imbécilité.
« Dire ”je ne me connais pas” ou ”je me suis connu” est franchement ridicule. Pourquoi cela ? Peut-il exister deux Soi [ou deux Dieux], l’un faisant de l’autre son objet, quand chacun sait pas expérience qu’ils son Un ? » (Ulladu Narpadu, strophe 13, de Ramana Maharshi).
Et dans Ulladu Narpadu à la strophe 12 : « Puisqu’il brille sans rien connaître d’autre que lui-même, ou rien d’autre qui le connaisse, le Soi est [authentique] connaissance ».

« En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler [à le pointer, à le Pour-Voir ou à l’administrer], cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l‘instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même ».
De la même manière, « Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ». (Réf. Ramana Maharshi, entretien 43 du 28-3-1935).

Sentiment = le policier du mental : « En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler, cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l’instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même », explique Ramana Maharshi à l’entretien 43 du 28-3-1935.
De la même manière, même entretien : « Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ».
Et à l’entretien 615 du 24-1-1939 : « Un voisin avait anticipé la visite d’un voleur dans sa maison. Il avait pris des précautions pour l’attraper en plaçant des policiers en civil pour surveiller les deux bouts de la rue, l’entrée et la sortie de sa maison. Lorsque le voleur s’était présenté comme prévu, les hommes de guet s’était précipités sur lui pour l’attraper. Le voleur, jugeant d’un coup d’oeil la situation, s’était mis à crier : « Au voleur ! Attrapez-le, attrapez-le ! Il court par là ! là ! » Et ce faisant, il était parvenu à s’enfuir.
Il en est ainsi avec l’ego. Partez à sa recherche et vous ne le trouverez pas. C’est la meilleure façon de s’en débarrasser ». (Entretien 615).

Le seul inconscient collectif possible est énoncé dans l’entretien 92 du 7-11-1935 :

« Les perceptions sensorielles ne peuvent donner qu’une connaissance indirecte et non une connaissance directe. Seule notre propre conscience est connaissance directe : c’est l’expérience commune à tout le monde. Aucune aide n’est nécessaire pour connaître son propre Soi, c’est-à-dire pour être conscient.
L’unique totalité, infinie et indivisible (le plenum), devient consciente d’elle-même en tant que ‘Je’. C’est son nom originel. Tous les autres noms, tels que OM, ne viennent qu’après. La Libération consiste uniquement à rester conscient du Soi. Le mahâvâkya « Je suis le brahman » en est l’affirmation qui fait autorité. Bien que l’on ait toujours l’expérience du ‘Je’, l’attention doit y être dirigée [Retournement de la Lumière]. Alors seulement, la Connaissance émerge. C’est pourquoi l’on a besoin de l’enseignement des Upanishad et des Sages » (entretien 92 du 7-11-1935).
« Le mental changeant (c’est-à-dire le mental associé à rajas = activité et à tamas = obscurité) est communément connu comme le mental. Dépourvu de rajas et de tamas, il est pur et brille par lui-même. C’est la réalisation du Soi. C’est pourquoi on dit que le mental est le moyen pour l’atteindre » (entretien 100 du 19-11-1935).

Dans le même entretien 615 : « Saisissez d’abord l’ego et demandez ensuite comment il peut être détruit. Qui pose cette question ? C’est l’ego. L’ego serait-il d’accord pour se détruire lui-même ? Cette question est la meilleure façon d’entretenir l’ego et non pas de le détruire [comme dans l’exemple du policier ci-dessus]. Si vous cherchez l’ego, vous constaterez qu’il n’existe pas. Voilà la façon de le détruire ».
PAS DE MEILLEUR VACCIN QU’AVEC AUCUN VACCIN… COMME PAS DE MEILLEURE LIBERTÉ AVEC AUCUNE INVENTION DE LIBERTÉ, OU PAS DE MEILLEURE VALEUR SANS AUCUNE INVENTION DE LA VALEUR.

PAS DE SAISIE, SAUF CELLE DE L’EGO :

SHUN : Peut-on atteindre la Voie [Tao ou Soi-Instant, la Réalisation de la Libération] et la Garder ?
- ZHENG : Vous ne pouvez garder votre corps, comment pourriez-vous garder la Voie ?
- SHUN : À qui est donc mon corps, s’il n’est pas à moi ?
- ZHENG : C’est une forme qui vous est fournie par le Ciel et la Terre. La vie ne vous appartient pas : c’est une harmonie qui vous est fournie par le Ciel et la Terre. La Nature ne vous appartient pas : elle vous est fournie par l’Univers. Vos descendants ne vous appartiennent pas : ils ne sont que mues confiées par l’Univers. C’est pourquoi vous marchez sans savoir où vous allez, vous vous arrêtez sans savoir où vous restez, vous mangez sans connaître les saveurs. Telle est la force du souffle Yang de l’Univers. Comment pourriez-vous posséder quelque chose ?
Lie Tseu (Liezi), Vè siècle avant J.C., Traité du Vide parfait, chapitre Présages célestes, partie 14, signifiant que l’ego n’est pas naturel et est la conséquence de cette condamnation à vivre : exister, synonyme de temps avec naissance et mort ! Et entre les deux : consommation consumation et surtout souffrance compensée par cette consommation qui engrosse l’oligarchie du Pour-Voir !

TROU GNOUF = LE MENTAL = LE POLICIER-GNOUF : GRIFFON (corps de singe, ailes d’aigle, tête de chat ou lynx, et bottes nommées « bassarides ». C’est le CHAT BOTTÉ, ou CARABAS. « En chypriote moderne, le « chat » se dit encore « pissi pissoudé », ce qui veut dire « petit », ou bien « miscouri », littéralement « petite cave » [trou] à cause des lieux où il réside Chypre possédait une ville de « Kourium » : « le jour de la cave », ou « le jour du chat ». Le nom de Carabas est donc chypriote et veut dire « chat botté », en anglais « pussin boots ». La Bible nomme d’ailleurs ce personnage « Asmodée qui retourne à la cave ». (Grasset d’Orcet, L’Archéologie mystérieuse, vol.1, page 58).
Chat, Asmodée, Carabas = LE MENTAL, Carabas ou Baraka : LE CONTRAIRE (et non comme la pensée unique qui en fait un synonyme de « winner » : baraka terme arabe signifiant « possédé » : ”avoir la baraka”). Carabas étant chat botté, il erre dans le monde par l’idéation de son mental. La chaussure ou la botte est symbole d’autorité, et ”ôter sa chaussure” est un premier pas vers l’intimité. La chaussure est le signe qu’un être humain s’appartient à lui-même : en sanskrit Padam (pied) est le Soi (avoir chaussure à son pied ou être un Éveillé). Pour les freudiens le pied est phallique !
Dans le conte du chat botté l’ogre, ou Pour-Voir, comme le temps dévore ses propre enfants : il est le maître de l’illusion amenant la « fin de l’histoire » ; il sera donc Lucifer le Maître des Lumières, la Grand Administrateur de cet Univers, ou Maître de la Circonférence qui est partout, puisque O-géré donne OGRE, des Apparences (A.p.parence : sans accord avec la Source, comme si le fleuve qui va à la mer oubliait qu’il a une source), c’est donc l’encroûtement, le lourd, bête, méchant, orgueilleux, le winnerisme, sous sa forme de Marâtre, devant son propre Miroir-menteur). C’est toute la dualité pur-impur ou bien-mal (1), le combat des Marâtres et des Ogres, des Héros (qui eux dissimulent sous leur costume de Supermen leur état d’Ogre et de Mârâtre) contre d’autres Marâtres, Ogres et Héros.
Le Voir, c’est Réaliser le Soi, se délivrer de la Saisie pour le « N’EST PAS X » : PERCÉE ou PER-SE, AIGUILLE en processus de la FONTAINE DE JOUVENCE DE LA MÈRE UNIVERSELLE.

LE VRAI HÉROS OU CHEVALIER, LE VRAI SUPERMAN : « Si on désire rester dans un état libre de pensées, le combat est inévitable. L’état primordial est le résultat d’une conquête. On doit se frayer le chemin en se battant pour regagner son état originel et primordial. Si le combat est bien mené et le but atteint, l’ennemi – autrement dit les pensées – sera vaincu. Toutes les pensées s’apaiseront dans le Soi et disparaîtront entièrement. Les pensées sont l’ennemi. Elles correspondent à la création de l’Univers. En leur absence, il n’y a ni monde ni Dieu créateur. Il n’y a que l’Être unique et c’est la félicité du Soi ». (Ramana Maharshi, entretien 326 du 13-1-1937).

CHEVALIER = « CE QUI EST » : L’A-venture, du A privatif et cheminement : pas de chemin, soit l’A-cheminenent : il n’y a plus de temps d’A-viser.
Ce régime républicain et capitaliste mondial veut rendre « responsable » ou « assumer ses actes », conformément où en France depuis 1789 tout le monde est devenu le roi (le citoyen, l’usager ou l’électeur), L’EGO C’EST LE ROI : IL ASSUME, IL SAISIE (prendre pour soi), c’est-à-dire qu’il se sépare de la Source, il repousse le FLUX, le A privatif du A sous ME (assumer), ce qui ne peut que produire un ME-fait pour l’être qui se veut A-ni-mé (A nie ME, ou qui ignore le Soi. Le Retournement de la Lumière c’est faire UN avec sa Source : l’Â-ME, et non le citoyenisme ou l’individu non prisonnier du mental, mais Éveillé : I-sol-E être proche de la Source Re-laxée ou SOL-I-tude de l’Étoile unique et de Tout ce qui est de d’I-vin, soit le Retour au I sans second, au-delà du binaire sujet-objet : La Puissance Divine est dans les TROUS de la Glande Pinéale (non-saisie, E-vide ou E-voir : E-vidence, vider, être dans l’Instant !)

- Question : Quel est la meilleure façon de travailler pour la paix du monde ?
- Maharshi : Qu’est-ce que le monde ? Qu’est-ce que la paix, et qui est celui qui travaille à cette paix ?
Le monde n’apparaît pas dans votre sommeil profond ; et il n’est qu’une projection du mental dans votre jâgrat [état de veille]. Il n’est donc qu’une idée et rien d’autre. Quant à la paix, c’est l’absence d’agitation. L’agitation, chez l’individu, est provoquée par l’apparition des pensées, qui n’est que l’ego surgissant de la pure conscience.
Assurer la paix signifie être libre de toute pensée et demeurer en tant que pure conscience. Si on est soi-même en paix, la paix règne partout [c’est le site qui souligne].
- Question : S’il est question de faire quelque chose que l’on considère être mal, mais qu’en le faisant on sauve autrui d’un grand malheur, doit-on agir ou s’abstenir ?
- Maharshi : Qu’est-ce qui est bien et qu’est-ce qui est mal ? Il n’y a pas de critère qui permette de juger si une chose est bonne et une autre mauvaise. Les opinions diffèrent selon la nature de l’individu et selon son environnement. Ce sont encore des idées et rien de plus. Ne vous tracassez pas à leur sujet.
Débarrassez-vous plutôt des pensées. Si vous demeurez toujours dans le bien, alors le bien régnera dans le monde. (Entretien 453 du 8-2-1938).

Note.
1. Dualité bien-mal ou pur-impure : « Pour connaître le bien et le mal, il doit y avoir un sujet. Ce sujet, c’est l’ego. Remontez à la source de l’ego. Vous aboutirez au Soi. La source de l’ego est Dieu.
Cette définition de Dieu est probablement plus concrète et plus facile, pour vous, à comprendre ». (Ramana Maharshi, entretien 106 du 29-11-1935).
 
 

Dernière mise à jour : 08-01-2022 00:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >