Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le Social est par essence DIVIN
Le Social est par essence DIVIN Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-08-2018 01:47

Pages vues : 920    

Favoris : 159

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
couverturesocial_mic1.jpg
 
 
Le Social est par essence DIVIN
C’est essentiel et salutaire
pour échapper à ce monde catastrophique.
Il n’existe donc pas de laïcité (invention
du capitalisme pour faire fonctionner le
« pouvoir d’achat » et son tiroir-caisse)

La Transparence de chacun, outil contre les apparences de l’ego.
 
 
En en prenant, un peu, conscience, le « social » ne peut qu’être divin, par essence l’être humain étant un Homo religiosus, même celui qui se dit « athée », « laïque » ou autre qui se croit « libertaire » ; de plus le mot « Dieu » n’est qu’un mot construit par le mental. Si l’athée refuse le mot « Dieu », de même que le « laïque » en tant que nom-la-forme, il ne peut qu’être soumis au Divin qui est sa Vraie Nature. L’homo religiosus qui poursuit le Divin sans le Divin cela donnera l’existentialisme à la Jean-Saul Partre, ou la Jérusalem céleste des socialistes maçonisés.
Pour les athées Dieu apparaît comme « le roi » qui les empêcherait de vivre leur sainte démocratie ; ils sont donc autant « croyant » que le plus croyant des banquiers protestants ou juifs ces « marchands de confiance », donc de croyance en gros ! Les athées, laïques et à y ajouter la juiverie franc-maçonnique spéculative londonienne de 1717 jusqu’à nos jours est une tentative démentielle de l’humain pour reconquérir le Divin à la place du Soi, ou Dieu ! donc le triomphe de l’ego et de ses biens de consommation et de « pouvoir d’achat ». Tous ces athées oublient qu’ils sont sous la dépendance du Soi ou Dieu, ou le « Moi de Dieu » pour reprendre cette expression de Gustave Thibon, ce « Moi » ou ‘Je’ qui est notre état naturel, combien de fois faudra-t-il le dire depuis les religions de la déchéance humaine (éjection du Paradis) ?
 
Simone Weil avait raison de dire « Le moi et le social sont les deux grandes idoles », cité par Gustave Thibon dans : Notre regard qui manque à la lumière ; Simone Weil aurait pu ajouter « depuis 1789 »…
Malheureusement ce « social » de l’après 1789 est transformé en culte du narcissisme, avec boulimie d’honneurs ou de diplômes (olympisme à la mode depuis la croissance de l’ère industrielle), privilèges (du régime républicain), prestige (rejoint l’olympisme, le sport-star system et la course au rendement, rejoint bien-sûr le pouvoir et la mode actuel du politisme). Tout cela montre UN REFUGE-CONFORT DANS LE MOI-INDIVIDUEL, COMME SI ON AVAIT PEUR DE PERDRE SON PORTE-MONNAIE (son opinion ou petite vérité).
Le partie la plus violente de notre actuel « social » est sa hiérarchie pyramidale construite sur l’ARGENT ANONYME (symbolisme du caca et on ne chie plus en public comme au temps des Anciens Romains mais en privé, en Moi-Individuel), et sa fondation sur l’État abstrait (les élus au suffrage machinisme) et ses célébrités gonflés par la propagande, etc.

Le Vrai Héros de nos jours est celui qui affronte l’antidote au social actuel et inversé, donc qui lutte contre l’orgueil et la vanité du social de cette civilisation.
L’actuelle idolâtrie du social est une catastrophe, c’est devenue un FUSIBLE partout où est IGNORÉ le vrai sens du social indiqué en titre de cette page. Celui qui est dans l’ignorance de sa Vraie Nature a besoin de ce social catastrophique car pour vivre et agir il a besoin de cette illusion du social. Mais le premier réflexe du Vrai Héros est de rejeter ce social catastrophe et artificiel et ses « réseaux sociaux ».
Mais le Vrai Héros est celui qui prend conscience de sa lutte, sinon, il est encore sous la domination de son ego, de son dualisme sujet-objet autant que celui qui est conditionné par le social artifice.

L’idolâtrie sociale du Moi-Collectif donne à César, ou à Staline, ou à Hitler, ou à la République ancienne. L’idolâtrie républicaine et capitaliste de 1789 du Moi-Individuel ne donne rien ! Le Vrai Social par essence divin donne, lui, ce qui lui revient (rayonnement naturel).

Le régime républicain se veut nouveau « patriarche », nouveau « Dieu » et parle de « couverture sociale » ; ainsi tout ce qui se rapporte à cette mode du social artifice est par essence l’inverse du Vrai Social, donc de nature de la surface, de l’illusion, de l’apparence. La Profondeur, donc le Soi, ne peut pas être illusion ou apparence-confort. Le critère social que les humains jugent avec leur tyrannie de l’opinion est aussi celui qui nous renseigne le moins sur l’harmonie de la communauté surtout occidentale (anglo-américaine particulièrement).

L’être humain livré à son Moi-Individuel tend à la destruction de sa propre espèce. Cependant l’instinct sur-naturel présente le même danger ; toutes les formes de héros et de saints constituent des menaces sérieuses pour la continuité de l’espèce humaine et de l’harmonie sociale : voir ce que firent les Hébreux puis les Chrétiens contre les Païens, et plus tard les Conquistadors, des saints tueurs de Païens comme celui au menteau... l’Inquisition, les croisades et guerres de religions à n’en plus finir. Nous ne pouvons vivre QU’ENSEMBLE, et NOUS NE POUVONS QUE MOURIR SEUL (personne ne va mourir pour moi, ou manger pour moi si je n’ai plus la force de me nourrir). Le corps ou mental, instinct individuel nous livre entier à la Chronologie par essence tueuse ; l’expérience, donc le social, se construit DANS la Chronologie tueuse, avec refuges provisoires contre la mort ; seule l’Amour ou Gratuité, le Soi, nous sauve de la Chronologie ou HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule).
 
 
Social par essence DIVIN.

Tu es, Nous sommes la Réalité même, qui est fusionné en toi, et Nous, comme l’éclat des Cieux a fusionné avec la pupille de l’œil. L’œil ne fonctionne qu’en utilisant la lumière, ici émanée du Soleil, sinon l’œil ne sert à rien. Aussi le jiva ou Réalisé vivant, Libéré vivant, ne peut fonctionner qu’en utilisant la Conscience qui rayonne depuis le Soi. L’œil ne peut fonctionner que dans la lumière réfléchie du Soleil et est incapable de voir quoi que ce soi s’il regarde directement le disque solaire, il va même en perdre la vue s’il insiste, le Réalisé vivant n’est capable de fonctionner que dans la Conscience RÉFLÉCHIE du monde des illusions. C’est-à-dire que le mental libéré est seulement TÉMOIN du mental actif. Cette Conscience RÉFLÉCHIE est donc la Vraie Conscience ou « mental sattvique parce que la connaissance en tant que témoin ou celui qui expérimente n’est qu’une fonction de la Conscience réfléchie (apparence ou reflet) ». Pour une telle connaissance il faut bien un mental, et ce mental est REFLET, donc par lui-même il est inopérant, ainsi pas de laïcité ou autres opinions tueuses. Ce Vrai Mental est sattvique (pur) et c’est l’état du Libéré vivant ou jiva-mukta ; on dit également que son mental est mort (je préfère le dire « dompté » comme le Dragon… « Fixer le mental sur le Soi » dit la Bhagavad-Gîtâ VI, 25). Et là on rejoint le PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI en ce sens qu’un jiva-mukta a un mental et que ce mental n’existe pas ! Hélas c’est une concession qu’il faut faire quand on parle dans ce monde de l’illusion ! Ici je fais référence à l’entretien 68 de Ramana Maharshi le 21 juillet 1935.
« Le ‘Je’ [Soi] rejette l’illusion du ‘je’ [ego] et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est la Paradoxe de la Réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés [libérés] n’y voient aucune contradiction », dit le Maharshi à l’entretien 28.

« Connaissez d’abord votre tattva (1) et vous pourrez ensuite vous soucier de vos devoirs [et donc du social]. Pour pouvoir les connaître et les accomplir, vous devez exister. Réalisez d’abord votre existence et cherchez à connaître vos devoirs ensuite » (R.M. entr. 565). En d’autres mots : tout être humain doit ainsi faire société avec lui-même au plus profond de son être avant de se lancer à faire société avec les autres. Une communauté humaine harmonieuse ne doit avoir AUCUNE CHEFFERIE (aucun pouvoir-psychose), ce qui nécessite des relations sociales VRAIES qui ne peuvent avoir lieu qu’entre personnes authentiques. Sans cela, effectivement le régime républicain et sa bande organisée et ses banques piafferont de joie.

Le jiva-mukta n’est capable de fonctionner que dans la Conscience réfléchie des tattvas. S’il se tourne pour regarder le Soi, il sera « bouffé », entièrement effacé et se fondra au Soi avec lequel il ne fera plus qu’un ; c’est le ‘Je’ que la chrétienté appelle la « Communion des Saints », ce qu’exprime Jésus-Christ en disant : « Je suis le Cep [‘Je’] et vous êtes les sarments [Moi-Toi/Nous-Vous] », là où la Chronologie tueuse n’existe pas puisqu’elle est une invention du mental.

Se libérer de ce monde de la tyrannie de l’opinion (la conscience personnelle ou ‘je’ et conscience discriminante qui colle des noms-les-formes sans substance partout et qui amplifie l’ego au nom de la « liberté de pensée » : « se faire son opinion »).
L’opinion, ce ‘je’ du mental et des cinq sens dans lequel le jiva est plongé dans le monde des tattvas (1) afin de pouvoir, selon les circonstance-expériences, en venir à prendre conscience de la nature illusoire qui se déroule dans les états de veille, de rêve et de sommeil ; car la PURETÉ n’est pas affecté par la dualité jour-nuit, qui dépend du bidouillage du temps.

IMPORTANT, et rejoint le paradoxe.
L’état de veille dans lequel l’humain actuel est plongé est celui de l’illusion, LAQUELLE NE MENERA JAMAIS À LA MOINDRE LIBÉRATION. Cet état de veille illusoire et D’IMPURETÉ sera remplacé par le sommeil profond ou état D’OUBLI TOTAL OU « LAVEURS » ALCHIMIQUES, comme on lave un linge pour le délivrer de ses impuretés. Ce n’est pas à l’être humain de ce libérer mais par la GRÂCE qui, ELLE-SEULE, peut mettre un terme à ces illusions, et principalement mettre un terme à la tyrannie de l’opinion où chacun de « se faire son opinion », ou à chacun sa petite vérité qui ne boucle sur rien et qui ne mène nulle part sauf vers l’amplification de l’ego. Dans la Grâce il n’y a pas de « faculté » (2)(illusions) ni « d’oubli » donc de temps ou bidouillage du mental.



De nos jours d’après 1789 tout fonctionnant sur l’égo et le social faux, il n’est pas étonnant que la mode du NOMADE triomphe, et ce n’est pas le fait de la croissance technologique (chemin de fer, avion, informatique, etc.), le cheval permettait aussi le nomadisme.
NOMADE = ÉCHANGE-COMMERCE (si chair(e) à un Jacques Attali), là où l’on joue à la dualité perd-gagne. Cela rejoint le Paradoxe de la Réalisation au sens que, toute tentative par l’ego ou mental de maîtriser cet ego ne fera que le renforcer, que l’amplifier. Faire/Fer de son corps/mental le véhicule, ou cheval est voué à l’échec car tout s’amplifie. Mais si la conscience, l’ego, s’abandonne à la Grâce Divine et l’emprunte comme véhicule, l’ego sera inexistant et le seul véhicule sera le Soi. La encore cela rejoint que le Vrai Social ne peut qu’être Divin.

Le social actuel n’est aucunement « égalité » comme voudrait nous le faire croire les forts en gueule et en argent, car ce social c’est LA COURSE À LA COMPÉTITION (voir la mode « jeux olympiques ») et à l’argent. Aussi pour se libérer de ce faux et dangereux social l’important est de rester extérieur à cette dualité victoire-défaite si présente depuis la guerre 1939-1945 et Adolphe Hitler ; et rester en dehors des privilèges du social, que le régime républicain entretien aussi savamment que sous le régime monarchique ! Se libérer de la dualité sociale winners-losers.
L’histoire de la crucifixion de Jésus-Christ le Réalisé entre deux bandits constitue un parfait exemple de « justice sociale », et donc de totale illusion ! et par là même va développé une monstruosité d’opinion destructrice (croisade, Conquistadors, etc.)

Le diable comme la république de 1789 se sont retournés contre Dieu, mais le Libéré qui est sa VRAIE NATURE ne peut qu’être AVEC Dieu.
La PURETÉ ou TRANSPARENCE ou notre état naturel du Soi est explicite dans l’Évangile : « Si vous ne devenez semblables aux petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux », donc à l’opposé de celui des Hébreux-Juifs et leur « Royaume de Dieu sur Terre » (et son pouvoir d'achat).

Ce monde de la dualité qui appelle mal ou bien, péché ou vertu, mesure ou excès est UN HORRIBLE INSTRUMENT À BROYER L’INNOCENCE, LA GRÂCE.
L’INNOCENCE ÇA BRÛLE.

L’INNOCENCE DEVANT CE MONDE HORRIBLE : UNE PLAIE TOUJOURS OUVERTE ET QUI NE S’INFECTE JAMAIS, UNE BLESSURE INVULNÉRABLE.
La Grâce est une armure qui préserve du mal et des souillures, mais non en tant que BLESSURE.



Notes.
1. Tattva : vérité ou essence d’une chose ; principe. « Quant au chercheur, il doit admettre directement le Soi et s’efforcer d’être CELA sans devoir recourir à l’étude des tattvas », dit le Maharshi à l’entretien 647.

2. Faculté : de faire/fer ou fonction, utilitaire, moyen ou ressource, privilège, etc., et surtout le mental lui-même, que la mode du 18è siècle appelait « raison ».
FAIRE/FER : connaître les noms-les-formes au moyen des sens par les facultés mentales et s’en « saisir », et tomber ainsi dans la conscience discriminante du 'je' ego, CONTRAIRE DU RENONCEMENT ou PUTRÉFACTION.
 
 

Dernière mise à jour : 26-08-2018 02:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >