Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le Temps-Objet-Corps
Le Temps-Objet-Corps Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-11-2018 01:01

Pages vues : 695    

Favoris : 119

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Artifice, Babel, Banques, Christ, Clairière, Conte, Diable, Dictature, Dieu, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Fléau, Forêt, Fractale, Gratuit, Guerre, Idiodynamique, Information, Instant, Israël, Jardin, Labyrinthe, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Messie, Mondialisme, Nirvana, Ouvrier, Païen, Pays, Paysan, Ptah, Raison, Rien, Religions, République, Révolution, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Tapis, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Thermodynamique, Univers, Vase, Vide, Volonté, washingtonisme, Xatemme, Yokaï

 
temps_corps_main_pied.jpg
 
 
Le Temps-Objet-Corps
Un objet qu’on achète comme tout objet-Corps maintenant !
Et les transhumanistes veulent le fabriquer :
« Made immortel », après PMA-GPA.
Dire que les Yahvistes parlaient de « prostitution »
à propos d’objet-Corps chez les Païens
(lire l’article plus bas), eux qui maintenant avec leurs
suiveurs, les Talmudistes, idolâtrent le corps plus que
jamais et de plus l’amplifient sous forme virtuel en ego triomphant.

Le « temps qu’il dure » = souffrance du corps comme
le cauchemar qui ne cesse que lorsqu’on se réveille.
« La souffrance provoquée par la perception de
l’illusion du monde cesse lorsqu’on se réveille de
cette illusion et, par voie de conséquence, qu’on
évite d’acquérir des objets [corps] du monde et de
s’y accrocher », dit Vasistha dans le Yoga Vasistha,
chapitre : L’histoire de Kundadanla, ce qui
évidemment n’est pas bon pour le commerce de la
City de Londres et de ses banques !


Page dédiée à mon Grand Ami l’Empereur Julien.
 
 
Comme pour les Éveillés ce monde n’a pas été créé, il n’existe absolument pas (et c’est pas bon pour le commerce… ni pour l’opinion et sa « liberté d’expression »…]. On pourra comprendre alors que dans un proche futur il risque d’y avoir une chasse, non pas aux terroristes, mais aux Éveillés…
 
Par le capitalisme juif, cachez-moi ce Réel que je ne saurais voir tant il n’existe pas et ne rapporte rien !
LE REFUS DU SEUL RÉEL C’EST LE REFUS DU GRATUIT, OU DE L’AMOUR, PAR MÉCANISME DE SÉCURITAIRE OU DE DÉFENSE QUI ENTRE EN PROGRAMMATION DÈS QUE LE SEUL RÉEL EST PERÇU CRUEL, C’EST-À-DIRE SANS TEMPS, SANS POSSIBILITÉ D’AVISER OU DE TRAVAILLER DU CHAPEAU. AUTANT DIRE QUE C’EST UNE BIG IMPOSSIBILITÉ CHEZ LES HÉBREUX-JUIFS, QUI PAR LA SUITE VONT INVENTER LE TEMPS OU HOTC (ou Histoire-opinions-Temps qui coule), ET CE QUI VA AVEC : L’ARGENT.
Comme il n’y a pas de lumière sans obscurité, il faut que ça rapporte !!! Ainsi on a inventé l’obscurité pour fabriquer et vendre de l’huile pour les lampes, puis des chandelles, et maintenant des ampoules électrique !!! Et il y en a même qui parlent de « Grands Luminaires » (les étoiles)… Incroyable, alors que seul le Soi existe, sans l’invention de l’ombre et de la lumière ! (En référence à Vasistha, Yoga Vasistha, chapitre : L’histoire de Kundadanla).

Vasistha explique au Prince Rama que la « solidité des substances », ce qu’en ce moment nous croyons « réel », cesse en examinant « l’avant » et « l’après ». Par la contemplation de la Vérité qu’il en est de même en rêve, la croyance en la matérialité de ces substances cesse. Donc l’HOTC cesse.

Rama subit un assaut de questions à Vasistha, il se demande comment la contemplation voit-elle le jour et qu’est-ce que la contemplation.
- Vasistha : En fait, il n’y a pas d’illusion au sein de l’Infini. Mais parce que la Conscience est infinie et impossible à réduire [identique à vouloir sortir de l’univers pour le mesurer], le concept ou opinion de contemplation répétée de cette Vérité voit le jour en son sein.

Rama se demande si l’HOTC et tout le reste n’existe pas, alors comment a pu apparaître l’opinion de l’unité et de la diversité [surtout depuis la machine politiste d’Union européenne] ?
- Vasistha : La diversité du temps, de l’espace, de la matière, de l’énergie [action] et des expériences se trouve seulement dans l’IGNORANCE INEXISTANTE. Il n’existe pas de concepts ou opinions en dehors d’icelle.

- Rama : Quand l’éveil lui-même est lié au sentiment de l’ego, il devient alors lui-même autre qu’éveil [il tombe dans la dualité sujet-objet]. Comment pareille division peut-elle exister dans le Soi ?
- Vasistha : La lumière de l’Éveillé est elle-même conscience réflexive. L’apparente division ou dualité est comme le vent et son mouvement.

Normalement on ne devrait pas diviser entre océan et vagues, car la Réalité n’est qu’une unique Conscience indivisible.
Vasistha explique à Rama que LA SEULE CONVICTION DE LA RÉALITÉ DE L’OBJET DE L’EXPÉRIENCE EST LA SERVITUDE. Et toute notre « civilisation » est construite sur cette SERVITUDE (thermodynamique en technologie, y compris informatique), que certains essayent de compenser par l’argent, le business ou commerce, ou tout ce qui tourne dans ce que de nos jours on appelle « économie » et qui dirige ce monde illusoire.
« IL EST SUFFISANT DE SAVOIR QUE L’OBJET N’EXISTE PAS [je suis obligé d’écrire ce texte sur un ordinateur vendu par un constructeur qui a conçu le fait de vendre cet objet] ».

NORMALEMENT, PUISQUE LA CONSCIENCE INFINIE EST TOUT, IL N’EXISTE NI SERVITUDE NI LIBÉRATION. Il faut être un commerçant, et sa conséquence le banquier, pour inventer la servitude et son conjoint la libération, PRINCIPE DE LA MAFFIA : « Je te casse ta maison, et si tu veux être « sécurisé », je te protège si tu me paye telle somme d’argent par mois ». Bref, c’est le voleur ou plutôt la valeur-opinion qui fait inventer la trinité ARMÉE-POLICE-JUSTICE ET AVEC EUX LES FABRICANTS DE SERRURES ET DE « SÉCURITÉ » EN TOUS GENRES.
DE LA MÊME MANIÈRE LE CAPITALISME A DÉVELOPPÉ L’AUTO-MOBILE ET LE BESOIN QUI VA AVEC, ET MAINTENANT LE TÉLÉPHONE AUSSI MOBILE, SOIT LE TRIOMPHE DE L’EGO OU TRIOMPHE DE L’INDIVIDUALITÉ. AUSSI IL N’EST PAS ÉTONNANT QUE L’ÉTAT INVENTÉ PAR LES WINNERS EN 1948 ET QUI EST NOMMÉ « ISRAËL », SOIT UN ÉTAT CHAMPION DU SÉCURITAIRE (et par là-même du contre-espionnage, voir leur MOSSAD et son efficacité), PARCE QUE C’EST UN ÉTAT EN SURVIE, COMME SON « PEUPLE ÉLU » EN SURVIE DEPUIS PLUS DE 2000 ANS…… LES HÉBREUX-JUIFS FONT DANS L’IDOLÂTRIE DE LA SURVIE : ça commence avec leurs prophètes qui attaquent avec une violence inconnue dans l’histoire humaine les influences cananéennes, ce qu’ils appellent « la prostitution », laquelle est tout simplement une Variation du Thème de la RÉALISATION DU SOI, le prolongement naturel ou élémentaire du divin, c’est-à-dire de la Conscience infinie puisque absolument TOUT EST DANS TOUT ; mais ça les prophètes des Hébreux ou Yahvistes ne peuvent pas l’encaisser, et cela depuis leur pénétration en PALESTINE, laquelle est encore martyr de nos jours de « tout connecté » en « mobile » (le ”monde-hôtel” de Jacques Attali…) !

Le mondialisme commence véritablement avec les prophètes des Yahvistes tueurs de Païens, tueurs de Palestiniens ; les Chrétiens prendront la relève en tant que tueurs des Peuples du Soleil (Incas, Mayas, Aztèques, etc.), et dès le 4è siècle en tant que tueurs de « prostitués », comme vers l’an 452 au Concile d’Arles : « Si sur le territoire d’un évêque, des infidèles [sic] allument des torches, ou vénèrent des arbres, des fontaines ou des pierres, et que l’évêque néglige d’extirper ces superstitions, qu’il sache bien qu’il est coupable. Quant à l’organisateur de ces pratiques, si, averti, il ne veut pas se corriger, qu’il soit privé de communion ». Et Sous Clovis, adulé par un Pierre Hillard qui déteste les Païens, Concile d’Orléans en l’an 533, un peu après la mort de Clovis : « Canon 22 : quelques-uns continuant les anciens errements fêtent le 1er janvier, d’autres portent à manger aux morts pour la fête du siège de Pierre et mangent des légumes offerts au démon, d’autres vénèrent certains rochers ou des arbres ou des sources. Les prêtres doivent détruire ces superstitions ».

La violence des Yahvistes contre les Païens et la violence du matérialisme-capitalisme juif est identique.

Les prophètes des Hébreux SONT DES COMMERÇANTS : LES INVENTEURS DE LA LAÏCITÉ : ILS RÉUSSISSENT L’EXPLOIT D’ÉVACUER DU TOUT, DU SOI OU DE LA NATURE, TOUTE PRÉSENCE DIVINE ; AINSI DES SOURCES ET DES FONTAINES DEVIENNENT « IMPURS » ; DES PIERRES, DES ARBRES DEVIENNENT « IMPURS » CAR SOUILLÉS PAR LE CULTE DES DIVINITÉS CANANÉENNES DE LA FERTILITÉ.
ÉVACUER DE TOUT, OU DE LA NATURE TOUTE PRÉSENCE DIVINE ÇA S’APPELLE LAÏCITÉ, comme « d’évacuer » de l’État ou du « public », de la masse, toute influence des chrétiens, ou d'autres croyances ; mais en inventant cette soi-disant « libération » (de la pensée) le régime républicain inventait du même coup la division qu’il s’efforçait d’annuler ! Le régime n’a fait que couper du bois mort.


RAPPEL : Exemple d’idée reçue et de forme de racisme : avec l’arrivée des colonisateurs chrétiens, en Inde, les missionnaires (les colonisateurs) chrétiens n’acceptaient dans les églises que les fleurs qui n’étaient pas utilisées dans les cérémonies hindoues, donc ces Chrétiens n’avaient que les moins belles ! Chez les Incas, Mayas, etc., ces mêmes « missionnaires » les tuaient ou les rendaient esclaves les considérant comme « inférieurs » ou « sauvages ». Nous en sommes au même point de nos jours avec la « démocratie », etc. et avec l’Empire USionistan nouveaux Prophètes moralisateurs de ce monde.


Donc « Aucune cause n’induit la création du monde extérieur. Un effet ne se manifeste pas sans une cause. C’est donc une perception illusoire [qu’est ce monde] », explique Vasistha.
Il dit que l’apparence du monde qui existe en tant qu’opinion s’estompe puis disparaît. Alors l’être humain ne tarde pas à être totalement délivré des limitations et du conditionnement. Il est utile de se rappeler que le rêve d’immortalité des transhumanistes EST UN PUR CONDITIONNEMENT !
Conditionnement qui prend fin quand : ”En prenant conscience de la Vérité que tous les objets et toutes les substances existent dans le Soi ou Conscience infinie en tant que notions perverties [mais toutes notions ou opinions est perversion !], l’empire qu’il exerce sur ces substances (et inversement) s’achève. La roue du samsara [cycles des naissances et des morts et monde des noms-les-formes] s’arrête bientôt” (VI, 2, 190).

Donc quand l’illusion de la solidité, ou du spatio-temporel, ou l’HOTC des objets cesse, de même quand cesse les efforts déployés pour juguler cette illusion, c’en est finit de toute dépendance au monde, explique Vasistha, c’en est même finit du business des Talmudistes !
Comme les objets sont imaginaires et provoquent la souffrance, tant qu’il y a des pensées ou opinions dans le mental, il convient de s’interroger sur leur nature, comme l’explique Vasistha.

”La Conscience devenant conscience d’Elle-même en tant qu’objet porte le nom de mental. L’investigation est ce que tu es en train de mener à bien maintenant. Elle permet de mettre un terme au conditionnement mental” (VI, 2, 190). Il est certain qu’un objet, ou que le conditionnement mental, n’est pas une réalité. Par conséquent, le mental lui non plus n’est pas une réalité », explique Vasistha à Rama, qui lui répond tout de même que nous faisons bel et bien l’expérience de l’existence du mental.
- Vasistha : Le monde n’est pas ce qu’il paraît aux yeux des ignorants : ce qui est Réel aux yeux des Éveillés est indicible, indescriptible. […] Les ignorants perçoivent le monde comme ayant un début et une fin [surtout les croyants, particulièrement les Juifs et les transhumanistes]. Les Éveillés ne le voient pas du tout car, n’ayant pas été créé, il n’existe absolument pas [et là encore c’est pas bon pour le commerce…].

Rama demande comment se fait-il que nous fassions l’expérience de l’existence de l’objet ou corps ?
- Vasistha : On le connaît comme on connaît un objet en rêve alors qu’en vérité il n’existe pas.
- Rama : Comment se débarrasser de cette illusion du monde ?
- Vasistha : Pose-toi la question : « Comme ce samsara peut-il sembler exister, quand, en l’absence de toute cause, il n’a aucune raison de voir le jour ? »

- Vasistha : Brahman [le Soi ou Instant] brille en Lui-même en tant que Lui-même [Singularité] par pure coïncidence [comme la noix de coco mûre qui tombe quand il se trouve qu’un Corbeau se pose dessus] ; et il Se connaît Lui-même, et en son propre Sein, en tant que Cette Création.
Ce qui amène une description par Vasistha de la Lumière de l’Essence : « Regarde la Lumière de la Conscience [de l'Essence] en toi-même par ton Soi. La Lumière n’est perçue qu’en rapport avec autre chose [donc avec la lumière de la conscience ou mental, le ‘je’]. Puisqu’au commencement n’existait pas pareille division ou dualité, expérimente cette Lumière en toi [identique au Retournement de la Lumière dans Le Secret de la Fleur d’Or, de la Taoïcité]. Cette Lumière Elle-même est celui qui voit, la vue et le vu [donc par la Lumière de l'Essence], exactement comme l’expérience du rêve. Cette lumière de la Conscience [Essence] elle-même brille au commencement de la création en tant que cette création. ”L’unique Conscience brille en tant que les trois sujets [le sujet, l’objet, l’expérience] et, au commencement de la création, elle semble être la création. Sa nature même est qu’elle brille telle qu’elle brille [elle n’a pas de cause]” (VI, 2, 191). Telle est également l’expérience des rêves et des rêveries ou hallucinations (1) : la lumière de la conscience y brille pareillement. Ce qui brille en tant que monde dans l’espace, sans début et sans fin, est cette lumière de l’Essence (2). L’émanation de sa Lumière brille en tant que ces univers [et devenant ainsi lumière de la conscience] ».

ATTENTION : Ce que dans le Yoga Vasistha, (édition française) est appelé « lumière de la conscience » est la Lumière de l’Essence dans la Taoïcité, car Vasistha dit que cette « lumière brille naturellement en nous (les Éveillés) sans la division du sujet et de l’objet. Cependant, au début de la création, il n’y avait ni sujet ni objet [ou on ignorait ce que ça veut dire] : en quelque sorte cette ignorante division est apparue comme la fausse apparence d’un homme dans un tronc d’arbre. Du fait de cette perception de la division au commencement, pareille division a continué à être perçue. Mais puisqu’aucune cause n’a engendré pareille division, il est clair que même maintenant seule brille la Lumière de la Conscience [donc la Lumière de l’Essence] en tant que tout Cela », dit Vasistha.

- Vasistha : Il n’existe ni état de veille, ni état de rêve, ni même état de sommeil profond. C’est seulement Brahman qui brille depuis le tout début de la création et partout [ainsité ou : Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout : NOUS TOUS]. Ce Brahman considère cet univers comme son propre corps ; ce qu’on connaît sous la forme du monde n’est autre que Brahman [là encore preuve que la laïcité à la française judéo-maçonnisée n’existe pas]. […] Il n’existe personne qui voie, il n’existe pas d’objet, pas de création, pas de monde et pas même de conscience ; pas de veille, pas de rêve ni de sommeil profond. Ce qui paraît être est également irréel. Si l’on demande : « Comment cette perception illusoire de l’irréalité a-t-elle pu voir le jour ? », cette interrogation est inappropriée : une illusion n’est pas une Réalité. L’illusion ne voit le jour au sein de la Conscience, laquelle est incorruptible. Il en découle que ce qui semble être illusion est également conscience [ce que les transhumanistes voudraient big dataïser dans une puce informatique].
La perception illusoire apparaît du fait d’une absence de compréhension, comme sa propre mort à l’intérieur d’un rêve ; quand on s’interroge quant à la nature de la Réalité, l’illusion se dissipe. C’est comme la peur des fantômes qui existe dans le mental d’un enfant : elle s’enracine quand on ne s’interroge pas quant à sa nature, mais elle cesse quand on pose les bonnes questions.
Voilà pourquoi ”la question « Comme l’irréel a-t-il vu le jour ? » ne convient pas ; seul a du sens l’approfondissement de la Réalité, pas de l’irréel [et maintenant de sa « réalité augmentée »]” (VI, 2, 192). Ce qui n’est pas saisi au bout de l’investigation est irréel ; et s’il est vécu comme réel, telle expérience est illusoire. Quand on ne parvient pas à trouver une certaine chose au bout d’une investigation intense et prolongée, elle est certainement aussi irréelle que le fils de la femme stérile [maintenant avec la machinerie GPA-PMA la « femme stérile » peut « accoucher » de ce fameux fils de la tradition, ce qui amplifie de beaucoup ce monde illusoire et est tout bénéfice pour les Yahvistes et Cie]. Mais alors à aucune moment l’irréel n’a la moindre existence [mauvais pour le commerce… juif…]. Par conséquent, tout cela est pénétré et imprégné par la masse de Conscience exempte de tout voile [aucun moyen d’aviser, on ne recule plus, le temps n’a jamais existé]. Ce qui brille en tant que monde n’est que le Soi suprême ; et seul l’Être suprême [singé en 1793 par le régime républicain] existe dans l’Être suprême [Tout est dans Tout]. Il n’y a pas de lumière et il n’y a pas d’obscurité. Seul l’Être suprême existe [pas celui du régime républicain…] », explique Vasistha à Rama, qui du coup va débiter un long texte (à suivre).

Encore une fois et en refrain : LA LAÏCITÉ N’EXISTE PAS, L’ÊTRE HUMAIN ÉTANT PAR ESSENCE UN HOMO RELIGIOSUS, QUI GOUVERNE ENCORE ET À L’INFINI L’HOMO TECHNICUS DE NOTRE ÉPOQUE. Rien que la messe dominicale du football est une pâle singerie de l’Homo Religiosus et de son « vivre ensemble », les stades devenant des pâles copies des églises dont l’une aurait plus de 80.000 places comme le Stade de France à Saint-Denis, et ainsi devenant des lieux de « prostitution » (idolâtrie), pour parler comme les prophètes yahvistes….. Donc, du pain, du vin, des jeux, à la Yahvistes, pour empêcher les révolutions…

À suivre…

[Voyage en cette dimension en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982)]

[En haut de page : dessin à la plume de M. Roudakoff, daté de 1995]


Notes.
1. Rêves et rêveries tel l’ÂGE D’OR TOUJOURS PRÉSENT ET À JAMAIS : les expériences de drogues hallucinogènes nous montrent à l’évidence son existence ; idem pour les expériences pathologiques comme les syndromes confuso-oniriques, les bouffées délirantes polymorphes, les « schizophrénies », ou plus simplement nos fantasmes….
RAPPEL : au fur et à mesure que la communauté humaine se transforme en « civilisation » et encore plus en tout béton mondialisé, il est certain que le domaine de l’imaginaire recule fortement pour laisser la place à une pensée unique ou formatée, mondialisée à la « norme » yahvisto-talmudique. Ce qui là encore sera tout bénéfice pour l’économie mondiale de la vente de paradis artificielles, sous toutes ses formes y compris en France celle des plus perverses comme l’institution bientôt privatisée de la Française des Jeux.

2. Lumière de l’Essence à ne pas confondre avec la lumière de la conscience ou mental conscient et conceptualisant, qui diffère de la Lumière de l’Essence ou Lumière Originelle. Une confusion qui serait comme de prendre le corps pour le Soi, et ainsi s’accrocher à une illusion de laïcité ou de pure matérialisme pour bouffe à Rancor.
Un vers célèbre d’un grand maître chan du 9è siècle du nom de Tchangsha souligne la différence cruciale entre Lumière de l’Essence et lumière de la conscience : « ceux qui étudie la Voie [le Soi] ne connaissent pas la Réalité, c’est parce qu’ils n’ont reconnu que la partie ”conscience” du mental, racine d’une succession infinie de naissances et de morts [le samsara] depuis des temps sans commencement, et que pourtant les imbéciles appellent ”l’être originel” ». (Réf. Le Secret de la Fleur d’Or, trad. Thomas Cleary). Même problème que le Paradoxe de la Réalisation du Soi : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ [ego] et cependant demeure en tant que ‘Je’ », explique Ramana Maharshi à l’entretien 78. Bref, l’ego ou ‘je’ ne va pas sans le ‘Je’ ou Soi, encore une preuve de l’Homo Religiosus et de la non division entre temporel et spirituel. La soi-disant « liberté de penser ou d’expression » est encore une invention du capitalisme, afin de faire avaler le « pouvoir d’achat », soit une liberté afin d’offrir à tous la faciliter de tout acheter sans raison. Mais quelle valeur aura ce « pouvoir d’achat » quand arrivera prochainement et pour des décennies de refroidissement de la planète et qu’une malheureuse pomme coûtera 100 euros ? Et que l’eau potable sera devenue rare ? Si cependant l’économie est toujours rêvée suivant la mode juive ! Qui sont en idolâtrie de survie depuis des millénaires, ne pas l’oublier… Ainsi leurs banques et leur City de Londres sont également en mode survie… 
 
 

Dernière mise à jour : 19-11-2018 02:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >