Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow ZÉRO INDIEN chez Jean de la Croix
ZÉRO INDIEN chez Jean de la Croix Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-09-2019 20:00

Pages vues : 95    

Favoris : 10

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Inquisition, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï, Zéro

 
indou3_400.png
 
 
ZÉRO INDIEN chez Jean de la Croix
Zéro indien ou « énergie libre » (1)
Zéro indien = pas même une désignation
comme la « marque d’excellence » ou le côté
positif et fixiste, dogmatique, dictatorial.
Ce qui laisse la Stargate ouverte à la
Fixation Cavalante…
 
 
Voir aussi la page : Le zéro est un PASSAGE

Zéro parce que ça commence par la fin du principe du vagabondage du mental : « la nuit sensitive » ou « sécheresse » comme l’appelle Saint Jean de la Croix, le mental plongé « dans les ténèbres en mettant fin à ses discours [à son vagabondage] ».
 
Zéro indien : « L’âme [ou le mental purifié] y acquiert tant de profits, bien qu’elle ne le voie pas, qu’elle regarde comme une heureuse fortune d’être délivrée des liens et des entraves où la tenaient les sens de la partie inférieure [la conscience conceptualisante ou « raison »] et d’être entrée dans cette heureuse nuit [le noir de la Putréfaction ou Renoncement]. Aussi prononce-t-elle le vers présent : ”Oh ! l’heureux sort !”
Jean de la Croix dit que c’est à cause de ces avantages que « l’âme » regarde comme une heureuse fortune, donc le Zéro, la Source, l’énergie libre, d’être passé dans cette nuit. Ce qui conduit effectivement au vers suivant du poème de Jean de la Croix :
« JE SORTIS SANS ÊTRE VUE ».

Le Zéro indien : « Mais elle est délivrée [l’âme délivrée des impuretés comme les « péchés »] lorsque cette nuit obscure [le Renoncement ou Putréfaction] éteint toutes les satisfactions temporelles et spirituelles [ce que j’appelle « confort »], plonge dans les ténèbres tous ses raisonnements et lui procure d’autres biens sans nombre [le Zéro indien, le Rien dans le Tout et tout dans le Rien], en l’enrichissant de vertus, comme nous allons le dire maintenant. Ce sera un récit plein de charme et très consolant pour celui qui marche par cette voie quand il constatera que ce qui semblait à l’âme si dur, si amer et si contraire à ses goûts spirituels est devenu la source de tant de biens. Or, ces biens, nous le répétons, l’âme les acquiert quand, à la faveur de la nuit obscure, elle s’éloigne par ses affections et ses œuvres de toutes choses créées [la manifestation ou matière, le visible illusoire] et s’élève vers les biens éternels [le Zéro indien (1)] ; c’est là un grand bonheur et une heureuse fortune (1). D’abord parce que c’est un grand bien d’avoir éteint la passion et l’amour [la couleur rouge…] qui la portent vers les choses créées, et ensuite parce que l’on est du très petit nombre de ceux qui souffrent et persévèrent pour passer par la porte étroite [la Stargate…] et suivre le chemin resserré qui mène à la vie [la Vraie Vie], comme dit notre Sauveur (2).

La porte étroite est cette nuit des sens ; l’âme [le mental] se débarrasse et se dépouille des sens pour entrer dans cette nuit en s’appuyant sur la Foi [le Soi ou Instant], qui est complètement étrangère aux sens [et donc à la raison], afin de marcher ensuite sur la voie étroite, ou l’autre nuit, celle de l’esprit [au sens de Jean Coulonval, c’est-à-dire aux Essences, car les mots « âme » et « esprit » sont totalement trompeurs car ils prêtent à confusion. Essences dans le sens du Soi, de ce qui existe de toute éternité, et donc qui ne se constitue au « fil du temps » pour engendrer l’inconscient collectif à la C.G. Jung…] C’est là que désormais l’âme [ou le mental purifié] s’avance vers Dieu [vers le Soi, la Conscience infinie], ayant pour guide la Foi pure qui est le moyen par lequel elle s’unit à Dieu [Jean de la Croix parle ici en Chrétien, mais le sens est universel] ».

Ensuite Jean de la Croix parle de PANique, du FLÉAU : « Mais comme ce chemin est si étroit, si obscur et si terrible [total anti-confort], car il n’y a pas de comparaison entre cette nuit des sens dont nous parlons et l’obscurité et les épreuves de la nuit de l’esprit [mental], comme nous le dirons, il en résulte que ceux-là qui le suivent sont beaucoup moins nombreux…. [et pour cause d’anti-confort…] »

Le Zéro indien ou les avantages que l’on trouve dans cette nuit obscure : « Cette nuit ou purification des sens est extrêmement avantageuse pour l’âme à cause des grands biens qu’elle en retire, bien qu’il lui semble plutôt qu’on les lui enlève […] de même on se réjouit au ciel quand Dieu [ou le Soi] tire enfin une âme des langes de l’enfance, qu’il la dépose à terre pour la faire marcher par elle-même [Vraie Vie ou Vraie Autonomie, et pas « l’autonomie » mercantile du consommateur actuel et de son pouvoir d’achat], qu’il la sèvre et lui ôte le lait et la nourriture délicate et suave des enfants [gâtés actuels], pour lui donner à manger le pain des forts [énergie libre, Vraie Vie…] et l’y faire prendre goût. C’est en effet dans les sécheresses et les ténèbres de la nuit sensitive [le Soufre au sens alchimique : Ré, Hadès… le sec comme l’air resserre] et les ténèbres (3)] que ce pain commence à se donner au mental libéré et dégagé des consolations [et du confort] du sensible ; et ce pain, c’est la contemplation infuse dont nous avons parlé ».

« Le premier avantage qui en découle [pour l’âme] est la connaissance de nous-même et de notre propre misère [caché par l’actuel extrême confort et le tout à l’extérieur]. Sans doute toutes les grâces que Dieu accorde à l’âme se trouvent d’ordinaire comprises dans cette connaissance ; mais la sécheresse et le vide où se trouvent les puissances comparés à l’abondance [de ce monde inversé et mercantile du spatio-temporel] dont elles jouissaient précédemment [le tout confort], ainsi que la difficulté que l’âme éprouve à faire le bien, lui font découvrir en elle-même une bassesse et une misère qu’elle ne voyait pas au temps de sa prospérité [dans ce monde de la quantité et diversité mercantile et démocratique du libéralisme] ».

Le confort actuel va se retrouver chez les Hébreux aux beaux costumes (les masques du social) : « Yahvé dit à Moïse : ”Vous êtes un peuple à la nuque raide, si je montais au milieu de toi, ne fut-ce qu’un moment, je t’exterminerais. Et maintenant, dépouille-toi de tes parures [sens de masque], que je sache comment te traiter”. Alors les Israélites se débarrassèrent de leurs parures à partir du mont Horeb » (Exode 33, 5-6). Ainsi l’âme ignorait tout d’elle-même auparavant, elle ne connaissait pas sa Vraie Nature, « cette vertu si excellent et si nécessaire de la connaissance de soi, elle n’a plus aucune estime ou satisfaction d’elle-même [disparition de l’ego], car elle voit que d’elle-même elle ne fait rien et ne peut rien [actuellement l’humain et son mental croient qu’il peut tout se permettre…] ».

Zéro indien : « Tous ces biens découlent de la connaissance de soi, comme de leur origine et de leur source », dit Jean de la Croix.
Ensuite Jean de la Croix parle du Buisson ardent : la FLAMME : SEPT CENTRES NEUTRES : sept Points Zéro comme les sept Couleurs de l’Arc-en-Ciel (1)…. À partir de ce zéro commence l’échelle des noms-les-formes (les divisions à n’en plus finir). Sept Centrum Centri ou sept Logoï.
Fohat guide le Tout [les sucres], comme les « messagers » (les Elohim [printemps], comme celui du Buisson ardent personnifié par la FLAMME). Flamme, Super TAUTOLOGIE du : « Je suis ce JE SUIS » qui est répondu à la question de Moïse.
Ainsi Moïse pourra dit aux Israélites : « ”JE-SUIS” m’a envoyé vers vous ». Hélas, ce Dieu se cantonne à une petite partie du monde, désertique, en parlant ainsi : « Yahvé, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob »…..

Le pauvre Job (qui était au chômage ou n’avait plus de job) va aussi bénéficier du Zéro indien : Job n’est pas content d’être né et maudit Dieu, puis il reçoit du Satan un ulcère malin. La nuit le mal perce ses os, il se sent comme poussière et cendre et à Job 38 le Yahvé lui répond pendant une tempête….

Le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi) est ce Sentier décrit à Matthieu 7 (2) , décrit également à Isaïe 58, 10 : « Si tu te prives pour l’affamé et si tu rassasies l’opprimé ta lumière se lèvera dans les ténèbres, et l’obscurité sera pour toi comme le milieu du jour ».
Bref, le mental purifié de ses tendances, de ses goûts et choix et de ses appuis par les sens a acquis la Liberté et la pureté pour comprendre nettement plus de choses que dans l’illusoire spatio-temporel.
PANique pendant un Instant va bousiller l’entendement pour le purifier comme le dit Isaïe 28, 19 : « Chaque fois qu’il passera, il vous saisira, car chaque matin il passera, et le jour et la nuit, et seule la terreur fera comprendre la révélation ».

PAS DE FILIATION, PAS DE LOI DE SUCCION AU SEIN MATERNEL, L’EUCHARISTIE C’EST D’INSTANT EN INSTANT. Isaïe 28, 9 : « À qui enseigne-t-il la leçon ? À qui explique-t-il la doctrine ? [Dans ce contexte le mot « doctrine » est à mon sens une erreur…] À des enfants à peine sevrés, à peine éloignés de la mamelle [sens du mental purifié] ». Donc les paroles ou le Zéro indien ne peut sourcer que EN DEHORS du premier lait tout confort (dualité pur-impur ou bon-méchant) de la loi de succion ou Eucharistie, ni par l’appui de discours enjôleurs qui manipulent les foules où le mental actuel se réfugie en tout confort des informations et des médias, mais plutôt par la privation de ses succions !

LE VRAI ROI EST SANS EGO ET PREND GARDE D’INSTANT EN INSTANT, comme le dit le prophète Habaquq 2, 1 : « Je vais me tenir à mon poste de garde, je vais rester debout sur mon rempart ; je guetterais pour voir ce qu’il me dira, ce qu’il va répondre à ma doléance ». « Se tenir sur ses gardes » veut évidemment dire ne pas retomber dans les sens et l’ego afin de ne pas tarir le Zéro indien ou le Point c’est Tout : « Lui [le Soi-Instant] seul est mon rocher, mon salut, ma citadelle, je ne chancelle pas », dit Psaumes 62, 3.

Lui, le Soi ou encore « la Liberté inconcevable », le Zéro indien comme d’introduire un objet énorme comme le mont Mérou dans un grain de moutarde sans que le mont ni le grain changent de taille, « à telle point que sur le mont Mérou parfaitement inchangé, les Quatre Divins Rois et les Trente-Trois Dieux ne savent ni ne sentent même pas qu’ils ont été déplacés. Car seuls les êtres promis à être sauvés par ce bodhisattva [l’Éveillé] le voient introduire de la sorte le mont Mérou dans le grain de moutarde. Tel est l’accès au Réel appelé « Liberté inconcevable », dit le Soûtra de la Liberté inconcevable, les enseignements de Vimalakîrti.

Le Soûtra de la Liberté inconcevable dit encore que c’est sur le Vide que la Source ou Zéro indien fonctionne : pas de fixation, pas de fondation ou de Big bang ou d’adamisme : « Pas de fondement, et c’est sur le fondement DE l’absence de fixation, ô Manjushrî, que s’élèvent toutes choses ». Zéro indien ou FIXATION CAVALANTE : « on peut puiser inépuisablement », dit le Soûtra.

Dans le même Soûtra à propos du Dharma ou Soi, le Seul Réel : « L’ambroisie du Dharma est sa nourriture [celle du Libéré vivant] et la saveur des libertés sa boisson ; il se baigne dans la pureté de son mental et les règles de sa discipline le parfument naturellement ».

Le Zéro indien de l’Éveil : « Ainsi donc Ananda, l’insurpassable Éveil authentique et parfait des bouddhas est illimité ; leur sagesse et leur éloquence sont de même inconcevables ».

Ce monde actuel dans le Zéro indien :
Chaque chose en ce monde n’est qu’un jeu
De perceptions dans le mental de chacun.
Celui qui, excédé par les passions actuelles ou latentes,
Le voit finit par se libérer de la souffrance.
(Soûtra de l’Entrée à Lankâ, strophe 74).

 
enroul-anu_460.jpg
 
 
Notes.
1. Zéro ou Rien dans le Tout et tout dans le Rien : Shunya, le vide, l’absence, le néant, le rien, l’insignifiant, la quantité négligeable, le nul, le Point (bindu), le trou (stargate), l’éther (ou élément qui pénètre tout), l’atmosphère, le ciel, l’espace, le firmament, la voute céleste, l’immensité de l’espace, le « voyage sur l’eau », le « pied de Vishnu », le Zénith, le plein (la plénitude), l’état de ce qui EST (complet, achevé), la totalité (Pûrna), l’intégrité, l’achèvement (Pûrna), le Serpent de l’éternité (Ananta), l’Infini (Ananta, Vishnupada). (Réf. article « Zéro » dans le Dictionnaire des symboles numériques de la civilisation indienne, par Georges Ifrah, dans L’histoire universelle des chiffres, volume 2).

2. Matthieu 7, 13-14 : Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieuse est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s’y engage : mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent.

3. Ténèbres : extinction des feux, DISPARITION DES FORMES, retour au Chaos. Au contraire : allumer un feu, c’est CRÉER, puisque les formes réapparaissent. (Il ne s’agit pas d’être un maniaque du feu, un pyromane !).
L’énergie réparatrice oeuvre la nuit : pendant le sommeil, le corps reprend des forces ; parce que selon ORPHÉE, la Nuit étant Première Substance, pour cette raison, elle est dite nourrice de Tout. On se repose le cerveau, afin de le préparer à accueillir les songes.
La nuit porte conseils, elle précède l’aube céleste : les Rêves, les Mystères.
LES TÉNÈBRES ou Lumière abstraite ou absolue. C’est bien dans les caves, les grottes sombres que l’on trouve les “ Trésors ” !
Le Hiéroglyphe Égyptien qui est représenté par le dessin d’une ondulation horizontale se dit NWN ou NOUN, c’est l’Eau Primordiale, une Vibration, la nourrice de Tout d’Orphée.
Et comme dit une devise Alchimique :
Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore. Donc totalement le contraire du tout information médiatique et tout connecté informatique et tout grégarisme de nos jours de maladie du social humain paumé.
 
 

Dernière mise à jour : 23-09-2019 20:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >