Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’État, sa république et ses « plus ça change…
L’État, sa république et ses « plus ça change… Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-02-2021 21:42

Pages vues : 473    

Favoris : 44

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Ampoule, Anarchie, Araignée, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Ouvrier, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Pieuvre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Rire, Royauté, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Washingtonisme, Yokaï

 
70mm_pour-voir.jpg
 
 
L’État, sa république et ses « plus ça change…
et plus c’est la même chose »
des radotages de
révolutions en conformisme à la 1789 et ses
« lumières » éteignoirs de la Chandelle (le Soi).
Il y a un conformisme de la révolte ou de la
dissidence comme il y a un conformisme de
l’ordre établi, car l’ordre arrangé par l’humain
n’est jamais qu’un cas particulier de
désordre (comme l’exprime Lucrèce, et
comme Nous le vivons plus que jamais en 2021).
 
Idem avec la mode de l’ADN et son « code génétique »
prit pour la « Loi », texte genre « Commandements »
à la façon des Yahvistes droits de l’Hommistes
structurant génétiquement, « digitalisant »
l’individu : un texte que l’autre ou extérieur peut
lire, mais qui ne contient pas en réalité de message
(paradoxe de l’identité en FRACTAL DE MASQUE SUR
LE MASQUE SUR LE MASQUE…. à cause de la dualité
puisque le ‘Je’ est sans dualité, sans copie).
Et pourtant tous les CROYANTS (1) voient un sens ou
une vérité au message, le tout confort d’une clé qui
livrerait le « Bon Dieu ! Mais c’est bien sûr ! »
de Raymond Souplex et du secret de fabrication de
l’humain (le rêve des Juifs des Google transhumanistes).

Idem d’ailleurs chez tous les tribunaux inquisitoriaux
de la psychanalyse cherchant dans l’exhibitionnisme,
le selfie du machin copyright de Sigmund Freud
un quelconque sens !!! La torture du « PARLE ! »
FORCER, VIOLER. La psychanalyse copyright Freud
ressemble en tous points à une enquête policière.
Le policier et TOUS LES POUVOIRS VEULENT « SAVOIR »
Dans des États dit « démocratiques » on torture
mème pour « savoir ». Paradoxalement comme s’il
fallait DÉPOSSÉDER, VIDER le malheureux citoyenisé où
tout le conduit à posséder, de son mental jusqu’à
ses objets de consommation : « Votre député, votre
santé, votre voyante, votre conseiller bancaire, etc. »
D’un côté il faudrait qu’il se vide et de l’autre il
faudrait qu’il se remplisse, comment alors ne pas
devenir un client pour asile de fous !

Ou plutôt, le secret de la psychanalyse est celui
du PACKAGE VIDE, mais du PACKAGE TOUT DE MÊME !
(Voir « L’exhibition et le secret de l’enveloppe
vide », Nouvelle Revue de psychanalyse
, n°14)

LE SECRET DES CHOSES C’EST COMME LE BUT À ATTEINDRE :
IL N’Y EN A PAS ; LE MESSAGE DE FOND EST L’ILLUSION
QU’IL Y A QUELQUE CHOSE, LA CAROTTE DU MESSIANISME
QUI FAIT AVANCER LE MACHIN.
C’EST POURQUOI LE MESSIE
NE DOIT JAMAIS ARRIVER, SINON LE MONDE EST FOUTU,
CAR QUI SERA CAPABLE DE LE SUPPORTER ???
CAR DANS LA DUALITÉ, UNE « RÉALITÉ » EST :
- SOIT UTILITAIRE (le Oui).
- SOIT NON NÉCESSAIRE (le Non).
Et le bogue au sens informatique sera la réponse entre
le oui et le non : une chose à la fois nécessaire et
non nécessaire, donc l’INSOLITE pour le pouvoir, la norme.


LE SECRET DES CHOSES CHEZ L’HUMAIN :
systématique il va chercher À L’EXTÉRIEUR ce qu’il a à l’intérieur : Imaginez un homme ou une femme ou un animal qui, voyant couler près de lui ou elle une Source pure, et qui se laisserait mourir de soif en voulant s’abreuver stupidement aux eaux putrides d’un marécage ! Vous penseriez peut-être que cet animal, cet homme ou cette femme souffre d’une anomalie congénitale ? Or, à de rares exceptions près qui conforme la règle chez les humains, c’est le spectacle permanent qui est offert de l’histoire de l’humanité du Néolithique à d’éventuelles observateurs extraterrestres….. C’est l’illustration du « Plus ça changer et plus c’est la même chose » : rien ne changé depuis 2000 ans, le smartphone et l’intelligence artificielle, l’électricité 220 Volts et les avions plus lourds que l’air qui volent sont du vent, du vent, du vent !!! Le même radotage dans l’erreur et dans le mal ce qui impose un même radotage du vrai et du correct ou fluide qu’il est vital de répéter inlassablement comme un perroquet.

En France Mai 1968 était annoncé façon du « Great Reset » de Klaus Schwab, le monde inclusif et le DORG (Demain On Rase Gratis) du libéralisme en isme ou système ; un comble ! Mai 1968 s’inscrit exactement dans 1789 : la plus vieille erreur du monde qui se répète comme un « Jour sans fin », toujours éternellement RINGARD : la sève qui se renouvelle à chaque Printemps : LA CROYANCE… que l’humain peut refaire la société à l’image de ses désirs et volontés !!! Klaus Schwab et autres Bill Gates et Soros n’échappent pas à cette croyance. Il y a bien un conformisme de la révolte ou de la dissidence comme il y a un conformisme dans l’ordre établi : le premier rejoint le second dès que la révolution passe du rêve dans le veille et leurs Faire/Fer ! À 20 ans les illusions, à quarante ans les préjugés ou pensées uniques, dirait un poète qui a perdu ses illusions dans la routine des « plus ça change et plus…. ».

COMBIEN DE GÉNÉRATIONS DU NÉOLITHIQUE DANS LES « RIEN LE SERA PLUS COMME AVANT » ? Comme déjà écrit, il est vitale de se libérer des lieux communs des « plus ça change… », en ne tombant dans aucun lieu commun !!!


L’État, sa république et ses « plus ça change… et plus c’est la même chose » : LE SAINT GRAAL NOMMÉ « DROIT AU BONHEUR » COMME LE « DROIT » DE SON « ÉTAT DE DROIT » (sens de raison tel que le donne le psy et juriste Pierre Legendre dans Le crime du caporal Lortie (2)). L’humain soumis à la démocratie construite sur les conflits d’intérêts à cause de l’ego est condamné à la frustration permanente à cause de ces limitation : il se sent victime d’une injustice, il est frustré, car dans son paradoxe à la fois tout possédé et tout dépossédé, il estime encore, suivant sa nostalgie d’un paradis perdu, que quelque chose lui est TOUJOURS DÛ. Ainsi l’optimisme en évolutionnisme constant donne naissance à un pessimisme aussi en évolution et d’autant plus incurable … ce qui sera tout bénéfice pour les vendeurs et fabricants de désirs-besoins à n’en plus finir.

Si Nous tous voulons sortir de L’État, de sa république et de ses « plus ça change… et plus c’est la même chose », et sortir de l’esclavagisme de son salariat, IL NOUS FAUT LARGUER LE MESSIANISME ET SA CAROTTE DU JUDAÏSME PRINCIPALEMENT, lequel consiste en un messie qui ne doit jamais exister Ici et Maintenant. Messie qui, comme Dieu, comme la carotte attachée à distance de la tête l’âne pour le faire avancer, est « caché ».
Sortir du « jour d’après » et de sa routine nécessite de larguer tout messie, AUCUN(E) SAUVEUR NE VIENDRA JAMAIS COMME AUCUN EXTRATERRESTRE N’ATTERRIRA SUR LA PLACE DE LA CONCORDE À PARIS POUR PROPOSER DES VACCINS CONTRE LE CANCER (et accessoirement contre le covid-79…  Tous messianisme en DORG). Encore moins, aucun parti politique tous nécessairement liés à un État républicain ne viendra sauver ou soutenir quiconque !!!
Le Sauveur, c’est chacun de Nous : Le Royaume est Cieux est en Vous, est-il écrit dans le Nouveau Testament. « En vous », pour tous, et SANS CONDITION, puisqu’aucun but à atteindre, le Ici et Maintenant ou Christ est DÉJÀ et de toute éternité ICI, CELA.
CHRIST au sens générique signifie : Réalisé, Bienheureux (Bouddhas), Libéré vivant, comme Ramana Maharhi, et d’autres.

LA DÉMOCRATIE EST LA TUEUSE DU CHRIST : NOUS, SALARIÉS OU RETRAITÉS DU SALARIAT, SOMMES COMPLICES DU MEURTRE DU CHRIST (au sens du Soi ou Conscience infinie) CAR PAR NOTRE EGO NOUS AVONS TRAVAILLÉS À CONSTRUIRE LE PIRE D’UNE DICTATURE : LA DÉMOCRATIE DE L’ÉCHANGE DE LA MARCHANDISE EN « VIVRE ENSEMBLE » OU DEMAIN, EN « MONDE INCLUSIF ». Au nom de cette démocratie armée de ses FRIC/FLIC on arrête, on torture, on surveille, on inquisitionne, on restreint, on ruine par des procès à répétition, etc. Quiconque ne veut pas faire partie de ce monde inclusif est lavé par la lessive : terroriste, antisémite, etc.



IL N’Y A PAS DE VRAI FEU SANS PURETÉ, PARCE QUE CE FEU S’APPELLE : LA MORT. CE QUI EST PUR EST PLUS STÉRILE QU’UN CADAVRE : PURETÉ QUI NE PEUT MÊME PAS SERVIR DE FUMIER. Le plus grandes tâches se transforment en utilitarisme de tâcherons : le terreau des vanités et illusions, la loupiote ne peut pousser que sur de la PUTRÉFACTION. Or la Pureté passe par le RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE : un bidon éclairé alors par une lumière inutile. L’exemple de Pureté et donc de Transparence est donné par le Christ : seule la Vibration inhérente À LEUR GRATUITÉ (ils ne peuvent-même pass servir de fumier comme déjà écrit) atteint nécessairement leurs héritiers ; voir les grande oreille des Bouddhas qui sont même signification, leurs héritiers qui rendent fécond et « efficace » cette vibration originelle en porteuse et sous-porteuses d’impuretés alimentaires.

ÊTRE PUR S’APPELLE GRATUITÉ, MORT OU IDIOTÈS : on est toujours Idiotès ou Singularité, Vierge Noire, Seul (3), quand on est véritablement soi-même, donc le Soi, le Christ. Surtout en ces temps de « monde inclusif » en gélatine de tout connecté ou grégarisme de crapauds, il faut choisir entre Singularité ou Solitude, et vulgarité ou conventionnel du social  et de ses réseaux ! Tout social, toute communion ou « vivre ensemble » avilit. Alors que dire du rêve de « monde inclusif » de certains MACHINISTES DE L’ÂME !!!
Ce monde inclusif sera le PÉCHÉ ABSOLU : TUER LE MENTAL SANS LE TUER PUISQU’IL EST L’IDOLE DE LA RÉPUBLIQUE : LA RAISON, L’ÉTAT DE DROIT (2), soit attribuer à un des éléments de la relation comme joie et douleur, haut et bas, communion et solitude, le croyant et l’incroyant, vie et mort, etc., UN CARACTÈRE ABSOLU ET DE VÉRITÉ QUI N’APPARTIENT QU’A LA RELATION ELLE-MÊME (sans dualité, alors que par exemple Vie et Mort Nous sont présenté par l’EXTÉRIEUR comme DEUX « réalités » comme s’il y avait deux Universalité(s)….). L’être humain actuel de la raison sépare tout ce qu’il touche, ce sera alors une singerie du FLÉAU ou un fléau à l’envers, comme de tout maintenant, une des pire dualité étant celle des fanatiques religieux mahométans qui se croient la « vraie religion » et que ceux qui ne sont pas de leur paroisse sont les incroyants, mécréants ou infidèles, et ça fait des siècles que ce lavage ou plutôt gavage de cervelles dure… (Voir la partie Fléau sur La Nouvelle Atlantide : leur monde inclusif, celui utilitaristes des Anglo-Américains). Séparer comme d’inventer la liberté sans aussitôt inventer le contraire la soumission, la valeur va engendrer le voleur, le sacré inventer le profane, le croyant va fabriquer le mécréant, et ainsi de suite.

- RADOTAGES ET RÉVOLUTIONS = URBANISME, CITOYENISME (winnerisme des révolutions des possédants, des bourgeois ou citoyens habitants des bourgs [bourgeois] et cités [citoyens]).
- VRAIE LIBÉRATION = PAÏENS-PAYSANS-PAGANS (qui donnera négativement par les ”croyants" :  ”paganisme”).



Notes.
1. « Tout se purifie en passant par Dieu [ou le Soi]. Mais tout se corrompt sous l’étiquette divine que tant de « croyants » collent sur leurs passions terrestres. « Dieu, s’il n’est pas la lumière qui transfigure, devient le masque qui déguise… ». (Gustave Thibon : L’ignorance étoilée). Il y a beaucoup de « déguisés » ou de masqués chez les peuples des pays chauds et de sable…. de ceux qui crient : « Allah est au bar ! » (puisqu’il est essentiellement un utilitaire ! Notamment le démiurge ou causalité de la temporalité destructrice…).
UN DIEU UTILITAIRE PARCE QU’ON NE PEUT PAS ADORER UN DIEU SANS RIEN, SANS QUELQUES ATTRIBUTS OU CONCEPTS. (En réf. à l’entretien 385 du 6-4-1937 du Maharshi). « N’importe quelle contemplation suppose un Dieu avec attributs. De plus, à quoi peut servir la discussion de forme ou d’absence de forme de Dieu ? Demandez-vous si vous avez une forme. Alors vous comprendrez Dieu ».

Même entretien :
- Question : Mais il y a le monde créé par Dieu.
- Maharshi : Comment le monde apparaît-il ? Comment apparaissons-nous ? Connaissant cela, vous connaissez Dieu. Vous saurez s’Il est Shiva, ou Vishnou ou un autre, ou tous mis ensemble.
- Question  : Le Vaikuntha [ciel de Vishnou] est-il dans le paramapada, le Soi transcendant ?
- Maharshi : Où est le paramapada ou le Vaikuntha si ce n’est en vous ?
- Question  : Le Vaikuntha, etc., apparaît involontairement.
- Maharshi : Est-ce que le monde apparaît volontairement ?
Le questionneur ne répondit pas.
- Maharshi : Le ‘Je’, évident en soi, ignore le Soi et cherche à connaître le non-Soi ! Que c’est absurde !
- Question  : C’est le Sânkhya yoga. Étant le plus élevé de tous les yogas, comment peut-il être compris dès le départ ? La bhakti n’est-elle pas l’étape qui le précède ?
- Maharshi : Krishna n’a-t-il pas commencé la Gītā par la sânkhya [la connaissance] ?
- Question  : Oui. Je comprends maintenant.

2. ÉTAT DE DROIT (d’après le juriste et psychiatre Pierre Legendre) : fondé sur le principe de la « raison », donc sur la France des gens riches qui se voulaient « philosophes » : les « lumières », et la France de Pasteur, selon la leçon du Prof. Macron.
Pierre Legendre, dans Le crime du caporal Lortie : « Je dirais, c’est une construction culturelle [?] d’une image fondatrice [inconscient collectif ? En tout cas sur le conventionnel], grâce à laquelle toute société définit son propre mode de rationalité [c’est-à-dire que si deux individus sont d’une même opinion, ils fondent déjà une société, UNE CONVENTION] », « c’est-à-dire l’attitude de l’IMAGE, DE L’ILLUSION devant le questionnement humain sur la causalité ».
Pour Legendre cette construction du mental produit un « certain type d’institutions, une politique de la causalité [donc de la pure dualité guerrière ou d’opinion], dont procède ce montage de l’interdit [donc nécessairement de la LIMITATION PAR FRUSTRATION ET DE LA SOUMISSION] que nous appelons en Occident l’État et le Droit ».

« Selon cette perspective, le système institutionnel, porté par l’image fondatrice [causale genre Big Bang ou la Cause, la convention, LE CONTRAT, L’AGRÉGAT ou le faire comme tout le monde], a pour fonction de transmettre la Raison [la pensée si mortifère et paradoxalement utilitaire… sens d’outil… sens du pouvoir ou Pour-Voir…], d’inscrire la reproduction humaine dans ses rapports de causalité, de perpétuer l’interdit [l’inceste et le cannibalisme principalement], à travers les générations [donc en réseau…]. Ainsi une société n’est-elle pas un bétail d’individus comptabilisables [là, ERREUR MONUMENTAL de Legendre puisque nous sommes tous devenus des marchandises numérisables], mais dans le principe une composition historique [causisme et Histoire-Opinions-Temps] de sujets différenciés [non résolution du dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif]. De la sorte, nous naissons tous présumés raisonnables. Cette condition impose à la folie statut de décomposition, soit, en termes de tradition européenne, statut de maladie de l’esprit [seulement point de vue de Legendre et non certitude]. À proprement parler, l’esprit se défait (de-mentia) ».
Nous retrouvons là le même principe de construction de grumeaux selon les deux Anglais qui s’harmonisent pour former en premier, un match de football, et en second, avec un troisième Anglais, former pourquoi pas un Empire. PREUVE DE LA FRAGILITÉ EXTRÊME DE L’ESPÈCE HUMAINE. Ainsi, dans un système étatique, pas de différence entre une « démocratie » à l’occidentale et « État de droit » et le régime stalinien, hitlérien ou maoïste, ou de Mussolini, ou sous Union européenne province des États-Unis, ce n’est QU’UNE QUESTION DE DEGRÉ…

Page 51 du livre de Legendre cité, il considère en note de bas de page UNIQUEMENT LE CORPS, LE SPATIO-TEMPOREL, L’EGO ou POSSESSION : « Dans cette perspective [celle du politisme lié à l’étatisme], il s’agit de notifier qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole [donc seulement du mental et des cinq sens], n’a le pouvoir de se soustraire à son statut dans l’espèce »…. Encore la croyance, croyance… Et Circulez ya rien à voir, c’est le ravage du fixisme, le ravage du langage sonore tout simplement. Legendre ne jure que par la causalité : « la Loi des lois » (utilitarisme), donc ce qu’il appelle comme les perruques poudrées : « la raison », le mental killer. Il associe ce mental à un PATRIARCAT, une paternité qui «  nstitue la Raison des fils [sens du droit romain] ». Par contre Pierre Legendre reconnaît parfaitement en page 53 que « les sociétés techno-scientifiques sont prisonnières d’un engrenage [l’évolutionnisme] : des accès aveugles de moralisation [et de sentimentalisme en isme] et de répression, entrecroisés dans le discours gestionnaire du sujet libre ».

L’État de droit fondé sur la raison : or il n’y a pas de plus aliénée et de plus boulimique idole que la Déesse Raison, celle de l’ego ! Car la Raison est l’idole même de la république, comme les Hébreux-Juifs tueurs de Païens considérés comme idolâtres, furent les premiers idolâtres au monde : les tueurs d’idoles sont toujours proche à PENSER EN S’ADORANT EUX-MÊMES, PUISQU’ILS SONT LE « PEUPLE ÉLU », LES RÉPARATEURS D’HUMAINS : EN S’ADORANT EUX-MÊMES PAR ALIMENTATION DE FAUX DIEUX TOMBÉS SOUS LEURS OPINIONS.
Au cours des radotages de 1789 française et de 1917 russe, cette idolâtrie a suscité autant de sacrifices humains qu’aucun Moloch qui l’avaient précédée dans le passé. Son vrai isme, c’est éliminer les faux « ismes », enlever les chenilles de l’arbre de la foi, mais non de prendre la place des chenilles ! Alors oui, il n’y a pas de plus aliénée et de plus boulimique idole que la Déesse Raison.

La RAISON, encore cet utilitarisme de « LA RAISON D’ÊTRE » et de L’UTILISATEUR DE SA RAISON ET DE L’ÉTAT (de droit) !
Il n’y a pas d’utilitarisme dans le EST, ou le « Je suis ce JE SUIS », ils sont SANS POURQUOI : LE NON-AGIR DANS LE VRAI AGIR D’AUCUNE RAISON DE VIVRE ET DE SES ACTIONS. Rien de ce qui EST, CELA, n’a de raison puisque SANS POURQUOI. Pourquoi Michel-Ange, Mozart, Pascal ? Le monde aurait tout de même existé sans eux. Et POURQUOI MÊME LE MONDE, PUISQUE TOUT EST DANS TOUT ? LA CRÉATION PAR UN DIEU EST LE PLUS PROBLÉMATIQUE DES UTILITARISMES (surtout du judaïsme et de sa copie l’islamisme) !!!


3. Le « monde » est pour l’ensemble des Terriens vu comme UTILITAIRE ou OBJECTIF-OBJET À UTILISER, parce que les Terriens ont oublié leur Soi, comme l’exprime Ramana Maharshi à l’entretien 6 du 15 mai 1935.
IMPORTANCE de l’entretien 13a du 7-1-1935 : « Le Soi transcende même l’ego.
N’existiez-vous pas durant le sommeil profond ? Saviez-vous alors que vous dormiez et que vous étiez inconscient du monde ? Ce n’est qu’en état de veille que vous décrivez cette expérience de sommeil comme étant inconscience ; pourtant votre conscience quand vous dormez est la même que lorsque vous êtes éveillée. Si vous savez ce qu’est cette conscience de veille, vous connaîtrez la conscience qui se tient comme témoin dans les trois états [veille-rêve-sommeil profond]. Cette conscience peut être trouvée en cherchant la conscience telle qu’elle était durant le sommeil profond ». Le Maharshi dit que l’on ne peut pas se nier à aucun moment des trois états de conscience : veille, rêve et sommeil profond ; ce qui rejoint l’Ainsité : Iti désigne l’ainsité (ainsi), le Soi, la Seule Réalité, le « JE SUIS », tathata en sanskrit, shinyo en japonais.
AINSITÉ : ni s’enfuir, ni s’approcher. Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout.
Ni apparaître, ni disparaître, seulement « Je suis ce JE SUIS » ou immortalité, éternité du ‘Je’. Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».

« La lumière est projetée sur l’écran et les ombres qui y passent donnent l’impression aux spectateurs d’une représentation de film. Et ce serait pareil si dans ce même film on montrait aussi des spectateurs. Celui qui voit et ce qui est vu ne seront alors rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous-même. Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous
trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe » (même entretien 13a).
 
 

Dernière mise à jour : 26-02-2021 22:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >