Accueil arrow News arrow Dernières news arrow CAUSISME ou FRUIT du productivisme
CAUSISME ou FRUIT du productivisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-06-2023 23:36

Pages vues : 925    

Favoris : 82

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Mental, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
guillo_2couleurs_coupez.jpg
 
 
CAUSISME ou FRUIT du productivisme
ses MARCHANDISES :
Si tout est CONSCIENCE, il n’y a pas de monde
« dehors », comme en sortant de l’Univers, qui
le perçoit. Ce monde ”dehors” ou cet ”univers”
dans lequel les humains envoient des objets
n’est qu’une représentation mentale, une
simple cognition sans plus comme certains CROIENT
en une ”terre plate comme un camembert”.
 
Une fois la question opinionesque de l’objectivité
évacuée, il n’en reste pas moins que Nous percevons,
par nos seuls cinq sens, cet univers d’apparences et
que Nous nous figurons être là plongé dans ce que la
Bible appelle ”La Chute” (”le péché”).
Il devient alors salutaire de reprendre la question
du Seul Réel sous forme du RÊVE, car l’intellect
ignorant plaque ses masques ou représentations mentales
sur ses propres projections en se concevant comme ‘Moi’
SORTANT de l’Univers, ou VOYANT DES OBJETS AU DEHORS.
LE CHUTEUR, LE PÉCHEUR OU MALADE, piégé dans sa sortie
de l’Univers va manifester attachement ou aversion
(dualité pur-impur) pour tout ce qu’il apercevra,
c’est la VULGAIRE LOI DE SUCCION PRODUISANT LE KARMA :
+ ou - ou neutre, ou immuable, résultant de la
dualité cause-effet, soit les conséquences heureuses
et malheureuses qui peuvent apparaître chez son émetteur,
au cours d’une seule vie, ou de plusieurs existences,
qui peuvent être innombrables.
KARMA = LE FAIRE/FER (qui peut rouiller comme le Fer).


Ce karma inhérent à la loi de succion ou attraction, pesanteur, LAISSE DES TRACES : LES FRUITS (dont les égrégores (1)), qui imprègnent le courant de conscience pour y devenir des semences latentes, comme dans un JARDIN. Lorsque ces semences  mûriront, elles projetteront une nouvelle situation vécue en EXTÉRIORITÉ par ce même courant VIBRATOIRE de conscience. Ainsi le SAMSARA (cycle des naissances et des morts, monde phénoménale des noms-les-formes) se perpétue en une succession de PROJECTIONS MENTALES QUI ENGENDRENT SANS CESSE DE NOUVELLES PROJECTIONS, LE FLUX DE LA CONSCIENCE OU ”RAISON” NE CESSANT DE PRODUIRE SES PROPRES ILLUSIONS-OPINIONS ET DE LES NOURRIR (flagrant dans le politico-industriel commercial ou social étatique rayonnant à travers ses médias).

VACUITÉ = INSTANT = « éternellement Présent », le sans commencement ni fin, et n’est pas sujet à un évolutionnisme ; ce qui ne sera pas bon pour le commerce dans cette ère du Kali Yuga (âge de l’ignorance, âge du Faire/Fer).
VACUITÉ = INSTANT = LUMIÈRE : Nature à Nature ou Nature esjouir Nature.
S’il y a référence : la Lumière elle-même doit bien se référer à quelque chose !? (A-ffinité : du A privatif et ffinité : sans fin, la Lumière est sans fin, comme le Soi).
Nature esjoir Nature (esjoir : contient/racine, harmonise) :

La Nature se répand rapidement dans son propre corps, alors qu’on ne peut l’unir à un corps étranger. Ou d’après Dom. Pernety [dic. Mytho-Hermétique] : trouver la Semence de chaque chose, leur EST, pour faire chaque chose !
Nature esjoir Nature c’est Aimer/Aimant, le lien entre élément de la même famille.
CODE DE TOUTE VÉRITÉ et Réalisation du Soi. Dans le Livre de la Philosophie naturelle des Métaux, de Bernard le Trévisan :
- Nature fait amande en sa nature.
- Nature s’éjouit de sa Nature.
- Nature surmonte Nature.
- Nature contient Nature [pas de dualité Dedans-Dehors, tout est FRACTAL comme tout est dans tout].
« Chaque chose fuit son contraire et se réjouit de son semblable » (Bernard le Trévisan).
1) NATURE FAIT.
2) ART PAR-FAIT où « A-r-range » (A privatif et R du Air, et Re pour Répétition, Retour, Réitère, Repeto en latin : chercher à atteindre) : car il est clair que l’Art n’y met rien de Forme, ni de Matière, ni de Vertu ; mais seulement aide de ce qui est, et n’est pas fait. L’Art aide Nature. Si un grain de céréale n’avait pas été crée par Nature, le Laboureur ne pourrait pas semer et recueillir sa récolte. L’Art est aidé de Nature et Nature de l’Art. (D’après Bernard Le Trévisan).

VACUITÉ = INSTANT = « éternellement Présent » = ÉTERNELLEMENT ÉNERGIE = LA MÉDECINE UNIVERSELLE DE L’ALCHIMIE.
SEUL CE QUI N’EST PAS SOUMIS AU CHANGEMENT PEUT CHANGER (paradoxe apparent…..). Autant dire que l’évolutionnisme et son changement est un FAUX CHANGEMENT : voir l’état actuel où en est rendu l’être humain !!! Si sa smartphonite ou son tout connecté inform-atique c’est ça le « changement » (ou la transition), alors ce maux n’a aucun sens…

Si la conscience a besoin d’un objet au Dehors pour exister et que cet objet a ainsi besoin d’une conscience pour exister, cette conscience dépend donc de son objet, et si l’objet vient à ne plus exister, la conscience s’interrompt en son absence. Dans ces conditions, comment se fait-il que l’on ne meurt pas pendant un évanouissement, lors su sommeil profond ou dans certaines absorptions méditatives, dès lors que les six consciences (visuelle, auditive, olfactive, gustative, tactile et mentale [la raison]) sont toutes interrompue simultanément ? En raison du Soi, la Conscience fondamentale interrompue, suivant ce que Ramana Maharshi en expose.
Les six consciences de la manifestation du Soi, comme des vagues ou ondulations qui surgissent de l’Océan. « Ainsi, les cinq consciences des sens et la conscience mentale [la raison] sont des manifestations momentanées de la Conscience fondamentale qui émergent en réponse l’événement qui suscite l’activité. Dès que cesse cet événement, elles se dissolvent dans le Soi - comme les vagues retombent dans l’Océan pour s’y fondre ». (En réf. au Soûtra du Dévoilement du sens profond).

Mais alors, pourquoi l’humain CHUTE ? DEVIENT MALADE ?

Selon le Soûtra du Dévoilement du sens profond, il existe une septième conscience nommée ”mental souillé”. Distinct de la conscience mentale ou raison, le mental souillé s’appuie sur la Conscience fondamentale ou Soi dont il fait son OBJET (dualité Sujet-objet). En se tournant vers elle, il la prend pour un ‘moi’, puis par une incessante cogitation, il entretient la croyance au ‘moi’ et au ‘mien’ (le possédant, le consommateur l’acheteur). Pur produit de l’ignorance, la septième conscience entretien l’illusion nommée samsara [cycle des naissances et des morts, monde phénoménal des noms-les-formes] : sous son influence, les événements produits par la maturation des semences karmiques sont considérés comme des objets extérieurs, depuis un moment considérés comme DES MARCHANDISES POUR LE COMMERCE-SOCIALISME perçus par un ‘moi’ au Dedans et devenu sujet (consommateur-acheteur).
En réponse à cette dualité imaginaire émergent les ÉMOTIONS perturbatrices telles que l’attachement et l’aversion (la dualité pur-impur) qui empoisonnent tous nos actes. Le mental souillé perdurera aux côtés du Soi tant que subsistera l’ignorance.
Ce n’est qu’au cours de la révolution du support, ou RÉVOLUTION DE L’EGO, lorsque le Soi cessera d’être Lui-même le support de semences impures de cette septième conscience ou mental souillé, MENTAL TOUT COURT, IL DISPARAÎT.

Qu’est-ce que le karma ?
« Ce qui a déjà commencé à porter fruit est dénommé prârabdha-karma. Ce qui est en réserve et portera des fruits ultérieurement est appelé sanchita-karma. Celui-ci est aussi varié que les graines que les villageois échangent contre des légumes. Ces graines comprennent du riz, de l’orge, de l’avoine, etc., certaines flottent sur l’eau, d’autres s’y enfoncent. Certaines peuvent être bonnes, d’autres mauvaises, d’autres neutres. Quand les graines les plus puissantes de ce karma varié et accumulé commencent à fructifier à la naissance suivante, on l’appelle prârabdha de cette naissance ». (Ramana Maharshi, entretien 37).

« Voilà que certains karma sont approuvés par les Écritures qui généralement nient le karma. Le karma qu’elles désapprouvent est celui qui est accompli avec le sentiment d’être l’auteur de l’action.
Ne rejetez pas le karma. Du reste, vous n’y parviendrez pas. Rejetez plutôt le sentiment d’être l’auteur de vos actions. Le karma se poursuivra automatiquement. Ou bien c’est le karma qui vous abandonnera. Si votre prârabdha exige que vous soyez engagé dans un karma, vous le serez certainement, que vous le vouliez ou non ; si le karma n’est pas votre destin, il ne s’accomplira pas, même si vous vous y efforcez. Le roi Janaka, le sage Shuka, etc., étaient eux aussi engagés dans l’action, mais sans ahamkâra. Le karma peut être accompli pour la gloire, ou par désintéressement et pour le bien public. Mais, même dans ce cas, les gens recherchent l’approbation. C’est en réalité de l’égoïsme ». (Ramana Maharshi, entretien 41).

ÊTRE COUR (dans l’Instant) : « L’homme devait [dans le karma-yoga] agir comme un acteur sur la scène d’un théâtre et qu’en toute action se trouvait le sat [le Réel] en tant que principe sous-jacent. « Souvenez-vous-en et agissez en conséquence ». (Ramana Maharshi, entretien 112).

- Q. : On dit que le jīva est lié par le karma [action]. Est-ce vrai ?
- M. : Laissez le karma savourer ses fruits. Tant que vous vous prendrez pour l’auteur des actions vous en serez le jouisseur.
- Q. : Comment peut-on se libérer du karma ?
- M. : Cherchez à qui est le karma. Vous trouverez que vous n’êtes pas celui qui agit. Alors vous serez libre. Cela exige la grâce de Dieu pour laquelle vous devriez Le prier, L’adorer et méditer sur Lui.
Le karma qui se déroule sans effort, c’est-à-dire sans être volontaire, ne lie pas. Même un jnanî [celui qui a réalisé le Soi] agit, comme le prouvent les mouvements de son corps. Il n’y a pas de karma sans effort ou sans intention (sankalpa). Chacun a donc ses sankalpa. Elles sont de deux sortes : la première lie au monde (bandha-hetu) ; la deuxième ne lie pas (mukti-hetu). La première doit être abandonnée et la deuxième cultivée. Il n’y a pas de fruit sans karma antérieur ; il n’y a pas de karma sans sankalpa antérieur. Même la mukti (la Libération) doit être le résultat d’un effort tant que prévaut le sentiment d’être l’auteur de ses actions.
(Entretien 116).

- M. : Voyez comment un arbre dont les branches ont été coupées continue de pousser. Tant que la source de vie n’est pas affectée, l’arbre continuera de pousser. De même, les samskâra (tendances latentes) s’immergent dans le Coeur au moment de la mort, mais ne périssent pas. Le moment venu, elles jailliront à nouveau du Coeur. C’est ainsi que les jîva renaissent.
- Q. : Comment le vaste Univers peut-il jaillir de tels samskâra (prédispositions) subtils qui restent immergés dans le Coeur ?
- M. : De même qu’un gigantesque banyan sort d’une minuscule graine, de même le vaste monde avec noms et formes jaillit du Coeur.
- Q. : Si l’origine est le sat [le Réel], pourquoi ne le sentons-nous pas ?
- M. : Le sel en bloc est visible ; il est invisible en solution. Néanmoins, on reconnaît son existence par le goût. De même le sat, bien que non reconnu par l’intellect, peut être réalisé d’une autre manière, c’est-à-dire sur le plan transcendantal.
- Q. : Comment cela ?
- M. : Tout comme un homme, les yeux bandés, que des voleurs ont abandonné dans la jungle, s’enquiert de son chemin et retrouve sa maison, de même un ignorant (aveuglé par l’ignorance) s’enquiert, auprès de moins aveuglés, de sa propre source et y retourne.
(D’autant plus facile maintenant avec l’informatique ! Entretien 108).

- Q. : Après avoir entendu cette vérité, pourquoi ne reste-t-on pas satisfait ?
- M. : Parce que les samskâra n’ont pas été détruits. Tant que les samskâra subsistent, il y aura toujours doute (sandeha) et confusion (viparîta). Tous les efforts tendent à la destruction du doute et de la confusion. Pour y parvenir, leurs racines doivent être coupées. Leurs racines sont les samskâra.
Elles deviennent inopérantes par la pratique prescrite par le guru. Celui-ci laisse au chercheur le soin de faire les efforts nécessaires pour découvrir lui-même qu’il n’y a pas d’ignorance. Cette vérité est enseignée au stade de l’audition de la Vérité (shravana) mais là elle n’est pas encore dridha
(stable). Pour la rendre inébranlable on doit pratiquer la réflexion (manana) et la contemplation profonde (nididhyâsana). Ces deux processus détruisent les germes des vâsanâ [tendances], de sorte qu’elles deviennent inopérantes.
Quelques personnes extraordinairement douées obtiennent le dridhâ-jnana (la connaissance inébranlable) en entendant une seule fois la Vérité (sakrichchra-vana-mâtrena). C’est parce qu’elles sont des kritopâsaka (des chercheurs avancés). Tandis que les akritopâsaka (les débutants) prennent plus de temps pour obtenir le dridha-jnana. Certaines personnes demandent comment l’ignorance (avidyâ) a pu prendre naissance. Nous leur répondons que l’ignorance n’a jamais pris naissance, qu’elle n’a pas d’existence réelle. Ce qui est n’est que vidyâ (connaissance).
- Q. : Alors pourquoi je ne la réalise pas ?
- M. : À cause des samskâra. Toutefois, cherchez qui ne réalise pas et ce qu’il ne réalise pas.
Alors il vous sera évident que l’avidyâ (l’ignorance) n’existe pas.
(Entretien 289).

Avec le républicanisme ou socialisme et sa démocratie : impossible de détruire les samskâra, le régime les détruit (les construit, les renforce) à nostre place ! Avec l’illusion du tout numérique, tout connecté Nous entrons de plus en plus dans cette société fourmilière [il paraît que la fin de la maison individuelle est déjà en vue], où n’est tolérée aucune liberté individuelle vers la recherche de l’Infini spirituel. Cette société du numérique informatique multiplie, cumule les individus pour en faire des troupeaux, DES OBJETS, mais refuse les personnes, c’est-à-dire des être humains dans le sens QUALITATIF, ou du Seul Réel. La liberté n’existe alors que pour celui qui décide de ce qui devra être vécu et senti uniformément par tout le monde [uniforme ou URBAIN], donc ce sera la liberté du Satam ou Grand Architecte de l’Univers qui ne cherche pas à libérer les âmes mais à LES POSSÉDER.
C’EST LA CHUTE, LE PÉCHÉ, NOTAMMENT PENDANT LES 74 ANS DU SOCIALISME EN URSS, et qui n’est que la maturité d’un mal qui a sa source, son germe, son ”Big bang”, dans un Occident prétendu de ”civilisation” chrétienne : celle de l’Église de Rome et de son pape !
L’ÉGLISE GUILLOTINE DU CHRIST GRAND NIVELEUR, GRAND ÉGALISEUR, GRANDE MISE À NIVEAU TELLE LA GUILLOTINE SYMBOLE RÉPUBLICAINE DE GRAND ÉGALISEUR. C’EST LA FOI RÉPUBLICAINE, OU SES « VALEURS » PAR CONDITIONNEMENT ÉDUCATIF : SE FAIRE UNE OPINION DE L’UNITÉ À PARTIR DU SPATIO-TEMPOREL (et du pouvoir d’achat…).

Or la FOI ou MAÂT (le directe, l’Instant, le Ici et Maintenant), cette Connaissance/Ignorance, puisque comme le dit le Maharshi ci-dessus : ”CHERCHEZ QUI NE RÉALISE PAS ET CE QU’IL NE RÉALISE PAS. ALORS IL VOUS SERA ÉVIDENT QUE L’AVIDYÂ (L’IGNORANCE) N’EXISTE PAS”.
Autrement dit : voir le spatio-temporel à partir du Soi, et ainsi le transformer réellement, et non de façon INVERSE par cette ACTUELLE THERMODYNAMIQUE TRANSHUMANISTE DE GRAND ARCHITECTE DE L’UNIVERS : PROMÉTHÉE RÉPUBLICAIN DE LA ROME PAS SI ANTIQUE.

« Même la mort y est considérée comme un acte du mental [dans le cas d’Indra et Ahalyâ, dans le Yoga Vasistha].
Les douleurs dépendent de l’ego ; elles ne peuvent exister sans le ‘je’, mais le ‘Je’ peut exister sans elles ».
(Ramana Maharshi, entretien 343).

« Plus vous taillez une plante, plus elle pousse avec vigueur. Plus vous vous efforcez de rectifier votre karma et plus il s’accumule [c’est comme les réformes dans le politisme étatique républicain : plus il y a de réformes, et plus elles vont ”pousser”, et en demander toujours plus].
Trouvez la racine du karma et coupez-la ».
(Ramana Maharshi, entretien 488).

« Les vâsanâ [tendances, prédispositions latentes du mental] sont de deux sortes : bandha-hetu (causant la servitude) et bhoga-hetu (causant la joie). Le jnanî a transcendé l’ego et, en conséquence, toutes les causes de servitude sont inopérantes. Le bandha-hetu est donc parvenu à son terme et le prârabdha (le karma accumulé dans le passé) ne subsiste qu’en tant que bogha-vâsanâ (qui mène à la joie). C’est pourquoi il est dit que seul le sûkshma-sharîra [le corps subtil] survit en état de jnana. La Kaivalya déclare que le sanchita-karma (le karma en réserve) est détruit simultanément à la montée du jnana ; que l’āgâmi (le karma qui se forme dans le présent) n’est plus opérant étant donné l’absence des attachements, et que le prârabdha s’épuisera uniquement par la joie (bhoga). Ainsi, déclare-t-elle, ce dernier prendra fin en temps voulu et le corps physique disparaîtra avec lui.
Sharîra-traya (les trois corps) et karma-traya (les trois karmas) ne sont que des mots censés faire plaisir aux polémistes. Un jnanî n’est concerné par aucun d’entre eux.
Ce que l’on enseigne au chercheur, c’est de trouver qui il est. S’il se livre à cette recherche, il n’éprouvera aucun intérêt à des discussions sur des sujets comme ceux que nous venons d’évoquer.
Trouvez le Soi et restez en paix ». (Ramana Maharshi, entretien 515).

DONC : COUPEZ LA GRANDE RÉINITIALISATION ! COUPEZ LE TRANSITIONISME ACTUEL DÉJÀ TROP BIEN INSTALLÉ.
Great Reset ou transitionisme ou ”un geste pour la planète” = amplification du Nouvel Ordre Mondial numérique : vous n’en finirez plus de faire attention au Nouvel Ordre Mondial qui de ce fait sera AUGMENTÉ, AMPLIFIÉ. vous n’en finirez plus de faire attention à la ”guerre en Ukraine” qui de ce fait sera AUGMENTÉE, AMPLIFIÉE…
- Q. : Les expériences actuelles sont le résultat du karma passé. Si nous connaissons les erreurs commises auparavant, nous pourrons les rectifier.
- M. : Même si une erreur est rectifiée, il restera encore tout le sanchita [Karma à l’état latent qui fructifiera dans le futur] qui vous donnera d’innombrables naissances [le parfait productivisme industriel]. Cela n’est donc pas la bonne méthode. Plus vous taillez une plante, plus elle pousse avec vigueur. Plus vous vous efforcez de rectifier votre karma et plus il s’accumule.
Trouvez la racine du karma et coupez-la.


Note.
1. Une grosse source à égrégores sont les SECTES, dont évidemment la judéo-maçonnerie spéculative à grosses obédiences, pratiquant par leurs rituels la forme de méditation DE GROUPE faite régulièrement, cela va engendrer inévitablement un égrégore qui à terme deviendra une entité autonome et incontrôlable, pire qu’une ”intelligence artificielle”…
TOUT CELA FAIT QU’EFFECTIVEMENT : NOUS SOMMES EN TRANSITion, de la bonne bouffe à égrégores en ces temps où tout devient faux, mensonges…..
 
 

Dernière mise à jour : 12-06-2023 00:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >