Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Tiqounerie, Mieuxa et OR
Tiqounerie, Mieuxa et OR Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-07-2023 02:26

Pages vues : 831    

Favoris : 60

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Conformité, Consommateur, Ego, Gate gate, Humain, Libération, Limite, Marxengelsisme, Or, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Winner

 
lingo_or_goldbalisation.jpg
 
 
Tiqounerie, Mieuxa et OR
Voilà le PROBLÈME :
L’ERREUR EST PERMANENTE,
LA RÉPARATION EST PERMANENTE
D’OÙ LA ”MISE EN VALEUR DU TEMPS”.
 
 
Le ”N’EST PAS X” :
- La non-dualité, Manjushri [à propos des caractéristiques de l’Éveil manifeste et parfait]. Il n’y a pas d’Éveil manifeste et parfait ni d’absence d’Éveil manifeste et parfait. Il n’y a pas cycles d’enseignement ni d’absence de cycles d’enseignement. Il n’y a pas de grand passage dans l’au-delà de la souffrance [Surfeu] ni d’absence d’absence de passage dans l’au-delà de la souffrance. Car, en effet, le Corps absolu est absolument pur et le corps d’apparition se manifeste toujours et partout [le Centre est nulle part et la Circonférence est partout]. (Soûtra du Développement du sens profond, chapitre 10).

Le tiqoun ou les Mieuxa, l’évolutionnisme ne pouvaient se marier qu’avec l’OR MÉTAL, C’EST-À-DIRE DEVENIR LA LOI DE SUCCION VULGAIRE :
LE CORPS DE PESANTEUR OU PLOMB SYMBOLISANT LE ‘MOI’ ou LE ‘MIEN’ : ”je vois, j’entend, je goûte, je touche, je connais, je mange, je fais, je suis souillé, je suis purifié”, et plongés dans la confusion ou le chaos, les tiqnouistes, les mieuxa et les évolutionniste produisent des facteurs de compositions.
« Ceux qui ont parfaitement compris la réalité telle quelle se dégagent entièrement de ce corps de pesanteurs, et toutes les passion ayant perdu leur soutien [plus de loi de succion], ils atteignent un corps pur [transmutation du PLOMB en OR], libre d’élaboration [les mieuxa], inconditionné et qui n’est le produit d’aucune action manifeste [les faire/fer]. Voilà, Manjushri, l’essentiel de ce qu’il convient de retenir ». (Soûtra du Développement du sens profond, chapitre 10).

Tiqounerie, Mieuxa et OR = PANique
Quand on pratique dans la sphère sans caractéristiques,
On n’est plus soumis à l’être et au non-être.
Être et non-être sont égaux,
Et ainsi naît le fruit sublime.

Comment les choses sont-elles ou bien ne sont-elles pas ?
Comment s’accomplit l’égalité ?
Quand le mental ne réalise pas la nature des choses,
C’est le désordre au dedans comme au dehors.

Dès qu’il l’a réalise, c’est l’égalité :
Le désordre peut alors prendre fin.
(Soûtra de l’Entrée à Lanka, L’impermanence 14).


Tiqounerie, Mieuxa et OR. Voilà le PROBLÈME :
L’ERREUR EST PERMANENTE.

« L’erreur est permanente, Mahâmati, parce que ses attributs ne changent jamais. Les choses erronées n’ont pas la caractéristique de changer : ce qui change, ce sont les fictions que l’on produit à leur sujet [ce sont les ”plus ça change et plus c’est la même chose”]. Voilà pourquoi l’erreur est permanente en tant que telle.
[…]
La moindre idée à propos de l’erreur ne sera jamais le fait d’être sublime. Sache qu’avoir alors la moindre idée, c’est babiller comme un sot et non parler comme un sage.
Mahâmati, la distinction entre les idées justes et les idées fausses à l’endroit de l’erreur donne lieu à l’existence de deux familles : la familles des êtres sublimes et la famille des sots. La famille des êtres sublimes se divise en trois branches : les Auditeurs, les bouddhas-par-soi et le véhicule des bouddhas.
[…]
Les être sublimes ne voient pas d’erreur
Car au sein de l’erreur il n’y a rien de réel.
Or du fait que l’erreur elle-même, c’est le réel (1),
Au sein de l’erreur encore, le réel est vrai.

Être libre de l’erreur mais avoir encore
Des idées de caractéristiques,
C’est toujours une erreur, une taie
Sur l’œil qui n’est pas encore tombée.
(Soûtra de l’Entrée à Lanka, Compendium de tous les enseignements 43).

XATEMME .

La TAIE sur l’œil ou les RIDEAUX qui MASQUENT :
1 - Les obstacles
2 - Leur antidote
3 - Combinaison des obstacles et de leur antidote
4 - Disparition des obstacles et de leur antidote
5 - Perfection des obstacles et de leur antidote.

1 - Obstacles sous cinq points :
1. Ils voilent la connaissance du réel à une profondeur et épaisseur telles qu’il est très difficile de les éliminer.
2. Leur inconsistance (comme toutes choses) en fait des entités vides dépourvues de toute substance.
3. Combinaison des deux propositions précédentes donne une bonne définition des obstacles : s’ils ne voilent pas le réel, ils sont sagesse et non obscurcissements ; si, dépourvus de substance, ils sont vides, ils sont réel et non ce qui lui fait obstacle.
4. Disparition des obstacles : aucun obstacle vide de substance, mais il n’y a pas pour autant aucun obstacle qui ne voile l’absolu. La balance entre obstacles et absolu est la cause, le FLÉAU de leur déconstruction mutuelle et alors il n’est plus question ni de vide ni d’obstacles.
5. Perfection des obstacles désigne la combinaison des 4 propositions précédentes. Ce [super] obstacle occulte l’absolu sans que l’absolu ne se cache, car il est à jamais vide de substance, et que, en vérité absolu, il n’apparaît pas.
Dans le voile, l’être et le non-être ne sont point deux ; quant à l’absolu, visible ou invisible, il reste le même. Les deux obscurcissements sont l’irréel du réel (2), de même que l’absolu est ce qu’il y a de non-erroné dans l’erreur : ÊTRE DANS L’INSTANT : ”Quand on voit le réel dans l’essence de l’erreur, il n’est pas une erreur qui ne se trouve éliminée”.
C’est donc ce qu’il y a d’erroné au sein du réel qui voile le réel et ce qu’il y a de réel au sein de l’erroné qui révèle le caractère erroné des voiles.

2 - L’antidote.
1 - Rayonnement : Coïncidence avec l’Instant.
2 - Extinction
3 - Les deux précédents
4 - Disparition
5 - Perfection
2 - État naturel de la Félicité ou substance même de la Réalisation intérieure. Devient comme la BRAISE qui au moment de s’éteindre devient dans son EST : le rayonnement toujours éteint car, si ce n’était pas le cas, comment cette sagesse ou Félicité verrait-elle que toutes choses sont semblables au réel en étant, elle seule, irréelle ? La réalisation du réel émane du rayonnement et, une fois réalisé le réel le rayonnement, comme la Braise, s’éteint.
3 - Émission-réception s’abolisses, de telle sorte que personne ne réalise en l’absence de rayonnement ou émission et que le rayonnement, en perdurant, dévie la réalisation.
4 - Disparition de l’antidote : rayonnement ou émission et extinction n’étant pas distincts se déconstruisent l’un l’autre jusqu’à leur commune disparition. C’est alors que l’émission-rayonnement revient à ce qui n’est pas non-rayonnement dans le non-rayonnement et l’extinction dans la non-extinction.

5 - Perfection de l’antidote : les quatre propositions précédentes de combinent pour la Félicité. Ici s’impose le quatrième terme du   Savoir, Pouvoir, Oser, SE TAIRE.

3 - Combinaison des obstacles et de leur antidote.
En résumé : Croire à l’existence d’une erreur et qu’il est possible de l’éliminer, comme le tiqounisme, l’évolutionnisme, c’est une erreur et non de la Libération ; voir que l’erreur est vide pas essence, c’est la Félicité et non l’erreur (la souffrance), c’est voir la sagesse de l’erreur. Et cette sagesse, il faudra l’éliminer aussi. Le Secret de la Fleur d'Or dit bien : « Un mental purifié est élixir, un mental vidé est remède. On dit du mental qu’il est purifié quand il ne s’attache plus à rien. On le dit vidé lorsqu’il ne garde plus rien en lui. Mais si l’on s’attarde sur le ”vide" de cette vacuité, c’est que la vacuité n’est pas encore vide. Un mental vide et qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle la véritable Vacuité ». (Traduction de Thomas Cleary).

4 et 5 - Pour la disparition et la perfection des voiles et de leur antidote, on procédera comme précédemment.
(En référence aux Mystères essentiels de l’Entrée à Lankâ, les enseignements du Soûtra de l’Entrée à Lankâ, par Fazang (né en 642), troisième patriarche de l’école Huayan).

L’OR MÉTAL ERREUR DE LA MISE EN VALEUR DU TEMPS.
L’Or métal assimilé au ”bonheur” par nombre de générations du mental humain.
RAPPEL : la couleur symbolique de l’Or n’est pas jaune, mais le BLANC (de l’Instant, du Ici et Maintenant). La TRANSMUTATION est la Réalisation du Soi la Réalisation de l’Instant. Transformer le Plomb en Or = réaliser le Soi, transmuter le Plomb en Or, autrement dit : supprimer la vulgaire loi de succion ou attraction appelée faussement ”universelle”.

Quant à l’OR MÉTAL, DEPUIS LA DÉCOUVERTE DU FEU VULGAIRE ET LA MÉTALLURGIE QUI S’EN SUIVI, Combien de générations, sous étatisme et aliénation salarial marchandise, continueront à être polluées par ce PLOMB DE LA VALEUR ALLANT JUSQU’À FOURBIR LE CAPITALISME (le virtuel de l’argent en une singerie de la non-possession qui aboutira, peut-être, à L’ESCLAVAGE du ”Vous ne posséderez rien et vous serez heureux”) ???

OR = VA(O)LEUR
Hermès psychopompe (qui conduit les âme des morts) est aussi le Dieu des voleurs et des commerçants signifiant L’ABSOLUE AMBIVALENCE DE L’OR MÉTAL.
Surtout depuis le 1789 français, l’Or métal dégrade impitoyablement l’espèce humaine par un principe unique : LA LOI DE SUCCION VULGAIRE.
L’or SYMBOLE SOLAIRE : A-Dorer : du A privatif et dorer : privé d’Or ou de dorure. Quand certains de nos Ancêtres du Néolithique allèrent adorer le Soleil qui les fait vivre au lieu de simplement l’honorer pour son EST (Tout est dans TOUT et ”Rien dans le TOUT et tout dans le RIEN”), commence le MIEUXA, l’A-mélioration : du A privatif et rendre meilleur, c’est-à-dire MOINS BON.
L’humain doit donc tourner ses regards vers le SOLEIL, c’est-à-dire VERS LUI-MÊME : réaliser son Soi : « Même la structure de l’atome a été découverte par le mental. Donc le mental est plus subtil que l’atome. Et ce qui est derrière le mental, c’est-à-dire l’âme individuelle, est plus subtil que le mental. Le saint tamoul Mânikkavâchakar a dit que si chacun des grains de poussière qui dansent dans un rayon de soleil représentait un Univers, la lumière du soleil tout entière représenterait l’Être suprême ». (Ramana Maharshi 15, 8-1-1935, à propos du passage upanishadique : « L’Esprit suprême est plus subtil que le plus subtil et plus grand que le plus grand » [SvU III.20]).

Notes.
1. « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi 28, 4-2-1935).
« Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». (Ramana Maharshi 264, 20-10-1936).

2. Le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu. Et entretien 264 cité dans la note 1. Le Réel étant sans double, demeure réfractaire à toute entreprise d’identification ou de saisie. Rejoint le TROU : la VISION du VRAI ne saurait se faire que dans le Trou, comme dans un Trou il n’y a rien d’autre que le Trou, il n’y a pas de Trou à voir ! l’itinéraire n’est pas I-terer, conformément à l’universel : Savoir, Pouvoir, Oser, SE TAIRE (le SILENCE étant l’essentiel ou Essence du Ciel, et PROBLÈME DU ”Je suis ce JE SUIS” impossible à énoncer dans le temps qui coule….. Car là encore : le VRAI cesse d’être vrai dès qu’il est énoncé, émis et entendu).
VRAI (sincère, juste) : uiros en gaulois, avec le I long Axe, et le i bref : ”homme”, comparable au vieil irlandais fîr, au gallois gwir ”vrai”. La notion de vérité était essentiel aux peuples Indo-Européens, aux Indiens et aux Celtes en une valeur régulatrice de la société qui l’honore. Remonte à une forme occidentale ueros, retrouvée dans le latin uerus, voir le slave vera ”croyance”. (Réf. Dic. Français-Gaulois, de Jean-Paul Savignac).
 
 

Dernière mise à jour : 26-07-2023 02:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >