Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’Empire
L’Empire Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-08-2023 00:24

Pages vues : 862    

Favoris : 112

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Conformité, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Ego, Fascisme, Gate gate, Horticulture, Humain, Libération, Limite, Marxengelsisme, Or, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Winner

 
etats_unis_democrtie_coca-cola_partout.jpg
 
 
L’Empire
le Faire/Fer des J.P. Morgan, Paul Warburg
et J.D. Rockefeller, la secte oligarchique
principale judéo-protestante.
Pour ce faire, ils durent convaincre le secrétaire
d’État Philander Knox de mentir aux Américains,
en leur disant que leur 16è amendement,
celui sur l’impôt sur le revenu, avait été
légalement ratifié par les États d’Amérique,
alors que ce n’était pas vrai.
Évidemment ce sera une très grosse affaire
pour les Couilles en Or cités !
Désormais, les Américains seront taxé sur
leur job.
Congrès et Président furent au courant de
ce mensonge. (Réf. Aaron Russo :
L’Amérique, de la liberté au fascisme).
 
En France l’impôt sur le revenu sous la
Monarchie était l’impôt sur le SALAIRE :
LA GABEL : le sel, soi-disant aboli par
les 89 républicains. L’autre impôt sera
la TAILLE payée par les pauvres et les
roturiers (les non-nobles) aux nobles.

Les bandes des banlieues taxent les
citoyens comme l’État taxe ses contribuables
tout aussi consommateurs.

Les États font naturellement des guerres,
et qui finance les guerres ???
Et qui DIRECTEMENT fabrique la monnaie
pareillement à des faux monnayeurs ?
”Par essence, la création monétaire ex nihilo
que pratiquent les banques est semblable, je
n'hésite pas à le dire pour que les gens comprennent
bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de
monnaie par des faux-monnayeurs, si justement
réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit
aux mêmes résultats. La seule différence est que
ceux qui en profitent sont différents”.

(Maurice Allais, physicien, économiste et
prix Nobel d’économie en 1988).
À partir de la PRIVATISATION (1) de la réserve
fédérale de l’Empire, icelui sera soumis au
système du CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE-CRÉANCE.

Et ce sont ces mêmes républicains et leur
démocratie qui osent parler de ”liberté” !


IL NE DEVRAIT Y AVOUR AUCUN RESPECT POUR LE TORCHON APPELÉ « DÉCLARATION ”UNIVERSELLE” DES DROITS DE L’HOMME » : IL Y A DOUBLE FAUTE OU MENSONGE.
AU CHOIX : LE MOT ”UNIVERSEL” NE PEUT CONCERNER QUE L’UNITÉ, UNE SEULE CHOSE, COMME LE PRINCIPE DIVIN, ET « DROITS » SOUS-ENTENDU « GARANTISSANT » DOGMATIQUEMENT UNE ILLUSION DE ”LIBERTÉ”
EST LE PLUS ÉNORME MENSONGE DE TOUTE L’HISTOIRE HUMAINE : PENSEZ-Y ! LE ”POUVOIR DU PEUPLE” ARRIVE EN SECOND, CAR SI UN CONCEPT EST NÉCESSAIRE POUR FAIRE PASSER UN ENSEIGNEMENT, SI CE CONCEPT EN VIENT, COMME SES ”DROITS DE L’HOMME” AFFUBLÉS EN PLUS D’« UNIVERSELS » EN VIENNENT À ÊTRE SAISIS, POSSÉDÉS, LEURS « DROITS », LEUR CONCEPT EN VENANT D’ÊTRE FABRIQUÉ S’INVALIDE PAR LUI-MÊME. PAR CONSÉQUENT, CE QUI VIENT D’ÊTRE CRÉÉ DOIT DOIT ÊTRE IMMÉDIATEMENT DÉTRUIT : LES « DROITS DE L’HOMME » FIXÉS, DOGMÉS, N’ONT AUCUNE VALEUR. QU’ON SE LE DISE.
Les mots : Paix, Liberté, Vide, Conscience, Unité, Divin, Âme Universelle, sont tout aussi IMPOSSIBLE À AVALER et POSSÈDENT LES MÊMES INCONVÉNIENTS. C’EST POURQUOI ON DEVRAIT PRÉFÉRER LE « N’EST PAS X » : NE PAS PARLER, NE RIEN OPINIONER SUR LES CHOSES, N’EN RIEN EXPLIQUER, N’EN RIEN MONTRER, N’EN RIEN CONNAÎTRE ET SURTOUT N’EN RIEN DEMANDER, EST PRÉFÉRABLE CAR C’EST ACCÉDER AU SEUL RÉEL DANS LE NON-DUALITÉ (laquelle est surtout inconnue dans le monde occidental). (En référence au Soûtra de la Liberté inconcevable 9, 32).


Aussi, Nous savons ce qu’il Nous reste à faire concernant l’article 13 de 1789 fourre-tout socialisant faux modèle ”bien commun” : « Pour l’entretien de la force publique [les winners], et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés [puisque depuis 89 le pouvoir se déclare ”État de droit” (2) ».
La république et son dogme de Déclaration ”Universelle” est comparable à la pointe d'un compas, si la pointe dérape, la circonférence : le raisonnement et les actes qui s’en suivent seront nécessairement faux.
Ceux qui ont chié cette ”déclaration universelle” en une sorte de « concile républicain » ONT OUBLIÉS QUE :
LE VRAI N’APPARTIENT À PERSONNE EN PROPRE, TOUT COMME LE MONDE DE PURETÉ. LA VRAI DEVIENT FAUX DÈS QU’IL EST VU OU POSSÉDÉ, CAR IL DEVIENT ALORS UNE COPIE, UN FAUX PAR RAPPORT À L’ORIGINAL.
LA LIBERTÉ OU RÉALITÉ EST TROP LE FLÉAU POUR ÊTRE APPROCHÉE OU ENTENDUE, CAR ÉTANT ICI ET MAINTENANT, DANS L’INSTANT, ELLE EST TROP CINGLANTE, TROP FLÉAU, TROP APOCALYPSE POUR ÊTRE APPRÉHENDÉE, PARCE NOUS SOMMES ELLE :
« Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». (Ramana Maharshi, entretien 264, du 20 octobre 1936).

DÉSORMAIS : AUCUN COMPROMIS, LA RÉPUBLIQUE NOUVELLE RELIGION  ET SES « DROITS DE L’HOMME » DOUBLÉE DU TOUS CONNECTÉS TECHNOLOGIQUE MATÉRIALISTE EST À ABATTRE.
Les êtres humains qui ont besoin d’une loi pour vivre sont MISÉRABLES :
Mazu (709-788 un des grands maître chan Zen) : ”Toutes choses sont parfaites, rien ne manque. Utilise-les spontanément, à quoi bon rechercher au Dehors” (pas de loi au Dehors, donc pas de loi non plus au Dedans…..).
LOIS = CHAOS HUMAIN. L’”ordre” pensé par le mental humain est désordre, car comme l’exprime Mazu ”Toutes choses sont parfaites, rien ne manque”, dans le juste déploiement des potentialités qu’elles incluent lorsqu’il n’y a pas de parasite ou de déviation. ORGANISER LE CHAOS C’EST RÉALISER LE Soi.

Il est maintenant plus qu’urgent que l’humain fasse un usage harmonieux de L’OR-DONNÉ, et non de ses lois et autres ”droits de l’homme” fabricantes du chaos humain. L’OR-DONNÉ H-or-s de la RACINE DU MAL LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS ENGENDRANT LA SAISIE.

LES TORCHONS SUCCESSIFS FRANÇAIS DIT ”DÉCLARATIONS DES DROITS…..” SONT DONC PAR EUX-MÊMES INVALIDÉS. DE PLUS ET SELON CETTE ”DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME”, L’OPINION QUE LA VIE HUMAINE AURAIT UNE QUELCONQUE VALEUR MONTRE LE CANCER DE L’EGO ET SES RAVAGES. LE WINNERISME DE 1789 ET DES JUDÉO-MAÇONS FABRICANTS DE LA CONSTITUTION DE L’EMPIRE US SELON LEUR OPINION OÙ LA VIE HUMAINE AURAIT UNE VALEUR per se EST UNE OPINION INJUSTIFIABLE APPARTENANT À LA VANITÉ PROPREMENT HUMAINE. COMME SI LA VI(U)E HUMAINE AVAIT PLUS DE VALEUR QU’UN VER DE TERRE OU QUE TOUTES LES AUTRES FORMES DE VIE Y COMPRIS LES VIRUS, EST NON SEULEMENT INJUSTIFIABLE, MAIS ARROGANTE, WINNERISTE FAÇON IMPÉRIALISME US MONDIALISÉ QUI JOUE AUX GENDARMES DE LA PLANÈTE : CERTAINS PARLENT DE « FREEDOM ».
COMMENT UN « CODE » (DOGME, et une statue… ”de la liberté”, et idolâtrie...) POURRAIT RENDRE « LIBRE » UN GROUPE D’INDIVIDUS ??? Les humains en sont au même point où au Moyen-Âge le mot DIEU suffisait à tout expliquer en disant par exemple que des anges poussaient les planètes, et qu'on pourrait appeler l'ère de la foi aveugle ; Les humains de l’après 1789 français, et indirectement américain, en sont au même point tant ils s’accrochent à leur CROYANCE (en France appelée ”laïcité”), TANT ILS S’ACCROCHENT À LEUR DEHORS EN LOIS EN TOUS LES GENRES ET SOLLICITATIONS COMMERCIALES EN DÉLUGE PERMANENT. Comme si la Constitution américaine DU DEHORS rendait « libre »……. Or elle ne fait qu’amplifier l’égo : L’AGRESSION (les États-Unis en guerre indirecte permanente y compris une guerre commerciale de prédation ou de rapine, la loi de succion mais surtout la destruction des peuples amérindiens), OU LA DOMINATION (l’impérialisme US mondialisé voulant imposer partout dans le monde son modèle de vie et son dollar). Par exemple au pays de l’American way of life ou de la ”libre entreprise” ne dites jamais à un New-Yorkais ; « Passez une bonne journée ». Il risque fort de vous répondre : « Ne me dites pas ce que j’ai à faire ! » (cité par Marshall Sahlins, dans : La nature humaine, une illusion occidentale, page 111). Seule la liberté du FAIRE/FER qui rouille semble être le mode de vie de la société de l’Empire US : AINSI L’HOMME DEVIENT UN OBJET POUR L’HOMME ; ET L’HOMME QUI POSSÈDE COMME OBJETS UN OU DES HOMMES EST CELUI QUI EST RECONNU COMME POSSÉDANT LE MIEUX LA DOCTRINE DU LIBÉRALISME US, ET L’HOMME-OBJET POSSÉDÉ EST CELUI QUI SE RECONNAÎT IGNORANT DE LA DOCTRINE ET QUI CONSENT À SE LAISSER FORMATER, FABRIQUER, PAR SON POSSESSEUR QU’IL RECONNAÎT COMME AYANT PÉNÉTRÉ PLUS AVANT DANS LES ARCANES DE LA « MISE EN VALEUR DU TEMPS » (républicain). Ainsi la démocratie-république ne fait que conduire à ses dernières conséquences logiques le règne de l’opinion, TELLE LA « LIBERTÉ DE PENSÉE » OU LAÏCITÉ, ABOUTISSANT À UNE RELIGION, UNE MYSTIQUE À L’ENVERS : LE RENONCEMENT DE L’HUMAIN À SA PROPRE RÉALISATION, NON DE SON BUSINESS AU DEHORS, MAIS DE SA VRAIE NATURE : son Soi.
Ainsi personne n’est plus sectaire qu’un libéraliste ou un « libre penseur » forcément rationaliste modèle ”Lumières” du 18è siècle français de leur Encyclopédie de Diderot et Cie qui ne connaît que l’opinion écrite dans son Encyclopédie, parce que tout concept opinionée comme ”vérité”, à tort ou à raison, constitue un DOGME, un CODE, une ”VALEUR”, tels les ”Droits de l’Homme”, et en joue le rôle ; toutes opinions sont nécessairement en contradictions les unes des autres, sans oublier qu’une synthèse n’est en aucune façon un jeu de puzzle consistant à emboîter l’un dans l’autre tous les résultats analytiques. Cette erreur si présente à ce hui conduit à la confusion du général et de l’universel (un général en forme d’opinion d’opinions, ce qu’il se passe dans les élections dans un régime étatique à gouvernement représentatif, qui tend à jouer le rôle de l’universel et à s’ériger en dogme oppresseur des losers. C’est pourquoi le régime républicain est une DICTATURE CACHÉE, SOURNOISE, DANS LA DUALITÉ PUR-IMPUR OU WINNERS-LOSERS TYPIQUEMENT OCCIDENTAL ET DE L’EMPIRE.

C’est ce culte de l’opinion issu du 1789 français qui a conduit au désir d’une ”unité d’opinion” : et ce désir, dans ses profondeurs, ne vient pas d’une volonté de supériorité intellectuelle, ou du winnerisme de jeux olympiques, MAIS D’UN BESOIN PROFONDÉMENT SPIRITUEL, DE TROUVER LA FÉLICITÉ ORIGINELLE ET NATURELLE, et qui depuis le Néolithique cherche sa satisfaction par des voies fausses. (En référence à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, écrit de 1960).


Après l’époque de la Renaissance en Occident où l'on a voulu savoir ce qu'est la matière en elle-même, et dont Galilée (suivie de la Réforme) fut le déclencheur, sans recourir à une toile de fond théologique ou métaphysique, nous entrons dans l'ère de la synthèse, où la globalité de l'Être qui est en soi (Le Soi : « Je suis ce JE SUIS ») et de l'ex-istant : la Vision unique, sans hiatus ni solutions logiques de continuité, évidemment pas celle des ”valeurs républicaines” et du tous connectés de l’informatique……

« Avec Descartes, il s'est établi une rupture complète entre la res cogitans, la chose pensée, et la res extensa, le monde de la matière étendue. En conséquence fut abandonné le besoin de perception de l'unité essentielle des essences du divin et de la matière, tel qu'il s'exprimait au Moyen-Age d'une façon imaginaire et farfelue. Mais, comme le remarque Heisenberg, « il serait inexact de dire que Descartes, par sa méthode philosophique, a donné une nouvelle direction à la pensée humaine. Ce qu'il fit effectivement, ce fut de formuler pour la première fois une tendance de la pensée qui pouvait déjà s'apercevoir durant la Renaissance en Italie et dans la Réforme. » C'est que les philosophes sont des révélateurs, des porte-parole, des accoucheurs d'idées, vraies ou fausses, qui sont déjà dans l'air, n'attendant que d'être dites clairement, mais ils n'apportent rien d'essentiel.

La dichotomie de la res cogitans et de la res extensa a conduit le monde chrétien à perdre l'intuition de l'unité d'essence de ce qui informe l'âme par le haut, le divin, et de ce qui l'informe par le bas, la matière et les forces telluriques. Le monde chrétien fut ainsi plongé dans un demi-laïcisme, la solidarité de l'Esprit et du physique ayant été rompue, particulièrement avec Galilée. La conséquence a été pour l'enseignement chrétien de se limiter pour ce qui est du comportement dans le spatio-temporel, le social, à un vulgaire moralisme sentimental sans référence aux essences. Il parle du sentiment religieux et non pas de connaissance (co-naissance = naître à l'Esprit). Ce demi-laïcisme explique qu'il peut y avoir des chrétiens-marxistes-communistes, ce qui est en vérité une monstruosité.
Pour les « ismes » philosophiques, ce sont aussi les sentiments qui décident et les constructions logiques ne viennent qu'après pour les légitimer d'une façon fort illusoire : les philosophismes sont toujours remis en question au vent des variations historiques du sentiment.
Aujourd'hui, avec la maturation des sciences du physique, nous retrouvons la nécessité de la vision unitaire du divin et de la matière ». (Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, Introduction).


Notes.
1. La même année du coup des impôts, les Couilles en Or vont soudoyer, et payer les sénateurs, pour qu’ils fassent passer le loi de la réserve fédérale SANS son amendement constitutionnel inscrit ; er ça se fait pendant les vacances de Noël alors que nombre de sénateurs étaient en vacances chez eux dans leur famille. Ainsi la loi anticonstitutionnelle de la réserve fédérale fut appliquée. Ainsi ceux qui contrôlent la monnaie sont nécessairement AUSSI le gouvernement à la place du gouvernement VISIBLE par les électeurs. Ça s’appelle L’ÉTAT PROFOND, et aussi LE COMPLEXE MILITARO-INDUSTRIEL.
Le président Woodrow Wilson, qui a signé la loi de la réserve fédérale, dira plus tard avec regret (le 25-9-1919) : ”Je suis un homme malheureux, j’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle dorénavant contrôlée par le système du crédit. Nous ne sommes plus un gouvernement de libre opinion [ERREUR : l’opinion n’est absolument pas une preuve de ”liberté”, mais de TYRANNIE, DE VIOLENCES ET DE GUERRES], plus un gouvernement de convictions et de vote majoritaire [là encore ERREUR : ce isme du vote n’est là encore aucune preuve de ”liberté”, mais une source de VIOLENCES, DE MÉCONTENTEMENTS] mais un gouvernement sous l’emprise d’un petit groupe dominant”.
Réserve fédérale fabricante de la FAUSSE MONNAIE, selon la définition du Dynamité Maurice Allais. Ainsi se concrétisait de plus en plus LA MISE EN VALEUR DU TEMPS…. LE FASCISME VENAIT DE NAÎTRE, NON EN ITALIE, MAIS DANS L’EMPIRE NOUVELLEMENT FABRIQUÉ : L’EMPIRE DU FISC, L’EMPIRE DE L’ESCARCELLE (étymologie de l’italien scarsella : petit avare, de scarso : avare) ; LA LOI DE SUCCION ALLAIT FAIRE FURHER.

2. ÉTAT DE DROIT (d’après le juriste et psychiatre Pierre Legendre) : fondé sur le principe de la « raison », donc sur la France des gens riches qui se voulaient « philosophes » : les « Lumières », et la France de Pasteur, selon la leçon du Prof. Macron.
Pierre Legendre, dans Le crime du caporal Lortie : « Je dirais, c’est une construction culturelle [?] d’une image fondatrice [inconscient collectif ?], grâce à laquelle toute société définit son propre mode de rationalité [c’est-à-dire que si deux individus sont d’une même opinion, ils fondent déjà une société, UNE CONVENTION] », « c’est-à-dire l’attitude de l’IMAGE, DE L’ILLUSION devant le questionnement humain sur la causalité ».
Pour Legendre cette construction du mental produit un « certain type d’institutions, une politique de la causalité [donc de la pure dualité guerrière ou d’opinion], dont procède ce montage de l’interdit [donc nécessairement de la LIMITATION PAR FRUSTRATION ET DE LA SOUMISSION] que nous appelons en Occident l’État et le Droit ».

« Selon cette perspective, le système institutionnel, porté par l’image fondatrice [causale genre Big Bang ou la Cause, la convention, LE CONTRAT, L’AGRÉGAT ou le faire comme tout le monde], a pour fonction de transmettre la Raison [la pensée si mortifère et paradoxalement utilitaire… sens d’outil…], d’inscrire la reproduction humaine dans ses rapports de causalité, de perpétuer l’interdit [l’inceste et le cannibalisme principalement], à travers les générations [donc en réseau…]. Ainsi une société n’est-elle pas un bétail d’individus comptabilisables [là, ERREUR MONUMENTAL de Legendre puisque nous sommes tous devenus des marchandises numérisables], mais dans le principe une composition historique [causisme et Histoire-Opinions-Temps] de sujets différenciés [non résolution du dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif]. De la sorte, nous naissons tous présumés raisonnables. Cette condition impose à la folie statut de décomposition, soit, en termes de tradition européenne, statut de maladie de l’esprit [seulement point de vue de Legendre et non certitude]. À proprement parler, l’esprit se défait (de-mentia) ».
Nous retrouvons là le même principe de construction de grumeaux selon les deux Anglais qui s’harmonisent pour former en premier, un match de football, et en second, avec un troisième Anglais, former pourquoi pas un Empire. PREUVE DE LA FRAGILITÉ EXTRÊME DE L’ESPÈCE HUMAINE. Ainsi, dans un système étatique, pas de différence entre une « démocratie » à l’occidentale et « État de droit » et le régime stalinien, hitlérien ou maoïste, ou de Mussolini, ce n’est QU’UNE QUESTION DE DEGRÉ…

Page 51 du livre de Legendre cité, il considère en note de bas de page UNIQUEMENT LE CORPS, LE SPATIO-TEMPOREL, L’EGO ou POSSESSION : « Dans cette perspective [celle du politisme lié à l’étatisme], il s’agit de notifier qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole [donc seulement du mental et des cinq sens], n’a le pouvoir de se soustraire à son statut dans l’espèce »…. Encore la croyance, croyance… Et « Circulez ya rien à voir », c’est le ravage du fixisme, le ravage du langage sonore tout simplement. Legendre ne jure que par la causalité : « la Loi des lois », donc ce qu’il appelle comme les perruques poudrées : « la raison », le mental killer. Il associe ce mental à un PATRIARCAT, une paternité qui « institue la Raison des fils [sens du droit romain] ». Par contre Pierre Legendre reconnaît parfaitement en page 53 que « les sociétés techno-scientifiques sont prisonnières d’un engrenage [l’évolutionnisme] : des accès aveugles de moralisation [et de sentimentalisme en isme] et de répression, entrecroisés dans le discours gestionnaire du sujet libre ».

L’État de droit se veut la loi, il n’accepte pas VOTRE POINT DE VUE et vous déclare ”hors la loi”.
Depuis quand le chaos humain organisée par le « loi » est-il AU-DESSUS DE LA PERSONNE ? DEPUIS QUAND C’EST LE DEHORS, DONC LA LOI, QUI MESURE ET FABRIQUE L’HUMAIN ? Or LE SOCIAL NE VA JAMAIS EN PROFONDEUR MAIS RESTE TOUJOURS EN SURFACE. Les Anciens le savaient, ils disaient que « L’homme est la mesure de toutes choses », parce qu’il s’agissait des noms-les-formes respectables.
Mais de nos jours de capitalisme et de républicanisme, et du tout numérique, LE DOGME ENSEIGNE AVEC SON ZÈLE RÉPUBLICAIN, QUE
L’HOMME, ET LA FEMME ÉVIDEMMENT, SONT MESURÉS PAR LES CHOSES DU CAPITALISME ET DE SES BANQUES ET INDUSTRIES.
 
 

Dernière mise à jour : 08-08-2023 01:29

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >