Accueil arrow News arrow Dernières news arrow TRANSITION : mot fétiche actuel du capital 1
TRANSITION : mot fétiche actuel du capital 1 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-08-2023 10:22

Pages vues : 851    

Favoris : 98

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Celtes, Conformité, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Horticulture, Humain, Libération, Limite, Marxengelsisme, Or, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner

 
 
 
TRANSITION : mot fétiche actuel du capital 1
Mot/maux de la démocratie ESSENCE, GRAAL de
la valeur d’échange marchandise : LE TRANSIT.
Curieusement on a des ”Tout le monde déteste la
police [officielle] !”
mais AUCUN : ”Tout le
monde déteste la marchandise !”

Les ÉMEUTES récentes sont une TRANSITION du
réarrangement de l’économie du trafic de drogues
et de la vente d’armes nécessaire à
l’économie mondiale. ÉMEUTES = TRANSITION : IL
N’Y A PAS UNE ONCE DE ”LIBERTÉ” DANS LES ÉMEUTES
APPROPRIATIVES (de zones privilégiées) mais plutôt
un PLAN ANTI-RÉVOLUTION ANTI-RÉALISATION DE
VRAIE NATURE, idem avec les écolos.
ÉMEUTES APPROPRIATIVES = RAZZIA CARAVANIÈRE
MOYEN-ORIENTALE.
 
anipucsac1.gifSuite de la page précédente.

Cette SÉPARATION vient de la LOI DE SUCCION : MÉMORISATION ou SAISIE (mettre I ou l’Axe à mort : met-i-à-mort) qui coagule un autre ‘Je’ par rapport au ‘Je’ du Soi. Cet autre ‘Je’ ou singerie du Soi s’appelle ÉLABORATION : INSTALLATION DANS L’OBJET DIALECTIQUE HISTORIQUE, PRISE POUR LE SUJET OU LE CITOYEN, EN OUBLIANT LE JET (Eau, le Soi). Alors il y aura OBSTACLE, OPACITÉ, ENTRAVE (en travers) ET FRUITS QUI TISSENT LA MATIÈRE DE CE MONDE (des choses Re-EL).
(”Les choses sont faites du même tissu que les rêves”, écrivait Shakespeare, donc là encore toute facilité avec la technologie de se construite un CYBERUNIVERS où effectivement « VOUS NE POSSÉDEREZ RIEN ET VOUS SEREZ HEUREUX » (avec vos objets connectés, puisqu’ils ne vous appartiennent plus : ils sont en connexion comme en blablacarisation ou en co-vie, co-mmunisme mercantile… si proche du co-vid et isme de la valeur marchande…. Bientôt quelqu’un pourra mourir à votre place dans ce tous connectés échangisme en valeur et autres ”BLABLA”…… dans la nouvelle religion du néo-capitalisme et de sa transition).

Le ”Vous ne posséderez rien et vous serez heureux” est effectivement la préparation de ce prochain monde cyberntique ou mieux : CYBERUNIVERS TRANSHUMANISTE DEPUIS UN CHRIST INCARNATIONISTE : LE ”COMME SI”, LA CAROTTE OU MESSIANISME ET LA TRANSITION : le ”N’être pas” permettant un réel en non réel : une illusion, une PERMISSION du réel et ce que veut mettre le transhumanisme du PEUPLE-PRÊTRES dans une puce informatique, le ”Comme Si” : LA ”VOCATION DE DEVENIR”, DONC LE MESSIANISME, LA TRANSITION, LA CAROTTE, LE SALUT DU JUDAÏSME, ou globalement a pensée spirituelle du SALUT, qui a pour stricte et paradoxale condition de son efficacité, la pensée encombrée que ce salut ne doit en aucun cas advenir, comme en témoigne principalement et exemplairement le judaïsme. La Lumière attribuée AU DEHORS, doit restée au Dehors : la Caverne de Platon en témoigne.
Le ”Comme si” sera alors UNE ABSENCE, UN VIDE, UN TROU, puisque l’autorité de tout messie consiste dans son absence, donc dans la pensée confortée que sa présence reste et restera à venir ; C’EST CELA LA MISE EN VALEUR DU TEMPS, au niveau spirituel INVERSÉ, COMME UN CUIVRE REPOUSSÉ.
Alors le ”comme si ” peut fonctionner à merveille : l’A-venir du messie peut inventer sans dommage, puisqu’illusions, une palanquée de fin du monde ou d’apocalypses et de réchauffismes qui demeureront sans effet sur l’illusion de la dialectique historique temporelle : une extinction inéluctable de toutes choses qui ne compromet pas dans l’Instant de choses particulières. LE CENTRE, le Soi EST NULLE PART…
Dans le Nirvana, la Vacuité, le TROU, pas de sujet ni d’objet, CAR CON-NAÎTRE SUPPOSE L’EXISTENCE DE DEUX
SOI OU DE DEUX DIEUX : L’UN QUI CONNAÎT (le sujet) ET UN AUTRE QUI EST CONNU (l’objet), d’où le sens du mot con : avec, quelque d’autre, ou quelque DEHORS qui demande un DEDANS.

ÉLIMINER LA RACINE DU MAL LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS QUI N’EXISTE PAS, MAIS QUE BEAUCOUP FONT EXISTER POUR ENGENDRER LA SAISIE ET DONC LE MESSIANISME-TRANSITION.
La VRAIE PAIX consiste à l’appeler « L’IMPÉNÉTRABLE » (ou Insaisissable). Car la Vraie Paix ou Seul Réel réalisé n’est autre que le Seul Réel ou Sagesse, l’Instant, le TROU : il n’y a donc rien qui pénètre d’un Dehors vers un Dedans ou l’inverse et donc aussi aucun lieu entre un ici et un ailleurs autre forme de la dualité Dedans-Dehors et du temps qui coule.
Or là où l’on entre en abandonnant le Dedans-Dehors, CE NE PEUT QU’ÊTRE L’IMPÉNÉTRABLE OU L’INSAISISSABLE ! Réalisons-Nous les implications de cela ? (Surtout pour les Schwab-Harari).

Il n’y a rien à atteindre, rien à perdre. Alors pourquoi tout ce messianisme transitioniste, ce tiqounisme ?


« Dans le sommeil sans rêve, il n’y a ni monde, ni ego, ni souffrance ; mais le Soi subsiste. À l’état de veille, tout cela existe ; pourtant le Soi est présent aussi [le scribe de la page souligne]. Il suffit par conséquent de se débarrasser des phénomènes transitoires [le bleu du ciel, etc.], afin de réaliser la béatitude toujours présente du Soi. Votre nature est Félicité. Découvrez ce sur quoi tout le reste se superpose, et vous demeurerez le pur Soi ». (Ramana Maharshi, entretien 189 du 13-5-1936).

« Ce qui apparaît et disparaît est le ‘je’ transitoire. Ce qui a ni origine ni fin est la conscience permanente du ‘Je’-‘Je’ ». (Ramana Maharshi, entretien 268 du 23-10-1936).

« Le Soi est éternellement réalisé. Autrement, on ne trouverait aucune joie en lui. S’il n’était pas éternel, il devrait avoir un commencement ; ce qui commence finira aussi, ce n’est que transitoire. Or, il est inutile de rechercher quelque chose de temporaire. Le fait est que le Soi est l’état dépourvu de tout effort, la Paix toujours alerte. Demeurer sans effort avec la conscience toujours éveillée est l’état de Félicité et c’est la Réalisation ». (Ramana Maharshi, entretien 295 du 16-12-1936).

« Chacun cherche le bonheur mais le confond avec le plaisir, qui est inséparable de la douleur. Ce genre de bonheur est transitoire. Toutes les activités pour l’atteindre sont fondées sur cette erreur et procurent des plaisirs à court terme seulement [mais source de bénéfices pour le capitalisme]. Dans le monde, douleur et plaisir alternent [et source de bénéfices…]. Savoir faire la discrimination entre ce qui procure de la douleur et ce qui procure du plaisir et savoir se limiter à la poursuite du seul bonheur, c’est le vairâgya. Car, qu’est-ce qui n’est pas suivi de souffrance ? Il faut rechercher cela et s’y engager. Sinon l’homme a un pied dans le monde et un pied dans la poursuite d’une vie spirituelle, sans progrès satisfaisant ni dans l’un ni dans l’autre ». (Ramana Maharshi, entretien 302 du 25-12-1936).

« Le Soi est pure conscience dans le sommeil ; dans la phase de transition, le Soi se déploie sous la forme d’aham (Je) sans idam (ceci) ; à l’état de veille il se manifeste sous la forme d’aham et d’idam. L’expérience individuelle ne peut s’effectuer qu’à travers l’aham. Le chercheur doit donc aspirer à la Réalisation par cette voie (c’est-à-dire par le moyen du ‘Je’ de la transition). Autrement, l’expérience du sommeil n’a pas de sens pour lui. Si ce ‘Je’ de transition est réalisé, le substrat est trouvé, et cela mène au but final. […] L’ignorance coexiste toujours avec l’individuel.
[…] Le Tripurâ-rahasya, de même que d’autres ouvrages, souligne que l’intervalle séparant deux sankalpa (idées ou pensées) consécutives représente le pur aham (Je). Par conséquent, en s’accrochant au pur ‘Je’, le prajñāna-ghana doit être fixé comme but et c’est la vritti qui permet d’y parvenir. Toutes ces déclarations ont leurs places adéquates et respectives et, en même temps, elles conduisent à la Réalisation ». (Ramana Maharshi, entretien 314 du 3-1-1937).


Dans ce schéma « l’extérieur », l’Archée, peut représenter l’intervalle séparant deux pensées ou deux idées consécutives (deux sankalpa) comme dans l’effet sucre ou domino.
ARCHEE. ARKHIAIOS – ARCHEUS/ARCHÉ-TYPE : principe ou modèle, ou l’original (le contraire étant copie). Archée, du Grec qui vient avant. Vient probablement du mot Arche de l’Arche de NOÉ, ou NOÉ avant un déluge a pris un modèle de chaque animal dans son Arche, afin de pouvoir repeupler la Terre. L’Arche contient les germes de toutes les choses vivantes.
Selon “autrefois” c’est le Principe de Vie, sorte d’énergie, le Souffle Vital ou Prâna en Sanskrit, (différent de l’”Éther” ou Akasha en sanskrit) qui remplit et détermine la Longueur Largeur Hauteur.
L’Archée, Âme-Esprit générale, met en mouvement, pénètre toute la Nature. C’est un principe indéterminé, une sorte de chaleur céleste, présente partout et à chaque Instant. Point.
C’est “l’Éther-Père”, base et source manifestée des phénomènes innombrables de la Vie.
Des synonymes pour l’Archée :
PTAH : le Saint Esprit des Égyptiens. (Voir le chapitre 24 du Livre des Morts des Anciens Égyptiens)
L’AETHER, l’Âme Universelle, le Ch’i ou Ki Chinois.
AZOTH : de A à Z.
L’Âme Universelle appelée aussi la Lumière Astrale, l’Influx Astral ou Esprit Astral chez CYLIANI : l’influence androgyne des étoiles aide à soulever le voile des secrets de la Nature.
La Lumière Astrale correspond à l’AKAHSA des Hindous. L’AKAHSA, selon H.P. Blavatsky dans Isis Dévoilée, est l’Éther à l’état actif ; une “électricité” occulte. C’est en tout cas une “force” cosmique.
AKASA = Grand Vide, Chaos ou Espace Divin ; ne devient Ether que sur le plan de l’Univers visible, ou quand quelqu’un en prend conscience.
Et cette “force” agit avec le labour de l’homme.
Les forces invisibles de la Lumière Astrale sont une sorte “d’aimant”.
Dans la Lumière Astrale, il y a :
1- Polarité + ou mâle OD car vivifié par un Adepte pur qui sait diriger les forces aveugles, et pour produire des bonnes causes !
2- Polarité – OB ou Python, partie femelle, état passif, livré à son propre mouvement, entraîné involontairement. Danger/Mort ! (Ce pourra être d’ailleurs le cas de ce qui est appelée actuellement ”intelligence artificielle”). (Voir le Mana des Polynésiens)
3- Les propriétés cachées de la Lumière Astrale sont appelées AOR ou AOÛR symbolisé par le Caducée des 2 Courants cosmiques.
(Serpent-Vibration). AOR est une combinaison de 1 et 2.

À ce hui, l’Ouvrier, le Vrai : celui qui OUVRE ou ŒUVRE a presque disparu, comme le montre Hyacinthe Dubreuil dans : J’ai fini ma journée ; le Vrai Ouvrier a disparu après la guerre de 1914-1945 comme l’explique H. Dubreuil avec la disparition du savoir perdu, enfoui avec les millions de morts de la boucherie guerrière des États et du capital.
« Notre université forme des hommes qui sont incapables de concevoir qu'on peut accéder à la culture par d'autres moyens que ceux des écoles. D'autres moyens que le pauvre Van Gogh a indiqués avec une si cruelle exactitude quand il a parlé des « cours gratuits de l'université de la misère ». (Hyacinthe Dubreuil).
Dubreuil cite le Père Dillard, mort à Dachau après s'être engagé pour travailler en Allemagne au milieu des ouvriers déportés : « Ne devient pas ouvrier qui veut. Il existe une culture ouvrière qui ne se juge pas avec les barèmes de la culture tout court ».
Évidemment avec l’intelligence artificiel le sens du mot « Ouvrier », mais ils sont justement une excellente matière première pour ceux qui pratiquent le « viol des foules », qui en connaissent la musique et savent utiliser tout le clavier des moyens sensibles en vue de déclencher les réactions psychiques et mentales dont on a besoin. Bien sûr, cette malléabilité psychique n'est pas spéciale aux prolétaires (les intellectuels sont très largement des êtres « fabriqués »), mais elle les caractérise éminemment. (Pour réf. à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux).
« Il n'y a donc pas à proprement parler de « pensée ouvrière, ou prolétarienne », ce que prétend être le marxisme. Il y a d'une part les ouvriers, le prolétariat, et plus généralement le peuple, et d'autre part des penseurs, des intellectuels, qui ont entrepris de leur faire avaler la praxis d'un certain système philosophique qu'ils ont pondu ». (Jean Coulonval).

« Les ouvriers ne sont pas matérialistes, parce que le isme connote le système de pensée, l'adhésion à une certaine conceptualisation de la totalité de l'existant, à un système du monde, et que l'immense majorité ne pense pas. Ils sont matérialisés, ce qui est tout autre chose. Ils sont en proie aux faits, aux sensations physiques, aux appétits sensibles, comme l'enfant, au ciné et à la télé, est la proie des images. Ils n'ont pas une représentation intellectuelle abstraite du monde, parce que l'intellect ne parvient pas à se connaître lui-même comme élément ontologique autonome, indépendant des sensations. Autrement dit, la dimension métaphysique de leur nature d'homme leur échappe. Ils sont matérialisés, et non pas matérialistes. Seuls, les ouvriers qui adhèrent en connaissance de cause à la doctrine philosophique du communisme (Dialectique matérialiste et historique) peuvent être dits matérialistes. Mais ils sont très rares, et comme ils sont intellectuellement assez doués, ils sont vite embauchés dans des activités bureaucratiques et de propagande du parti, et cessent, ipso facto, d'être des ouvriers. Dans toute ma vie d'usine je n'ai pas rencontré un seul ouvrier qui ait lu quelque chose de Hegel, Engels, Marx, Lénine ou Staline. Leur communisme n'est qu'un sentimentalisme aveugle, irraisonné ». (Jean Coulonval)

Ainsi il y a comme DEUX LUTTES DE CLASSE : celle des Vrais Ouvriers tels qu’énoncés en son temps par Coulonval et qui mène à la communion des Saints au sens du Christ-Jésus, et la lutte de classe de l’impérialisme pour les marchés par les faux ouvriers en bandes organisées et leurs électeurs et représentants appelées ”État” ou ”Démocratie, République” (ou pire : « l’exécutif »), qui dressent les uns contre les autres.
MAINTENANT DEPUIS LA GIECQUISATION DU MONDE par les Thatcher-Reagan, IL Y A UNE TROISIÈME CLASSE, une autre temporalité : CELLE DES « IMMIGRÉS » OUTIL DU CAPITAL, car ils débarquent de leur « village moyen-oriental » des « plus ça change et plus c’est la même chose » et veulent se faire du fric pour consommer, ainsi ils ne seront aucunement pour l’abolition du salariat et de ce qui va avec : l’État et l’aliénation marchandise. Cette classe sera celle de la POLICE SOUTERRAINE protégeant l’économie de la drogue et de la vente d’armes. DANS CETTE TROISIÈME CLASSE, CELLE DES ÉMIGRÉS, TOUT NE PEUT QU’ÊTRE RÉACTIONNAIRE, ou FIXISTE : RIEN NE DOIT CHANGER.

LUTTE DE CLASSE ENTRE CELLE DES VRAIS OUVRIERS ET CELLE DES CAPITALISTES.

IMMIGRATION = VIRTUALISATION DE LA COMMUNAUTÉ HUMAINE SOUMISE AU CAPITAL AFIN QUE CETTE COMMUNAUTÉ DEVENUE VIRTUELLE PAR L’IMMIGRATION ET DONC SA PARCELLISATION NE PUISSE PAS SE RETOURNER CONTRE LE CAPITAL, SON RÉGIME ET SON SALARIAT.


 
 

Dernière mise à jour : 14-08-2023 01:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >