Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Big bangisme et commerce par les faits
Big bangisme et commerce par les faits Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-02-2024 01:24

Pages vues : 393    

Favoris : 97

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
nuit_hiero_tr.png
 
 
Big bangisme et commerce par les faits
de l’utilitarisme anglo-américain : le
transformisme absolu en dollars qui fait
« sortir » l’univers d’un gros boum comme
un boulet de canon ! Boulet qui comme Bang
dépendent de leur apparition par les
« influences du milieu » : l’Univers ou
espace surgit d’un espace !…..
Conception purement dans la racine du mal(1)
et matérialiste de la Nature-objet utilitarisme.


Big bangisme = bog(ue) bang car soumission au devenir du mental humain et à sa flèche du temps vers la maladive complexité.
 
 
Il est impossible que la première et plus
petite religion soit née parce que l’humain
craignait la Nature : un Dieu étant par Essence
NEUTRE, n’accorde pas des faveurs en une dualité
sujet face à l’objet ”Dieu”, comme une dualité
vendeur-client !


Les religions au sens actuel devaient nécessairement s’installer en même temps que la découverte du feu vulgaire plus important, de sa conservation ou domestication, sa reproduction donc : la découverte du FOYER, au sens propre comme au figuré : le point focal en forme de thermodynamique, et le sens propre : la maison, la cité, la naissance de l’État et du sédentaire ; à y ajouter la découverte des planètes et des vents. A partir de là et bien avant la voie de l’Agriculture, s’installe la métallurgie, l’industrie  et l’écriture pour calculer et construire cette nouvelle fonte des métaux, cette première cité ; avec la cité s’installaient l’écriture pour l’administration et les lois en même temps que la technologie de « fixer les opinions nouvelles » : sur des pierres, sur du papyrus, sur des peaux de bêtes, sur des carapaces de tortues ou sur des écorces d’arbres. Le chien et le cheval devenaient les « meilleurs amis et fidèles » de l’humain AU FOYER SÉCURITAIRE, SÉDENTAIRE, FIXÉ. À partir de là nécessairement le sens du mot ”valeur” (et richesse et commerce, la possession, la haine et son contraire l’amour) se développait en même temps que la religion.

Humain + cheval + cité = civilisation. De nos jours on peut y ajouter l’ordinateur sous forme du smartphone ce ”cheval” mécanique moderne. Naguère lorsque un guerrier mourrait on l’enterrait avec son cheval, de nos jours lorsqu’un consommateur meurt, on peut, si tel était de son vivant son souhait, l’enterrer avec son smartphone ! Comme cela il pourra dans l’Au-delà continuer son commerce sur les ”réseaux sociaux” de ”Là-Haut”.

Humain + découverte du feu vulgaire = cabirisme : LES CABIRES.
Divinités mystérieuses d’Égypte, Phénicie, Asie Mineure, Grèce.
Grecs = Kaiein = brûler.
Hébreu = Kabir = grand, puissant.
Les Phéniciens adoraient 8 Cabires comme protection de la navigation.
En fait, le nombre exact des Cabires reste un Mystère !
Les Cabires symbolisent les forces souterraines de la Nature dans laquelle ils ou elles avaient “trouvé” le Fer et les Métaux et l’Art de les travailler.
Orphée y était dit-on initié. Ce sont les plus haut Esprits Planétaires, sorte de Chefs des Dieux. Habitants des profondeurs de la terre = technologie vibratoire sur les métaux et autres matières en corrélation avec les forces vibratoires volcaniques qui produisent les effets cachés de la Nature. Aussi la constellation du capricorne est-elle le signe consacré aux Cabires.

SON, MUSIQUE, FRÉQUENCE = LA PREMIÈRE MÉDECINE ET FUTURE MÉDECINE (tel que le prévoyait probablement Antoine Prioré (2), malheureusement tombé dans la loi de succion : se faire de l’argent sur son ”secret” bien à lui, et en conséquence ne pouvant vraisemblablement aider dans aucun cas de cancer grave).
Mais beaucoup plus simple donc naturel et nécessairement en correspondance avec les Anciens : L’Univers étant DANS le mental, seul ce mental peut SE SOIGNER LUI-MÊME EN S’AIDANT DES AUTRES CONSCIENCES : LES PLANÈTES, LES ANGES ET ARCHANGES, ETC., tel que le pratiqua Ugo Morichini DANS UN ESPRIT DE BONTÉ. Cela frise le pouvoir SIDDHI (3) ou THÉURGIE : LE DESSIN DU VRAI SYMBOLE D’UNE PLANÈTE REMPLACE À LUI SEUL L’ÉNERGIE DE CETTE PLANÈTE. RÉSULTAT : aussi impensable par la raison, l’eau astrale obtenue par le procédé du symbole : la signature de la planète en question, l’eau se charge des propriétés de la planète ”COMME SI” elle avait été exposée plusieurs heures sous l’influence DIRECTE de cette planète (par une loupe ou un tétescope) : cette eau dérange les cristallisations, se charge en électricité comme on peut le mesurer avec un appareil, elle impressionne les plaques photos et favorise la prolifération cellulaire. En arrosant avec de l’eau astrale du trèfle et des haricots, Morichini obtient sur une terre ingrate, en pleine hiver, à Rome même, des résultats inimaginables. Morichini obtient un succès identique avec des roses et des œillets avec une eau chargée par des groupes planétaires tels que Soleil dans Bélier, Lune dans Sagittaire, etc.
TOUT EST FRÉQUENCES, VIBRATIONS….
UNIVERS DANS MENTAL = ÉNERGIE PSYCHISUE (qui là encore renvoie au pouvoir siddhi (3)).

LA VRAIE MÉDECINE EST NON DUALITÉ.
LA FAUSSE MÉDECINE ACTUELLE EST L’UTILITARISME, LE PRAGMATISME MATÉRIALISTE.

Il n’y a pas que le médecin qui NE SAIT PAS : L’HUMAIN EN SA TOTALITÉ NE SAIT PAS. « Nous connaissons la matière par un pur pragmatisme scientifique, mais nous ne la « savons » pas. Notre corps physique, nous le « savons » si peu, que nous avons recours à des médecins quand il ne tourne pas rond, et le médecin lui-même ne « sait » pas. La science médicale est un pur pragmatisme », écrit si justement Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 11 à Aimé Michel, le 14-2-1972.
TOUT est une question de RÉSONANCE, ce que devait avoir compris Antoine Prioré. Le scalaire interagit directement dans la SIGNATURE ou « Vraie Nature » de l’élément ciblé ; ainsi le scalaire peut cibler une étoile, sa signature.
« Morichini avait eu l’idée de braquer plusieurs semaines durant une lunette astronomique sur un astre déterminé en mettant à la place de l’oculaire un petit récipient contenant par exemple du chlorure de sodium en solution. Or, au bout de ce laps de temps, le chlorure de sodium ne cristallisait plus en cubes, mais en prismes !
Il répéta la même expérience avec d’autres solutions puis en exposant des cultures microbiennes au rayonnement de telle ou telle planète. Certaines souches moururent, d’autres mutèrent, qu’il fallut détruire.
Ces résultats auraient déjà largement satisfait un chercheur plus modeste. Cependant, Morichini estima que ce n’était pas forcément le rayonnement astral qui provoquait ces résultats, mais la vibration fondamentale de la planète visée qui devait pouvoir être reproduite en replaçant la rayonnement directe par le symbole, c’est-à-dire par la SIGNATURE COSMIQUE de la planète.

Il se mit à l’œuvre dans une cave pour se mettre le plus possible à l’abri des vibrations extérieures et plaça le symbole de Mars, par exemple, sur une nouvelle solution de chlorure de sodium. Au bout de plusieurs semaines, rien ne se produit. Loin de se décourager, Morichini pensa qu’il n’utilisait pas le symbole approprié. Il procéda par tâtonnements et sut qu’il avait trouvé l’authentique signature martienne lorsqu’il obtint grâce à elle des résultats identiques à ceux qu’il avait enregistrés avec la lunette.

Morichini retrouva ainsi les véritables symboles des planètes et des constellations et travailla même les signatures de Hiérarchies. Il prouva en tous cas que le SIGNE peut suppléer ce dont il est la SIGNATURE et qu’il existe une approche intérieure des choses infiniment plus simple et plus directe en réalité que l’approche extérieure, seule connu de la science officielle (qui n'est pas le 'Je', la Conscience infinie, le Soi). Cette dernière a jusqu’ici délaissé les émissions de formes avec lesquelles de petits groupes de chercheurs ont déjà obtenu des résultats remarquables.

Cette conception re découverte par Morichini remonte à quand l’être humain commença à posséder une conscience : la représentation d’une chose est solidaire de la chose qu’elle représente ; la représentation de la chose est liée à la chose qu’elle représente : façonner la figurine d’un objet ou d’une personne, c’est susciter cet objet ou cette personne (statuette d’envoutement). Et la ressemblance n’a aucune importance, puisque c’est plutôt une convention. En Égypte, l’écriture compte autant, car écrire le nom d’une chose ou d’une personne revient à susciter cette chose ou cette personne. L’écrit est lié à la parole, aussi on craint la « mauvaise parole » (Mal-à-DIT, mal de la Déité, ne pas être en accord avec le cosmos, le Soi), car le simple fait de dire du mal d’une personne, c’est déjà agir contre elle. La parole est doué d’un pouvoir aussi puissant que l’écrit, sinon plus, aussi il faut savoir s’en protéger. (Voir par exemple les problèmes de maladies psychiques).

Les recherches de Morichini ont un début de prolongement terrestre dans les travaux sur l’Eau par Masaru Emoto.

Le problème de l’onde c’est L’ESPACE-TEMPS, le domaine du spatio-temporel, or la recherche de Morichini est DIRECTE, il n’y a pas de spatio-temporel, on est dans la NON LOCALITÉ, la NON-DUALITÉ : aucun signal et donc aucun espace ou volume entre l'émetteur et le récepteur. La symbolique ou SIGNATURE de la planète EST la Vérité permettant l’ACCORD avec cette planète et le « récepteur ». Cette conception de NON LOCALITÉ, de NON-DUALITÉ est fondamental et bazarde toute la thermodynamique, et ouvre « la Stargate » à nos frères et sœurs de l’Espace. Ainsi une personne Maître en astrologie qui connaît l’exacte signature de telle ou telle planète et sa fonction particulière peut de passer de la quincaillerie électrique de Lakhovsky, ou plus récemment de Antoine Priore, et soigner jusqu’à un cancer.

Dans la mondialisation actuelle due à l’évolutionnisme technologique (liée au capitalisme), l’opinion va fabriquer le MOT, et le quantitatif ou CONFORT (l’anodin) va devenir dogme genre « république universelle », soit devenir essentiel. Alors nous aurons le lien qui relie le CONFORT à cette culture du narcissisme : dans les deux cas, le fait de dire, de pratiquer sa « liberté d’expression » suffit à certifier que la chose était à dire, alors on tient pour assuré que sa pensée est profonde et son opinion décisive, sa vie de première importance, dès lors que tout cela est ÉCRIT (binaire du noir-sur-blanc, ou l’inverse).
À ce stade, je remets en refrain la conclusion de ce qu’écrit David R. Olson dans : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée : « Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée [donc le RE et uns distance entre]. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier » ; et page 220 : « Les signes ont été considérés au Moyen-Âge comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom ; au XVIIè siècle, les signes deviennent des ”modes de représentation”. Les représentations finissent par être radicalement distinguées des choses représentées. Pour représenter de manière fidèle, la langue doit être amenée le plus près possible des mots ».

De même que l’on peut fabriquer une chose par le fait de la dire : le Verbe se confond avec l’Acte : « je jure », « je baptise », « je proteste ». le mot tient lieu de la chose, la constitue en la disant. Dans les cas ci-dessus on est dans l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) : on jure sur l’honneur (donc en principe sur l’ego, que l’on crois vierge), on baptise « au nom du Christ » (Imitation de Réalisation du Soi), on proteste par son ego (en son nom propre, que là aussi on crois vierge) et selon son opinion (conviction intime) ; soit toutes garanties EXTÉRIEURES… Nous sommes dans l’HOTC du How to do things with words (Comment faire des choses avec des mots), ce qui est probablement tombé dans les oreilles des MK-Ultra, de ses gens matérialistes qui salissent tout ce qu’ils touchent et autre « chaise de Montauk »(1) de matérialisation de noms-les-formes par moyen électronique, que l’on va d’ailleurs retrouver dans la série Netflix : Stranger Things.

L’ordre implié sans racine du mal sera DIA-BOLIQUE (dia-boulique et sym-bole ; enfler, ventre, jarre, paquet, emballage…), et aussi JETER. DIA : à travers, comme la PARA-BOLE : juxtaposé ou en PARALLÈLE. De là on retrouve nostre FLUX, NOSTRE GATE GATE, par exemple décrit par Fabre d’Olivet :

BL (bel) est le Zéro Indien, l’énergie en force dilatante (spirale, spiration, inspira et expiration) agissant du centre, qui est nulle part, à la circonférence EN AMPLIFIANT TOUTES CHOSES, COMME DANS UNE ESPÈCE DE ”BOUILLONNEMENT” et de boursouflure en une chose qui se transporte ou se boule-verse SANS ÉVOLUTIONNISME OU AUGMENTATION DE VOLUME ((page 196, dans la langue hébraïque restituée, de Fabre d’Olivet, chapitre : La cosmogonie de Moïse).
Et BL renvoie aussi à לבן qui indique BLANC, examen blanc et donc à rapprocher de VIDE, CACHÉ, INNOMMABLE. Le BLANC de l’INSTANT ou l’addition des sept Couleurs de l’Arc-en-Ciel.
Bole, Bolide = tournoyer (Glos. Du Cange), et le Chercheur Ugo Morichini aimait à répéter que « Tout est basé sur la spirale ». Voir les pages Outrage au Seul Ré-EL, et Non État, Non débat-opinion, Non lieu.
Spirale, Tore, Torsion, VRIL-le (tarière, foret, mèche, tirebouchon… et ESCARGOT : LA COCHLÉE EN SPIRALE DE L’OREILLE HUMAINE contenant les terminaisons du nerf auditif [organe de Corti]). ET TOUS ANTI LOI DE SUCCION (la fausse, celle de l’attraction ”universelle”……).
Pour le mot Vril, voir aussi la page ”Le Vril et les mystères du feu vivant”. VRIL, la SHAKTI : pouvoir, énergie, Mère Divine personnifiant le Pouvoir latent de Shiva : « Seul l’âtman (le Soi) doit être réalisé. Sa réalisation embrasse toutes choses, y compris la shakti » (Ramana Maharshi 57b du 24-6-1935).

La SPIRALE OU BEL, LE ZÉRO INDIEN (l’énergie libre en Occident utilitariste), la Paix du Rien (perte) du Tout est PTAH, le NÉ DE LUI-MÊME, SANS DEDANS NI DEHORS, SANS INVOLUTION NI ÉVOLUTION ; IL EST ENCORE L’OUROBOROS QUI SE FERME LA BOUCHE, également assimilé à l’ARC-EN-CIEL : PTAH NÉ DE LUI-MÊME EST BISEXUÉ ET JUMEAU DE LUI-MÊME : DEUX EN UN LA SPIRALE ENROULÉE AUTOUR DE LA TERRE POUR LA PROTÉGER.
LA GAINE DE PTAH SIGNIFIE QU’IL EST LE CENTRE : DE LUI-MÊME, IL NE FAIT RIEN, MAIS SANS LUI, RIEN NE SE FAIT : LE CENTRE EST NULLE PART ET LA CIRCONFÉRENCE EST PARTOUT. TEL EST L’ARCHANGE PAR ESSENCE, TEL EST L’ARTISAN PAR ESSENCE PUISQUE PTAH EST LE DIEU DES ARTISANS, DES OUVRIERS : CEUX RÉELLEMENT QUI OUVRENT (qui n’ont rien à voir avec ce que de nos jours certains nomment ”l’exécutif”, comme si c’était le bourreau exécuteur des ”hautes œuvres” tel un Dieu ayant droit de vie et de mort).


ptah_26d_lecaire_osiris_christ.jpg


Ptah emmailloté tel un Esculape (enfant, Centrum-soleil, et enveloppé), Celui qui guérit.

Salut à toi !
Tu es vénérable, tu es ancien,
To-Tjenen père des dieux,
dieu Aîné de la première fois,
Modeleur des hommes,
qui a fait les dieux,
qui a inauguré l’existence comme dieu primordial,
premier à exister pour tout ce qui est venu après lui ;
qui a fait le ciel comme création de son cœur,
qui s’est dressé dans ce-que-soutient-Chou, (Ptah a successivement accompli tous les gestes créateurs de la mythologie)
qui a fondé la terre par ce qu’il a fait lui-même (par son œuvre propre),
qui entoure (le monde par sa spirale cité plus haut) comme Noun et Très-Verte [Eaux Primordiales], qui a fait la Douat, y fait reposer les cadavres
et y laisse circuler Rê pour qu’ils soient revigorés.
Il est Régent de l’éternité, v.s.f. [Vie, Santé, Force]
et Seigneur de la pérennité.
Seigneur de la vie,
Il fait respirer les gorges,
donne l’air à tous les nez,
fait vivre tout homme par ses aliments.
Durée de vie, Psaïs et Ermouthis l’accompagnent.
On vit de ce qui sort de sa bouche [le Logos].
Il fait les offrandes pour tous les dieux
en sa manifestation de Noun le Vénérable (assimilé à To-Tjenen, Ptah l’est aussi à l’abîme primordial des eaux, le Noun, le Saint Chaos),
Seigneur de l’éternité et de la pérennité.
Les souffles de vie pour tout visage l’accompagnent.
(Il est) le guide du roi vers son Siège-Vénérable
en son nom de Roi du Double-Pays.
Je suis ton fils que tu as fait apparaître comme roi sur le trône de son père, en paix
(la suite est une énumération de ce que le roi a fait en l’honneur de Ptah)...
(Hymne à Ptah du papyrus Harris I, dans Hymnes et prières de l’Égypte ancienne, André Barucq et François Daumas, Éditions du Cerf, 1980)

Se rappeler de la LYRE et d’Orphée : la Nuit est fécondée par le Vent (au sens d’ondes, de vibrations, de fréquences…) et donc UN MONDE SOUS INFLUENCE…. C’est-à-dire qu’aux Temps des Anciens, l’humanité se portait sur tout ce qui “n’a pas vie” et s’abstenait au contraire de tout ce qui a vie (les humains actuels délirent sur la vie pour qui la mort, c’est la terreur…..

Avec les Cabires Esculape ou Asclépios sera la lumière qui luit au sein des ténèbres ; ce sont aussi les planètes opérant dans les régions souterraines (en Haut comme en Bas et l’inverse évidemment, mais aussi depuis la découverte du feu vulgaire : les énergies cachées du feu sur les métaux). Une Variation du même Thème sera Cérès devenue une Furie qui engendre avec Neptune [des Eaux Primordiales), le cheval merveilleux Arion, qui sort des Eaux Primordiales paré d’une crinière bleuâtre puisque le Bleu, dans l’effet doppler, signifie le ”futur” passant au Blanc de l’Instant vers le Rouge adamique ou du ”passé”, le cheval sera cette Course des Instants en Instants. Le coursier Blanc sera assimilé au Soleil, à l’état de veille….
Esculape ou Asclépios donne le sommeil et le repos : le soin par la cure de sommeil.
Esculape et Orphée = SOMMEIL, TURIYA = LA NUIT PREMIÈRE ET RÉPARATRICE.

« On ne peut pas dire « j’ai bien dormi » si l’on n’en a pas fait l’expérience, si subtile soit-elle.
C’est à partir de l’intellect que l’on parle de l’enveloppe de félicité. La félicité du sommeil n’est qu’un concept, tout comme l’est l’intellect. Néanmoins, dans le sommeil, ce concept est extrêmement subtil. L’expérience est en effet impossible si en même temps l’on n’en a pas conscience (c’est-à-dire une connaissance relative).
La nature inhérente du Soi est Félicité. Cependant, une certaine forme de connaissance doit encore être admise, même dans la réalisation de la félicité suprême. On peut la qualifier de plus subtile que le plus subtil ». (Ramana Maharshi, entretien 204 du 18)6-1936).

L’énergie réparatrice oeuvre la nuit : pendant le sommeil, le corps reprend des forces ; parce que selon Orphée, la Nuit étant Première Substance, pour cette raison, elle est dite nourrice de Tout. On se repose le cerveau, afin de le préparer à accueillir les songes.
La nuit porte conseils, elle précède l’aube céleste : les Rêves, les Mystères. Nourriture sous le mode de l’intelligence, nuit fécondante.

- Q. : Comment peut-on dire qu’on est heureux dans le sommeil ?
- M. : Tout le monde dit sukham aham asvâpsam (« j’ai bien dormi » ou « j’ai dormi comme un bienheureux »).
- Q. : Je ne pense pas que ces gens aient raison. Il n’y a pas sukha (félicité), il y a seulement absence de souffrance.
- M. : Votre Être essentiel est Félicité. C’est pourquoi chacun dit qu’il était heureux en dormant.
Ce qui veut dire que dans le sommeil on demeure dans son état originel, non contaminé. Quant à la souffrance, elle n’existe pas. Où est-elle pour que vous puissiez parler de son absence dans le sommeil ? Toutes ces erreurs proviennent de la fausse identification du Soi avec le corps.
- Q. : Ce que je désire, c’est la Réalisation. Je ne sens pas le bonheur inhérent à ma nature.
- M. : C’est parce que vous identifiez maintenant le Soi avec le non-Soi. Ce dernier n’est pas séparé du Soi. Cependant, l’idée erronée que le corps existe séparément subsiste et le Soi est confondu avec le corps. Cette fausse identification doit cesser pour que le bonheur puisse se manifester.
(Entretien 295 du 16-12 1936).

M. : Quand vous dites « j’ai bien dormi », c’est l’expérience qui en est la preuve. Il ne peut y avoir de souvenir en état de veille s’il n’y a pas eu expérience en état de sommeil.
Q. : Je suis d’accord. Mais je vous prie de me donner un exemple.
M. : Comment décrire cela ? Si vous plongez dans l’eau pour y chercher un objet, vous ne parlez de sa découverte qu’une fois la tête hors de l’eau. Vous ne dites rien tant que vous êtes sous l’eau.
Q. : Je n’ai pas peur quand je dors, mais j’ai peur maintenant.
- M. : Parce que « dvitîyâd vai bhayam bhavati [B U I.4,2] – seule l’existence d’un autre suscite la peur ». De quoi avez-vous peur ?
Q. : De la perception du corps, des sens, du monde, d’Ishvara, des activités, des plaisirs…
M. : Pourquoi prenez-vous ces manifestations en considération si elles vous effraient ?
Q. : Parce qu’elles sont inéluctables.
M. : Mais c’est vous qui les voyez. La peur est-elle en vous ou en elles ?
Q. : Non, en moi.
M. : C’est parce que vous les voyez que vous en avez peur. Ne les voyez plus et la peur disparaîtra.
Q. : Que devrais-je alors faire en état de veille ?
M. : Soyez le Soi ; et il n’y aura rien d’autre pour vous causer la peur.
Q. : Oui. Je comprends maintenant. Si je vois mon Soi, ma vue est détournée du non-Soi et il y a bonheur. Cependant, il reste encore la peur de la mort.
M. : Seul celui qui est né doit mourir. Voyez déjà si vous êtes vraiment né pour que la mort puisse vous menacer.
(Entretien 318 du 7-1-1937).

« Seule l’existence d’un autre suscite la peur », l’existence de la racine du mal (1) le DEHORS, le VIRUS, la loi de succion vulgaire : « Je l’aimais tant, je l’ai tuée » (Roméo à sa Juliette).

- M. : Vous admettez « J’ai bien dormi », « Je me sens reposé après un bon sommeil ». Vous avez donc fait l’expérience du sommeil. Celui qui a fait cette expérience s’identifie maintenant avec le ‘je’ de celui qui parle. Ce même ‘je’ doit avoir existé aussi durant le sommeil.
- Q. : Oui.
- M. : Donc le ‘je’ a existé durant le sommeil. Si le monde s’y trouvait aussi, vous a-t-il dit qu’il existait ?
- Q. : Non. Mais le monde me prouve maintenant qu’il existe. Même si je nie son existence, lorsque je me heurte à une pierre et blesse mon pied, la blessure me prouve l’existence de la pierre et donc celle du monde.
- M. : C’est cela. La pierre blesse le pied. Le pied dit-il qu’il y a une pierre ?
- Q. : Non, moi ‘je’ le dis.
- M. : Qui est ce ‘je’ ? Il ne peut être le corps, ni le mental, comme nous l’avons déjà vu. Ce ‘je’ est celui qui fait l’expérience des états de veille, de rêve et de sommeil profond. Ces trois états sont des changements qui n’affectent pas [l’identité de] l’individu. Les expériences sont comme des images qui défilent sur un écran de cinéma. L’apparition et la disparition des images n’affectent pas l’écran. Ainsi, les trois états alternent successivement laissant le Soi non affecté. Les états de veille et de rêve sont des créations du mental. Le Soi les englobe toutes. Savoir que le Soi demeure heureux dans sa perfection est la réalisation du Soi. C’est la réalisation de la Perfection et ainsi du Bonheur.
(Entretien 487 du 2-5-1938).


La Pierre persuadée par les charmes du chant d’Orphée suit icelui.
L’âge de Pierre ou Temps long : PIERRE/DURE/DURÉE elle meure très tardivement.
La Pierre ou le Métal représente le moyen d’entrer en contact avec des réalités jusque-là inconnues. L’Âme habite la Pierre dans les temps anciens. De nos jours la Pierre est transformée en CALCUL intéressé et utilitaire : les cailloux pour compter à Wall Street et tous les calculs des bourses de la finance mondialisée et de ses calculs d’ordinateurs. Ainsi la Pierre ne peut plus devenir Elle-même : sa Vraie Nature, elle est devenue LOI DE SUCCION VULGAIRE : INTÉRÊTS.

Le médecin Éryximaque faisait de l’Amour le Dieu de la médecine, et il mentionnait l’art de l’onde de la Lyre : A-mour, du A privatif et Mort : privation de mort. Le chant (vibration….) était supposé avoir une vertu curative.

« Quand vous dites « j’ai bien dormi », cité plus haut par le Maharshi ou Sage : LE TORE, LA SPIRALE
 
spirale_toroidale.jpg
 
SPIRALE : LE SERPENT TENTA ÈVE….. (Départ de la loi de succion EUCHARISTIQUE en forme du ‘NEST PAS X’, ingénierie des Anciens en rapport avec la non-dualité, le non-espace-tempS et le non-ego…..). OUROBOROS = SYMBOLE DE CE QUI EST APPELÉ DE NOS JOURS « TROU DE VER » : le RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, SIMPLE TROU, LE SURFEU, PUISQUE TOUT EST ICI ET MAINTENANT, DANS L’INSTANT, QUI NE SONT QUE DES MOTS comme le TROU…..
FLÉAU, FOUET, ÉCLAIR : entre le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) et le VIDE : L’ILLUSION/FOUET/FOUDRE/BARATTAGE (fréquence) DE LA MER DE LAIT DU BLANC DE L’INSTANT ET FONTAINE DE JOUVENCE/MIRAGE/HALLUCINATION/SAINTE CHIMÈRE.
FEU = MAISON : GARDER LA CHALEUR DANS LA DEMEURE = LA FÉLICITÉ. LA MER DE LAIT = LE BLANC DE L’INSTANT. Dans les textes orphiques le lait et sa blancheur sont à la fois une boisson, une médecine en forme de lieu de l’immortalité. Héraclès suce le LAIT DE L’IMMORTALITÉ au sein d’Héra. Le lait symbole lunaire et féminin, et lié au renouveau printanier : les Yakoutes aspergent de lait en mai leurs vaches pour la fête du renouveau, ce qui signifie porter en quelque sorte au carré la puissance du symbole  (réf. dic des symboles, Chevalier et Gheerbrant).
 
Pourquoi le mot ”ténèbres” est au pluriel, comme le mot ”universel” mis à toutes les sauces d’un pouvoir de l’ego ? Alors que le mot ”lumière” est très souvent au singulier, alors que la lumière sort bien de LA Ténèbre et non l’inverse !
« La foi, en effet, met l’entendement dans les ténèbres, le prive de toute son intelligence naturelle, et par là le prépare à s’unir à la Sagesse divine. L’espérance fait le vide dans la mémoire et la sépare de la possession de tout objet créé [le scribe de la page souligne], car, comme dit saint Paul, L’espérance tend à ce que l’on ne possède pas : ”Car c'est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l'espérance qu'on voit n'est plus espérance : ce qu'on voit, peut-on l'espérer encore ?” (Romains 8,24)
Elle écarte donc la mémoire de ce qu’elle peut posséder, et la met dans ce qu’elle espère [messianisme, projection, f(r)iction]. Aussi l’espérance en Dieu seul dispose-t-elle d’une manière d’autant plus pure la mémoire à s’unir à Dieu, qu’elle la laisse dans un vide plus profond [la non-possession, l’insaisissable] ». (Jean de la Croix, La nuit obscure, chapitre 21).

Si l’on peut avoir peur de ce qui engendre la souffrance, l’autre, le dehors ou la maladie, le politisme de l’État, comment craindrait-on LE TÈNÈBRE OU VACUITÉ qui apaise la souffrance ?
Si le ‘moi’ ou le ‘je’ de l’ego existait, il aurait peur soit de lui-même soit du Dehors (du politisme par exemple, des marchands), comme il n’existe pas, qui peut encore avoir peur ? Ce qui prouve que la peur est ARTIFICIELLE, et fabriquée surtout par le collectif, l’État : il n’existe que la peur de l’autre, de ce qu’il peut faire, dire, ou penser.
Les lampes n’ont pas à s’éclairer là où en elles il n’existe pas LA Ténèbre, et inversement LA Ténèbre n’a pas à s’assombrir là où il n’y a aucune lumière !
Qu’est-ce qui sait et constantise que le mental est ”lumineux” ?
Qui est celui qui affirme qu’il y a un Big Bang ?
Sans son concepteur, son Big Bang existe-t-il sans lui ?
Si c’était le cas, il y aurait de quoi avoir très très très très peur……
Pourquoi ?
Parce que ce serait la soumission totale, supérieure à la coproduction conditionnée : la dualité cause et effet : un Big Bang donc un effet……. Lequel est si rassurant pour l’ego, qui n’existe pas….


Notes.
1. LA VALEUR D’ÉCHANGE ENTRE DEDANS ET DEHORS.
- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion vulgaire à distinguer de la Vraie Loi de succion ou Eucharistie, mais ne pas tomber dans la gloutonnerie spirituelle qui existe aussi, c’est-à-dire ne pas tomber dans LA FIXATION OU COAGULATION D’UNE SPIRITUALITÉ COMME FIN EN SOI OU COMME « FIN DES TEMPS » !].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme ; le connaisseur, la connaissance et le connu. ”Les triades ne sont que des apparences dans le temps et l’espace, tandis que la Réalité s’étend au-delà et derrière elles. Elles sont comme un mirage qui cache la Réalité. Elles proviennent de l’illusion [elle proviennent du ”Comme si”]” (Ramana Maharshi, entr. 28, 4-2-1935) ; jusqu’à la gloutonnerie spirituelle].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans
l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors,
lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14)
L’INTROUVABLE DONC L’INNOMMABLE, LE TERRORISTE, L’EXCRÉMENT COMME DIEU SONT CACHÉS.

2. Avant 1953, Prioré a commencé à traiter des patients humains dont les formations cancéreuses avaient été jugées désespéré. Fournier a maintenu(entretenu) un fichier énorme de ces cas humains, mais le fichier a été mystérieusement perdu plus tard. Néanmoins, Prioré par sa machin guéris une forme malveillante de la maladie d'Hodgkin, un cas de cancer du larynx, etc. Voir le site en anglais de Tom Bearden sur la machine de Prioré. Voir aussi l’Artec.

3. Concernant les facultés surnaturelles, en Inde elles se nomment pouvoirs Siddhis, et elles sont « huit siddhis » attribués au Seigneur Shiva que l’ascète est censé pouvoir acquérir par ses austérités :
- Anima : se rapetisser soi-même ou toute autre chose, jusqu’à la taille d’un atome.
- Makima : pouvoir augmenter indéfiniment son volume corporel.
- Ilakima : pouvoir se rendre léger ou pouvoir alléger n’importe quoi, donc vaincre la gravité ou poids.
- Karima : pouvoir augmenter le poids de son corps et sa solidité.
- Piratti (en sanskrit prapti) : le pouvoir d’obtenir tout ce que l’on désire.
- Pirakamiyam : pouvoir vaincre les obstacles naturels et aller n’importe où.
- Icattuvam (en sanskrit ishatva) ou icitai : domination suprême sur la nature animée ou inanimée.
- Vacittuvam (en sanskrit vashitva) ou vicitai : le pouvoir d’enchanter, de changer le cours de la nature ou de prendre n’importe quelle forme (fait très « Merlin l’enchanteur » ou sorcière de contes de fées… fait très SPECTACLE…).
En fait, les pouvoirs siddhis même s’ils font très Hollywood et Superman, ou eyes candy, ils sont comparable à la gourde qui flotte sur l’océan : le mental du jnani [sage] égaré peut être assimilé à une gourde qui, plutôt que de s’enfoncer, de se MÉLANGER dans l’Océan du Soi ou EAU PRIMORDIALE, flotte à la surface des illusions renforcées par ces pouvoirs, continuellement ballotés de-ci de-là au gré des mouvements du mental et donc des OPINIONS. Mouvements du mental : cosmopolitisme ou nomadisme à la Jacques Attali… Mouvements du mental : mirage du monde, évolutionnisme : ON FAIT SEMBLANT, ON FAIT ”COMME SI”.

RAPPEL : « Pour manifester des siddhi, il faut qu’il y ait d’autres personnes pour les reconnaître. Ce qui veut dire que celui qui manifeste de tels pouvoirs est dénué de jnana [Connaissance, sagesse] ; [de plus, manifester des siddhi c’est tomber dans la racine du mal la dualité Dedans-Dehors qui engendre la SAISIE].
C’est pourquoi les siddhi ne valent pas la moindre pensée. Seul le jnana [le ”Qui suis-je ?”] mérite d’être recherché et obtenu ». (Ramana Maharshi, entretien 57a du 24-6-1935).

[En haut de page : Hiéroglyphe du Ciel et de la Nuit, symbole possible de l’inexistence de l’espace-temps]
 
 

Dernière mise à jour : 26-02-2024 02:43

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >