Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Escroquerie de la démocratie
Escroquerie de la démocratie Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-04-2024 23:14

Pages vues : 174    

Favoris : 37

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dieu, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
 
frise_poliak.jpg
 
 
Escroquerie de la démocratie
Le ’moi’ ou consommateur usager n’est pas
un total, une globalité, un infini, car
il se définit par rapport à un social,
un ‘toi’, et qu’il est donc limité par
ce social, par ce qui le différencie
de ce social, de ce Dehors.
 
Chaque individu ne peut être un infini,
un tout, comme prétend le faire croire
les ”prêtres” du monothéisme unilatéral
républicain avec leur égalitarisme, comme
le prétend la mascarade commerciale
winneriste appelée « jeux olympiques ».

Seul le ‘Je’ vécu dans la plénitude du
sentiment océanique ou des Eaux primordiales
n’est pas un ego à côté d’autres ego.
Il n’est pas non plus perception d’une
collectivité, d’une multitude.
Il est au-delà du spatio-temporel et
de sa quantité cosmique.
En ce ‘Je’ s’efface l’opposition du
Moi-Individuel et du Moi-Collectif toile
de fond de tous conflits de communauté
humaine.

L’Être Véritable étant EAU, il est NON-NÉ
ce qui ne veut pas dire non-Être.
EAUX PRIMORDIALES : les choses n’ont pas
d’être en soi mais seulement relationnel,
d’où la folie actuelle autour du social,
alors toute idée de relation, de commerce
entre les choses tombe.

La seule Relativité générale possible reste
la VACUITÉ, ce qui n’est pas du nihilisme ou
du néant, car néantiser c’est encore opinioner.

Pour inventer un Vide, un Trou, il faut
une CONDITION. Ce qui nait de conditions est
en fait non-né, et n’a pas de condition.
Liberté et Vide dépendent de conditions.
Celui qui connaît la Liberté et la Vacuité
se trouve être la VIGIE. Bref, pas de
production de quelque chose : certains
oiseaux sont en VIGIE dès l’aube….
Ils n’en font pas commerce :
aucune f(r)iction, pas de différenciation
ce sont les Eaux Primordiales….
Par conséquent le but de la Vacuité est
l’apaisement de l’Univers différencié.
Non sortie de l’Univers.
Définit la Vacuité, ou la Liberté,
c’est SORTIR de l’Univers pour le voir
et ainsi le fausser.
La Vacuité est donc LA médecine universelle.
Comme la Liberté la Vacuité est inconcevable.

La Vacuité ne dépend ni d’un Dedans ni
d’un Dehors.
Deux Vérités ou Deux Lumières :


- La lumière de la conscience conceptualisante et en relation avec l’inconscient collectif. Lumière en forme du sujet et de l’objet. ÉMERGENCE DE LA POUSSE ou DEHORS.
- La Lumière de l’Essence : pas de dualité entre le sujet qui voit et l’objet vu. Lumière de l’Essence pareil à un miroir qui reflète tout sans intention de le faire. ÉMERGENCE DE LA CONSCIENCE ou DEDANS. Mais s’il y a une seconde d’ego, et donc de discrimination, alors la Lumière devient lumière de la conscience en dualité sujet-objet. Lorsque l’image occupe toute la surface du miroir, il n’y a plus réflexion d’autres images. Lorsque la conscience occupe l’espace de la Lumière, quelle lumière reste-t-il ?

Ici-bas tous les noms-les-formes résultent d’un concours de causes et de conditions, en ce sens leur nature est composite (on parle « d’atomes », de « microbes », d’ADN, etc.). Ainsi n’ayant pas de nature qui leur appartient en propre, on peut dire métaphoriquement qu’ils sont VIDES. Mais somme cet assemblage n’est pas non plus rien, on ne peut pas dire qu’un nom-la-forme n’existe pas, ni qu’il existe vraiment. On rejoint l’orthodoxie du N’EST PAS X ou VOIE DU FLÉAU.

Les « jeux olympiques » le parfait asservissement dans la tradition du Néolithique, de l’État et de la voie de l’Agriculture : DU PAIN, DU VIN, DES JEUX, ET DE NOS JOURS LA POLICE PARTOUT.Telle est la composante du MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN.
Bienvenue dans la RACINE DU MAL : LE DEHORS, destiné a empêcher toute libération authentique, car d’entre tous les animaux, seul l’être humain  a une possibilité de vraie Libération spirituelle ou Libération tout cour.


La Vraie Liberté c’est la NON-DUALITÉ : absence d’union. Une Union est quelque chose de NATUREL, elle est déjà accomplie, l’agent qui accomplit, la soi-disant expérience : le lockisme ou empirisme, rien de tout cela n’est réalisé dans l’expérience : L’UNION N’EXISTE PAS, LE COMPLÉMENT EN MIROIR N’EXISTE PAS. INVENTER L’UNION C’EST INVENTER LA LIBERTÉ NATURELLE ; les mots englobant l’union (vision, visible, yeux dépendant des sens de la vision et donc du corps) ne sont pas stables.

De la même manière, parler de différence c’est fabriquer l’union, fabriquer le social, fabriquer l’autre, fabriquer le chiffre du consommateur, de la quantité. En l’absence d’être en soi, comment y aura-t-il une différence et toute la mécanique LGBtiste et autres Metoo, etc. ? Car ce qu’on appelle être différent n’est que l’être en soi d’un autre être, d’un DEHORS donc RACINE DU MAL.
ÊTRE = SINGULARITÉ, le Soi. Par exemple, la chaleur et la Nature ou le Soi du feu vulgaire qui cuit, et la fluidité est le Soi de l’Eau. Bref, ce sont leur SIGNATURE, leur ESSENCE.

QUEL EST LE VRAI NOM DU NON-ÊTRE ?
Ce n’est évidemment pas le néant ou le nihilisme. Ce sont LES BANDELETTES DE PTAH :
Les bandelettes de Ptah sont aussi évoquées dans ce chapitre 25 : « Étant sans nom [le TAO non saisissable, non identifiable], il n’agit donc pas, et cependant par son non-agir tout se fait ». Ce qui veut dire : TAO non saisissable (le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu ou possédé), il ne peut qu’être UN ; or pour qu’une action soit possible, comme la conscience dépendante d’un objet, il faut donc un objet et un sujet. N’ayant pas de dualité distincte entre sujet et objet, le TAO n’agit pas Il est comme le CENTRE NULLE PART. C’est lorsque le TAO n’agit pas à la manière de l’HOMME-CORPS-MENTAL (le consommateur et sa croyance au corps-objet) qu’il n’y a rien qui ne se fasse selon sa Nature propre, ou selon sa Signature (pour employer ce mot de Jakob Boehme), donc selon son EST, selon son « Je suis ce JE SUIS ». En d’autres mots, c’est lorsque le TAO opère DANS L’INSTANT ABSOLU que tous les noms-les-formes SE RÉALISENT SELON LEUR PROPRE NATURE, selon le sens du Soi donné par la compilation des quelques 653 entretiens-enseignements de Ramana Maharshi.

Le FUSÉE-FUSEAU DU VIDE DU MOYEN évoqué dans le Verset 11 du Tao-tö king, c’est encore le Menhir-Linga-Ptah-Christ-Shiva et jusqu’à l’Archange Michel, tous SYMBOLE DU ZÉRO INDIEN (aussi fécondité)……..
C’est encore le Wuju (Sans limite) au Taiji (Limite suprême) en cycle de Thèmes et Variations ou Solve et Coagule dans le mouvement du GATE GATE :
« La Limite suprême, une fois en Mouvement, génère le yang et à la limite du Mouvement, c’est le Repos : le Repos à son tour, génère le yin et à la limite du Repos, c’est le retour au Mouvement. Un Mouvement et un Repos, l’un prend racine dans l’autre [Tout des Fractal, Un est le Tout]. Le yin et le yang se divisent, les Deux pôles ainsi s’établissent [le moteur se met en mouvement] ».

LES EAUX PRIMORDIALES si bien symbolisées par PTAH et sa gaine :
le FLUIDE, la TRANSPARENCE (”énergie sombre”, la nuit obscure de Jean de la Croix….), soit : LE VÊTEMENT DE LUMIÈRE OU FLÉAU le SURFEU.
PTAH EST LE SURFEU, UNE VIMANA-TAPIS VOLANT À LUI SEUL.
PTAH EST LE SURFEU DE L’ARCHANGE MICHEL.
Ses Bandelettes sont LES EAUX PRIMORDIALES.

CONCLUSION : le FLÉAU fera naturellement LA BALANCE entre l’éternité et le nihilisme qui n’est qu’une création du mental, soit l’équilibre entre le vieux dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif.
Car d’une chose qui existe pas le Soi, impossible d’opinioner qu’elle n’existe pas. Il s’en suit un Thème éternaliste. Si l’on opinionne qu’elle n’existe pas (absence de cause), on négativise, on pratique le Thème de l’ardoise vierge.

LA CROYANCE AUX CHOSES (et donc au commerce et au socialisme), ET AUX CORPS, AUX MOTS, on tombe dans le rêve transhumaniste et de beaucoup d’humains : vivre « éternellement » ici-bas, soit on tombe dans le contraire du nihilisme, la chosification. Rejoint en refrain l’Ainsité mentionné un grand nombre de fois et si pertinent :
Iti désigne l’ainsité (ainsi), le Soi, la Seule Réalité, le « JE-SUIS », tathata en sanskrit, shinyo en japonais (‘Je’ et ‘je’ et devient ku : au-delà de l’ego et de ses différences sur-mortelles par leur vulgaire loi de succion et du C(T)OUCHER.

AINSITÉ : ni s’enfuir, ni s’approcher. Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout.
Ni apparaître, ni disparaître, seulement « Je suis ce JE-SUIS » ou immortalité, éternité du ‘Je’. Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».


L’œil ne peut fonctionner qu’en utilisant la lumière émanée du soleil, sans cela l’œil est inutile. De même, le jiva ou individu ne peut fonctionner qu’en utilisant la Conscience [le Sel…] qui émane du Soi. Également, de même que l’œil ne peut fonctionner que dans la lumière réfléchie du monde des  Essences. S’il l’œil se tourne pour regarder le Soi, il sera entièrement effacé et se fondra dans le Soi avec lequel il ne fera plus qu’un, comme le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source. C’est le EST, le « Je suis ce JE-SUIS ».
 
 

Dernière mise à jour : 29-04-2024 23:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >