Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Fractale ou Porteuse et sous-Porteuse
Fractale ou Porteuse et sous-Porteuse Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-02-2021 21:45

Pages vues : 798    

Favoris : 70

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Ampoule, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Fractal, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
eau_logo_st_oint.jpg
 
 
Fractale ou Porteuse et sous-Porteuse
Thème et Variation.
 
 
Le drame du monde survient parce que des personnes veulent A-prendre !
Veulent Y CROIRE.
Du A privatif et prendre, comme ça tout devient monnayable, de factures (et factice du faire/fer qui rouille), et c’est l’enfer !
 
 
Toute cause produit un effet, comme la transmission de la lumière provient d’un dedans et d’un dehors : la lumière passe par portes et fenêtres, elle-même attribuable aux portes et fenêtres.
Si j’emprunte les choses pour me les attribuer, je découvre finalement que « ce n’est pas à moi ». Et quand il s’agit de déterminer le « ce n’est pas à moi », qui décide de cette attribution, sinon vous, par votre opinion, donc par votre « conscience » à l’état de veille ?
Comprendre Cela est comprendre le ”QUI SUIS-JE ?”, et en même temps le concept de FRACTAL : LE TOUT EST DANS TOUT, LE ”UN EST LE TOUT”, le UN POINT C'EST TOUT, le ”Rien dans le Tout et tout dans le Rien”. Dans la Fractale il ne peut exister le concept de la dualité dedans-dehors !

FRACTAL (Tout est dans Tout), comme les flocon de neige, les « blobs » (ni animal, ni plante ni champignon mais avant tout fractal comme deux morceaux de blob placés proche l’un de l’autre fusionneront pour former un seul et unique blob). « Le blob n’est pas indivisible, mais si je le coupe en deux, j’obtiens bien deux individus organises et fonctionnel et, s’ils fusionnent, je n’en ai plus qu’un », écrit page 37 la spécialiste française du blob et autres organismes unicellulaires : Audrey Dussutour dans son livre : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le BLOB sans jamais oser le demander).

QU’EST-CE QUE C’EST LA CROYANCE ? : c’est croire à son autonomie et donc croire à ce qui s’appelle à ce hui « démocratie », république, liberté d’expression, libéralisme et tout la quincaillerie de « isme » y afférente. La croyance est la raison de l’être humain qui lui fait CROIRE à son EGO, donc à son « autonomie » et à ses inventions surtout depuis sa découverte du feu vulgaire qui jusqu’à ce hui donna le pire : le nucléaire….
Se croire autonome, comme le bon exemple actuel de la « liberté d’expression » ou de pensée, c’est se croire supérieur à certains animaux, que les humains mangent d’ailleurs ! Surtout pour l’Occidental et encore plus l’Anglo-saxon, il est très très très difficile de reconnaître qu’il est aussi un animal, qui baise, qui mange et qui chie et pisse, et que par projection ou évolutionnisme, une forme d’intelligence existerait aussi chez l’animal, voir dans un blob, voir même dans un caillou…… N’en déplaise à l’Anglo-saxon et impérialiste, Nous humains, DANS LA FRACTAL, sommes gouvernés par les mêmes fractales ou lois que le reste de la Nature : Un est le Tout, l’Univers est DANS le mental et pas au dehors de quoi que ce soit !
Rendez-vous compte ! En France, il faudra attendre janvier 2015 pour que le machin assemblée nationale fabrique un amendement accordant « définitivement » (sic] aux animaux le statut d’êtres vivants doués de sensibilité ! Avant cette date, le code civil considérait les animaux comme des meubles, des objets, et de nos jours, ce sont les humains eux-mêmes qui sont devenus les objets des humains riches et forts en gueule et en argent et donc en Pour-Voir !!!

SE CROIRE AUTONOME = INVENTION DE LA VALEUR (économique maintenant, et naguère : spirituelle). Pour l’humain mondialisé, sa croyance en une valeur, c’est lui-même et son système économique qui lui fait CROIRE qu’il peut racheter le paradis et donc en sus son « bonheur ». Il y a pire, cet être humain est même IMMANGEABLE (sauf peut-être chez quelques tribus de par le monde, s’il en reste).

Les partisans et mondialistes de leur Grand « Reset » leur fait croire qu’ils peuvent même devenir IMMORTELS, antique nostalgie non seulement de la perte du paradis mais aussi de celle de la perte de la Fontaine de Jouvence : boire un petit coup c’est Tout, et HOP ! LE GRAND RESET, VOUS VOILA « IMMORTEL », INCREVABLE, SANS VACCIN…. SANS VIEILLESSE. Hélas, des individus comme Bill Gates et Klaus Schwab n’ont pas encore trouvé leur nombril avec marqué dessus « Reset » ! (Ils n’ont pas encore réalisé leur Soi…). Pourquoi ? Parce qu’ils s’imaginent qu’il faut vivre de la « lumière », donc de la nourriture et de l’eau, absorption s’entendant aussi de la « culture », et qu’ils ont autour d’eux plein de prédateurs, humains comme eux.
« Pour vivre ”immortel”, il ne faut subir aucun prédateur ni aucune prédation ou maladie… »

FRACTAL : les cellules de l’Immortel sont capables de se diviser en permanence, d’Instant en Instant, afin de devenir N’IMPORTE QUEL TYPE DE CELLULE ; certains appellent ces « cellules de l’UN » des « cellules souche ». Chez l’humain ACTUEL, la majorité des « cellules souches » ne sont présente que dans les premiers jours du développement de l’embryon. Certain que la signification du mot MAL-à-DIT, possède tout son sens par la sonorité Mal-à-D.I.T. quand le DIT, signifiait DÉITÉ ou Dieu, donc le Soi, le ‘Moi’ authentique, seule immortalité possible, ici-bas……
FRACTAL = UN EST LE TOUT…… L’HUMAIN ORIGINEL…. Et dans l’Origine, le début est identique à la « fin »…..


Paradoxalement ou « fractalement » : vous pensez que c’est ceci, alors ce sera ceci, dans la logique du « Faut-il le croire pour le voir ou le voir pour le croire ? ». Car par exemple le temps n’existe que s’il y a une personne pour l’observer et ainsi le fabriquer ! Il y a ceux qui soutiennent que ce monde est réel, et ceux qui soutiennent l’inverse. Ce n’est que leur point de vue ou opinion qui diffère. Comme dit le Maharshi à l’entretien 199 du 10-6-1936 : « Cette différence existe-t-elle vraiment [la dualité dedans-dehors] ? Ressentez-vous la différence – extérieure et intérieure – dans votre sommeil profond ? Cette différence n’existe que par rapport au corps et apparaît avec la conscience du corps (la pensée ‘je’ et l’état de veille). Le prétendu état de veille n’est lui-même qu’une illusion.
Tournez votre attention vers l’intérieur, alors le monde entier sera empli de l’Esprit suprême.
On dit que le monde est illusion. L’illusion est en réalité Vérité. Même les sciences physiques font remonter l’origine de l’Univers à une matière primordiale – subtile, extrêmement subtile.
Dieu est le même pour ceux qui disent que le monde est réel et pour ceux qui soutiennent l’inverse. Ce n’est que leur perspective qui diffère. Vous n’avez pas besoin de vous engager dans de telles discussions. Le but est le seul et le même pour tous. Tendez vers lui ».

De même : « Vous n’y parvenez pas parce que vous voyez les choses sous l’angle de la matière [et donc des sentiments et loi de succion]. Même des hommes qui devraient savoir à quoi s’en tenir et qui ont étudié les enseignements sur la libération après la mort glorifient la libération dans le corps et parlent même de pouvoirs mystérieux qui gardent le corps éternellement en vie. Si l’on abandonne le point de vue du corps et si l’on demeure dans le Soi, il n’y a plus de douleur. Pleurer la mort de quelqu’un n’est pas une preuve d’amour véritable. Cela révèle seulement l’amour de l’objet, de sa forme. Ceci n’est pas de l’amour. Le véritable amour se reconnaît à la certitude que l’objet de l’amour est dans le Soi et ne peut jamais cesser d’exister ». (Entretien 203 du 17-6-1936).
Dans le même entretien : « La Bhagavad-gîtâ [II.16] dit : « L’irréel n’a pas d’être ; le réel ne cesse jamais d’être. Cette Vérité a été perçue par ceux qui voient l’essence des choses. » « Le réel est toujours réel, l’irréel est toujours irréel. » Et puis : « Il ne naît ni ne meurt ; ayant été, il ne cesse pas d’être ; non né, perpétuel, éternel, existant depuis les temps anciens, il n’est pas anéanti quand le corps est anéanti » [II.20]. Il n’y a donc ni naissance ni mort. L’éveil est la naissance et le sommeil est la mort ».
Le Maharshi dit, et qui peut aussi s’appliquer à la mémoire (met-I à mort : mémorisation) : « Votre femme était-elle avec vous quand vous vous rendiez à votre bureau, ou bien quand vous dormiez profondément ? Elle était loin de vous. Vous étiez tranquille parce que vous pensiez qu’elle se trouvait quelque part. Tandis que maintenant vous pensez qu’elle n’est plus. La différence tient à ces pensées dissemblables. Voilà la raison du chagrin. La douleur provient de la pensée du non-être de votre femme. C’est le mental qui cause tout ce tort. C’est lui qui crée la douleur pour lui-même, même là où il pourrait y avoir plaisir. Plaisir et peine sont tous deux des créations mentales.
Alors, pourquoi pleurer les disparus ? Ils sont libérés de l’esclavage. Le deuil est la chaîne forgée par le mental pour s’attacher aux défunts.
« Et alors, si quelqu’un est mort ? Et si quelqu’un est ruiné ? Soyez mort vous-même, soyez ruiné vous-même ». Ainsi vous n’éprouverez pas de chagrin à la mort de quelqu’un. De quelle sorte de mort s’agit-il ici ? De l’annihilation de l’ego, bien que le corps continue à vivre. Tant que l’ego persiste, l’homme a peur de la mort et pleure la mort d’un autre. Ce ne serait pas nécessaire s’il mourait avant lui (en se réveillant du rêve de l’ego, ce qui revient à tuer le sens de l’ego).
L’expérience du sommeil profond nous enseigne clairement que le bonheur consiste à être sans le corps. Le sage le confirme aussi en parlant de libération une fois que le corps a été abandonné. Le sage attend donc le moment de se dépouiller de son corps. Un travailleur qui est obligé, pour gagner son salaire, de porter un fardeau considérable sur sa tête, le porte sans plaisir jusqu’à sa destination, et lorsque, enfin, il se débarrasse de sa charge, il éprouve soulagement et joie. De même les sages portent leur corps et attendent de pouvoir s’en défaire le moment venu. Si votre femme était votre « moitié », ne devriez-vous pas être reconnaissant et heureux d’être soulagé de la moitié de votre fardeau ?
Vous n’y parvenez pas parce que vous voyez les choses sous l’angle de la matière ».
Les spécialistes en souffrance matérielle et autres masturbations mentales et mise à mort du I ou Axe sont les Juifs….

Entretien 264 du 20-10-1936 : « Considérez votre sommeil. Êtes-vous conscient d’être asservi dans le sommeil ? Et y cherchez-vous des moyens pour vous libérer ? Êtes-vous alors conscient de votre corps ? Le sentiment d’être asservi est associé au corps. Sans ce sentiment, il n’y a pas d’asservissement, pas matière à être asservi et personne qui soit asservi. Tout cela apparaît cependant dans votre état de veille. Cherchez à qui cela apparaît ».
Ainsi PAS DE CHUTE OU DE SOUFFRANCE À LA MODE JUDAÏQUE… ET ÉGLISE CHRÉTIENNE, ET DONC PAS DE RACHAT PAR LE CAPITALISME (selon Jacques Attali pour qui l’argent sert à racheter le paradis….).


« Il n’y a aucune différence entre matière et esprit. La science moderne reconnaît que toute la matière est énergie. L’énergie est force ou puissance (shakti). Par conséquent, tout se résout en Shiva et Shakti, le Soi et l’esprit.
Les kosha (enveloppes) sont de simples apparences [des corps]. Ils n’ont en eux-mêmes aucune réalité ». (Entretien 268 du 23-10-1936).
Dans ce même entretien : « Il n’y a pas de « tout » séparé de Dieu et dans lequel Dieu serait immanent. Lui seul EST ».

Le mental va détruire la fractale : le « Dieu » de la fractale et évidemment l’INSTANT. Mais à cause du mental, aussitôt qu’icelui reconnaît un objet, comme s’il en PRENAIT POSSESSION, le mental ou sujet, la raison, POSSÈDE ou REMPLACE et transmute l’objet en inventant le TEMPS : L’OBJET EST VU OU POSSÉDÉ AU PASSÉ, CAR LA RAISON OPÈRE SEULEMENT SUR CE QUI EST DEHORS L’INSTANT, DANS UN AILLEURS. L’objet arrive bien vivant mais possédé par la raison du sujet il est mort : la raison ne possédera jamais que des substances mortes ;  ICI ou l’Instant semble hors d’atteinte comme : « Dès que l’encre est séché, nos formules [ou lois] sont fausses », disent les Anciens Chinois de l’École du Dhyâna.

LA RAISON EST LE KILLER, LE TERRORISTE DE CE MONDE HUMAIN QUI FONCTIONNE EN TROIS DIMENSIONS (math. calcul). L’acte de raison ou de connaître massacre la perception du vivant ; donc le Pour-Voir massacre le vivant, il fixe ou gèle, coagule le mouvement. « Le pouvoir est l’éteignoir de la Chandelle »….
Seul L’ÉVEIL permet un accès au vivant. Sa fréquence est autre.


Il y a fixation par le mental et sa raison et FIXATION par la mort !
À la mort, à condition de se CROIRE né, le mouvement s’arrête, la Vie devient comme immobile, ÉTERNELLE : sans commencement ni fin, donc dans son état permanent. Voilà du travail du chapeau pour les réparateurs du monde (les Juifs et autres transhumanistes….). Ainsi, le dedans et le dehors n’existe pas ! Il faudra inventer un intérieur pour très naturellement en dualité inventer un dehors. Il faudra inventer le temps avec un sujet re-gardant un objet nommé « temps », alors que ce sujet est par essence intemporel.

QUI APPORTERA LA PREUVE ABSOLUE QUE L’ÉTAT DE VEILLE EST LA RÉALITÉ ET QUE L’ÉTAT DE RÊVE N’EST PAS LA RÉALITÉ ? CAR DEPUIS DES MILLÉNAIRES IL N’Y A AUCUNE PREUVE VALIDANT CETTE « OPINION DE RÉALITÉ » !!! (Seul le conventionnel, le CONTRAT, le MARCHÉ, de certains humains pouvait inventer le « social » et sa « réalité », son extérieur). L’exemple type du CONTRAT est celui de l’initiation dans cette judéo-maçonnerie spéculative adonhiramite (de Hiram…) organisée par Cromwell dans le seul but politico-économique et uniquement intéressé, utilitaire.

« Jadis, Tchouang Tcheou rêve qu’il était un papillon voltigeant et satisfait de son sort et ignorant qu’il était Tcheou lui-même. Brusquement il s’éveilla et s’aperçut avec étonnement qu’il était Tcheou. Il ne sut plus si c’était Tcheou rêvant qu’il était un papillon, ou un papillon rêvant qu’il était Tcheou. Entre lui et le papillon il y avait une différence [Fractale (1)]. C’est là ce qu’on appelle le changement des êtres » (Tchouang-tseu, fin du chapitre La réduction ontologique). De même au chapitre Tsö-Yang : « Tous les êtres ont leurs raisons d’être [évidemment aussi les virus, les « mauvaises herbes », etc.]. Comme le TAO [ou Soi] ne favorise aucun d’eux, ainsi il est sans nom (2). Étant sans nom, il n’agit donc pas, et cependant par son NON-AGIR, tout se fait (2) ».


Notes.
1. Autre fractale : d’un chien mort, il se forme des vers. C’est la Nature qui travaille (sauf si on « aide » la Nature : il suffit d’observer la qualité de l’air, le lieu où le chien a été tué). Mais la Nature trouve d’elle même les mânes favorables pour la transformation dans la FRACTALE DU CHIEN….

2. Si le TAO avait un nom il tomberait et dans la dualité, et dans l’opinion ! C’est pourquoi le TAO ne peut pas comporter un nom (TAO est seulement une désignation temporaire) qui risque de se fixer d’une façon particulière et déterminée, à la façon du messianisme : « fin des temps » et de son « Circulez ya plus rien à voir ».
Si le TAO est sans nom, c’est qu’il est zéro, un, indivisible ; or pour qu’un action soit possible, il faut au minimum qu’il y ait un sujet qui agisse sur un objet ou sur le « monde objectif », l’ailleurs sur lequel ce sujet agit. Ainsi n’ayant pas la dualité du sujet et de l’objet, le TAO n’agit donc pas. C’est lorsque le TAO n’agit pas à la manière du « isme » de l’homme (politisé, organisé) qu’il n’y a rien qui ne se fasse selon SA NATURE PROPRE (et par là-même définition du mot NATURE). En d’autres mots, c’est lorsque le TAO opère de FAÇON SPONTANÉE, DANS L’INSTANT OU ICI ET MAINTENANT, que tous les noms-les-formes du monde se réalisent selon leur propre Sans Pourquoi ou leur propre « Je suis ce JE SUIS », selon leur propre CELA ou perfection intrinsèque (sans dualité dedans-dehors).

[En haut de page : OINT ou ÉVEIL (comme le Baptême chez les Chrétiens)]
 
 

Dernière mise à jour : 06-02-2021 22:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >