Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Changement = atomisation de l’individu
Changement = atomisation de l’individu Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-06-2021 00:53

Pages vues : 446    

Favoris : 51

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Bouteille, Capitalisme, Catastrophe, Caverne, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Transhumanisme, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
foudre-2a_zigzag_zinzin.jpg
 
 
Changement = atomisation de l’individu
Le Dehors veut le faire changer :
Tout individu qui se soumet d’une façon plus
ou moins masochiste à ce matraquage du Dehors,
du social, qui se soumet plus ou moins
consciemment à la volonté de l’ego de la tête
d’œuf de le fourrer dans un moule, renonce
du même coup à sa liberté, par un processus
qui singe la religion, le social républicain.

Change, changement, E-change, troc, Wall Street,
être possédé ou dépossédé lors d’un échange
(perdre ou gagner au change). Change complet
(des pipi-caca) car alors on est dans le besoin.
 
On a toujours tort d’avoir raison
trop tôt. Ça fait mal. Au mieux, on se fait
traiter de « complotisme », ou de « sénile » !


Par le changement c’est alors à un système que
se soumet l’individu, à un seul homme ou à un seul
groupe, quand ce système atteint sont point ultime
de coagulation, mais il ne se soumet pas au contact
du Tout, le EST, par-delà tout ÉTANT, qui peut seul
donner une vision globale et authentique des choses.

Tout système philosophique et, en conséquence,
tout système politique (qui actuellement se disent
tous démocratiques) est une cage, une prison,
un esclavage, une limitation de l’Être.
Depuis près de 2000 ans Nous vivons le règne des
systèmes, des dictatures ou groupes sociaux.

Toute opinion est le germe d’une dictature et
Nous en avons un exemple flagrant avec les
réseaux « sociaux » Facebook, Youtube, Twitter
etc. et leurs censures outrancières de ces
gens qui croient posséder la vérité et veulent
l’imposer à tous.

Un être humain peut refuser tout système :
certains l’ont fait. Mais le monde technologisé
actuel étant ce qu’il est devenu, cet humain
renonce du même coup à être concrètement un
« être social », un corps social fabriqué
par ce social.
Le Christ a dit : « Car celui qui voudra sauver
sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie
à cause de moi et de la bonne nouvelle la
sauvera ». (Marc 8, 35).
Il faudra bien un jour que cela ne soit plus vrai !
Parce que ce qui a une naissance a aussi une mort.
IL FAUDRA BIEN QU’UN JOUR LA MORT NE
SOIT PLUS OPPOSÉE À LA VIE !!!
IL FAUDRA BIEN QU’UN JOUR LA VIE
N’AIT NI NAISSANCE NI FIN,
COMME CE FUT À L’ORIGINE !!!



En ce qui concerne l’actuelle technologie, elle reflète bien l’utilitarisme, la consommation. Car la technique n’est que secondaire, elle ne fait qu’utiliser la Science, elle n’en est que consommatrice noyée dans le déluge de quantité de la production industrielle. Ce déluge technologique fait que le Terrien a perdu conscience qu’il y eut à l’origine et naturellement un besoin essentiellement spirituel de compréhension de « l’aspect matière »
La technologie fait que le Terrien est prisonnier de la dualité production-consommation.

La QUALITÉ, qui est de l’ordre de l’infini, sans limite, ne peut être engendrée par la quantité qui est par nature indéfinie, jamais achevée et en phase avec le phénomène de l’évolutionnisme. Le isme du Nouvel Ordre Mondial, particulièrement à l’œuvre dans la f(r)iction du covid-19 et des réseaux « sociaux », conduit à une société fourmilière, où n’est tolérée aucune liberté individuelle, Réalisation du Soi, sauf dans le système business du libéralisme et autres Facebook et Google.
Le N.O.M. multiplie, cumule les individus pour en faire des troupeaux, mais refuse les Personnes, c’est-à-dire des êtres humains au sens qualitatif : il censure comme les Facebook, Google etc..
En effet, comme souvent déjà écrit sur le site, NOUS SOMMES À L’ÈRE DES SPÉCIALISTES, À L’ÈRE OÙ CHACUN EST DEVENU LE ROI, DONC LE SPÉCIALISTE SUPRÊME !
SOIT LE DÉCLIN RIGOUREUSEMENT CORRÉLATIF DE LA DIVERSITÉ ET DE L’UNITÉ. Avec l’actuelle technologie, augmentée de l’effet d’ingénierie politique covidesque de « distanciation sociale ou physique », jamais les êtres humains n’avaient été aussi semblables et aussi étrangers les uns aux autres ; et jamais non plus ils n’avaient été rivés entre eux par des liens aussi artificiels et aussi inhumains que ces « réseaux sociaux » totalement anti-social, et reliés, plutôt enchaînés par des smartphones…. Cela se traduit aussi dramatique par le phénomène, du moins en France, des « terrasses éphémères » avec socle ou estrade en bois (dans les grandes villes souvent installées dans les « ruisseaux » aux emplacements où se garaient les voitures ; on parle aussi en France des « terrasses des cafés » : l’effet du social, comme celui de voir un film à plusieurs dans une salle de cinéma, le « goût » ou l'effet sera différent qu’on boive un verre chez soi ou à plusieurs dans une terrasse, ou qu’on voit un film chez soi ou à plusieurs dans une salle de cinéma….. L’effet du DEHORS fera son effet dans l’infernal conditionnement maladif de la dualité Dedans-Dehors, dualité qui n’existe pas puisque Tout est dans le mental).

L’humanité ressemble à un corps dont les organes en voie de dissociation sont rattachés les uns aux autres par des crampons de métal. Cela ressemble à l’enfer, ce lieu où la centralisation et le chaos sont portées à leur expression absolue.
Tout le monde étant devenue le roi, le spécialiste, le résultat est L’UNIFORMITÉ DE CE MONDE, ET PAR LÀ MÊME, LE ROI, LE SPÉCIALISTE, EST SANS LIMITE, D’OÙ LE SENS DU MOT « LIBÉRALISME » (Doctrine économique classique prônant la libre entreprise, la libre concurrence et le libre jeu des initiatives individuelles. Ce qui donne le capitalisme, l’individualisme, etc., selon la définition du dic. Le Robert). C’est pourquoi l’évolutionnisme sans fin pouvait s’y développer à fond puisqu’on peut diviser sans fin un corps indifférencié ! Alors que dans la QUALITÉ, par exemple dans les métiers vitaux, ils ne sont pas multipliables à l’infini. On est donc enfermés dans un apparent paradoxe qui fait croître simultanément l’atomisation et l’uniformité.
La Qualitatif est par exemple chez l’artisan de village qui fabrique et vend lui-même sa production, il doit donc œuvrer dans le qualitatif en techniques humaines et matérielles : c’est la production centrée sur le Tout, qui sert le Tout : la spécialisation du Microcosme.
La fausse spécialisation actuelle est celle de la DIVISION informe ; elle s’adresse à des zombis ; son objet n’est pas la partie gonflée du Tout, mais une caricature de tout qui gît dans le cadavre de la partie mutilée. Alors séparée du Tout et centrée sur son ego elle encrasse et parasite l’organisme entier.

Aucune Vraie Paix ne sera possible tant que les activités humaines continueront à se différencier suivant un rythme étranger à l’Être et aux besoins de l’Être, autrement dit tant que la « spécialisation » ne correspondra à aucune SPÉCIFICITÉ NATURELLE, comme la Réalisation du Soi…

REFRAIN : Ce régime capitaliste et républicain empêche le « Je suis ce JE SUIS » ; il Nous force à vivre seulement À LA SURFACE des choses à sentir, à désirer, à acheter.

- APOPHIS : Qui es-tu ?... Qui vient là ?
(Et Nis s’arrête d’un coup).
- NIS : Je suis Nis l’Égyptien.
- APOPHIS : Es-tu complet ?
- NIS : Je suis complet.
- APOPHIS : Es-tu équipé ?
- NIS : Je suis équipé.
- APOPHIS : Que viens-tu faire ?
- NIS : Reprendre Sataï.
- APOPHIS : Et bien tu périras.
(Chanson extraite du scénario d’un projet de long métrage : Nis l’Égyptien).

« Être complet » = « Je suis ce JE SUIS », alors Apophis ne peut rien faire… Il n’a d’action qu’ici-bas. Sur Terre, Nous passons notre vie à posséder, à chercher, en quête de n’importe quoi, comme si Nous n’étions jamais complet, comme s’il y avait toujours un manque ! Mais, qui fabrique ce manque ?

« Être complet » = la Vraie Paix : ni plaisir ni souffrance, la pensée de neutralité se trouve très pure. Par-delà l’opinion des noms-les-formes s’éteint l’idée d’objet. En l’absence de la diversité marchande des opinions, on entre dans l’espace infini. Dans cet espace infini, on dépasse la totalité de cet infini de l’espace et on entre dans la Conscience infinie. Établi dans l’infini de la Conscience; on dépasse la totalité de l’infini de la Conscience et on entre dans le néant. Mais une fois établi dans le néant, Nous dépassons la totalité de l’infini du néant et s’établissons dans cet état qui n’est pas pourvu de représentations mais qui n’en est pas davantage dépourvu puisque ZÉRO INDIEN. Uniquement préoccupé de VOIR LE TROU, le Trouvère est sur le Sentier sans s’attacher à ces différents états : « Un mental purifié est élixir, un mental vidé est remède. On dit du mental qu’il est purifié quand il ne s’attache plus à rien. On le dit vidé lorsqu’il ne garde plus rien en lui. Mais si l’on s’attarde sur le vide de cette vacuité, c’est que la vacuité n’est pas encore vide. Un mental vide et qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle la véritable Vacuité ». (Le Secret de la Fleur d’Or, traduction de Thomas Cleary)

À ce moment là on entre en ALEPH : le Réalisé vivant peut, comme dans le Saint Chaos : faire trembler le Planète Terre, manifester de nombreuses répliques de Lui-même et de ces multiples corps n’en faire qu’un. Il peut naturellement se rendre invisible, traverser les murs et les montagnes sans rencontrer d’obstacle, comme s’il s’agissait d’eau. Il peut se déplacer dans les airs assis en tailleur et voler comme un oiseau mais sans ailes. Il peut s’enfoncer dans la terre comme dans l’eau et marcher sur l’eau comme sur la terre. Il peut faire jaillir de son corps un violent brasier de flammes ; faire tomber la pluie comme un gros nuage sombre. Il peut, de la main, toucher une planète ; il peut, s’il lui plaît, grandir démesurément. Il entend aussi tout ce qui se passe aussi bien chez les humains que chez les Dieu et, qu’ils soient proches ou éloignés, il entend tous les sons - jusqu’au bourdonnement d’une mouche ou le bzzzz d’un moustique.
Sa connaissance de la pensée des autres lui permet de connaître telles quelles les pensées de tous et de chacun des êtres : celui qu’occupe une pensée de convoitise, il sait, tel le Seul Réel, qu’une pensée de convoitise l’occupe ; celui que la convoitise n’occupe plus, il sait, tel le Seul Réel, que la convoitise ne l’occupe plus. De même avec les pensées de colère et la fin des pensées de colère, les pensées d’ignorance et la fin des pensées d’ignorance, telle ou telle émotion négative et la fin de cette émotion, les pensées petites et le vastes pensées, les grandes pensées et les pensées démesurées, les pensées succinctes et les pensées qui ne sont pas succinctes, les pensées libres et les pensées non-libres, etc., il les connaît toutes telles qu’au Seul Réel.
 
 

Dernière mise à jour : 17-06-2021 01:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >