Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le bien du peuple
Le bien du peuple Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-06-2021 21:41

Pages vues : 342    

Favoris : 42

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Bouteille, Brique, Capitalisme, Catastrophe, Caverne, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Transhumanisme, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
 
frise25tr.png
 
 
Le bien du peuple
Les têtes d’œufs veulent le « bien » du peuple.
De la carte d’identité en passant par la Hadopi
puis l’auto-attestation dérogatoire de non-confinement
pour sortir de chez soi et acheter à manger ou
promener son chien jusqu’au « passe sanitaire »
digne de la société française hygiéniste de 19è siècle,
où se masturber pouvait rendre fou (évidement que
d’un certain côté c’était improductif, non utile pour
le social pour faire des soldats utiles à
la patrie, à L’Église et à l’entreprise…) ;
tout cela est dans la même logique
d’acceptation du conventionnel ou du DEHORS
FABRIQUÉ PAR CERTAINS.
 
L’auto-attestation pour « oser » sortir du confinement
est dans la logique de la laïcité à la française :
vous-même étant devenu le roi depuis 1789, vous vous
autorisez à sortir sous l’ŒIL PATRIARCAL de l’État
singeant une religion (comme celle de la
république de Gilead :
« Béni soit le fruit, que le Seigneur ouvre »,
puisqu’Il est le créateur, la cause ou le fabricant….).

Et avec le « vaccin » contre le Covid-19
c’est la même logique, et, comme en URSS,
ceux qui ne sont pas à la norme seront dénoncés.
Dans l’URSS de Staline chacun s’auto-contrôlait
mutuellement, comme d’ailleurs en certaines grosses
obédiences judéo-maçonniques spéculatives.

Aliénation par le sécuritaire et la démocratie.

Pour qu’il y ait un principe inconnu genre
« En Sof » (ou Aïn Soph), il faut bien un penseur !
Car il n’y a pas de conscience sans objet ni
d’objet sans conscience ; alors qui est le
« Aïn Soph » ou « cause des causes » ?
Comment répondre puisque TOUT EST DANS TOUT :
il faudrait, pour répondre, SORTIR de
l’Univers pour l’identifier…
Selon l’entretien 264 du Maharshi, le En sof
pourrait signifier ni l’Homme ni Dieu, aucune création.

La cause des causes et ainsi de suite à l’infini !

« Un mental purifié est élixir, un mental vidé
est remède. On dit du mental qu’il est purifié
quand il ne s’attache plus à rien. On le dit vidé
lorsqu’il ne garde plus rien en lui. Mais si l’on
s’attarde sur le vide de cette vacuité, c’est que
la vacuité n’est pas encore vide. Un mental vide et
qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle
la véritable Vacuité » (Le Secret de la Fleur d’Or).


C’est-à-dire que le mental depuis des milliers de générations est tellement soumis à sa possession par loi de succion ou d’attraction universelle à sa logique de logique (sa raison), qu’il en oublie que la PUTRÉFACTION ou le RENONCEMENT, LA NUIT OBSCURE de Jean de la Croix nécessite le détachement de la dualité du spatio-temporel du sujet face à son objet : le détachement de l’attachement au détachement, à l’extinction, etc., soit se garder du mal absolue qui est la dualité dedans-dehors, et également Super Paradoxe du ‘Je’ qui rejette l’illusion ou persona du ‘je’ et cependant qui demeure en tant que ‘Je’ : Paradoxe de la Réalisation du Soi ou du « Royaume des Cieux est en Vous », pour tous, et c’est gratuit…
 
sch_ouv_coul-475.jpg

Jean Coulonval, dans Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 49 du 12 avril 1978 à Louis Pauwels :
L’équerre à centrer [schéma ci-dessus]. C'est un outil qui sert à trouver le centre approximatif d'une surface qui ressemble plus ou moins à une circonférence. A la façon dont on a décidé que Bourges est le centre géométrique de la France.
La circonférence fort irrégulière représente la section d'une barre d'acier plus ou moins cylindrique. En portant l'appui des tétons en plusieurs points on trace autant de lignes AB. On obtient un petit polygone irrégulier qui est le centre approximatif. Ce sont les accidents externes du contour de la pièce qui en ont décidé. En quelque sorte, ils l'ont imaginé, fabriqué. C'est ce que fait le mode de pensée qu'on appelle « opinion », scientifique, métaphysique, ou même religieuse, quand l'homme se fait de l'Absolu une conception qui convient à ses appétits, dans le monde des accidents, du spatio-temporel.

Le discours logique qui cherche les essences (1) au travers des accidents opère à la façon de l'équerre à centrer qui ne peut tenir compte de toutes les lignes AB possibles pour la simple raison qu'elles sont en nombre inépuisable, in-défini (ce qu'on appelle à tort l'infini). Pas plus que l'équerre à centrer, il ne peut tenir compte de tous les accidents existants ou possibles dans le spatio-temporel, et en conséquence aucun discours logique (tous les philosophismes sont des discours logiques) ne peut atteindre à la vision de l'Absolu. Il est toujours couillonné. L'Homme ne peut atteindre l'Absolu que si l'Esprit vient lui-même le chercher pour le placer au centre, c'est-à-dire en LUI.

Tous les philosophismes, avec leur miroitement verbal, sont des miroirs à alouettes qui ne sont guère dangereux tant que leurs promoteurs se contentent de pondre des bouquins, mais sont des catastrophes quand ils s'incarnent dans des structures politiques concrètes, dans des « Partis » qui n'existent en tant que tels que parce qu'ils prétendent être détenteurs de la Vérité, du centre de toutes choses, ce qui fait que tous sont des dictatures, des totalitarismes, en acte ou en puissance.
La Vérité, pour l'Homme et pour chaque homme, c'est l'idée qu'il se fait de sa nature d'homme. Et il se trouve que, de même que l'équerre à centrer situe le centre d'une façon subjective, par approximation imaginative, aucune idée de l'Homme acquise par le discours logique, et qu'on appelle « opinion », n'a de valeur scientifique, quoi qu'elle en prétende.

En fait, la connaissance par l'Homme de sa nature humaine ne peut être une science puisque toute science naît d'un dialogue entre un sujet qui étudie et un objet étudié ; et que par ailleurs l'Homme étant ontologiquement, en ses essences (1), le résumé, la globalité de l'Être et de l'ex-istant, il est de ce fait dans l'impossibilité de se poser comme sujet étudiant d'un « Univers » qui lui serait extérieur. C'est, géométriquement, impossible. C'est pure illusion satanique fondée sur le renversement des rôles entre essences et accidents.

La politique est la science de la gestion des sociétés selon l'idée qu'on se fait de l'Homme (au sens générique). En conséquence, elle implique, de la part de ceux qui exercent le pouvoir politique, la connaissance des essences de l'Homme, de son ontologie. Connaissance qui ne peut s'acquérir à partir des accidents, pas plus que l'équerre à centrer ne peut définir un centre absolu, géométriquement vrai, lequel ne peut absolument pas être une opinion.

L'Absolu, c'est ce que toutes les religions appellent Dieu, l'Être source de tout ex-istant. Ce besoin de perception de l'Absolu régit tous les individus, ceux qui se disent civilisés et ceux qu'on dit sauvages ; mais il est vrai aussi que l'homme a toujours été tenté de rechercher cet absolu au travers des accidents du spatio-temporel et qu'il est difficile d'atteindre la perception pure de « Je suis celui qui est » [Je suis ce JE SUIS]. Les civilisations se sont toujours construites sur des compromis entre l'Absolu et les perceptions, contingentes et limitées, du spatio-temporel. Le règne de l'opinion en tant que critère de vérité politique n'a pris valeur dogmatique qu'avec la révolution de 89, et le communisme en est la maturation historique en se parant des prédicats de l'Absolu, ce qui en fait une religion à l'envers, comme l'envers d'un cuivre repoussé. Il ne faut pas s'étonner d'entendre dire par ceux qui ont quitté le communisme qu'ils ont perdu la foi.

Le communisme est la dictature aussi radicale que possible d'un philosophisme, d'une idéocratie. Il professe le dogme que les accidents engendrent les essences (1). C'est une naïveté infantile mais le monde en crève. Il est bien connu que les enfants sont cruels.

Le renversement des rôles entre essences et accidents est la marque infaillible du satanisme. Les constructeurs de systèmes intellectuels, de « ismes », ont bouffé la pomme. Les autorités de l'Église sont aussi en train de la bouffer en réduisant la religion au sentimentalisme social et politique (progressistes), ou au conservatisme des formes rituelles (Lefebvre).

Le discours logique ne vaut que pour juger des accidents entre eux (J'opine pour telle ou telle explication), comme le fait la science expérimentale. Mais il se trouve que la science parvenue à son terme, ayant atteint la suture du physique et du métaphysique, rencontre la logique de l'illogique. Elle en est abasourdie.

Comme l’Islam, qui ne sépare pas le temporel du spirituel comme en France, c’est Dieu qui engendre la Matière ; mais pour le socialisme et mondialisme actuel, c’est de la matière qui né l’Esprit (le fait Divin).

Dans le mondialisme du Nouvel Ordre Mondial et de sa « république universelle » et de ses « valeurs » il y va de la défense de son dogme, d’où le Big Brother et la surveillance de tous. C’est-à-dire que le régime défend son opinion qui, pour l’accusation, est censée être acceptée par tout le monde, comme d’un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. Comme l’indique Jean Coulonval dans l’exemple du schéma de l’équerre à centrer, si la point du compas dérape, la circonférence ou le raisonnement et les actes qui suivent seront nécessairement faux. L’auto-attestation dérogatoire de sortie lors du confinement covid-19 comme la « protection » de sa connexion internet pour l’Hadopi relève de la supposée « acceptation naturelle » (sorte de ”bon sens”) d’avoir respecté le conventionnel édictée par les forts en ego. Ainsi tout accusé qui se reconnaît lié par convention à la foi de la religion du régime étatique, est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme s’il n’a pas protégé sa connexion internet contre le « téléchargement illégal » de films… Principe identique à l’auto-dérogation lors des confinements sous covid-19 et ses « variants ».

Tout ce qui ressort de l’étatisme ou du « isme » en général, telles une religion, un parti politique, une science ou une économie, tendent à imposer ses lois ou dogmes à l’ensemble. C’est pourquoi tout « isme » ou tout parti politique est un genre de dictature.

Le scient-isme du Moyen-Âge est remplacé depuis 1789 par son anti-pôle : la dialectique matérialiste et d’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui Coule). La « philosophie de la Nature » dans le socialisme est tout aussi mythique que celle du Moyen-Âge. Le génétique de Lyssenko est le pendant des Anges qui poussaient les planètes en l’an 1000.

Théories de Lyssenko de l'hérédité acquise par l'environnement : c’est donc la matière qui engendre l’Esprit : tout est inversé puisque ce sont les accidents et souffrances du spatio-temporel ou du DEHORS, QUI N’EXISTE PAS, qui engendrent les essences. Le socialisme ou communisme est ainsi une catholicité en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé.

Tout système logique ou en « isme » socialisant en se clôturant sur lui-même, se vit comme vérité en rejetant comme faux tout ce qui en trouve pas place dans son cadre.
Tout fabricant d’un système philosophique ou politique étatique et économique ne peut avoir vécu et expérimenté, sur le plan des cinq sens et du spatio-temporel et des constructions du mental, qu’une par ridicule de tous les accidents possibles mais, de cette expérience des choses naturellement limitée, il prétend extraire une vision de l’absolu qui ne peut qu’être une illusion de plus. Les accidents possibles du sensible dans le spatio-temporel et donc dans le mental et sa logique sont en quantité in-définie, et donc inépuisable, d’où le concept d’évolution et d'opinions qui n'ont pas de limite. En conséquence, une construction logique, si parfaite qu’elle puisse paraître, ne peut prétendre exprimer l’absolu et l’on peut dire que tous les systèmes philosophiques  qu’il soient vrais par ce qu’ils postulent et faux par ce qu’il nient, ce qui fait qu’ils sont tous sectaires, non pas d’intention consciente mais par nature. Ils sont nécessairement porteur du masque de l’intellect dont le champ visuel global ne peut être réalisé qu’à partir des essences (dont principalement le « Qui suis-je ? », suivi du « Je suis ce JE SUIS »), ce qui implique un renversement des rôles : non plus chercher à répondre aux énigmes du Sphinx (loi de succion), deviner au travers des accidents ce que sont les essences, mais juger des accidents à la lumière des essences.

Renversement des rôles lié à l’initiation : devenir soi-même le Sphinx ou l’Homme-Dieu, non plus dévorer ceux qui ne savent pas répondre, mais les sauver de leur ignorance. Pour RE-trouver la Liberté, l’appétit de savoir et de récolter des vérités un peu partout ne sert à rien. Le loi de succion ne peut qu’engendrer des opinions à n’en plus finir ; opinion = l’idée que l’on se fait de l’absolu à partir de l’HOTC ou des accidents sensible ou dans le mental. L’opinion qui est vécue comme un « savoir possédé » est une simonie.
En démocratie-libéralisme posséder des petites opinions ou « petites vérités », c’est se conforter, se sécuriser auprès des « valeurs » de la quantité dans le Nouvel Ordre Mondial, dans le DEHORS. Toute opinion est close sur elle-même, imperméable à ce qui n’est pas elle (elle déteste les virus et se fait facilement vacciner…). C’est un carcan, une prison pour le Soi, mais chacun aime sa prison, on le voit en 2021 par le nombre de gens qui acceptent encore de se faire piquer aux ARN messagers ; la prison bien à soi, sécurisée, bien possédée. La prison est une sécurité quand on à peur de la Vacuité.
Dire : « c’est ma vérité à moi », C’EST MENTIR. Seule EST la Vérité, le Seul Réel. Celui ou celle qui prend conscience de cela est sur la bonne voie pour la Réalisation du Soi (ce que Jean Coulonval appelle « les essences » (1)). Évidement que c’est totalement anti-confort de quitter son « savoir » bien coagulé ou bien fourni par les « grandes écoles » pour l’inconnu ou le volatile, pour le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ », du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
« Le Royaume des Cieux est au-dedans de vous » : le Dedans. Le « dehors » c’est le soi-disant monde qui n’existe pas dans le sommeil profond alors qu’il devrait s’y trouver ! Par conséquence il ne peut pas être réel !!! Seuls les croyants l’inventent et l’utilisent.

Avoir ses petites opinions ou petites vérités à soi, c’est se conformer au monde, c’est par exemple : voter, se conformer, faire du conventionnel, comme le politiste Patrick Mignola, président du parti ou « géographisme » Modem, qui opinionne : « Quand on a raison tout seul c’est peut-être qu’on a tort » ! Comme conventionnel on ne fait pas plus Machiavel républicain !!
Re-découvrir la Source, c’est me placer au Centre qui n’existe pas pour Re-découvrir la Circonférence qui est partout, c’est-à-dire avoir accès naturellement à tous les points possibles et infinis de cette Circonférence (l’Aleph).

Ceux qui sont enfermés dans leurs opinions, nécessairement excentriques, s’égarent dans la recherche du centre qu’ils ne parviennent pas à localiser pour la simple raison que ce n’est pas l’excentrique qui engendre le centre comme le croit les Nicolas Machiavel et tous ses suiveurs en républicanisme.
Le Centre n’est ni une surface ni un volume et aucun espace et pourtant il engendre la Circonférence (surface), et la sphère (volume). Le Centre qui est nulle part c’est le Soi, qui n’est ni plein, ni vide, par plus qu’il n’est un centre, un volume ou une surface. Mais, de même que le centre est implicitement présent en toute circonférence ou sphère, le Soi l’est en Tout, comme le répète si souvent Ramana Maharshi : « Le Soi n’a pas à être atteint. Y a t-il un seul Instant où le Soi n’existe pas ? Il n’est pas nouveau. Soyez ce que vous êtes. Ce qui est nouveau ne peut pas être permanent. Ce qui est réel doit toujours exister ». (Entretien 41 du 22-3-1935).

Les Nicolas Machiavel et ceux qui ont de « l’instruction » inventent une Terre plate comme ils inventent que le Centre(s) est partout et la circonférence est nulle part (inversion). Le Centre(s) partout = la démocratie du consommateur… d’instructions ou de Dehors….  Le Centre(s) partout = le slogan de l’Union européenne et sa diversité : la quantité, l’obésité dans le mercantilisme.

Aliénation par le sécuritaire et la démocratie.
La démocratie est construite sur les conflits d’intérêts et est la frustration même par ses limitations,  car l’humain se construit ses opinions comme un carrelage de carreaux noirs et blancs des loges judéo-maçonniques. Il ne peut y avoir de Paix en démocratie, car il ne peut y avoir deux êtres humains qui puissent vivre la même série d’événements, ou vivre le même événement de façon identique. Chaque humain est dans sa façon de penser, de sentir, un résultat de la vie corporelle et mentale, de sa vie à lui. Il est fabriqué, moulé dans un cadre sensible, social et temporel. IL EST CONDITIONNÉ. IL N’EST PAS LIBRE. Ce qu’il appelle « liberté », ce n’est que le droit (droit de l’Homme) de rechercher les conditionnements qui l’arrangent le mieux, dont il jouit le plus (évolutionnisme, le « isme » étatique l’autorise même à voter), ce qui n’est pas possible sans contredire ce qui convient à l’autre. Résultat : de perpétuels conflits entre individus, partis politiques, classes ou nations.
Deux solutions :
- L’actuel mise en place du Nouvel Ordre Mondial ou dictature d’une oligarchie qui dit la vérité du jour et de ce que sera le lendemain, qui décide du dogme à tout instant remis en question. C’est Sisyphe qui pousse son rocher, symbole du désir et du toujours plus en évolutionnisme. C’est une Église et un pape à l’envers. C’est la Grande Réinitialisation d’un Klaus Schwab ; c’est l’uniformisation de tous, d’où le rêve oligarchique de contrôler, de surveiller tous les humains.
- La Réalisation du Soi par le « Qui suis-je ? », pour aboutir au ÊTRE, et non plus sur l’actuel Avoir (du consommateur). Le EST qui n’est pas existant parce qu’étant au-delà de l’espace, du temps, et du mouvement ; au-delà du corps ou mental. C’est la Réalisation.



Note.
1. Les essences : explication de ce mot par Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre n°8 à Aimé Michel le 29 septembre 1971, suivant l’outil nommé « Tour » : « Le principe du tour, c’est déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne. Résultat : des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe ”serait, essence” éternelle du tour. Mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret, et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe : c’est l’Existant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine. La recherche, le bricolage, peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas. Quand un homme découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui à l’état latent, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être [dans son « Qui suis-je ? »]. C’est vrai du moins quand l’opinion n’a pas la prétention, pour se justifier, d’imaginer des principes à sa mesure. Que dirait-on d’un mécano qui prétendrait monter une machine à coudre avec les pièces détachées d’une bagnole ? C’est pourtant ce que fait le communisme, Teilhard de Chardin aussi. Et Freud ».

Sur le mot « Essence » voir aussi cette page.
 
 

Dernière mise à jour : 24-06-2021 23:06

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >