Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Wicked is Good, Pfizer is Good
Wicked is Good, Pfizer is Good Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-12-2021 04:20

Pages vues : 253    

Favoris : 30

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Banque, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, Images, Jardin, Marchandise, Nostalgie, Paradis, Pentatemme, Peur, Pfizer, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tiqouniste, Transhumanisme, Vie, Vierge, Xatemme

 
pfizerwicked.jpg
 
 
Wicked is Good, Pfizer is Good
déjà annoncé dans le trilogie The Maze Runner.
Une catastrophe climatique genre éruption solaire
ou fiction du réchauffisme, puis apparition soudaine
d’un virus nommé « braise », et depuis 2020 c’est
la couronne du coronavirus SRAS-CoV-2 ; dans l’un
ça fait fondre ou pourrir le cerveau mais laisse
en « vie » (à l’état de zombi), dans l’autre ça
donne une grippe plus ou moins amplifiée, et dans
les deux cas il s’agit évidemment de trouver
un « vaccin », et c’est difficile…
 
Dans The Maze Runner ce sont certains jeunes
qui, pour le Big Pharma de la trilogie,
servent de « vache à vaccin » : on les trait
comme on trait une vache pour prélever des
particularités de leur sang comme des anticorps,
parce que certains, d’autres non, sont immunisés
contre le virus de la « braise » du cerveau qui fond,
anticorps produit par la production artificielle
de la PEUR. Guerre des anticorps identique au
corona des 2020 - 2XXX.

Dans The Maze Runner il faut sans arrêt
se faire piquer pour maintenir une protection
et donc sans arrêt sacrifier des jeunes et
sans arrêt leur faire peur pour produire
chez certains ces anticorps.
Avec le covidisme NOUS Y SOMMES : la peur est
produite par les tests PCR boostés qui fabriquent
uniquement des CAS, mais qui ne diagnostiquent
pas un malade.

Le virus et nous sommes dans le même monde,
alors on ne combat pas le vivant, on
vit avec.


C’est la MANIPULATION DU RÉGIME PLUS QUE JAMAIS PAR LA LOI DE SUCCION : le monde de « VOTRE SÉCURITÉ », « VOTRE CECI, VOTRE CELA », LE MONDE DE LA POSSESSION, LE MONDE DE LA MERDE : LE PRODUIT OU LA QUINTE EN EST DISTRIBUÉ PAR LE CUL. VOILÀ OÙ EN EST REDUITE L’HUMANITÉ ACTUELLE. La loi de succion infernale : « les travaux portent leurs fruits ».
Cette manipulation maintenant mondialisée n’est pas nouvelle. Qui dit « culture » et « éducation », dit évidemment dressage, coulage dans un moule, une matrice. Mais cette séparation nette et brutale surtout depuis 1945 entre fabricants (un petit groupe et à la limite un seul individu) et les fabriqués (Nous les plus de 7 millards d’individus) N’A JAMAIS ÉTÉ AUSSI CLAIR QUE DEPUIS LE COUP DU SRAS-CoV-2.

Manipuler les masses par la peur est déjà la dictature d’un pouvoir.

Le covidisme et ses « variants » annoncent-ils la fin de l’humanité ?
Car naturellement au point où en sont les choses de l’humain considérant qu’il est EN DEHORS de l’Univers, il va y avoir des violences extrêmes genre The Maze Runner, par ailleurs très intéressant par son sujet et contenu riche en symboles tous proche de ce qu’il se passe à ce hui. Dans The Maze Runner c’est la violence extrême, totalitaire et évidemment capitaliste, qui est développée, cela produira son opposé : la violence des gueux, ET AU NOM DU SANITAIRE, puisque dans la fiction le virus rend les humains complètement aliénés ou zombis en leur bouffant la cervelle.

Nous y sommes, il faut choisir, l’a-venir commence vraiment depuis cet après 1945 :
- La réalité ou liberté invisible d’une éternité sans avenir,
- Le messianisme ou mirage éclatant d’un avenir sans éternité.
Suivant qu’on met son espérance suprême dans l’éternité ou dans l’invention du temps et de l’évolutionnisme : l’avenir, le messianisme, on opte pour le Dieu qui s’est fait Homme (le Réalisé, le « Je suis ce JE SUIS » ou Christ générique), ou pour l’homme qui s’est fait Dieu (depuis en Occident la Renaissance, l’humanisme, la Réforme, l’imprimerie, sous la tyrannie de l’opinion et de sa « liberté de pensée », la « démocratie » et son régime).

Le totalitarisme socialisme est une tentative de réalisation, À L’ENVERS, de la Royauté effective du Christ (au sens générique  (1)).
Remarquez que tout la dialectique matérialiste et historique, et d’opinions, est sous-tendue par la foi dogmatique à l’évolution et sa flèche du temps dans un seul sens, donc à l’humain né de la matière : il devient un unique corps et mortel. Que cette doctrine s’écroule et le grégarisme du socialisme communautaire instinctivo-politique freudiste et républicain se dissout.

Nous en sommes maintenant arrivés À UN RENVERSEMENT DES RÔLES : d’objet fabriqué, l’ego de la riche oligarchie (étatico-industrielle) décide de devenir sujet fabricant. En tant qu’utilitaristes ils peuvent bien nous dire que la vie matérielle de la société existe indépendamment de la volonté de l’humain, ce qui n’est qu’une opinion et à l’état de veille, ils n’en décident pas moins, eux des êtres humains, de ce que cette vie doit être pour « fabriquer » des humains à leur convenance. Et pour preuve de covidisme où peu de gens ne protestent, ÇA MARCHE, dans la mesure où les masses n’ont pas encore compris que leur connaissance ne peut que s’appeler IGNORANCE : le fait de ne pas comprendre que ces noms-les-formes inventés par convention ne sont que des constructions et perceptions du mental, à l’état de veille seulement, donc des opinions (aussi appelée « libre arbitre »).
Renversement des rôles, de fabriqué mental devenant fabricant de la spiritualité, du psychisme des masses, l’oligarchie nécessairement liée à la City de Londres (ses banques) SE POSE EN DÉMIURGE. Elle est depuis un moment une dictature à l’état pur, certes en cette fin de 2021 encore assez sournoise, de plus en plus « subtile » sous packaging de la manifestation de loi de succion, mais elle est clairement visible par les sujets que sont les humains transformés en objets à pétrir, à façonner, à fabriquer ; d’où la technique du lavage de cerveau, déjà en marche à travers le smartphone et la technotronique transhumaniste et maintenant l'ingénierie politico-sanitaire.

La nouvelle dictature s’appelle LAÏCITÉ, qui laisse croire à une « liberté de pensée » et d’action, et ou présentement de se faire ou non piquer aux Pfizerisme du capital. La laïcité française est une culture, un système dominant français issue de 1789 et de la judéo-maçonnerie spéculative matérialiste, qui s’impose à l’ensemble de la population. Or tout ce qui impose à l’ensemble n’est qu’une dictature. Mais la laïcité française à ceci de plus sournois, voir de plus monstrueux, de plus mental, de plus calculé, c’est qu’elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de profiter à « l’intérêt général », d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant que cet accord existe déjà, comme s'il était issue de Dieu ou une disposition naturelle à l’humain.
La laïcité française est un killer en forme de neutralité, de l’État, qui déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, puisqu’elle a dénié ce qu’elle était en train de faire !
La laïcité est un confessionalisme retourné : la liberté d’expression (facilité par la technologie informatique des « réseaux sociaux »).
Aussi en l’état actuel des consciences et de la « démocratie », le problème de la libre pensée libérée depuis l’époque de la Renaissance, notamment grâce à l’invention de l’imprimerie, et de la Réforme, crée un redoutable fardeau pour l’État, affranchi, séparé de l’Église. Désormais, l’État, a la charge de gérer plus de soixante millions de consciences en liberté et bien décidé à en user, démocratie et mensonge du « pouvoir du peuple » oblige. Auparavant, l’État pouvait s’appuyer sur l’Église pour gouverner les consciences avec les paroisses et les prédicateurs, les confesseurs et les directeurs de conscience. Maintenant, c’est fini. L’État n’a plus de recours et se trouve face à face avec ces soixante millions de consciences... et en plus consommateurs ; ainsi la manipulation de l’opinion et le mensonge devient la règle de base de l’État républicain et de toute démocratie.

La « liberté d’expression » est devenu exactement le principe de l’INQUISITION et de la Tchéka qui copie l’Inquisition. Car en URSS comme en république capitaliste il s’agit de défendre un DOGME, appelé aussi ‘Valeur’, c’est-à-dire une position du mental qui, pour l’accusation ou le pouvoir, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme la laïcité ou les « valeurs républicaines », comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. Aussi, si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux. Tout accusé qui se reconnaît lié à la foi d’une religion (par exemple c’était le cas de Galilée, et c’est le cas de tous membres d’un parti, surtout communiste ou socialiste ou d’une république) est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental. Il est donc normal que le tribunal lui demande : « Sais-tu pourquoi tu es là ? » S’il le sait, il se condamne lui-même par auto-critique et ne subit qu’une peine légère ou ne subit pas une condamnation imposée. S’il ne sait pas pourquoi on lui reproche quelque chose, c’est qu’il est fou, et pour ce cas là le post-stalinisme des années 1960-1970 a institué des hôpitaux psychiatriques spéciaux. L’inquisition brûlait ses opposants comme possédés de Satan, c’était moins barbare que n’importe quel hôpital psychiatrique moderne. Inquisition et Tchéka, et mondialisme matérialiste qui croit au corps (au mental ou raison) ont la même configuration mentale.
À CE HUI, CEUX QUI SONT « FOUS » DEVIENNENT CEUX QUI NE SE SONT PAS ENCORE FAIT « VACHINER » CONTRE LE MÉCHANT CORONA. IL FAUDRAIT DONC LES FAIRE ENFERMER (comme ennemis de l’humanité ou
« ennemis de la liberté », des dangereux terroristes qui contaminent les gens « sains »)…

Capitalisme et totalitarisme NE SONT PAS idéologiquement contradictoires, car ILS SONT LIÉS à l’État : si pendant les 74 ans de l’URSS le communisme faisait semblant de combattre le capitalisme, de nos jours où la Russie est redevenue la Russie et d’autres ismes étatiques totalitaires comme la Chine DÉPENDENT DU CAPITALISME : l’actuelle Russie et la Chine de Xi Jinping leur doivent pourtant d'exister : c'est la Révolution qui se dévore elle-même. Rejeter le communisme et garder le capitalisme, c'est rejeter le fleuve et vouloir garder sa source…

LE MONDE DE LA POSSESSION, LE MONDE DE LA MERDE : LE PRODUIT OU LA QUINTE EN EST DISTRIBUÉ PAR LE CUL. VOILÀ OÙ EN EST REDUITE L’HUMANITÉ ACTUELLE. La loi de succion infernale : « les travaux portent leurs fruits » est la GRAINE, la « petiote chouse » de Cyprian Piccolpassi Durantoys : Les trois Livres de l’Art du Potier (l’ARGILE ADN…) capable de détruire l’humanité ; alors que la succion que les noms-les-formes s’assimilent en elles est indispensable pour le maintient de leur vie et chez les humains pour les transformer EN EUX-MÊMES, c’est-à-dire en Soi, en Christ, en en Dieu.

Paradoxe de la Graine : « L’activité est création ; l’activité est la destruction du bonheur inhérent à chacun. Si une activité est recommandée, celui qui la recommande n’est pas un maître mais un tueur. C’est comme si le Créateur (Brahmâ) ou la Mort (Yama) se manifestaient sous l’apparence d’un tel maître. Celui-ci, au lieu de libérer l’aspirant, renforce ses chaînes ». (Ramana Maharshi, entretien 601 du 37-12-1938). (Le fait de vouloir cesser toute activité est en soi une activité. L’activité semble donc inévitable… D’où, encore une fois, le Gate Gate…).

La loi de succion du « pouvoir d’achat » ce messianisme moderne qui fera crever l’humanité dans ses excréments, parce que au même titre que le Salut la merde symbolise une puissance biologique que les mouches à merde connaissent bien, et qui a les mêmes significations que l’Or métal, donc que l’argent. Pour les Bambaras en Afrique, l’excrément est considéré comme « résidu » du monde, principe ou Big Bang d’où naquirent tous les noms-les-formes ; voir la couleur ROUGE d’Adam (et de Rothschild...) parce qu’elle indique le passé. Se rappeler du mot FLÉAU identique au RENONCEMENT ou PUTRÉFACTION : du cadavre putréfié et plein de vers grouillants c’est le CREUSET, LA MATRICE PLACENTAIRE, LES CENDRES DU PHÉNIX OÙ SE RÉGÉNÈRE LA VIE : le Vrai Feu, froid, surhumain, sans flamme ni cendre qui portera [« Je serai celui qui sera »(2)]. Quand le Feu se dévore lui-même ou que l’énergie se retourne contre soi comme le montre l’Ouroboros, alors l’être devient véritablement l’ÊTRE à l’Instant de sa PUTRÉFACTION ou PERTE, en une énergie apportant la preuve la plus lumineuse de L’EXISTENCE. Le Paradoxe de la Réalisation : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction », dit le Maharshi à l’entretien 28 du 4-2-1935.
Chez les Celtes dans un texte : Aided Cûrol, ou Mort de Cûrol : après une bataille où le partage des dépouilles a été très inégal, le roi Cûrol n’a rien reçu, bien qu’il ait prêté à un peuple voisin un précieux secours. Pour se venger, il vainc le jeune héros Cûchulainn en combat singulier et lui enduit la tête de bouse de vache… (Réf. Dic. des symboles de J. Chevalier et A. Gheerbrant). Mais, mettre la tête de l’adversaire dans la merde c’est amplifier ses pouvoirs…
Les chimistes Prizer-Wicked veulent à tous prix empêcher la moindre putréfaction et pourtant ils se vautrent dans la merde que leur rapporte leur commerce !

Un ordre étatique et social dans lequel à ce hui de covidisme - la passivité de l’engrenage thérapeutique par l’organisation de la peur de mourir tend à se substituer aux rythmes des énergies vitales cycliques - peut donner l’illusion d’une unité, d’une communion ou d’un « vivre ensemble » parfait, par ce packaging sanitaire on peut obtenir des résultats directs concrets rapides : il n’en reste pas moins ANTI-NATUREL même sous déguisement de la logique politique et sanitaire et sécuritaire, et voué, par leur essence artificielle, aux pires échecs.
Les formes du pouvoir humain tendent de plus en plus à supprimer la « gravitation excentrique ». Le concept d’obéissance qui se nourrirait de l’originalité, de la liberté même de l’élément dépendant, tend à s’effacer. LA PLUS PROFONDE ET LA PLUS MEURTRIÈRE DES TYRANNIES MENACE L’HUMAIN. Les tyrannies anciennes restaient « physiques ». La tyrannie moderne par sa machinerie technologique manipule COMME UNE MARIONNETTE L’HUMAIN DE L’INTERIEUR (propagande de l’État, des médias et de l’entertainment de l’oligarchie, l’éducation nationale s’acharnent à la mécanisation de l’humain). La tyrannie traditionnelle s’arrêtait au seuil de la conscience. Aujourd’hui ELLE EMPÊCHE DE PENSER PAR SOI-MÊME tout en prétextant la « liberté de pensée » ou liberté de croyance alors que TOUT EST CROYANCE, définition de laïcité expliquée plus haut.


Notes.
1. CHRIST, Christés, ou Christos, signifiait que la « Voie » (le Sentier) était déjà foulée (2), que le Retournement de la Lumière était actif (2), unissant l’éphémère ‘je’ à l’indestructible infini ’Je’. Au bout du Sentier se trouve l’Eau de la Fontaine de Jouvence, qui rend le Chrestos ou Homme de la Souffrance en CHRIST ou OSIRIS LUI-MÊME : TOUT EST DANS TOUT (Galates 4, 19 : « mes petits enfant, vous que j’enfante à nouveau dans la douleur jusqu’à ce que le Christ soit formé en vous »), c’est-à-dire : "jusqu'à ce que vous formiez le Christos en vous”, le Soi, par le Retournement de la Lumière ou Réalisation du Soi.

CHRIST ou Chréstos est synonyme de SOTER (Sauveur, Libérateur) comparable à ROI, à HÉROS (et au symbole des cornes signifiant la puissance du CELA, la puissance du SANS POURQUOI).
Par essence Christ ne peut être qu’ANTI-ÉTAT, Il est le ‘Je’ et ne peut donc pas être une partiellité ou un individu à côté d’autres ni la perception d’une collectivité au sens socialisme et multitude façon « diversité » (au sens de la marchandise…). ‘Je’ ou Christ est au-delà des accidents ou spatio-temporel et de la quantité cosmique (espace infini…). En ce Christ, en ce ‘Je’ est la non-différenciation du sujet et de l’objet qui efface l’opposition du Moi-Individuel et du Moi)-Collectif, drame politique des Humains depuis des millénaires. En ce ‘Je’ n’existe aucune explication, aucune raison, parce que l’exprimer (par un pourquoi ?) implique un sujet exprimant et un objet exprimé ! Or, dans l’Instant, seul existe le non-différencié, la non-dualité, la non-pluralité.

Par contre, le Judaïsme sera l’ennemi du Christ puisque le Judaïsme actuel dit chaque semaine une « prière pour la République française », preuve que l’État et le social, le communisme, est important pour eux ; preuve aussi que leur « république » semble fragile et qu’elle a besoin d’être protégée par leurs prières-vaccins….. D’autre part, de par leur mutilation par la circoncision au huitième jour de leur naissance qui amplifie leur mental à tel point qu’on retrouve beaucoup de psychiatres, de prix Nobel, de créateurs de toutes sortes chez les Juifs, inventeurs (selon Jacques Attali page 481 dans Les Juifs, le monde et l’argent) : du socialisme, de la psychanalyse [Freud…], de l’américanisation, du sionisme ; j’ajouterai de l’industrie cinématographique : voir par exemple le Juif ferrailleur Louis Burt Mayer, etc.

2. « Je serai celui qui sera », ce que la version des Septante défigure complètement par : « Je suis celui qui suis », du Elohim-YHWH qui parle à Moïse du sein du buisson ardent, où il est personnifié par la flamme, et où il se définit Lui-même : « Éheiéh ashèr Eheièh ». (Voir l’encadré dans la page Propriété insaisissable du Gate Gate).

[En haut de page : l’industrie chimique capitaliste est née après 1789 tout au long du 19è siècle par la « naissance » (fabrication artificielle) du MAUVE : couleur symbolique de tempérance, et couleur portée par la reine Victoria à partir de 1858 ! Un échange perpétuel entre le rouge adamique ou chthonien de la force tellurique et du bleu transparent céleste. Le mauve est la couleur du secret : derrière la vie vulgaire s’accomplit l’invisible mystère de l’ÉTERNITÉ né de la transmutation. Dans les rites tantriques, les accouplements rituels entre yogi se font dans une chambre éclairée d’une lumière violacée, parce qu’elle stimule les glandes sexuelles de la femme, alors que le rouge active celles de l’homme. Évidemment, du colorant, les industriels comme Adolf von Bayer, August Hofmann, Carl Duisberg, Heinrich Caro, allaient passer aux « médicaments » (comme par exemple le désinfectant bleu de méthylène…) Les colorants artificiels et commerciaux et l’aube du transhumanisme naissaient].
 
 

Dernière mise à jour : 02-12-2021 05:09

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >