Accueil arrow News arrow Dernières news arrow FLEUR D’OR : Putréfaction/Moisissure
FLEUR D’OR : Putréfaction/Moisissure Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-12-2023 13:07

Pages vues : 437    

Favoris : 93

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Pont, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
sesam_ouvre_toi_cellier.jpg
 
 
FLEUR D’OR : Putréfaction/Moisissure
CHAMPIGNON : LEVURE / MOISISSURE.
Organismes/organisations végétales sans
Chlorophylle. *Bactérie*
Levure : genre de champignon.
Moisissure (en rapport avec le Salpêtre
ou Sel de Pierre) : c’est ce qui est souvent
AVANT la Putréfaction/Décomposition.
Pour le Fermentation, ce sont les Enzymes
(dans le Levain. Ferments produit par les
cellules qui labourent).
Alcool du vin + oxygène = acide acétique
(favorisé par une levure ou champignon
microscopique).

Moisissures = la Vierge Noire et son Enfant :
la Mort, la Macération.
2ème partie.
 
 
Première partie : Sésame, le Cellier, le Vase-Vallée .

Abraham et mort de Sarah.

Gouffre, cave, souterrain, dans ces endroits de NUIT OBSCURE (Jean de la Croix) se trouvent les MOISISSURES (les ”Laissés-pour-compte”), L’ENFANT DE LA VIERGE NOIRE.

« Le sage est pleinement éveillé là où l’obscurité règne pour les autres » (Bhagavad-Gîtâ 2,69). La dualité et le calcul est pour le vulgaire… ce monde qui se dit ”civilisé” mais qui dort profondément et qui bientôt se réveillera transformé EN ZOMBIS DU CAPITALISME, à l’image de la fiction de Don Siegel, du film The Body Snatchers : les humains seront transmutés NON PAS PAR LE DEHORS, et par un virus ou quelques méchants Big Pharma, MAIS PIRE : PAR UN INCOMPRÉHENSIBLE « DEVENIR AUTRE », DONC ALIÉNÉ, qui ne s’effectue pas en une quelconque dialectique historique matérialiste, MAIS DE FAÇON TOUTE NATURELLE SANS INSTANCE DU DEHORS, PAR UN IRRÉSISTIBLE PROCESSUS DE DUPLICATION QUI S’EMPARE DES HUMAINS EN LES TRANSMUTANT EN JUMEAUX D’EUX-MÊMES, SOIT UNE ZOMBIFICATION DES HUMAINS LES RENDANT ALIÉNÉS, PRIVÉS D’EUX-MÊMES, SOUPMIS AU DEHORS, ET ON LE VOIT EN CE HUI BEAUCOUP SONT DÉJÀ AFFECTÉS PAR LEUR SMARTPHONE ET AUTRES TECHNOLOGIES DE L’INDUSTRIE DU CAPITALISME, CE QUI LES PRIVE DE LEUR RÉALITÉ VIVANTE, DE LEUR GATE GATE, DONC QUI LES PRIVE DE LEUR SINGULARITÉ, leur Éveil, leur Soi, leur Centrum Centri, par une réduction irrésistible à la condition de copie, de sujet soumis au Dehors.

GOUFFRE, GROTTE = MORT = GATE GATE OU ÉVEIL (1) « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi). Cela signifie LE SENTIER, sur lequel on marche, donc aussi le sens de PLAINE, une étendue à l’infini, et par là même le sens de MACÉRATION (mortification, mais consiste à laisser REPOSER NATURELLEMENT, sans aucun artifice, un nom-la-forme, afin d’en extraire une SOLUTION, donc une fonction de GATE GATE ou de SENTIER). Macération = les fèces, les laisser se déposer au fond (fèces, dépôt d’impuretés, ou excréments. Sur un tas de Merde on peut trouver bien des richesses/engrais).
Impuretés : par exemple en les mélangeant à une poudre métallique, les fèces s’attachent aux parties les plus grossières de cette poudre et les retiennent avec elles au fond du récipient.
CHIER (1250) : Faire ses besoins, ou se vider le ventre, faire CACARE.
On retrouve la symbolique de la Macération dans le nom MARTHE, la sœur de Lazare ; et chez les Assyriens, ‘Martu’ (Amurru) était le grand Dieu de l’Occident, et ‘Sadu’ celui de l’Orient.

Abraham en bon commerçant désireux de bénéfice quelconque n’enterre pas Sarah dans le sol, mais au contraire il va acheter un cellier situé dans un champ qui se nomme Oprun (Hépron, ou Éphron), fils de TSHR (Tsohar).

Héphron veut dire ‘moisissure’, ‘poussière blanche’ ou ‘soleil réduit en poussière blanche’, donc le soleil à minuit, ayant naturellement pour Père le BLANC (Tsohar), le soleil au-dessus de l’horizon.
Les fruits emmagasinés dans le cellier acheté par Abraham, étaient des NÈFLES (fruits d’HIVER : qui renvoie aux habitants des pays froids, au Nord)

Les descendants d’Abraham conservèrent le type de sépulture décrit dans la Genèse 23 (Le tombeau des Patriarches), en rapport avec la symbolique du CELLIER : lieu clos, enclos, vase (aux provisions, au vin), un grenier, de nos jours : « le frigo  . Évidemment, comme la Grotte ou le souterrain, CELLIER = TRÉSOR, LE COFFRE AU TRÉSOR, LA CAVERNE D’ALI BABA, L’ARCHE (de Noé, et de d’Alliance).
Dans sa dimension spirituelle, le CELLIER possède un sens précis : Bernard de Clairvaux dira que l’Esprit Saint entraîne l’âme dans le cellier afin de lui faire prendre conscience de ses richesses ». Exactement le sens du GATE GATE ET DE LA NUIT OBSCURE et de L’ENFANT DE LA VIERGE NOIRE, ET DE LA DEVISE ALCHIMIQUE : « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore ». Le contraire de ce monde numérique qui veut tout numériser, tout identifier et donc tout posséder.

Comme Jardin ou Tapis volant, ou comme ENCLOS-VASE-VALLÉE, CELLIER = LE « QUI SUIS-JE ? », DONC LA FERMENTATION-PUTRÉFACTION, LE RENONCEMENT, LA NUIT OBSCURE, LA VIERGE NOIRE ET SON ENFANT ; L’ALCHIMIE SE RÉSUME À UN SEUL MOT : PUTRÉFACTION. « Comment faire la Pierre [Philosophale] ? » Réponse : Putréfie ! (D’après La Clef du Secret des secrets, de Nicolas Valois).
PUTRÉFACTION-MOISISSURE = les Stations ou Ponts, Points focaux de la Vraie Demeure de la Putréfaction et de la régénération PAR LA MOISISSURE. La Vraie Demeure commence donc AU NORD, le SEUIL… DE L’ÉCUME ET DE LA MERDE OU FANGE, FÈCES, BAUGE, LA POURRITURE ou DÉPOUILLEMENT DES OS (les chairs pourrissent) ET APPARAÎT LA GATE GATE… Les Anciens en ont fait un TROU ROND dans LA VOUTE par laquelle était censée s’échapper l’hirondelle, que les Égyptiens nommaient « Men » (l’âme), dont les Latins ont fait Minerva (l’esprit qui s’échappe) : Le MONT DU CRÂNE : « Lorsque les Fontanelles se ferment, l’enfant se coupe des Anges », dit un dicton picard. Crâne, C.R.N. le Christ a été cloué sur la Golgotha, Mont du Crâne, et Il était Roi couronné : C.R.Né. Il n’est alors pas étonnant que les lieux de culte consacrés à Archange Michel soient construits sur des petites montagnes.


Rappel : ÈVE signifie ”Eau” (ou la Vie), et ADAM signifie ”la Boue, la Poussière”, les fèces, et le ”sommeil” (l’ignorance). Le péché ”originel” est ainsi le « DROIT DE VIVRE » ou « DÉSIR DE VIVRE », soit la loi de succion, au sens d’attraction, pesanteur, donc PLOMB qu’il s’agit de transmuter en « rien dans le Tout et tout dans le Rien », autrement dit : LE ZÉRO INDIEN, LA PIERRE.
Les Anciens ne voyaient pas la Mort comme un mal : or de nos jours, c’est le contraire : voir le business de Big Pharma, et de son régime le capitalisme et la république, rentabilité oblige, interdiction de mourir interdiction de pourrir, pasteurisation ou stérilisation oblige !

Les gens qui se font cramer (crémation) à leur mort sont des égoïstes qui ne veulent pas laisser leur corps au moindre petiot vermisseau.


CHRIST ou CENTRUM CENTRI, le Soi : le Christ ou Ptah enserré dans ses bandelettes signifie LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, SANS LA RACINE DU MAL (1) NI DEDANS NI DEHORS. POUR LE CHRIST, ses « bandelettes » furent le « cellier » où Il fut « enseveli », DANS LA PIERRE, LE ROCHER, TELLE LA CAVERNE D’ALI BABA (en haut de page).
BANDELETTES (qui contredisent nécessairement le ”suaire de Turin”…. Suaire ou linge, serviette, qui n’était pas en usage à l’époque du Christ où c’était l’usage des bandelettes tellement plus symbolique !), BANDELETTES QUI NE PEUVENT QUE SYMBOLISER LE TORE, LE CIRCULUS FORMANT LE BLANC DE L’INSTANT (certains parlent de ”Vêtement de Lumière” et pour cause : l’Arc-en-Ciel avec ses 7 Couleurs formant le Blanc de l’Instant, soit LA RÉSURRECTION APRÈS LA MORT DONC LE CELLIER, L’OUVERTURE DE LA CAVERNE TEL LE « SÉSAME OUVRE-TOI ! », C’EST À-DIRE : L’ÉVEIL (après incubation et germination ou après FERMENTATION ET PUTRÉFACTION).
Ainsi le cellier est bien LA CHAMBRE, LA CAVERNE D’ALI BABA OU CAVERNE AU TRÉSOR, C’EST-À-DIRE, LE VASE À L’ÉNERGIE LIBRE OU ZÉRO INDIEN, LE VASE TRANSMUTATOIRE, LA VALLÉE TRANSMUTATRICE.
CELLIER = ZÉRO INDIEN OU MACÉRATION, LA GRÂCE PERMETTANT CE ZÉRO INDIEN OU LE SANS LIMITE. SAVOURER LA VIE DANS LE JARDIN, SUR LE TAPIS VOLANT, DANS LE PARADIS.
CELLIER = LA NUIT OBSCURE DE JEAN DE LA CROIX. La Grâce de la Vierge Noire donnant naissance à son Enfant.

Quels habitants y avait-il au NORD ? Notamment dans l’Île aux Ours ?


Les deux voies les deux vagues raciales (Vrai et faux Soleil (adorationn et son opposé honorer). RE-TROUVER LA VRAIE VOIE, CELLE DE L’EAU PRIMORDIALE.
Avant “la Chute Trinitaire” (biblique) la Matière était arrangée autrement : la 3ème race androgyne les Lémuriens, ceux d’avant la Chute dans la Matière, là où l’Espace n’avait pas de “temps”. C’est leurs “parties matériels” qui ont donné naissance aux Atlantes d’où la Chute EN DEUX VOIES : LA SAGESSE DE VIE DE CERTAINS ATLANTES, LE MERCANTILISME COMMENÇANT-COMMERÇANT CHEZ D’AUTRES. alors arrive la Chute et l’abus du Savoir, l’abus de la Connaissance, le Pour-Voir des voyeurs, comme ce qu’il se passe actuellement.
Une cité hyperboréenne pourrait bien se situer « vers » la Sibérie. Ce n’est pas par dérision que l’écrivain russe Ossip Senkovski, dans : Voyages fantastiques du baron Brambeus, trad. Paul Lequesne, où il est question de la découverte du sens concret de la lecture des Hiéroglyphes de l’Ancienne Égypte AVANT Champollion, découverte par l’égyptologue Ivan Alexandrovitch Goulianov (1749-1841), dans son Archéologie Égyptienne, qu’Ossip Senkovski, héritier d’un esprit frondeur à la Savinien de Cyrano de Bergerac, aborde l’origine de la naissance des Hiéroglyphes de l’Égypte ancienne.

FUSEAU-FUSÉE À RAPPROCHER DE L’ARCHE (d’Alliance et celle de Noé du déluge) ; ARCHE OU SHIP, ESQUIF… Embarcation en forme de FUSEAU, aussi du Thème de Shiva le destructeur et transformateur : PUTRÉFACTION-RENONCEMENT. Dans les pays scandinaves ces fuseaux-embarcations servaient de cercueil-cellier. Ce vaisseau devait conduire le Viking dans la Vraie Demeure : celle de l’éternité. L’arche de Noé embarque tous les noms-les-formes de l’inconscient collectif du moment, idem avec la barque de Charon. Si bien que l’archétype de l’Arche pourrait être d’origine boréale (au Nord, et les Hiéroglyphes égyptiens pourraient avoir naissance AU NORD, vers l’ÎLE AUX OURS, mais à une époque où tous ces pays du Nord avaient un climat tropical, qui se transformera en Sibérie septentrionale et glaciale, et pays tropicaux qui seront englouti pour partie par l’océan Arctique, « comme le démontre assez la configuration de la Lena. Voila pourquoi nous trouvons des inscriptions égyptiennes sur l’Île aux Ours » (page 93, Ossip Senkovski, Voyages fantastique du baron Brambeus).

Shiva est le principe de construction-destruction : la mort en forme de SURFEU où le corps s’INSTANTISE (s’actualise) exprimant telle la flamme de la bougie ou la BRAISE si lumineuse avant de s’éteindre la preuve absolue de son EST, de son ÊTRE.
Le culte du VOILE ou du RIDEAU institué par Moïse était inspiré des Lévites qui l’avaient probablement importé de la Baltique, dont comme ci-dessus vers l’Île aux Ours, avant d’atterrir en Égypte par les tribus sémitiques déjà envahissant la Palestine. L’apparition du « Buisson Ardent » en fournit une preuve. « Le nom d’Herta, la terre vierge, se retrouve dans l’assyrien Irsit, dans l’hébreu Herets (à rapprocher du hepet égyptien : insigne du roi lors d’un parcours rituel d’intronisation, sens d’INITIATION OU DE PONTIFE : celui qui fait passer le pont) et dans le chypriote Ersa ou Arsos, qui veut dire hérissé, et par extension RONCE, FOURRÉ, à rapprocher de la Pierre levée, LINGA, et la Couronne d’épines POINTE : les rayons lumineux qui émanent du corps du Rédempteur. La RONCE et ses épines évoquent évidemment OUPOUAOUT : le Sentier est encore vierge, il est couvert de RONCE, la terre est vierge, Oupouaout ouvre le chemin, comme le Christ….
Le buisson ardent dans lequel apparaît « Élohim » se nomme en hébreu Çnah, d’où est venu le nom de Sinaï. C’est le genre de ronce qui produit chez nous la mûre sauvage, et la mûre est elle-mêle la Déesse Myrrha ou Miriam, fille du Buisson. Aussi porte-t-elle toujours dans sa coiffure des fleurs de cet arbuste épineux, qui, en latin, se nomme sentis. Zan est resté le nom du vieux Jupiter doriens, et la capitale des Chétas se nommait ”Sanis”. Le même Dieu se nomme en étrusque ”Tinia”. Tous ces mots sont synonymes et veulent dire ÉPINE, du latin TENUIS, AIGU, POINT D’ACUPUNCTURE. C’est donc un équivalent de Shiva, qui s’applique à tout ce qui finit en pointe [comme le trident de Shiva et des déités de l’Eau, Neptune, Chalchiutlicue, Satan] » (Archéologie mystérieuse, de Grasset d’Orcet, page 87).

ATTENTION : TOUT SYMBOLE EST DOUBLE, sur la page LE TEMPLE de Sal-au-mon : Sel, salaire au mon(t), au mythe du BUISSON ARDENT, il est indiqué que c’est le FAUX JÉHOVAH qui répond à Moïse, MAIS COMME RIEN N’EST PAREIL D’UN INSTANT À L’AUTRE, CE ‘EST’ EST PAR DÉFINITION : INFIXABLE, NON COAGULABLE, NON-IDENTIFIABLE…. Ainsi tout sera seulement une question DU BLANC DE L’INSTANT, DONC APPARTENANT SEULEMENT AU PARADOXE DU « QUI SUIS-JE ? », SOIT APPARTENANT À L’INSTANT, au Ici et Maintenant.
DE MÊME, LE « DÉLUGE » NE PEUT PAS être « fixé » à Noé, il y aurait-eu 4 DÉLUGES, donc quatre ères géologiques avec évidemment quatre mondes organiques différents et tour à tour anéantis. Voilà pourquoi on peut parler de RACES HUMAINES, ou mieux : de RONDES HUMAINES. Le « Premier déluge » sera la Catastrophe Oxygène…
Pour le complément, voir la page Gate gate des hautes dilutions en Homéométallurgie

CELLIERS FUNÉRAIRES (notamment chez les Étrusques) totalement en opposition des momifications et sarcophages de l’Égypte ancienne. Car les Égyptiens tenaient à la conservation des corps, parce que l’âme était destiné à les ranimer un jour (idée de messianisme copié par les Hébreux-Juifs), d’où le soin que les Égyptiens mettaient pour conserver les corps, et rendre inviolables leurs sépultures ; mais c’était réservé à une certaine classe, de riches et de nobles, car les embaumements coûtaient très cher.
La race qui enterrait ses morts dans les CELLIERS rendait au contraire la dépouille à la Nature. Car aux yeux de ces races et de leurs Celliers aux Morts, la Mort était DÉJÀ LA GATE GATE, la purification par LE BLANC DE L’INSTANT IDENTIQUE À LA LUMIÈRE des 7 couleurs de l’Arc-en-Ciel produisant le Blanc de la Lumière.

CELLIER SIGNIFIE BIEN « MOISISSURE » PAR LE VASE-VALLÉ, L’ENCLOS, FORME DE CUISSON NATURELLE TOTALEMENT OPPOSÉE AU FEU VULGAIRE DE LA THERMODYNAMIQUE. À partir de là il était aisé que certains avancent le concept de « génération spontanée », par le PRINCIPE OU VOIE HUMIDE (La Salamandre...) opposée à la VOIE SÈCHE (des Égyptiens).


Retrouvons nos Anciens Égyptiens de l’Ile aux Ours décrit par Ossip Senskovski dans : Voyages fantastiques du baron Brambeus.

L’Hadès (l’Enfer chez les Anciens Grecs) avait la forme d’une TOUPIE (ou d’une poire), toupie dont la pointe est le PÔLE ARCTIQUE. Le Dieu qui officiait à cette Pointe ou GATE GATE de l’Univers, est « Bar Styx » (pointe de cheveu). C’est aussi PHARAON, aussi LE BORÉAS des Grecs, le Borvon (Bourbon) des Gaulois, le Priam des Troyens, et le Brahmâ des Indiens (Brahmâ : une des trois principales Divinités de l’hindouisme incarnant le fonction de création) ; son nom est dérivé du sanskrit VRH (croître) ; il se retrouve dans l’albanais ‘bra’, et le chypriote moderne ‘bre’ (enfant). (Réf. Grasset d’Orcet, L’archéologie mystérieuse, vol.1).

BRAHMA = LE TROU : ON NE SORT PAS DU TROU OU DE L’UNIVERS = « Où est l’individu qui pose cette question ? [Pourquoi Brahmâ nous crée-t-il ?] Il est dans l’Univers et inclus dans la création. Comment peut-il poser cette question alors qu’il est enchaîné dans la création ? Il faut qu’il aille au-delà d’elle pour voir si alors quelque question se pose encore ». (Ramana Maharshi, entretien 452 du 7-2-1938).

Toupie, rejoint aussi la HACHE à la fois arme et outil. En anglais hache se dit AX, AXE, comme le Centre de l’Univers. L’Axe est un symbole fondamental, comme l’essieu plus tard nous donnera le CHARIOT. L’essieu supporte la totalité du poids du chariot ; il est fixe et les deux roues tournent sur les fusées. Donc nous avons une triade (voir la Triskell celte avec le signe du S cher à l’art gaulois), et l’idée de « roue » ou chose qui tourne ou figure un cycle, un rythme, évoque les cycles lunaires et solaires, l’ombre courant sur un cadran solaire indiquant une PÉRIODE, etc.
La Vacuité est représentée par l’immobilité du Vide au centre du moyeu-Axe d’une roue qui ne cesse de tourner : comme la TOUPIE. Le Centre est nulle part (et la Circonférence est partout).

« Bar Styx » (pointe de cheveu).
Le FUSEAU tourne uniformément entraînant la rotation de l’ensemble, comme un éternel retour. Le symbolisme du Fuseau est celui du destin : sans pitié ni sentiment, les Parques filent et défilent le temps de la vie : le double aspect de la vie, Involution/Évolution révèle le PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935). Le pouvoir de Dieu est aussi celui du Dia-ble : à travers, les deux se confondent, comme les Parques, dans ce pouvoir de la mort qui est d’annuler ce qui a existé, de faire en somme que ce qui existe n’est pas d’existence. Ainsi : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». (Ramana Maharshi, entretien 264 du 20-10-1936). Comme si la nécessité de la mort résidait dans la non nécessité de la vie…

« Bar Styx » (pointe de cheveu) est LE BLANC OU NOIR DE L’INSTANT, LE ICI ET MAINTENANT, L’INSAISISSABLE. Il peut être représenté en Russie par l’Ours, ou ailleurs par le TAUREAU, bref, par le PRIMITIF, L’ORIGINEL.
L’Instant personnifié a pour Ministre Putiphar : animal fabuleux, moitié aigle, moitié chat, qui gardait la Source au fond de l’Hadès. Les Grecs le nommaient « Gripus » (griffon). Les plus anciens monuments lui donnent un corps de singe, des ailes d’aigles, une tête de chat-lynx, et des bottes nommées ”bassarides”. C’est le prototype du CHAT BOTTÉ, LE « CARABAS ». En chypriote actuel, chat se dit ”pissi pissoudé” (petit, ou bien ”Miscouri” (à rapprocher de Mistigri) qui signifie ”petit cave”, à cause des lieux humides où il réside. Carabas est donc chypriote et veut dire ”Chat botté”. Botte, et chaussure = symbole de l’être s’appartenant ou étant complètement lui-même ; et pour les Anciens les bottes ou chaussures étaient signe de Liberté (les esclaves à Rome allaient pieds nus), et en sanskrit PADAM : pieds, indique la Conscience infinie, le Soi, l’Être véritable, l’Ainsité : « Je suis ce JE SUIS », et donc n’ex-iste pas à proprement parler, parce qu’Il est hors de la racine du mal, ou hors de la création. Ce qu’on appelle « Être » n’est que l’ex-istant (les lampes n’ont pas à s’éclairer comme le mental ne peut se contraindre ou se supprimer lui-même ! puisque dans la lampe il n’existe pas de ténèbres, ou de Dedans-Dehors, comme dans le mental il n’existe pas de mental, ce n’est qu’un mot/maux : L’ILLUSION N’EST PAS DIFFÉRENTE DU MENTAL, DE LA RAISON…..)

Moïse se fait le Christ conducteur de l’âme du monde et ainsi de celle de l’humain à travers l’Hadès pour le ramener dans son EST, c’est-à-dire le ramener DANS SA VRAIE DEMEURE (qui sera déformée et transformée en « terre promise » et en utilitarisme !!!)
Pour les Anciens Grecs l’Hadès était situé au fond de l’Océan.

Surement que quand on meurt, c’est pour longtemps : on reste long-temps à MACÉRER DANS NOSTRE PUTRÉFACTION (sauf pour les cramés en crémation réduit en cendres) ! Et à l’état de veille : l’humain ne veut pas de ce « longtemps » ou Vraie Paix, la MACÉRATION, il préfère l'autre ”longtemps” artifice la fausse paix, du commerce, du speed, DE LA CUISSON ET DU CONFORT, de l’objet à posséder, dans le ”longtemps” capitaliste qu’il CROIT se fabriquer parce qu’il est à l’état de veille, ALORS QUE LES DEUX ÉTATS SONT IDENTIQUES….. Simple question de point de vue soumis à la racine du mal.
MORT = MACÉRATION ET PLAINE (symbolisant l’infini mais surtout l’horizontal par opposition à la verticale de l’humain debout à l’état de veille ou non alité. Rejoint évidemment le PIEUX, LA VERTICAL : DIA-BOULIQUE : À TRAVERS, LE LIT, LE PIEUX DE LA POINTE-FUSÉE-FUSEAU, l’ESSIEU, DIEU, L’UNITÉ, LA VRAIE LOI DE SUCCION. ALCHIMIE = FONDRE, et POINT FOCAL (en chinois le caractère ‘tchou’ indique le POINT qui figure au centre du caractère qui désigne la ‘pilule de cinabre’ et de ’tchou’ : L’ESSIEU. Rejoint bien-sûr PADAM, en sanskrit : le pied, le Soi, comme ”trouver chaussure à son pied”, cas du conte de Cendrillon : ”garder les pieds sur terre” ou ”ÊTRE À LA MASSE”, dans son Lit, son Jus ou sa VRAIE NATURE (sens positif, car vulgairement ”être à la masse” signifie ”être fou”, mais ont dit aussi que Sagesse = folie….. A-lité, du A privatif, signifie qui n’est pas dans son LIT : À L’HORIZONTAL, LA,PLAINE, dans son sens positif, dans son sens négatif ce sera l’horizontal de la ”couverture sociale” qui ne sera jamais en profondeur, à la verticale, et qui sera toujours en surface, en plaine. ”Il y a plusieurs demeures dans la Maison de mon Père” [Jean 14,2]).

Macération, horizontal, reposer et Marthe, qui ressemble à la déesse de la plaine Macha (magnosia Macha), qui symbolise aussi la souveraineté guerrière, une Plaine considéré comme endroit idéal pour humains, par opposition aux VALLÉES-MONTAGNES et VASES-VALLÉES RÉSERVÉS AUX DIVINITÉS. PLAINE = LES CHAMPS-ÉLYSÉES ou champs paradisiaques des Grecs.


NOTES.
1. - Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion vulgaire à distinguer de la Vraie Loi de succion ou Eucharistie, mais ne pas tomber dans la gloutonnerie spirituelle qui existe aussi, c’est-à-dire ne pas tomber dans LA FIXATION OU COAGULATION D’UNE SPIRITUALITÉ COMME FIN EN SOI OU COMME « FIN DES TEMPS » !].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14)


[En haut de page : Sésame, le Cellier, le Vase-Vallée, dans Ali Baba et les 40 voleurs. (Non, ce n’est pas le QR code ou la pass-sanitaire qui ouvre et donne accès !). Ce serait plutôt le phénomène actuel de l’INDISTINCTION, DE L’INCLUSIVISME, DU « VIVRE ENSEMBLE » SOCIALISTE : deux voleurs de la bande des 40 sont chargés par leur chef de découvrir la ville et la porte de la maison d’Ali Baba, qui y a entreposé leur trésor volé de voleurs, et de caractériser, ou ”numériser” la porte de la maison afin ensuite de récupérer le butin. Or si le deux voleurs identifient la ville d’Ali Baba, ils échouent ensuite, car à chaque fois qu’ils découvrent l’INSTANT ou le Ici et Maintenant, car ils n’ont trouvé aucun ailleurs qui permette de désigner absolument cet Instant ou Ici et Maintenant en tant que leur EST.
Les marques distinctives extérieures sur lesquelles ils comptaient (une croix sur la porte  dont la servante d’Ali Baba annule l’effet d’identification ou de « numérisation » EN REPRODUISANT L’INDISTINCTION PAR COPIE DE CROIX SUR NOMBRE DE PORTES AVOISINANTES).
En effet, le fait de tracer des croix sur les portes va les SPÉCIALISER, LES RENDRE ARTIFICIELLES, VA LES IDENTIFIER, VA FAIRE COMME LES POSSÉDER, ces portes marqué en deviennent de artifice précisément PARCE QU’ELLES ÉTAIENT DES MARQUES AU DEHORS, DE FAUSSES SPÉCIALISATION, soit quelque chose INCAPABLE de signaler un ICI ET MAINTENANT quelconque pour finalement rester des portes ÉTRANGÈRES À N’IMPORTE QUEL ICI ET MAINTENANT.

Tel est l’effet de la spécialisation artificielle, les croix sur les portes, permettant la multiplication à l’infini, PRÉCISÉMENT PARCE C’EST LA FAUSSE SPÉCIALISATION, LES MARQUES DISTINCTIVES SUR LES PORTES COMPARABLE À L’EFFET-ARTIFICE DU PEUPLE-ROI DU 1789 FRANÇAIS OÙ CHAQUE CITOYEN EST DEVENU LE ROI, LA CROIX, LA MARQUE DISTINCTIVE, LE SPÉCIALISTE, LA QUANTITÉ OU LES MARQUES DU DEHORS SERONT INCAPABLE DE SIGNALER UN ICI EN TANT QUE TEL POUR DEMEURER NÉCESSAIREMENT DEHORS À L’INSTANT, DEHORS À L’ICI, DONC AILLEURS, DANS UN BROUILLARD SOCIAL DE CETTE INDISTINCTION À L’HORIZONTAL POSSESSIF.

Les spécialistes ou les portes marquées d’une croix chez Ali Baba, L’IDENTIFICATION, LA NUMÉRISATION INFORMATIQUE, illustrent LA STÉRILITÉ DE LA CHOSE POSSÉDÉE, car le Seul Réel pour être SINGULARITÉ, IDIOTÈS, pour être sans double, sans croix sur une porte, demeure réfractaire à toute entreprise de saisie ou d’identification. Et cette stérilité de tout identifier, tout saisir et contrôler fabrique le cas actuel de celle civilisation transformant les êtres humains en ZOMBIS : PRIVÉS D’EUX-MÊMES, comme dans le film de Don Siegel, The Body Snatchers : les humains seront transmutés NON PAS PAR LE DEHORS, et par un virus ou quelques méchants ”vaccins” de Big Pharma, MAIS PIRE : PAR UN INCOMPRÉHENSIBLE « DEVENIR AUTRE », DONC ALIÉNÉ, qui ne s’effectue pas en une quelconque dialectique historique matérialiste, MAIS DE FAÇON TOUTE NATURELLE SANS INSTANCE DU DEHORS, PAR UN IRRÉSISTIBLE PROCESSUS DE DUPLICATION QUI S’EMPARE DES HUMAINS EN LES TRANSMUTANT EN JUMEAUX D’EUX-MÊMES, SOIT UNE ZOMBIFICATION DES HUMAINS LES RENDANT ALIÉNÉS, PRIVÉS D’EUX-MÊMES, SOUMIS AU DEHORS.

Cette IMPOSSIBILITÉ DE RECONNAÎTRE LE MENTAL PAR LE MENTAL SANS TOMBER DANS LA COPIE OU LE DEDANS-DEHORS (1) illustre le fait que l’Ici est incompatible avec l’Ailleurs, le Dehors ; l’Ailleurs, le Dehors est seulement un repère, un FAUX par rapport à l’Ici ou Instant, comme le Dehors ou l’autre, le social donc, est insuffisant comme soutient, comme repère du même, d’où la racine du mal (1).

C’est encore la Stance 17,31-33 de Nagarjuna : « De même que le Maître [le jnani ou Libéré vivant] par son pouvoir miraculeux [le Zéro Indien], crée un être magique [Adam par exemple, ou un big bang] et que cet être magique, magiquement créé, en crée un autre [le ”Croissez et multipliez” tel le FRUIT) à son tour, de même que l’agent se présente comme un être magique, et l’acte accompli par lui est comme un deuxième être magique créé par le premier [une copie, un socialisme, une fractale].
Passions, actes, agents, fruits ressemblent à une ville de génies célestes, sont pareils à un mirage, à un songe ».
De ce fait, Dieu et l’homme sont du domaine du ”COMME SI”, comme LE JEU D’ENFANT : « On fait comme si le loup y était », afin de se CRÉER UNE PEUR, UNE SOUMISSION comme dans le cas du judaïsme et de l’islamisme, UNE CAROTTE-MESSIE POUR AVANCER, UN SCÉNARIO, UNE HISTOIRE-ESPACE-TEMPS : un monde ni réel ni irréel, CAR DE L’ORDRE DE L’ILLUSION : ON FAIT ”COMME SI”, tout SEMBLE COLLER, OU TOUT SEMBLE SE COAGULER UN MOMENT (Quand une magie parle, toutes les magies parlent, et quand un se tait toutes se taisent). Donc ON FAIT SEMBLANT D’Y CROIRE….

« “Montrez-moi le mental et vous saurez ce qu’il faut faire”. Le fait est que le mental n’est qu’un faisceau de pensées.
Comment voulez-vous le supprimer par la pensée ou par le désir de le faire ? Vos pensées et vos désirs ne sont-ils pas des parties intégrantes du mental ? Par de nouvelles pensées qui s’élèvent, le mental ne fait que s’accroître [comme les croix sur les portes des maisons dans Ali Baba]. Par conséquent, il est stupide de vouloir tuer le mental par le mental.
La seule manière de s’y prendre, c’est de trouver sa source et de s’y agripper. Alors, le mental s’affaiblira de lui-même.
Le yoga enseigne le chitta-vritti-nirodha (maîtrise des activités mentales). Pour ma part, je parle de l’âtma-vichâra (la recherche du Soi). C’est un chemin réalisable. Le chitta-vrittinirodha se produit aussi dans le sommeil, lors d’un évanouissement ou d’un jeûne. Mais dès que ces conditions sont supprimées, les pensées affluent de nouveau. À quoi sert donc le contrôle mental ?
Dans l’état de torpeur, il y a la paix et pas de souffrance. Mais la souffrance revient dès que la torpeur est passée. Le nirodha (la maîtrise) ne sert donc à rien et ne peut produire de bénéfice durable ». (Ramana Maharshi, Padamalai).

MENTAL = LE RÉEL, donc étranger à toute caractérisation : IL EST INSAISISSABLE, car son caractère est d’être sans caractère d’identification saisissable. IL EST INSOLITE PAR NATURE, PARCE QU’EN TANT QU’INSAISISSABLE, IL EST TOUJOURS EXTRAORDINAIRE EN TANT QUE SINGULARITÉ ET SEUL DE SON ESPÈCE. IL EST INSOLITE PAR NATURE = L’ENFANT DE LA VIERGE NOIRE….]
 
 

Dernière mise à jour : 05-12-2023 18:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >