Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Vraie Demeure du sans Demeure suite
Vraie Demeure du sans Demeure suite Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-12-2023 15:18

Pages vues : 431    

Favoris : 118

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Pierre, Pont, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
xun_petioteschouses.png
 
 
Vraie Demeure du sans Demeure suite
Vraie Demeure du Sans demeure consiste
dans l’utilisation du FLÉAU : la vacuité,
élimination des deux plateaux de la balance.
c’est le Fléau ou Purification-Putréfaction absolue,
la Vraie Demeure du Sans demeure : faire UN
(avec le Temple : con-templer).
FLÉAU = EXTINCTION, SURFEU, COINCIDENTIA OPPOSITORUM.
 
 
Ce monde fonctionnant sur la possession d’une palanquée d’informations : soit la continuité ou ”réalité” supposée d’une ”présence” permanente est, elle-même, très suspect car chargée d’effort du spatio-temporel qui use, échos du parasitisme de l’ego ; d’où l’AVERTISSEMENT TRADITIONNEL : « NE PAS ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ».
Lorsque l’état d’attention dissout le centre fictif, nommé par convention « nous », les choses se dirigent vers l’Empire de l’opinion, du subjectif, qui mène dans les dimensions verges du chaos, l’entre-deux chargé de promesses comme une promotion commerciale. Ainsi il est vital de ne jamais quitter les voies les plus simples, les plus naturelles.
La pratique du Fléau ou de la Putréfaction suit les voies les plus primordiales : la DISSOLUTION-EXTINCTION.

Rien de plus simple en effet que LA DEMEURE DU SANS DEMEURE (le sans trace, l’insaisissable, l’anti loi de succion vulgaire donc la destruction de la lourdeur du PLOMB) : COMMENT NE PAS LAISSER UNE EMPREINTE SUR LA NEIGE IMMACULÉE QUI SE DÉPOSE SUR LES CIMES DE L’INSTANT NATUREL ?
IL Y VA DU FLÉAU : AMOUR-GRATUITÉ, INSAISISSABLE, DÉSINTÉRESSEMENT OU ANTI LOI DE SUCCION VULGAIRE.
ET LE PONTIF, CELUI QUI FAIT PASSER LE PONT… D’AVIGNON, A DÉCLARÉ :
« NE VOUS PLANQUEZ PAS, MÊME DANS UN SANS TRACE, MÊME DANS UN INSAISISSABLE », c’est-à-dire ne vous construisez pas une opinion, une demeure qui sera votre tombeau… Donc ne vous construisez pas un dogme, une nation, un État, une politique, une classe, un mouvement, une constante, une ”vérité-opinion” qui sera votre tombeau… NE TOMBEZ PAS DANS LE SATANISME : dont le vrai sans devrait être : CELUI QUI ORGANISE, CELUI QUI ADMINISTRE : LE SATAM, GRAND ARCHITECTE, ADMINISTRATEUR (1), LE GRAND PROGRAMMEUR GRAND ORGANISATEUR TELLE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, « LA CENTRALE »)(1).

Comme maintes fois répété sur le site, ce monde meurt sous la dictature de l’UTILITARISME PARTICULIER À L’OCCIDENTAL PROTESTANT ANGLO-AMÉRICAIN ET SES COUPS DE BOUTOIR DE RATIONALITÉ encyclopédique à la Diderot et Cie. de leur siècle des loupiotes ayant soumis les masses à la dictature de l’efficacité, le covidisme en est un parfait exemple !
Désormais, c’est LA COURSE AU WINNERISME, on le voit avec le capitalisme des ”jeux olympiques”, ce désir soumis à la loi de succion vulgaire de PARAÎTRE AU DEHORS EN CONFORMITÉ AVEC LES CANONS À LA MODE OCCIDENTALE DU MOMENT ; c’est le winnerisme de la société de consommation qui laisse bien autre chose que les cartons d’emballage vides. Hélas, même l’Orient est contaminé par l’Occident, et à grande vitesse par le tout connecté informatique de l’industrie du capitalisme.
L’ensemble du monde dans le GATE GATE DU MOT MAGIQUE « TRANSITION » est en train de passer dans la broyeuse de la pensée unique mondialisée, informatisée, numérisée, que cela plaise ou non, le mot à la mode : « TRANSITION » PROUVE FORTEMENT LE PASSAGE VERS CE ”NOUVEAU” MONDE ROBOTISÉ DU CAPITALISME !
Or, la TRANSITION-TRANSMISSION N’EST PAS DE L’ORDRE DU MÉCANIQUE OU DU RATIONNELLE ET DES PROJECTIONS CIBLÉES DU MESSIANISME style ”Fin des temps”, ELLE NE PEUT QU’ÊTRE INSAISISSABLE CAR MYSTÉRIEUSE : elle passe toujours ailleurs où on l’attend.
Comme la Vraie Demeure du Sans demeure : ne rien trouver à transmettre peut s’appeler transmettre LES EAUX PRIMORDIALES… Celui qui se baigne enfin dans les Eaux Primordiales utilise et se fond dans TOUTES LES EAUX POSSIBLES ET IMAGINABLES,
TEL LE SAINT CHAOS....

Dernière actuelle imbécilité suite au développement technologique de l’industrie informatique du capitalisme et à la possible suppression d’un maximum du « travail humain », le fameux biblique de la voie du Néolithique et de son agriculture : « gagner sa vie à la sueur de son front » :
« L’un des défis de l’avenir sera de trouver un sens à sa vie ». Cet humain sera alors SOUMIS, UN ASSISTÉ PERMANENT.
Effectivement, mais ce n’est nullement un « défi », C’EST L’ÉTAT PREMIER DE L’HUMAIN : IL NE VIENT NULLEMENT APRÈS UNE ARRIVÉE QUELCONQUE D’UN « OUTIL » APPELÉ ”intelligence artificielle”, un non-sens puisque c’est ”artificiel”, fabriqué, conçu depuis un espace-temps et donc sujet à la destruction !
Comme l’énonçait Ramana Maharshi dans l’entretien 43 du 28-3-1935 : « Demandez à l’homme le plus fortuné du monde, s’il connaît son Soi. Il vous dira « non ». Que peut-on connaître si l’on ne connaît pas le Soi ? Le savoir humain est bâti sur une fondation si fragile ». Donc le Vrai Sens de la Vraie Vie est tout trouvé, avec ou sans une I.A. nécessairement dépendante de l’industrie du capitalisme : DE TOUT TEMPS ICI-BAS LE VRAI SENS DE LA VIE EST la croyance en une vie après la Mort, croyance originelle à « l’arrivée de l’Homme sur Terre », il lui est naturel de penser qu’il continuera son existence après sa Mort, pareillement qu’il l’avait vécue de son vivant à l’état de veille.
Du totalitarisme de ce monothéisme unilatéral républicaine (nouveau LOGOS, le VERBUM judéo-maçonnique) et de ses technologies, SEULE la Réalisation du Soi (2) PRÉSERVE ; C’EST LE VRAI SENS DE LA VIE.
Seul le Vrai « Qui suis-je ? » correspondant au Coincidentia oppositorum permet de se libérer de l’emprise de cet impérialisme spirituel, technologique et républicain, socialiste et opinionesque (3).


L’HUMAIN FUTUR, SERA, OU NE SERA PAS (il deviendra probablement seulement l’homme-machine du transhumanisme des industries du capitalisme des deux W : Washingtonisme, Westminsterisme). Voilà le destin de l’humain et sa nouvelle manière de périr par soumission au capitalisme totalitaire des deux W si cet humain ne parvient pas à réaliser en lui (individu ou groupement d’humains, cellule ou tous noms-les-formes), la célèbre Coincidentia oppositorum ou union des contraires, les Yin et Yang QUI EST LA SEULE ISSUE POSSIBLE, IL N’Y EN A PAS D’AUTRE, AUCUNE AU DEHORS, AUSSI AUSSI BIEN AU SPIRITUALISME DU MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN QU’AU MATÉRIALISME DIALECTIQUE DU CAPITAL.
Terminée définitivement la triade à la Hegel : thèse-antithèse-synthèse ; terminée définitivement la trinité judéo-maçonnique et commerciale socialisme du ”liberté-égalité-fraternité”.
L’UNION DES CONTRAIRES NE PEUT QU’ÊTRE UNE PARTIE DU ZÉRO INDIEN (mais pas à la façon du monothéisme unilatéral républicain et son ”rugby-fauteuil” et autres guerres fauteuils par drones dans cette logique du ”vivre ensemble”).

UNION DES CONTRAIRES = le Soi, le Centrum Centri, l’Aleph, la Conscience infinie, etc., sans oublier le GATE GATE l’ESSENCE de la vie : LE INNÉ-IGNÉ ou VRAI FEU.

L’ENNEMI, LE SATAM OU ADMINISTRATEUR : LA COMPRÉHENSION ou POSSESSION, LA LOI DE SUCCION VULGAIRE, LE PLOMB PESANTEUR, L’ATTRACTION ; TOUS FIXENT ou COAGULENT en des concepts nommés : « libération », « béatitude », « éternité », « ultime réalité », « vérité absolue », « particule de dieu », etc., autant de MASQUES ou de PORTES OU DE GATE GATE infranchissables et singerie de dualité en forme de ”vraie demeure”, en forme de ”constante”.
« Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), TEL EST L’ÉVEIL RADICAL ABSOLU en ouvrant sans commencement ni fin des portes, à l’image de la PRIÈRE ou du JAPA [en sanskrit la répétition d’un nom divin ou d’une formule) de Michel Kozlov : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi », répété 3000 fois dans les 24 heures d’une journée.
« Que tu sois debout ou assis, en marchant ou couché, prononce continuellement ces paroles : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi » - ni à voix haute ni à la hâte. Fais cela exactement trois milles fois par jour, sans de toi-même en ajouter ni en retrancher aucune. De cette façon, Dieu t’aidera à atteindre l’action incessante du Cœur [le Soi] », dit le starets page 29 de l’édition du Cerf, dans la nouvelle traduction du russe de Chantal Crespel-Houlon, le vrai texte du Pèlerin russe.
Répétition, japa, identique au « GATE GATE PÂRAGATE PÂRASAMGATE BODHI SVÂH ».
VOILÀ LE SENS DU GATE GATE DE LA VRAIE VIE et de la ”Fixation Cavalante”.
Dès que le mental rend, possède ou fixe, coagule un sens conceptuel à quelque chose, la catastrophe ou le chaos n’est pas loin ; car toute formulation, en plus si c’est en algorithme informatique, nous ENFERME dans une IDENTIFICATION-COAGULATION, et plus subtilement encore, même si l’on arrive à ne pas conceptualiser, par le mental encombré d’infos le risque demeure qu’il reste une trace de coagulation, ou un parfum de quelque chose « qui pourrait » (sens du messianisme). Donc VACUITÉ avant tout : aucun germe. S’il existe encore le moindre germe, il va y avoir arrêt ou coagulation, possession. Mais qu’il y ait quelque chose ou non, CELA NE NOUS CONCERNE PAS, DANS LE SENS DU NON-AGIR, LE FAIRE/FAIRE SUPRÊME : DEMEURER SANS COMMENCEMENT NI FIN DANS LE SANS DEMEURE DE LA VRAIE DEMEURE : L’AMOUR-GRATUITÉ, le Centre est nulle part et la Circonférence est partout.

En étatisme du monothéisme unilatéral républicain du conformisme révolutionnaire du 1789 français, on pleurait, on quémandait, maintenant qu’il n’y a plus de monothéisme unilatéral républicain ni de noms-la-forme, on rit… tel un Taoïste…

[En haut de page : Sens du ”N’EST PAS X ” : XUN en chinois, le TROU, le ”N’est pas X” : « Tu ne découvriras point la nudité de ton père, ni la nudité de ta mère. C'est ta mère : tu ne découvriras point sa nudité ». (Lévitique 18,7).
LE TROU : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». (Ramana Maharshi, entretien 264, du 20-10-1936)]

Notes.
1. Extrait de la conférence de Jiddu Krishnamurti à Omen en 1929, où il expliquait que « La Vérité est un pays sans chemin » (comme la ”liberté” est inconcevable, insaisissable).
« Peut-être avez-vous souvenir de cette histoire du diable et de son ami : ils marchaient dans la rue quand ils virent devant eux un homme se baisser pour ramasser quelque chose et le mettre dans sa poche. L’ami dit au diable : « Qu’est ce que cet homme vient de ramasser ? » « Un petit bout de Vérité », répondit le diable. « Mauvaise affaire pour vous, alors ! », remarqua l’ami. « Oh, pas du tout, répliqua le diable, je vais l’aider à l’organiser ! »
Je maintiens que la vérité est un pays sans chemin que vous ne pouvez l’approcher par aucune route, quelle quelle soit : aucune religion, aucune secte. Tel est mon point de vue, et j’y adhère d’une façon absolue et inconditionnelle. La vérité étant illimitée, inconditionnée, ne peut être approchée par quelque sentier que ce soit, elle ne peut pas être organisée on ne devrait pas non plus créer des organisations qui conduisent ou forcent les hommes à suivre un chemin particulier. Si vous comprenez bien cela dès le début, vous verrez à quel point il est impossible d’organiser une croyance ».

ORGANISER = IDENTIFIER, POSSÉDER, NUMÉRISER, CALCULER, FAIRE/FER…..

2. « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).
« La grâce divine est essentielle à la Réalisation. Elle conduit à la réalisation de Dieu. Mais une telle grâce n’est accordée qu’au dévot sincère (bhakta) ou au yogi qui a travaillé avec acharnement et sans répit sur la voie de la liberté.[…] Toute pensée est incompatible avec la Réalisation. L’attitude correcte consiste à exclure toute pensée de nous-mêmes et toute autre pensée. La pensée est une chose et la Réalisation en est une tout autre ». (Ramana Maharshi, entretien 29 du 4-2-1935).
« Dans la réalisation du Soi, il n’y a que être et rien d’autre que être ». (Entretien 33 du 4-2-1935).
Et à propos du fameux ”mieux” : « Vous êtes déjà le Soi. Aucune science élaborée n’est nécessaire pour l’établir ». (Ramana Maharshi, entretien 331 du 18-1-1937).
« Elle n’est possible [la Réalisation] que si vous vous réalisez vous-même. C’est cela la Perfection ou la Réalisation ». (Ramana Maharshi, entretien 332 du 18-1-1937).

« Mieux vaut [pour chacun] sa propre loi d’action [svadharma], même imparfaite,  que la loi d’autrui, même bien appliquée. Mieux vaut périr de sa propre loi ; il est périlleux de suivre la loi d’autrui ». (Bhagavad-Gîtâ 3,35).

« Tous les êtres vivants ont conscience de leur environnement. On doit donc en conclure qu’ils sont tous pourvus d’un intellect. Cependant, l’intellect de l’homme est différent de celui des animaux, car l’homme, non seulement, perçoit le monde tel qu’il est et agit en conséquence, mais, de plus, n’étant jamais satisfait de l’état actuel des choses, il cherche à l’améliorer suivant ses désirs.
Ce faisant, il étend le champ de ses divers intérêts, mais reste néanmoins insatisfait. Il commence alors à penser et à raisonner.
Son désir d’une paix et d’un bonheur permanents est le signe manifeste de l’existence d’une telle permanence dans sa propre nature. C’est pourquoi il s’efforce de trouver et de regagner sa propre nature – son Soi. Une fois le Soi trouvé, tout est trouvé.« Cette recherche intérieure est le chemin que doit emprunter l’intellect de l’homme. Après une pratique continue, l’intellect finit par réaliser de lui-même que sa propre activité dépend d’un pouvoir supérieur. Mais il ne peut pas par lui-même atteindre ce Pouvoir. Si bien qu’arrivé à un certain stade, il s’arrête d’agir. Quand l’intellect a suspendu ainsi toute activité, seul reste le Pouvoir suprême. C’est la Réalisation ; c’est la finalité ; c’est le but.
Il est donc clair que la finalité de l’intellect est de comprendre qu’il est dépendant d’un pouvoir supérieur et qu’il est incapable de l’atteindre. Il doit alors s’annihiler lui-même avant d’atteindre le but ». (Ramana Maharshi, entretien 502 du 14-8-1938).

3. Le règne de l’opinion arrivée à maturation après le 1789 français, prend le masque de l’Universel en renversant les rôles, tel le principe de John Locke : Ce sont les accidents du spatio-temporel qui engendrent les Essences (a). Pour John Locke, la connaissance découle de l’expérience égoïste et sensorielle du DEHORS, les expériences qui ont lieu dans le spatio-temporel, les expériences de la loi de succion vulgaire. C’est l’empirisme, qui d’ailleurs ne peut s’exercer qu’à l’état de veille : tout à partir du Dehors, qui rejoint aussi l’antique dilemme du Moi-Individuel/Moi-Collectif, lui aussi à l’état de veille seulement !…

Avertissement pour les lockiste et autres dialecticiens matérialistes historiques : « Ne peut être Réel que ce qui est non seulement au milieu, mais aussi au début et à la fin ». Citation de la Mandukya-Upanishad dans : Ramana Maharshi au jour le jour, 21-11-1945 soir.

a. ESSENCE : dans le sens par exemple du principe de l’outil appelé tour : déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne, produisant des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe SERAIT, Essence éternelle du tour ; mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret, et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe ou Essence : l’ex-istant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine, même construite par un transhumaniste : la recherche ou le bricolage peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas.…. Quand un humain découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être. (En réf. à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux).
 
 

Dernière mise à jour : 29-12-2023 16:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >