Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Faux Christ ou incarnationiste : la DOULEUR
Faux Christ ou incarnationiste : la DOULEUR Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-01-2024 14:58

Pages vues : 651    

Favoris : 108

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Pierre, Pont, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
sacrifice_azteque_abraham.jpg
 
 
Faux Christ ou incarnationiste : la DOULEUR
la RÉPARATION (tiqounisme), le CONCEPT, le ”mieux”
du D de Douleur, Départ (cause), Début et Dette
et Désespoir, d’où la projection le messianisme
pour en « sortir ».
Douleur du temps tueur d’une naissance entraînant
une mort, tel le TOUR-MENT (torsion, supplice)
et douleur de la Dette/Argent. Le Tour-ment du
concept, du mieux. La Souffrance, le Désespoir.
 
LE FAUX CHRIST, LE CLOUTÉ DE
DOULEUR SUR LA CROIX,
ce Christ incarnationiste qui donna naissance
à l’institution étatique de l’Église de Rome.

DOULEUR de PANique, comme il y a douleur et
Douleur : PANique devrait bien signifier une
transparition de la Divinité du Soi ou Conscience
infinie, le TOUT, à la façon du Blanc de l’Instant
ne devenant visible qu’à travers l’Arc-en-Ciel
pendant une ondée, ou à la façon de la lumière
transparaissant à travers un vitrail.
PAN = le TOUT perçu non pas au plan des infos
perçues par les cinq sens et la raison, mais au
plan de la Lumière PAN ou Blanc de l’instant qui
transfigure les Couleurs de l’Arc-en-Ciel,
comme un reflet dans le miroir.
Le ”lieu” de cette Présence est le récepteur ou
conscience de l’individu, récepteur ou BOBINE
D’ACCORD, SELF (Soi, et non ego), SELF AU SENS
DU TEMPS SACRÉ, UNIQUE et non un temps compté
sur l’ensemble du DEHORS, un même temps pour tous,
soit UN TEMPS CHRISTIQUE, UN TEMPS DU FAUX CHRIST,
LE CLOUÉ, ou CLOUTÉ, comme autrefois certains
administrateurs anciens clouaient sur le stavros
(poteau, colonne, Axe, échelle, bâton de puissance
ou ”baguette magique”) leurs lois
(voir les Pierres-Lois ou Édits du roi Asoka).

CHRIST-INCARNÉ = CROYANCE AU CORPS, À LA MATIÈRE,
le jeune Christ berger devient un vieux bien conservé
peint sur le plafond de la chapelle Sixtine à Rome
dans des signes typiques du PATRIARCAT, faisant
ainsi de l’histoire, de la f(r)iction, faisant ainsi
de la MISE EN VALEUR DU TEMPS, et de l’échangisme
entre DEDANS-DEHORS : LE TEMPS QUI COULE, le CHIFFRE,
la QUANTITÉ (au détriment de la Qualité).

Avec le Christ Cloué se renforçait l’individualisme
DANS cette mise en valeur du temps : s’en sera fini
de la BANALITÉ DES MIRACLES (il faudra attendre les
faux ou artificiels ”miracles” du transhumanisme :
l’authentique CAUSALISME, ou causalité), qui sont
sans réalité en eux-mêmes, PARCE QU’ABSTRAIT
OU ARTIFICE ENVERS CEUX QUI LES VIVENT.
Les ”miracles” du transhumanisme ne peut que
figurer le Dedans-Dehors, les béquilles de
la racine du mal.

Ce qui est Réel, c’est le Sujet, pas le
consommateur de faits et d’infos-objets comme
son smartphone, qui ne sont que de la vraie
illusion des industries de la valeur d’échange.
Hélas, pour Nous qui sommes soumis au piège de
la dialectique matérialiste historique ou causisme,
les faits et les infos deviennent la ”réalité
objective”, les faits deviennent le winnerisme
de la racine du mal avec la tyrannie de l’opinion.

LE VRAI CHRIST étant le Soi, IL NE CONNAIT PAS
LA PASSION (Douleur-Spectacle, sadisme, Souffrance),
Il ne connaît pas le tiqounisme ou réparation
rabbinique, Il ne devient pas un « Empereur » au
sens de Christ Pantokrator,
Il reste le Soi, la Félicité,
le Christos Angelos.

Importance vitale à comprendre le sens de ces
deux Christ : l’un Vrai, le Soi, la coincidentia
oppositorum ; et l’autre, le cloué de chair et
son Église consumériste, réconfort et
raccommodante, déjà une latence de réconfort
sécuritaire transhumaniste.

Toute tentative de comparer une spiritualité
non chrétienne doit d’abord distinguer ces deux
Christ comme aussi distinguer les DEUX JÉHOVAH.


CHRESTOS (gr.). La forme primitive gnostique pour Christ. Elle était utilisée au cinquième siècle avant J.C. par Eschyle, Hérodote et autres. Les Manteumata pythochresta, ou les "oracles rendus par un dieu pythique" grâce à une pythonisse sont mentionnés par le premier (Choeph. 901). Chrésterion n'est pas seulement "le siège d'un oracle", mais une offrande à un oracle ou préparée pour lui. Chréstés est celui qui explique les oracles, "un prophète et un devin", et Chrésterios, celui qui sert un oracle ou un dieu. Le plus ancien écrivain chrétien, Justin Martyr, dans sa première Apologie appelle ses coreligionnaires Chréstiens. "Ce n'est que par ignorance", écrit Lactance (livre IV, chap. VII), "que les hommes s'appellent Christiens (a) au lieu de Chréstiens". Les termes Christ et Christiens écrits, à l'origine, Chrést et Chréstiens, ont été empruntés au vocabulaire en usage dans les Temples des Païens. Chréstos, dans ce vocabulaire, désignait un disciple en probation, un candidat hiérophante. Lorsqu'il en avait atteint la stature par l'initiation, de longues épreuves et la souffrance, et qu'il avait été "oint" (c'est-à-dire, "frotté d'huile", comme l'étaient les Initiés et mêmes les idoles des dieux, en tant que dernière touche de l'observance rituelle), son nom était changé en Christos, le "Purifié", en langage ésotérique ou langage des mystères. A dire vrai, en symbologie mystique, Christés, ou Christos, signifiait que la "Voie" (le Sentier, le Gate Gate) était déjà foulée et le but atteint, quand les fruits du dur labeur, unissant l'éphémère personnalité d'argile à l'indestructible individualité, la transformait par là en un immortel EGO [le Soi, le ‘Je’]. "A la fin de la Voie se trouve le Chréstés, le Purificateur, et une fois l'union accomplie, le Chrestos, l'"homme de douleur" devenait Christos lui-même. Paul, l'Initié, le savait, et c'est exactement ce qu'il voulait dire, quand on lui fait dire dans une mauvaise traduction : "Je suis en gésine de nouveau jusqu'à ce que Christ soit formé en vous" (Galat. iv. 19), dont le sens juste est... "jusqu'à ce que vous formiez le Christos en vous". Mais le profane qui savait seulement que Chréstos était en quelque sorte lié au prêtre et au prophète, et ne savait rien du sens caché de Christos, insistait, comme Lactance et Justin Martyr, pour être appelé Chréstien au lieu de Christien. Tout individu bon peut donc trouver Christ en son "homme intérieur" comme l'exprime Paul (Ephés. Juif, Musulman, Hindou, ou Christien. Kenneth Mackenzie semblait croire que le mot Chréstos était synonyme de Soter, "appellation réservée aux divinités, aux grands rois et aux héros", voulant dire "Sauveur", – et il voyait juste. Car, ainsi qu'il l'ajoute : "Cela fut appliqué d'une manière redondante à Jésus-Christ, dont le nom Jésus ou Joshua a la même interprétation. En fait, le nom Jésus est plutôt un titre honorifique qu'un nom – le nom véritable du Sauveur du Christianisme étant Emmanuel ou Dieu avec nous (Matthieu, I, 23.)... De grandes divinités parmi toutes les nations, que l'on représente comme expiatoires ou auto-sacrificatoires, ont été désignées par le même titre" (Royal Masonic Cyclopoedia). L'Asclepios (ou Esculape) des Grecs avait le titre de Soter.
(a) Le français moderne ne permet pas de faire la distinction entre Chréstiens et Christiens. Pour que le texte de l'auteur soit intelligible nous avons dû conserver, en en francisant la terminaison, les termes anglais employés par Madame Blavatsky. (N. du T.)
(Article CHRESTOS dans le Glossaire Théosophique, de H.P. Blavatsky, qui donne une bonne définition du Soi à travers le Nom Christ).


Dans les 4 ”matrices de la modernité juive” (Américanisme, Sionisme, Socialisme, Psychanalyse), ajoutez le concept FONDAMENTAL DE L’ARGENT-SACRIFICE : le Dieu des Hébreux-Juifs interdit le sacrifice ! Ils ont donc un Dieu qui sombre dans la dualité bien-mal !
Page 22 du livre de Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent : « Ensuite, Dieu lui interdit le sacrifice humain en écartant le couteau de la gorge d’Isaac (peinture en haut de page de Philippe de Champaigne), fils d’Abraham et de Sarah, préféré, selon le texte, à Ismaël, l’aîné, fils d’une autre de ses femmes, Agar, et en qui la tradition voit l’ancêtre des Arabes du désert. Dieu met ainsi fin, pour le seul peuple hébreu, à des millénaires de meurtres rituels. Dieu n’a pas besoin de sacrifice humain [il a maintenant besoin de guerres sans fin qui REMPLACENT CES SACRIFICES], mais il ne renonce pas au sacrifice animal [COMME C’EST PRATIQUE : ON FAIRE DIRE N’IMPORTE QUOI À TRAVERS CE « DIEU CRÉÉ DANS LE CONVENTIONNEL SOCIALISTE », CRÉÉ DANS LE RÉPUBLICANISME] ; Il place ainsi l’homme à part de la Création et détourne la violence vers la seules destruction de ses richesses matérielles.

Ces deux premiers ordres de Dieu à Son peuple [sic] ne sont pas indépendants l’un de l’autre : la richesse sous forme de troupeaux, d’or et d’argent est le meilleur substitut à la violence [remplacée par les guerres permanentes dans cette ”modernité” juive appelée « CIVILISATION »]. On retrouvera à mille et une reprise ce lien entre l’argent et le sang (3), lancinant avertissement lancé par Dieu au Hébreux et, à travers eux [puisque ils se nomment ”peuple élu” et donc PEUPLE-PRÊTRES] à tous les hommes : l’argent est d’abord un moyen d’éviter la violence [d’où le principe de la maffia : ”Je te casse ta baraque, et si tu ne veux pas que ça recommence, je te protège si tu me paye telle somme tous les mois”]. En s’imposant à lui-même le remplacement du sacrifice par l’offrande [et dualité vendeur-client ou offre-demande, ou Ici-Ailleurs], le peuple juif annonce tout son destin : il utilisera l’argent comme un moyen de réparer les dommages et d’arrêter l’engrenage des représailles. L’argent va devenir pour lui un moyen de négocier au lieu de combattre ».

Cette dernière phrase est essentielle car ELLE DONNE NAISSANCE AU VIRTUEL DE L’INFORMATIQUE, QUI À CE HUI REMPLACE LE CONCRET EN LE TRANSFORMANT EN ABSTRAIT, EN VIRTUEL, ET ÇA SE CONFORME PAR LA TYRANNIE DE L’OPINION, LA « LIBERTÉ DE PENSÉE », ”liberté” qui évidemment signait son ARRÊT DE MORT DEPUIS SON TRIOMPHE À L’ÉPOQUE DE LA RENAISSANCE EN EUROPE, car il est évidemment impossible à un gouvernement d’un État de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord !
VOILÀ POURQUOI IL Y A TANT DE BANQUIERS JUIFS ET DE « PEUPLE ÉLU » DANS TOUS LES WALL STREET DES « ÉTATS DE DROIT   DU RÉPUBLICANISME.

Avec l’arrivée des Hébreux et de leur Dieu ON PASSAIT D’UNE CHRISTOLOGIE (de Christ au sens universelle du Soi) sans la racine du mal le Dedans-Dehors, à une christologie incarnationniste ou un CHRIST-OBJET AU DEHORS QUI ALLAIT ENGENDRER, DANS LE TEMPS DU CLOVISME FRANÇAIS, PUIS DANS LE TEMPS DU 1789 FRANÇAIS, CE MONOTHÉISME UNILATÉRAL, D’ABORD MONARCHIQUE, PUIS RÉPUBLICAIN : l’incarnation du Christ devait devenir-CHAIR-OBJET DE CONSOMMATION. Et pour marquer cette CHAIR-OBJET, les pouvoirs et mécènes de la monarchie et de la religion font par exemple représenter un Dieu en un vieillard bien conservé peint sur le plafond de la chapelle Sixtine à Rome.
Pour le Soi, mondialisé, comme souvent écrit, c’est PANique sous la forme de la LUMIÈRE des couleurs de l’Arc-en-Ciel formant le BLANC DE L’INSTANT, de PAN le TOUT qui ne devient « visible » qu’en prenant forme à travers l’Arc-en-Ciel. C’est donc une Union qui est perçue non pas au plan du mental et de ces cinq sens dont la vue, MAIS AU PLAN DE LA LUMIÈRE FORMANT LE BLANC DE L’INSTANT OU DE PAN, LE ‘POINT DU LE I’, LE « UN POINT C’EST TOUT », COMPARABLE À LA « PRÉSENCE IMAGINATIVE » du Soi (sans la dualité diurne-nocturne, au-delà du sommeil profond : état de TURIYA). La Divinité est dans l’humanité comme le Blanc de l’Instant est DANS l’Arc-en-Ciel. Le ”Lieu” de cette Présence ou Instant est la Conscience infinie investie en l’individu qui n’est alors plus un dividu, car le consommateur ou citoyen n’est qu’un DIVIDU, UN DIVISÉ, puisqu’il se définit par rapport au social, par rapport à un autre dividu, qu’il est donc limité par ce qui le différentie de cet autre dividu ! C’est en ce sens que la fameuse ”démocratie” est LE leurre parfait du monothéisme républicain fonctionnant sur les conflits d’intérêts de l’ego, démocratie qui se condamne elle-même à la frustration par ses propres limitations dans son socialisme. La démocratie est stérile pour ses dividus mais bénéfique pour ses pouvoirs qui manipulent les masses de dividus.


Avec le concept du judaïsme, sa mise en valeur du temps et de ses OBJETS DE CHAIR dont le sacrifice Abraham-Isaac, Nous allions tomber DANS L’HISTORICISME : les faits tel le sacrifice Abraham-Isaac, l’histoire devient PAN, le Centrum Centri : Son temps est le temps abstrait ou temps vulgaire, le même pour tous en forme de la FLÈCHE DU TEMPS DANS UN SEUL SENS : LE TEMPS DU CALENDRIER, LE TEMPS DES CHIFFRES, LE TEMPS DU CALCUL (de l’industrie informatique). Ce temps généralisé en une Omnipotence totalitaire imposée quoi que l’on fasse. Ce comptage généralisé du temps n’est que l’outil important du capitalisme, du salariat, de l’État, et de l’idole marchandise afin d’« harmoniser » le social devenu LA religion ou « valeur d’échange » (si représentative du smartphone et du « vivre ensemble » en tout connecté par l’industrie capitaliste de l’informatique nous soumettant tous actuellement).

Mais le judaïsme semble oublier que CHAQUE INDIVIDU OU PERSONNE EST UNIQUE, EST LE Soi, et en cette Réalité IL EST LA CRÉATION MÊME, ET NULLEMENT LE FAUX CRÉATEUR DES RELIGIONS ABRAHAMISTES, LE DIEU RÉPUBLIQUE OU SOCIALITE CRÉÉ DANS LE CONVENTIONNEL DE LA CROYANCE. Ainsi chaque INDIVIDU ou PERSONNE ÉTANT UNE CRÉATION NOUVELLE, LE BIG BANG À LUI SEUL, CHAQUE PERSONNE N’EST NULLEMENT LA TRAME HISTORIQUE DU CAUSISME OU CAUSALITÉ DES FAITS DU DEHORS EN LIEN AVEC LES CINQ SENS DU MENTAL QUI DE CE FAIT SONT SANS RÉALITÉ EN EUX-MÊMES, DÈS QU’ILS SONT ABSTRAITS DES INDIVIDUS QUI LES VIVENT (4).

MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN = LE PIÈGE DE LA CAUSALITÉ DE DIALECTIQUE MATÉRIALISTE HISTORIQUE : LES ”FAITS” CONSTITUENT ALORS LA « RÉALITÉ OBJECTIVE » ET LA TYRANNIE DE L’OPINION ET LA LOI DE SUCCION VULGAIRE !


MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN IMPOSSIBLE.
Seul un Total peut connaître un Total. Or, le ‘moi’, le consommateur, ne peut pas être un total, une globalité, un IN-FINI, puisqu’il se définit par rapport au social, au DEHORS : par rapport à un ‘toi’, qu’il est donc limité par ce qui le différencie de ce ‘toi’. Rejoint la Réalité que LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU OU IDENTIFIÉ, SAISI. Il en est ainsi du ‘moi’ de chaque citoyenisé qui ne peut pas être un TOUT, le TAO, le Soi.
Seul la Réalisation du ‘Je’ avec le J majuscule : le POINT SUR LE I OU LE ”UN POINT C’EST TOUT” (3), c’est le IL (le isle puisque le circonflexe remplace la lettre S de isle, le I ou AXE DÉPLOYÉ AU CENTRUM DES EAUX PRIMORDIALES).
Le I du rire IIIIIII ! conventionnel rappelle l’ÉTERNEL RETOUR DANS LA NON-DUALITÉ VIE-MORT (3) SOIT NATURELLEMENT LE RETOUR À LA SOURCE PREMIÈRE.
Le I ou le ‘J’ du ‘Je’ est le SENTIMENT OCÉANIQUE (2).

Amour : du A privatif et mort : privation de mort, qui dépasse tout raisonnement, parce que provenant des temps ancien où il y avait des sacrifices humains rituels, QUAND ORIGINELLEMENT, DANS LES EAUX PRIMORDIALES, AMORT ET MORT NE SE DIFFÉRENTIAIENT PAS PUISQUE LA MORT Y ÉTAIT INCONNUE (3) : LA PEUR ÉTAIT INCONNUE, LE MOT À LA MODE ACTUELLE : « SÉCURITÉ » Y ÉTAIT INCONNU.

Le BLANC DE L’INSTANT : l’état de TURIYA.
Y a-t-il une différence, ou une opinion, un jugement à l’occidental anglo-américain du protestantisme dans sa dualité bien-mal de winner et de dictionnaire à la Wikipedia, ou même dans un récent dico conventionnel des symboles, entre le sacrifice modèle abrahamisme, et celui des peuples tels les Aztèques et autres Peuples du Soleil ??? (5)
Car, QUI PEUT SE PERMETTRE, À L’ÉTAT DE VEILLE, DANS SA GÉOMÉTRIE MENTALE ACTUELLE, D’OPINIONER CE QUI EST JUSTE, INJUSTE, CRIMINEL, BON OU MAUVAIS ? ET POURQUOI ?

Notes.
2. SENTIMENT OCÉANIQUE : « Si les yeux sont fermés, c’est nirvikalpa ; si les yeux sont ouverts, c’est savikalpa (état de différenciation, mais de repos absolu). Cet état, éternellement présent, est l’état naturel, sahaja ». (Ramana Maharshi, entretien 17, 24-1-1935).
« On devrait être naturellement en état de samâdhi [absorption totale dans la contemplation], en son état originel, au sein de n’importe quel environnement ». (Ramana Maharshi, entretien 54, 16-6-1935).

– Se maintenir dans la Réalité est le samâdhi.
– Se maintenir dans la Réalité avec effort est le savikalpa-samâdhi.
– Se fondre dans la Réalité et demeurer inconscient du monde est le nirvikalpa-samâdhi.
– Se fondre dans l’ignorance et demeurer inconscient du monde est le sommeil (dans celui-ci la tête tombe, mais non en samâdhi).
– Demeurer dans l’état originel, pur et naturel, sans effort, est le sahaja-nirvikalpa-samâdhi. (Ramana Maharshi, entretien 391, 6-4-1937).

- SAVIKALPA-SAMÂDHI.
Externe (bâhya).
Dépendance de la vu.
Le mental saute d’un objet à l’autre. Il doit être gardé stable et fixé sur la Réalité sous-jacente.

Dépendant de la parole.
Les phénomènes extérieurs ont leur origine dans la Réalité unique. Cherchez-là et maintenez-vous en Elle.

Interne (antar).
Le mental est troublé par le kâma (désir), le krodha (colère), etc. Cherchez d’où iceux s’élèvent et comment ils trouvent leur existence. Maintenez-vous à leur source.

Une quantité de pensées s’élèvent de la Réalité intérieure et se manifestent. Maintenez-vous dans cette Réalité.

> Ces quatre formes de savikalpa-samâdhi sont atteint avec effort.

- NIRVIKALPA-SAMÂDHI.
Externe (bâhya).
Immergé dans l’unique Réalité, fondement de tous les phénomène, en restant inconscient des manifestations transitoires.

Cet état est comparable à l’océan sans vagues dont les eaux sont calmes et paisibles.

Interne (antar).
Immergé dans l’être le plus intime qui est l’unique Réalité et qui donne naissance à toutes les pensées, en restant inconscient de tout le reste.

Cet état est comparable à une flamme non agitée par des courants d’air et qui brille tranquillement.

> Quand ces divers nirvikalpa-samâdhi ne sont pas atteints avec effort et qu’on réalise que l’océan sans vagues du samâdhi extérieur est identique à la flamme immobile du samâdhi intérieur, cet état est appelé sahaja-nirvikalpa-samâdhi.

« Le sahaja est l’état originel. La sâdhanâ [méthode, moyen, pratique spirituelle] consiste à éliminer les obstacles sur la voie de la réalisation de cette vérité éternelle ». (Ramana Maharshi 398, 14-4-1937).
- M. : La concentration, c’est ne pas penser à quoi que ce soit. D’autre part, c’est chasser toutes les pensées qui nous cachent la vision de notre véritable nature. Tous nos efforts ne visent qu’à soulever le voile de l’ignorance. Dans l’état actuel, il semble difficile de dompter les pensées. Mais dans l’état de renaissance spirituelle, on trouvera, au contraire, qu’il est plus difficile de les susciter.
Car y a-t-il des choses à penser ? Il n’y a que le Soi. Les pensées ne peuvent fonctionner que s’il y a des objets. Mais comme il n’y a pas d’objets, comment les pensées peuvent-elles s’élever ?
(Même entretien 398).

« Les pensées ne peuvent fonctionner que s’il y a des objets ». C’est le COMMERCE, le CAPITALISME, le POUR-VOIR ou POUVOIR, la RAISON et le CALCUL (objectivisme) ; voilà pourquoi la ”raison” a autant de succès depuis le français « siècle des Lumières » et des riches perruques poudrées ; voilà pourquoi l’ordinateur religion (commerce) du tout connecté a autant de succès chez les Anglo-américains. Voilà pourquoi L’OBJET PÉTROLE, L’OR NOIR a autant de « va(o)leur » chez les Barilleux (prix du baril, prix nobel, etc.).

LES PENSÉES NE PEUVENT FONCTIONNER QUE S’IL Y A UN AILLEURS PAR RAPPORT À UN ICI, QUAND IL Y A UN ESPACE-TEMPS FORMANT L’IDÉATION.


3. Souffrance n’a pas pour étymologie le commercial « offrir » dans la logique du judaïsme du sacrifice Abraham-Isaac et de sa croyance au SANG véhicule de l’Âme en singerie des Eaux Primordiales ! Tout étant double : SOUFFRANCE = STARGATE OU GATE GATE : le passage ou RÉDUCTION EN POINT FOCAL ; LE TROU….. Qui s’exprime dans les quatre Variations de la Dimension Absolue ou Eaux Primordiales. Et comme dans un Trou il n’y a rien d’autre que le Trou, il n’y a rien à SAISIR… DONC PAS DE NIRVANA À ATTEINDRE….. Donc RIEN À RÉPARER, PAS DE CHUTE…
Le Sang du sacrifice aux Dieux et aux guerres sert à ACHETER LA PAIX !
SANG : symbole solaire, rouge, chaleur, vie. Sang et Terre = vie dans les trois règnes : minéral, végétal, animal. Voir le Sang du Christ et le Graal. le Sang correspond aussi au souffle de l’Esprit : en forme de véhicule des passions ; alors l’argent en deviendra une religion ! Un véhicule de l’âme, ce qui peut exprimer le sens des rites des sacrifices, dans lesquels un grand soin est pris pour ne pas laisser le sang de la victime se répandre sur le sol (ref. dic. des Symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant).
CIRCULATION DU SANG OU DE L’ARGENT = COMMUNION PAR LE SANG, ALLIANCE, SERMENT PAR LE SANG. L’ARGENT DEVIENT ARCHE D’ALLIANCE, SUPRÊME IDOLE. Il n’est point étonnant que le socialisme soit si présent dans les Hébreux-Juifs. SANG = MOTEUR.

VRAIE ET NOBLE SACRIFICE = ABSENCE DE DUALITÉ VIE-MORT = AMOUR = GRATUITÉ.
Cette nostalgie, quand autrefois, avant l’arrivée du machin hébreux appelé ”Dieu”, les humains pratiquaient des sacrifices rituels sur leurs frères humains, NE PEUT PROVENIR QUE DE LA DESTRUCTION DE LA DUALITÉ VIE-MORT EN LA CROYANCE AU CORPS-OBJET.
C’EST LA NOSTALGIE DE MOURIR PAR AMOUR QUI EFFACE TOUT RAISONNEMENT OU CALCUL PAR LE MENTAL, elle ne peut que provenir de ce temps originel des sacrifices humains, dans la tentative de détruire PAR L’AMOUR-MORT : du A privatif et mort : PRIVATION DE MORT OU ABSENCE DE DUALITÉ VIE-MORT.
AVEC L’ARRIVÉE DU MACHIN JUIF, TOUT CELA SERA TRANSFORMÉ EN ARGENT : « L’ARGENT VA DEVENIR POUR LUI [le peuple élu] UN MOYEN DE NÉGOCIER AU LIEU DE COMBATTRE, DE FAIRE LA PAIX [SIC]. PAR L’ARGENT, LE PEUPLE JUIF VA DIRE SA HAINE DE LA VIOLENCE. JUSQU’À CE QUE LA VIOLENCE DE L’ARGENT SE RETOURNE CONTRE LUI… » écrit si clairement Jacques Attali page 22 de son livre cité.
L’ARGENT DEVENU LE MOTEUR DU MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN : SA VIOLENCE (appelée : ”valeurs de la république”).


MORS ULTIMA LINEA RERUM EST. Savoir, Pouvoir, Oser, SE TAIRE.
« Je l’aimais trop, je l’ai tuée »…..

Avec LE DIEU DE TRIBU(T)S DES HÉBREUX-JUIFS, C’EST LE BRUIT, LE CHAOS ORGANISÉ.
Voir les pages :
- La Vierge Noire et son Enfant.
- NOIR-BLANC MÊME COULEUR.

4. « Pour un homme réalisé, celui qui demeure toujours dans le Soi, la perte d’une seule vie, de plusieurs vies ou de toutes les vies dans ce monde ou dans les trois mondes ne présente aucune différence. Même s’il est amené à les détruire toutes, aucun péché ne pourra atteindre cette âme pure.
Le Maharshi cita alors la Bhagavad-gītā, chapitre 18, vers 17 : « Celui qui est délivré de la notion de l’ego, dont l’intellect n’est pas conditionné, celui-là, même s’il détruit tous les mondes, ne tue pas, pas plus qu’il n’est enchaîné par les conséquences de ses actions ».
(Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).

5. Le sang, le rouge des Oiseaux empourprés comme le Phénix.
ROUGE = MATRICE : voir l’Oiseau Phénix qui « mange » son Inné-Igné pour renaître. Voir les sacrifices humains chez les Peuples du Soleil : on allait capturer en forêt vierge de jeunes Indiens qu’on maintenait pendant un an en captivité, puis un attachait le jeune homme à un rocher et exposé au Soleil, et on le laissait mourir. « Alors son âme se faisait la messagère des Chibchas pour demander grâce au Dieu. Il arrivait parfois qu’une jeune Chibcha le prît en pitié ; si icelui arrivait à avoir un rapport sexuel avec elle, il était sauvé et une autre victime mourait à sa place ». (Les Peuples du Soleil, de C.A. Burland, page 157, chapitre : Les peuples d’Amérique Centrale). »
Voir en complément la page : Le Rou(g)e et le Noir.
 
 

Dernière mise à jour : 04-01-2024 15:43

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >