Accueil arrow News arrow Dernières news arrow O-céan iti ici Dedans
O-céan iti ici Dedans Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-01-2024 17:55

Pages vues : 481    

Favoris : 108

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
eau_logo_st_oint_cour_maat_michel.jpg
 
 
O-céan iti ici Dedans
”Maintenant, vous identifiez à tort le Soi
avec le corps, les sens, etc. Puis vous
procédez à leur rejet et cela est neti.
Mais vous ne pouvez le faire qu’en vous
attachant fermement à ce qui ne peut
être rejeté. Et cela est iti [le Ainsi
ou Ainsité, le Soi, l’Instant,
le Ici et Maintenant] seul ».
(Ramana Maharshi 366, 20-2-1937)
ITI : O-céan, Eaux Primordiales, ce qui
ne peut être rejeté.
 
Les aspirants à la délivrance, tels les
Schwab-Harari et leur non-possession qui
procurerait le ”bonheur” sont encore dans
l’erreur construite sur l’attachement à la
croyance dans un corps ou une personnalité
substantielle, laquelle engendre la dualité
du sujet et de l’objet qui appartiendrait
au sujet, le ‘moi’ et ce qui est à ‘moi’
susceptible d’être conso(u)mmé sans entrave.


(Bhagavad-Gîtâ III,18) et dans sa Variation à IV,18 : « Celui qui dans l’action peut voir l’inaction, et qui peut voir l’action continuant encore dans la cessation des œuvres, icelui est parmi les hommes l’homme de la raison vraie et de discernement ; il est en yoga et il est l’ouvrier universel aux capacités nombreuses [Zéro Indien] ».
BgH IV,20 : « Ayant abandonné tout attachement aux fruits de ses actions [ou loi de succion], à jamais satisfait [aucune Tiqounerie ou réparation suite à une prétendue ”chute”], sans aucune sorte de dépendance [au plomb ou à la pesanteur, l’attraction], il n’agit pas [il ne tombe pas dans le business ou le faire/fer qui rouille], bien que (par sa nature) il s’engage dans l’action [même une inaction est action] ».

Mais la nature humain étant ce qu’elle EST, dans sa NOSTALGIE DE L’ÊTRE, AVEC LE PACKAGING : « DÉSIR D’ÉTERNITÉ » (dont le transhumanisme est un exemple probant mais seulement dans sa croyance au corps). Le ‘Je’ humain éprouve ce sentiment d’éternité, soit la partie « impersonnelle ». C’est-à-dire que la Délivrance, la liberté N’EST PAS INDIVIDUEL, comme tente depuis plus de deux siècles de le faire croire le concept étatique de république et démocratie : IL N’Y A PAS DE LIBERTÉ OU D'IMMORTALITÉ INDIVIDUELLE : le symbolisme de la VIERGE NOIRE ET SON ENFANT peut suggérer cela. L’Enfant étant l’Âme, et comme Il est l’Enfant de la Vierge Noire, IL N’EXISTE PAS, L’ÂME ET LA NOTION DE SAISIE PAR LE MENTAL, LA LOI DE SUCCION VULGAIRE ; N’EXISTENT PAS.

Cela se traduit aussi par la délivrance du POISON-OPINION : le Libéré vivant ne prend pas opinion, il ne prend ni ne refuse, tel le N’EST PAS X du « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
Un Sage est naturellement sans opinion : son mental est pur.

La délivrance n’est pas individuelle, elle est liée au sentiment océanique (1). Il ne s’agit pas d’une conscience totale du ‘moi’, dans le modèle ”gros disque“ dur informatique qui récolterait plein de petites vérités (des infos) un peu partout pour en former une grosse : LA Vérité, c’est-à-dire transformer la Réalité en un ordre impérialiste abstrait.
Non, il s’agit évidemment du ‘Je’ avec le ‘J’ majuscule. Car seul un total peut connaître un total (3). Comme tout être humain devrait faire ”société” d’abord avec lui-même au plus profond de son être, avant de se lancer à faire société avec le Dehors, les autres. Car les relations sociales authentiques ne peuvent avoir lieu qu’entre personnes authentiques. Or le ‘moi’, le consommateur ne peut être un total, un globalité, un infini, puisqu’il se définit par rapport à un ’toi’, un social, il est alors limité par ce qui le différencie de ce ‘toi’, de ce social. Donc s’il y avait deux ‘Je’, avec le ‘Je’ majuscule, chacun serait limité par ce qui le différencie de l’autre et aucun ne serait infini, AUCUN NE SERAIT L’O-CÉAN, LE SENTIMENT OCÉANIQUE, LES EAUX PRIMORDIALES.
Il en est ainsi du ‘moi’ de chaque consommateur, de chaque « usager de la république », de chaque électeur qui ne peut être un TOUT, UNE ÉTERNITÉ.

Maintenant, en ce qui concerne le ‘Je’, Il ne peut qu’être PARADOXALEMENT INDIVIDUEL : la Conscience infinie, comme l’indique Ramana Maharshi par l’expression : « Votre Soi »(2) N’EST PAS une conscience collective ou un inconscient collectif à la C.G. Jung.

Les Eaux Primordiales sont merveilleusement résumées dans le Lankavâtara 139,2-5-8-10 :
Comme un trésor ou un joyau cachés,
Comme l’eau qui coule sous terre,
Il y a un vrai Soi au sein des agrégats
Qui invisiblement existe.

Les ignorants ne peuvent pas connaître
Le ‘Moi’ véritable au sein des agrégats
Qui évoque la vertu d’une plante médicinale
Où le feu qui couve dans le silex.

Au détracteur qui lui demandera
De lui montrer son ‘moi’, « puisqu’il existe » [comme celui qui demande qu’on lui montre Dieu, alors il croira, ce qui est illustré par « le doigt qui montre la lune » et les ignorants regardent le doigt qui montre, le spécialiste, au lieu de regarder la lune],
Le sage répondra :
« Montre-moi tes idées ! »

La théorie du Soi véritable flamboie
Comme un brasier de fin des temps [le Surfeu]
En consumant la jungle de l’inexistence du soi
Et de tous les défauts des voies non bouddhistes.

Sentiment Océanique par le Silence : « De plus, vous aurez beau vouloir conseiller les gens, ils ne changeront probablement pas. Soyez vous-même dans le bien et restez silencieuse. Votre silence aura plus d’effet que vos paroles ou vos actes. Ainsi, le pouvoir de volonté se développera. Et le monde devient le Royaume des Cieux qui est en vous ». (Ramana Maharshi, entretien 453 du 8-2-1938).

Sentiment Océanique indique aussi un « espace » dénué de temps, une non-localité, parce que les états mentaux changent dès que l’intention intérieur se déplace. La Conscience peut être vécue comme le Seul Réel quand l’ego ou la croyance au corps et donc aussi au monde SE DISSOUT : le ‘Je’, le vrai sens de la PERSONNE est vécue alors comme étant SIMULTANÉMENT ou EN PARALLÈLE une Partie et le Tout (Réalisation du Soi ou de l’Unité).

ÊTRE COUR, ou MAÂT (comme la Déesse égyptienne pouvant facilement symboliser l’expérience de l’EMI (Expérience de Mort Imminente) : le ‘Moi’, le ‘Je’, est comme l’ÉCRAN DE CINÉMA : l’écran est le TÉMOIN : il reçoit les images, une scène du film montre un incendie, ou une inondation, l’écran n’est ni brûlé ni mouillé ; IL EST LE TÉMOIN, c’est-à-dire qu’IL NE S’IDENTIFIE PAS À SES EXPÉRIENCES : « J’AI UN CORPS, MAIS JE NE SUIS PAS CE CORPS ».
« J’AI DES DÉSIRS, MAIS JE NE SUIS PAS ”MES” DÉSIRS » ; « J’AI DES PENSÉES, DES OPINIONS, MAIS JE NE SUIS PAS MES OPINIONS ».
ÉTAT D’ÊTRE COUR = ITI, L’ÉCRAN, TOUT CE QUI RESTE PUR et n’est pas affecté par les projections.
L’état de COUR est la Conscience infinie qui transcende le dividu (le consommateur, l’électeur, le contribuable, le divisé donc, et non l’individu terme faux s’il en faut…. tant il est divisé, coupé en rondelles par le monde et ses affects et ses politismes).
Ce COUR, cet Instant ou cet Ici et Maintenant, cette Conscience infinie concerne TOUS LES NOMS-LES-FORMES POSSIBLES ET IMAGINABLES SANS LIMITES.
Dans l’Instant ou le COUR : aucun espace-temps, aucun commencement aucune fin, c’est le SENTIMENT OCÉANIQUE LE VRAI TOUT CONNECTÉ (et pas celui nécessairement des industries du capitalisme).

La loi de succion vulgaire actuelle qui DÉSIRE LA CATASTROPHE n’est pas l’objet de peur, mais du DÉSIR ; et surtout, la catastrophe n’est pas tenue par ceux qui la répande pour un fait assuré, mais pour une PROJECTION incertaine. D’où cette nécessité de TIQOUNISME ou RÉPARATION RABBINIQUE en forme de « rachat des péchés », nécessité de consommation puisque décidément, le cataclysme ou la grosse comète tarde à tomber sur la Terre, autant TIQOUNISER et rassembler les outils dont on peut disposer afin d’en précipiter la venue. THÈME DU MESSIANISME JUIF… THÈME DU SPEED PRÉSENT amplifié par la technologie.

ITI = On ne peut pas forcer ou violenter ce qui n’existe pas à exister !


Notes.
1. Le « sentiment océanique » par Ramana Maharshi dans l’entretien 92 du 7-11-1935 : « Le ‘Je’-‘Je’ ininterrompu est l’océan infini ; l’ego, la pensée ‘je’, n’est qu’une bulle à la surface de cet océan ; on l’appelle jîva ou âme individuelle. De même, la bulle d’eau, lorsqu’elle éclate, ne fait que se mêler à l’océan ; et quand elle est bulle, elle fait toujours partie de l’océan. Dans l’ignorance de cette vérité simple, d’innombrables méthodes, sous différentes dénominations, telles que yoga, bhakti [dévotion], karma, etc., ont été enseignées. Chacune apportant de nombreuses modifications, elles ont été enseignées avec beaucoup d’habileté et des détails compliqués seulement pour séduire les chercheurs et semer la confusion dans leurs esprits. Il en va de même pour les religions, les sectes et les dogmes. À quoi servent-ils ? Uniquement à faire connaître le Soi. Ce sont des aides et des pratiques dont on a besoin pour connaître le Soi ».

« Tout comme les fleuves, en se déversant dans l’océan, perdent leur individualité et qu’ensuite les eaux de l’océan s’évaporent pour retomber en pluie sur les montagnes, puis s’écouler en rivières et retourner à l’océan, ainsi les individus, qui entrent en sommeil, perdent leur individualité et reviennent comme individus, selon leurs vâsanâ (tendances) antérieurs, sans en être conscients. Par conséquent, même dans la mort, le sat [réel, juste, existence absolue] n’est pas perdu ». (Ramana Maharshi, entretien 108 du 29-11-1935).
Voir aussi la page : Sentiment océanique Sahaja.

2. Le Soi est individuel : « Réalisez votre Soi et alors tout est réalisé ». (Ramana Maharshi, entretien 20 du 30-1-1935).
« Le shruti-vakya « aham brahmâsmi » [Je suis le brahman] se rapporte à l’état du sommeil profond et non au mode de fonctionnement du mental. On ne peut devenir le brahman par le seul fait de répéter ce mantra. Cela signifie que le brahman n’est pas ailleurs. Il est votre Soi. Découvrez ce Soi ; le brahman est alors trouvé. N’essayez pas d’atteindre le brahman comme s’il se trouvait dans quelque contrée lointaine ». (Entretien 54 du 16-6-1935).
« Temps et espace sont en nous. Vous êtes toujours dans votre Soi. Comment le temps et l’espace peuvent-ils l’affecter ? » (Entretien 126 du 4-1-1936).
ET LE PLUS IMPORTANT : « Apprenez d’abord ce que vous êtes. Cela n’exige ni shâstra (Écritures) ni études. C’est une question d’expérience. L’état d’être est depuis toujours ici et maintenant. Vous avez perdu contact avec vous-même et vous demandez aux autres de vous guider (a). Le but véritable de la philosophie est de vous tourner vers l’intérieur. « Si vous connaissez votre Soi, aucun mal ne vous arrivera. Puisque vous me l’avez demandé, je vous ai enseigné ». (Entretien 132 du 6-1-1936).

Et le Sentiment Océanique dans l’entretien 211 du 19-6-1936 : « Le yoga implique une séparation préalable, puis signifie réunion de l’un avec l’autre. Qui doit s’unir à qui ? Vous êtes le chercheur qui cherche l’union avec quelque chose. Ce quelque chose est séparé de vous. Votre Soi vous est intime. Vous êtes conscient du Soi. Cherchez-le et soyez-le. Il s’étendra à l’infini. Alors il ne sera plus question de yoga, etc. Pour qui est la séparation (viyoga) ? Trouvez-le. […] Trouvez votre Soi. Alors il y aura une fin à ces divagations mentales [comme les théories] ».

« La Réalisation consiste à trouver qui vous êtes et à demeurer Cela, c’est-à-dire votre Soi ». (Entretien 227 du 4-7-1936).

Sentiment océanique : « Vous êtes omniprésent. Voyez-vous vous-même, et tout est compris. Mais vous avez maintenant lâché votre Soi et vous n’arrêtez pas de douter de tout.
- Q. : Comment connaître le Soi ?
- M. : Y a-t-il deux ‘je’ ? Comment connaissez-vous votre propre existence ? Vous voyez-vous avec vos yeux ? Interrogez-vous. Comment votre question est-elle venue se poser ? Est-ce que ‘je’ subsiste pour la poser ou non ? Puis-je trouver mon Soi comme dans un miroir ?
Comme votre perspective a été dirigée vers le dehors, le Soi a été perdu de vue et votre vision est devenue extérieure. On ne trouve pas le Soi dans les objets extérieurs. Tournez votre regard vers l’intérieur et plongez en vous ; vous serez le Soi ». (Entretien 238 du 20-7-1936).

a. Le ”contrat social” ou de société anonyme DU MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN :
Le ”Je pense donc je suis” de Descartes = le productivisme ou chaîne sans fin de raisonnements :
« La nature du Soi, ou ‘je’ doit être la lumière. Vous percevez toutes les modifications et leur absence. Comment ? Dire que vous recevez la lumière d’un autre amènerait à se demander d’où il l’a reçue lui-même et il n’y aurait pas de fin à cette chaîne de raisonnements. Vous êtes donc vous-même la Lumière [le scribe de cette page souligne].
L’exemple courant à ce propos est le suivant : vous préparez avec divers ingrédients toutes sortes de sucreries aux formes diverses. Elles ont toute un goût sucré car elles contiennent du sucre et la saveur sucrée et la nature même du sucre. De même, toutes les expériences, comme aussi leur absence, contiennent la lumière qui est la nature même du Soi. Sans le Soi, ces expériences n’existeraient pas, tout comme sans sucre aucun des plats que vous préparez ne peut avoir une saveur sucrée.
[…]
D’abord on voit le Soi comme objets, ensuite comme vide et puis comme le Soi. C’est seulement dans cette dernière étape qu’il n’y a pas de ‘voir’ [comme dans un Trou il n’y a rien d’autre que le Trou, donc pas de Trou à voir] car voir, c’est ÊTRE ». (Ramana Maharshi au jour le jour, 21-7-1946).

3. Seul un Total peut connaître un Total : « Ce n’est que lorsque vous aurez transcendé le mental que vous demeurerez le pur Soi. Votre connaissance actuelle est limitée ; la véritable connaissance est illimitée et ne peut donc être comprise par la connaissance actuelle. Cessez d’être le connaisseur, et ce sera la Perfection ». (Ramana Maharshi, entretien 147 du 26-1-1936).
 
 

Dernière mise à jour : 31-01-2024 18:17

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >