Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Partir de l’intérieur
Partir de l’intérieur Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-07-2010 23:09

Pages vues : 4899    

Favoris : 483

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Dieu, Esprit, Liberté, Nature, Politique, Tore, Trinité


tore_couleurs.jpg
 
Partir de l’intérieur
pour aller vers l’extérieur


Amies et amis, la lutte continu : être éveillé
 
Je ne suis pas un numéro !
 
 
Histoire officielle, Science officielle, éducation officielle :
« Quelqu’un m’a fait cadeau d’un petit livre absolument extraordinaire : il contient les reproductions des œuvres de toute la peinture officielle en France jusqu’à 1914. Et à la dernière page, se trouve une simple liste : les noms des gens qui n’ont pas participé à des expositions, qui n’ont pas vendu, qui n’ont pas reçu de primes : toute la peinture véritable est dans cette dernière page. Quant au reste, ce sont des choses absolument invraisemblables. C’est un phénomène qui se répète tout le temps ». Roberto Rossellini.
Encore une preuve qu’il faut creuser l’ésotérique et abandonner momentanément l’exotérique. C’est aussi : les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers.
 
 
« Toute idéologie est un prisme ». Roberto Rossellini.
Rappel : le dictionnaire Le Robert explique que l’idéologie est encore un truc issu du Siècle des Lumières, et héritage direct d’Aristote et Cie : étude des idées, de leurs lois, de leur origine, et bien-sûr cette explication vient de Lalande ; donc une truc complètement mental et duel, et donc diviseur... Ce n’est pas ça la liberté.
 
La société issue de 1789 et du Siècle des Lumières, et des encyclopédistes révolutionnaires a aboutit à l’inverse de ce qu’elle prétendait combattre : l’ignorance et donc la privation de liberté. Leur libéralisme a donné un humain encore plus proche de l’animal qu’avant : l’humain-animal se dirige désormais vers les choses qui lui sont simplement convenables et pratiques. Comme l’exprimait avec force Jean Coulonval, l’être humain est désormais réduit au prolétaire, dans le sens que les Anciens Romains donnaient à ce mot/maux : celui qui est considéré comme utile à Rome, que par les enfants qu’il engendrait. Utile pour fournir la viande pour le travail et éventuellement pour la guerre. L’être humain en est réduit à sa seule préoccupation : son pouvoir d’achat, et c’est la-dessus que se basent les politiques pour couillonner le peuple. Vous pensez bien, il faut faire tourner les usines et faire entrer des sous chez les banquiers ! Cet enfer nous vient en partie des franc-maçons et du monde anglo-américain où il faut faire « comme tout le monde » : consommer (American way of life).
Donc dans le monde démocratique et libéral de 1789, on existe, mais on est pas. Le peuple a été matérialisé, il est devenu uniquement sensible aux faits, aux sensations physiques, aux appétits du sensibles, comme l’enfant, en proie au lavage de cerveau du cinéma hollywoodien (qui a toujours cherché comment conditionner le public pour faire un max de bénéfice) et surtout de la télévision ; le peuple est la proie du monde des images qui le conditionne à toute heure du jour et des saisons.

1789 est le système matérialiste identique au communisme qui en découle, puisque ces systèmes ont tué le religieux ou spirituel pour en faire une nouvelle religion à l’envers : le principe ou essence est la matière et non le Verbe ou souffle de l’Esprit ; cela entraîne donc un dogmatisme auquel doit se référer toute action individuelle et sociale. Le communisme devient un mélange d’une trinité de pouvoir religieux inverse, pouvoir politique, pouvoir économique. Il ne les distingue pas, et se présente comme l’envers de l’islam, lequel réalise aussi les trois pouvoirs, mais pour soutenir l’unité du divin, selon ce qu’explique fort clairement Jean Coulonval. Si le communisme désire le bien de l’humanité, il n’en a réalisé que d’effroyables caricatures. Selon Coulonval, l’Occident chrétien aurait la possibilité de réaliser le bien de l’humanité, mais ne le fait pas depuis longtemps, à cause de son aveuglement par la dualité irréductible du spirituel et du temporel, ce qui empêche l’Harmonie de rayonner parmi les peuples. Pour Coulonval l’Islam s’en rapproche aussi, pour s’en convaincre, il n’y a qu’à lire un peu le Mathnawî de Djalâl-od-Dîn Rûmî. Et cette harmonie possible de l’Islam fait peur à ceux qui prônent un gouvernement et une société mondial totalement matérialiste.

1789 à donné la première guerre mondiale, où en est sortie la seconde guerre mondiale, qui fut une guerre idéologique, on ne s’entretuait pas pour des territoires mais pour des idées, notamment Hitler éprit de mysticisme détestait en toute logique la Révolution de 1789... et les anglo-américains étaient une construction d’après le modèle Siècle des lumières et la franc-maçonnerie...

1789, l’encyclopédie, et avant la Renaissance et les découvertes ont donné la « libre pensée », et du même coup un manque de liberté : impossible de gouverner en reconnaissant le droit à chacun de ne pas être d’accord. Ainsi la libre pensée a donné autant d’opinions qu’il y a d’individu, renforçant du même coup l’individualisme. « Chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage... et monstre qui pense différemment » écrivait Montaigne. Ce qui en a suivit, le pouvoir du peuple, est la plus énorme escroquerie de l’histoire de l’humanité, de même que les régimes d’Assemblée si subtil que soit leur dosage ; il fallut des franc-maçons derrière tout cela pour que l’édifice tienne... Il fallut aussi que ces nouveaux régimes démocratiques pour tenir dissolvent la consciences politique dans la conscience économique (le pouvoir d’achat), tout en tuant le développement de l’âme sous le débordement des réactions du sensible, du physiologique et du psychologique, en précédant à la « massification des peuples ». Le véritable pouvoir étant celui des sociétés occultes genre franc-maçons, tout au moins certaines grandes obédiences.

1789 nous a donné l’individualisme inversement proportionnel à la qualité de l’être humain, lequel est devenu un NUMÉRO de sécurité sociale, une unité arithmétique dans la masse des humains, un matricule dans les multiples fichiers du pouvoir en place. L’individu est devenu individu : le numéro un, le voisin le numéro deux, etc. 1789 à limité la vie de cet individu à la seule dimension quantitative des besoins physiques, à la seule sensibilité de la vie se limitant du berceau à la tombe.
Cet individualisme, cette coupure d’un ensemble a donné les étiquettes de ceci et de cela, les partis politiques ennemis qu’on appelle « opposition », comme si c’était un adversaire à combattre. Tout cela n’est pas constructif et n’apporte aucun avancement.

1789 a effacé la trinité : pouvoir du clergé, pouvoir de la noblesse, pouvoir du Tiers-État, pour ne donner que le pouvoir politique et le pouvoir économique. Le troisième pouvoir religieux s’est transformée en société secrète style franc-maçonnerie où on phylosophe beaucoup.
La véritable harmonie demande effectivement un élément entre deux contraires, pour former une Trinité, mais cette vision est hélas encore trop euclidienne, encore trop en ligne droite

1789 a donné l’éducation (presque) gratuite pour tous (presque). C’est certes une bonne chose pour l’acquisition des quatre opérations de calculs et savoir lire et écrire, mais ça se gâte par exemple vers l’adolescence : tout se perd dans un lavage de cerveau et un super remplissage de ce même cerveau, qui coupe le pauvre jeune homme ou la pauvre jeune fille de son savoir antérieur ; ils y perdent surtout leur spontanéité. Nous retrouvons la même chose dans le lavage de cerveau et le conditionnement que procurent les médias de l’image et du son, qui ne nous renseigne pas sur notre civilisation, ou s’ils le font timidement ça devient du formatage.

La véritable harmonie est la connaissance de soi, de partir de l’intérieur pour aller vers l’extérieur. « L’important, qu’est-ce que c’est ? C’est de découvrir les hommes tels qu’ils sont. Donc partir sans aucune idée préconçue ». Roberto Rossellini. Et oui, il faut bien partir de l’intérieur vers l’extérieur et non le contraire comme le font la plupart des gens, des physiciens et autres chercheurs et même quelques artistes, ce qui donnent de vilaines choses. Ce sens de la recherche en partant du Cœur, de la Conscience, peut s’apparenter au christianisme, tout comme il appartient totalement à Ramana Maharshi.

Partir de l’extérieur pour aller vers l’intérieur s’apparente au communisme, mais aussi à l’idée préconçue, donc au mental tueur. En partant de l’intérieur, on découvre véritablement la vérité, la faiblesse de l’être humain, là où se situe la véritable égalité, et non celle affichée sur le fronton des bâtiments républicains. Le pire, comme l’explique Ramana Maharshi, c’est qu’il n’y a pas à chercher, à lutter pour cette égalité, pour atteindre le Cœur, la conscience, puisqu’elle est naturellement en chacun de nous. Chaque être humain possède ce Cœur, ce Soi divin qu’enchante Maharshi. Donc il n’y a pas de lutte pour être un « héros », tout le monde le peut, le plus difficile est de partir du bas, du centre, de l’intérieur.
Le problème est que lorsqu’on s’approche du but, du centre, ça devient de plus en plus difficile. Tous les enseignements traditionnels le disent. Et logiquement plus une personne monte haut dans sa recherche spirituelle et libératoire, plus le sentier est étroit et plus elle peut chuter durement ; et là ce sera terrible. Un Saint est souvent à la limite de se perdre.
Certains humains sont tellement dépassé par les événements qu’ils ont déclenchés eux-mêmes, qu’ils en oublie de regarder de l’intérieur vers l’extérieur et font le contraire : appeler une imaginaire aide extraterrestres pour éteindre le feux qu’ils ont imprudemment allumé. On dirait des enfants qui prient la bonne fée, ou l’enchanteur Merlin, ou les Anciens ou les Asgards de Stargate SG1 pour faire couler l’eau dans la fontaine à sec, ou quelque chose comme ça. Comme quoi l’humain est véritablement nu, faible, et égalitaire... comme écrit plus haut. Cela n’a pas évolué depuis plusieurs millénaires. De vrais gosses.
  
« L’homme est fermement convaincu qu’il veille ; mais en réalité, il est pris dans un filet de sommeil et de rêve qu’il a tissé lui-même. Plus ce filet est serré, plus puissant règne le sommeil. Ceux qui sont accrochés dans ses mailles sont les dormeurs qui marchent à travers la vie comme des troupeaux de bestiaux menés à l’abattoir, indifférents et sans pensée.
Les rêveurs voient à travers les mailles un monde grillagé, ils n’aperçoivent que des ouvertures trompeuses, agissent en conséquence et ne savent pas que ces tableau sont simplement des débris insensés d’un tout énorme ». Gustav Meyrinck. J’ajoute que c’est exactement ce qu’exprime plus haut une citation de Roberto Rossellini à propos de tableaux.
« Veiller est tout. Le premier pas vers ce but est si simple [Ce que je qualifie d’innocence] que chaque enfant peut le faire. Seul celui qui a l’esprit faussé a oublié comment on marche et reste paralysé sur ses deux pieds parce qu’il ne veut pas se passer des béquilles qu’il a héritées de ses prédécesseurs »... « Mais ne fais pas comme beaucoup qui savent qu’il est écrit : examinez tout et ne conservez que le meilleur. Il faut aller, ne rien conserver et retenir la première chose venue », toujours de Meyrinck, extrait du Visage Vert, cité dans le Matin des Magiciens, de Bergier et Pauwels.

Enfin pour terminer, mais tout est lié, Internet risque fort de n’être plus un espace de liberté d’expression : « Le cybe­res­pace est un lieu qui pro­tège l’anonymat, la liberté d’expression et l’autonomie des indi­vi­dus, il est en train de deve­nir un lieu qui rend l’anonymat plus dif­fi­cile, l’expression moins libre et fait de l’autonomie indi­vi­duelle l’apanage des seuls experts ». Conclusion, Internet restera toujours incontrôlable (un peu).



Note : L’aspect Trinitaire qui devrait exister dans ce monde pour que l’Harmonie y règne, est impossible à se représenter même mentalement, surtout mentalement. Ce n’est pas un truc entre deux extrêmes, ça peut ressembler au Tore coloré représenté en haut de l’article, et qui provient du site de Pierre De Châtillon, mais il ne se souvient plus du site où il a pioché l’image, et je n’ai rien trouvé de mon côté avec un moteur de recherche ; selon lui, ce tore représente comment est codé le Dieu des Anciens, selon les traditions hébraïques. Je suis surpris, heureux même, car ce tore coloré représente exactement un rêve que j’avais fait vers l’âge de 30 ans. En tous cas, ma vision se concrétisait par une portion de ce tore puisque j’étais à l’intérieur, à l’endroit où se situe le Blanc, donc l’Instant ; toutes les variations colorées étaient très lumineuses comme éclairées par leurs propres pigments. Les théologiens de l’Église catholique chrétienne essayent depuis deux millénaires de comprendre le mystère de la Trinité, car C’EST LA SOLUTION EFFECTIVEMENT. La dualité est condamnée, comme l’exprime si bien Jean Coulonval.

Dans la même famille des mystères trinitaires, ou de l’Instant, ou du Temps, voir aussi le paradoxe de Banach-Tarski.
Giordano Bruno a aussi abordé le problème du mystère Trinitaire. Il a explosé l’intérieur vers l’extérieur à tout l’univers, alors qu’à son époque la seule planète Terre était le centre de... toutes les perversités ! L’inquisition de la pensée était sous la hache du Grand Inquisiteur : Aristote bien-sûr. Manque de pot on ne l’a pas dégommé en 1789 !
Giordano Bruno qui écrivait que « La Nature c’est Dieu dans les choses », Dieu, ce que la Révolution de 1789 s’est empressée de basarder. Tout comme 1789 a basardé la foi au profit de la raison, laquelle ne saurait fonctionner toute seule sans la foi, etc... Toujours cette connerie de dualité.


M. R.
 
 

Dernière mise à jour : 25-07-2010 00:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >