Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Occident contre Orient = menace nucléaire
Occident contre Orient = menace nucléaire Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-03-2024 21:23

Pages vues : 228    

Favoris : 61

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
democratie_bombesisrael.jpg
 
 
Occident contre Orient = menace nucléaire
La Russie (son gouvernement et État) se
sentant menacé. L’humain étant le Tout a
aussi le pouvoir de se détruire lui-même.
Option provenant surtout de l’Occident
psychosé par le « libre choix » du mercantilisme
(qui par exemple aboutira au ”mariage pour tous”).
 
Occident contre Orient est rendu à
l’état de DISSUASION dans cette civilisation
de l’INTIMIDATION tel le mammifère protégeant
ses petits.

Effectivement l’humain à la différence de l’animal
dispose d’une « autonome spirituelle », que tente
de modérer les prêtres du régime républicain :
l’être ne tente plus de se faire Être, il
tente de se faire AVOIR ! (par sa condition
de « pouvoir d’achat »).


Par exemple dans le Yoga Vasystha l’âme humaine et le ”Connaître toi-même par toi-même”, l’essence devenue, Paradoxe suprême : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction » (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).
Ainsi : « Être, c’est ce SERAIT ”se faire être” », soit devenir comme Ptah, le NÉ DE LUI-MÊME. Bien-sûr « en comblant » l’espace-temps en forme du Paradoxe ne pouvant que construire le GATE GATE : l’être n’existe qu’en étant de portes des portes : « Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi », des portes perpétuellement toujours à passer sans jamais atteindre quoi que ce soit évidemment, sinon, c’est la saisie, le fixe, la coagulation !!!

Ainsi la Conscience est identique au TOUT, or dans un Trou comme il n’y a rien d’autre que ce Trou, pas de Trou à voir ! Le Paradoxe suprême fait que le l’humain est identique à un MIGRANT, ou plutôt à un VOYAGEUR sur la planète, un TÉMOIN QUI POINTE, TEL L’ÉCRAN DE CINÉMA QUI REÇOIT LES IMAGES MAIS N’EN SUBIT PAS LES EFFETS (une séquence de plans d’incendie ne va pas brûler l’écran, idem avec une séquence d’inondation qui ne mouillera pas l’écran).
Cependant avec le Monothéisme unilatéral républicain, ses grands prêtres essayent de plus en plus à faire que les ÉCRANS BRÛLES ET SOIENT INONDÉS…. Vous serez maintenant le « spectateur-témoin engagé », donc une adhésion sans adhésion tel qu’est un électeur forcément distant spatio-temporellement de celui qu’il a élu !

Donc l’être humain étant le Tout, l’Univers Lui-même, de manière innée et con-naturelle, il a effectivement et le pouvoir de création et le pouvoir de destruction largement avancé par son utilitarisme démentiel. Si la Conscience, le Soi partagé est, en tout Être, une racine de Divin partagée forcément, on en arrive à ce que tout est conscience, y compris les objets au Dehors, et qu’il ne peut exister de conscience sans « quelque chose » au Dehors dans la relation BRÛLANTE, FROTTANTE, PROMÉTHÉENNE, DE LA DUALITÉ ILLUSOIRE DU DEDANS-DEHORS, EN MIROIR(1). Cette Conscience devenant Conscience-Énergie forcément gratuite puisque naturelle, mais que certains font payer sous le nom de ”droit d’auteur”, ou de ”propriété intellectuelle” (et de brevets).

Si bien que cette Conscience se comporte COMME UN MIROIR : elle reflète « la connaissance-effet », ou « connaissance-dedans », qui peut se transformer en « Conscience création » ; et c’est là le danger d’une conscience mal contrôlée de dériver vers l’actuel utilitarisme des CROYANCES du « toujours plus », parce que nécessairement Tout ne peut partir que de l’INVISIBLE vers le VISIBLE, et non le contraire.
L’humain se découvre lui aussi un créateur cosmique, mais soumis au Soi, alors il dépend de chaque Être de rester une créature, un usager, ou un créateur : L’exécutif, de la bandes organisées appelées ”État, gouvernement”. Évidemment que cet aspect de fausse création en bandes organisées appelé ”État” est complètement le contraire du sens de l’Art (voir l « art républicain » par exemple….). Car cet aspect socialisant singeant une religion : relier, harmoniser les êtres humains entre eux, s’approprie un monde qu’il subit pour en convertir les éléments en souhaitant LA « liberté », qui va leur prescrire des normes-lois…. Et finalement définition du totalitarisme républicain.

L’humain est donc un « créé-créateur », d’où le d’ANGER pour toutes les autres formes de vie. Mais IL N’EST QUE créateur au ”petit pied” (Padam en sanskrit signifie pied, et est synonyme du Soi, l’Être véritable). Ici il devient nécessaire de rappeler la phrase de Saint Bonaventure : « Jamais l’âme et Dieu ne peuvent coexister ». Itinéraire ne veut pas dire Itérer : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». Seul le NON-LOCAL peut fonctionner….

L’humain-miroir : Macro-Microcosme ou en Haut comme en Bas et l’inverse.
L’âme, selon Saint Bonaventure, exerçant la Divinité en petit, peut donc projeter son petit Univers, appelé à prendre place dans les Eaux Primordiales, cette figure du Grand Rêveur (Dieu), de façon à ce que cette âme y rencontre plein d’expériences lui permettant de recouvrer la conscience de sa Vraie Nature, son ‘Je’.

Aussi est-ce par ce Retournement de la lumière de tous les possibles - Lumière-Principe qui Nous est innée et dont Nous ne sommes, comme mental établi, que des manifestation du Soi, - et par ce retournement en s’installant définitivement et seulement dans le Soi pour y découvrir sa destinée dans le sentiment Océanique des Eaux Primordiales, en apprenant à mettre à l’oeuvre les divers aspects de la Conscience du Soi en lui, que l’humain accède, finalement, à cette Félicité naturelle qui constitue son véritable héritage.

Pas de conscience sans objet, ni d’objet dans conscience, signifie bien que LE MONDE EST DANS L’ÂME OU DANS LE MENTAL, ET QUE TOUT EST EN SON POUVOIR, dès lors que le mental purifié est cette puissance éternelle et autonome qui témoigne d’une puissance d’invention (comme nous la subissons tous, ce qui prouve le CACA grandiose du mental général de l’humain de L’APRÈS CONCEPT ÉLECTROMAGNÉTISME QUI DÉTRUIT TOUT).

LE GRAND RÊVEUR, L’ABSOLU LUI-MÊME, VEUT-IL DÉTRUIRE SA CRÉATION ET CE QU’IL Y A DEDANS ? AFIN DE « LAVER » DES FÈCES QUI S’Y TROUVE, ET DONC QUI SONT D’UNE SI GRANDE IMPORTANCE ?……. (L’excrément énergie…) TANT LES EAUX PRIMORDIALES SONT ASSÉCHÉES DEPUIS SI LONGTEMPS….
DIEU OU GRAND RÊVEUR NE PEUT QU’ÊTRE AMOUR-GRATUITÉ, telle est sa GÉNÉROSITÉ-ÉNERGIE-LIBRE inhérente à cet Absolu Lui-même, car le sens de la LIBERTÉ ABSOLUE rejoint à DÉTRUIRE  UNE TELLE LIBERTÉ ABSOLUE QUAND LE SUJET DEVIENT POSSESSEUR DE LA VÉRITÉ DU SENS ULTIME A ACCÈS À L’INTUITION DU RIEN DU TOUT…..
DIEU OU GRAND RÊVEUR = SHIVA, fonction de dissolution et de destruction, soit le Transformateur des êtres ; son rôle est central dans l’existence de Ramana Maharshi.


Le Soi qui brille de Lui-même, tel Ptah s’imaginant Lui-même, et par là même devenant L’ARTISAN de son ‘je’ et de tous les ‘je’ des Anciens Égyptiens, surtout les artistes-artisans, au moyen de Lui-même par le pouvoir de sa propre maya [illusion, rayonnement] : le Soi Lui-même Con-Naît les choses et les INSUFFLENT (Genèse 1,2).

Chacun d’entre Nous est nécessairement impliqué dans la production de grande envergue qui se déroule sur l’écran de cinéma, dans le film (L’ÉVÉNEMENT) au centre duquel Nous sommes forcés d’accepter nombre de conventions qui servent de support au film. Conventions qui par exemple dans le film s’appellent : plan, séquence, grosseur de plan, durée du plan, en intérieur, ou en extérieur, etc. Donc une certaine ”objectivité” complètement indépendante de notre pouvoir créateur (limité en apparence par le seul écran neutre). Mais Nous ne sommes pas les images-événements qui défilent sur l’écran.
CONVENTION = RACINE DU MAL (2), parce qu’elles passent pas le Dehors : toutes conventions sans exception passent par le Dehors, et jamais par le Dedans. Parce que le Dedans s’est construit sur le Dehors en FAUX DEDANS : L’INCONSCIENT COLLECTIF DU MÊME THÈME QUE LE CONVENTIONNEL DU DEHORS.
La plus grosse convention actuelle étant LE TEMPS, LES JOURS « OUVRÉS » LIÉS AU CAPITALISME, À l’ÉTAT ET AU SALARIAT : la même heure pour tous afin de faciliter le commerce : Le roi Charles V en 1370 ordonne que toutes les cloches se règlent sur l’horloge du Palais Royal, qui sonne les heures et les quarts d’heures. (D’après Jacques LE GOFF, dans “Pour un autre Moyen Âge” chapitre Temps et Travail, page 76). Invention du temps de l’horloge, d’où découle l’ère productif, et l’argent des bénéfices !

Le d’Anger de se réaliser soi-même est de chuter dans l’anthropomorphisme, mais chez Ptah ce d’Anger est contenu par ses BANDELETTES (fluide vital, vêtement de Lumière, le Surfeu).

L’état Naturel étant l’absence de Dedans et de Dehors, fait que l’Être libéré étant Celui qui entre en contact avec tous noms-les-formes, du fait qu’Il ne fabrique pas la racine du mal en un Dedans et un Dehors des noms-les-formes, et assume le Soi même de la propre Nature des noms-les-formes, tel est l’Ainsité.

L’ÉTAT NATUREL OU AINSITÉ = toutes opinions concernant ce qui est appelé ”réalité” sont finalement vaines, surtout le big bangisme. La Réalité ou la Vacuité, le Silence, n’est pas le néant d’un nihilisme nécessairement très possessif et totalitaire -, mais la Source Véritable de l’Amour-Gratuité, « énergie libre ».

Notes.
1. Le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant, le jnanî, est comparé au reflet dans un miroir sans tâche [miroir clair ou sans tain] dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938)

2. - Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion vulgaire à distinguer de la Vraie Loi de succion ou Eucharistie, mais ne pas tomber dans la gloutonnerie spirituelle qui existe aussi, c’est-à-dire ne pas tomber dans LA FIXATION OU COAGULATION D’UNE SPIRITUALITÉ COMME FIN EN SOI OU COMME « FIN DES TEMPS »  ].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14)
 
 

Dernière mise à jour : 02-03-2024 21:55

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >