Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La racine du mal
La racine du mal Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-10-2020 16:12

Pages vues : 83    

Favoris : 5

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
 
frise_moulin.png
 
 
La racine du mal
 
 
- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou Eucharistie].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14)

L’Unicorne ne cherche rien, n’a besoin de personne, se suffit à lui-même, n’ayant pas de besoin. il ne convie personne là où il EST, ne jaillissant pas de dedans à dehors : mais il reconnaît partout et toujours les Siens et Joue avec eux le grand jeu de l’Existence sur le Sentier. C’est Cela vivre… Point n’est besoin d’Avoir pour CELUI QUI EST. Et celui qui plaça au creux de la Pierre était l’Enseignant qui SAIT (et non qui croit). Et chacun pouvait Savoir sans désir d’avoir le Savoir (qui n’est que bagage intellectuel et possession), sans désir de technique et Art d’Avoir (des bagages culturels, de la culture, des informations disons-nous à ce hui).

Vile = Villes et parasitisme, déjà dénoncé par Fernand Braudel dans Civilisation matérielle, économique et capitalisme, 15è-18è siècle, vol.1.
Argent = villes = citoyens habitants des cités ou ville comme les bourgeois habitants des bourgs.
Braudel écrit aussi qu’avec la monnaie le travail de l’humain en fait une marchandise, une chose, ce qui est entièrement vérifié de nos jours. Il est temps de sortir de l’enfer du citoyenisme et de son urbain de tôles-boulons-acier-verre-béton-goudron.

D’après Braudel la révocation de l’Édit de Nantes en 1685 a assuré l’essor de la Banque protestante ; à y ajouter les marranes espagnols et portugais qui de retour à Amsterdam retournent au judaïsme ! Puis ensuite émigrent à Londres dans la City et vont y créer nombre de de fortunes qui concourront à la création de l’essor industriel au 19è siècle, capitale et nombril de la finance internationale du capitalisme.

Tout ça participe de la dualité…..
Comme la PEUR si utile aux États et à leurs « forces de l’ordre » comme si la vérité ou l’ordre naturel avait besoin d’être défendu comme de défendre son porte-monnaie contre le chapardage ! La peur ou la torture c’est la même chose de nos jours car pour les États qui n’ont jamais été une démocratie comme les États-Unis la torture « moderne » doit détruire l’être humain de l’intérieur sans laisser de trace trop visible à l’extérieur ; c’est la peur ou la torture propre par rapport à l’ancienne où le bourreau brûlait les pieds, ou les brisait et que « ça faisait pas propre », bref, ce n’était pas « moderne ».


Dans la racine du mal se trouve L’HISTOIRE.

L’historien des événements politiques ou religieux, l’ethnologue, le sociologue, le psychologue, l’archéologue, ne sont pas des entités qui opèrent en dehors du temps qui coule dans le spatio-temporel. Ce ne sont que des humains engagés, d’une part, dans une situation « concrète », et d’autre part, dans une logique déterminée par la mode du moment, suivant une évolution (histoire), dont ils prétendent rendre compte. Ainsi cette « logique » n’est pas autonome, elle n’est pas un étalon, un dogme, mais une opinion, soit elle ne représente qu’une superstructure qui recouvre, dans le mental de l’observateur, tout une idéation caché, où des mythes nouveaux ont été substitués par la culture, par l’opinion de l’enseignement universitaire, associé à des opinions de mythes anciens !

L’histoire ou le mot-à-dire : en Occident la « pensée moderne » est une pensée CONDITIONNÉE, et plus que jamais avec l’Empire anglo-saxon et judéo-maçonnique spéculatif (née à Londres en 1717). En Occident, le mythe de la « raison » qui, lui-même, a été élaboré à partir d’éléments irrationnels multiples qui donneront des « évidences » sur lesquelles reposeront les « principes d’intelligibilité » que finalement, personne ne saurait expliquer ni définir de façon rationnelle.
« Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps. L’histoire « re-créé » une durée intellectuelle, un enchaînement logique entre des moments abolis en tant que tels, elle « re-fait » les faits et les déforme d’autant. Il y a des faits proprement dits et scientifiquement observables dans la seule mesure où ces faits peuvent être reproduits dans les mêmes conditions. Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables » car, dans les sciences humaines, l’observateur est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouve ainsi qu’elle méconnaît et la notion de fait et la notion d’objectivité ».
(En référence à René Alleau : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle, qui donne une bonne définition du sens « moderne » de l’histoire).

L’histoire est typiquement du SENTIMENTALISME, DE L’ÉMOTION…. UNE DES RACINES DU MAL (sur laquelle jouent les politiques en bandes organisées de l’État).

Le piège de la Matière, c’est le binaire toujours bouffant de l’évolutionnisme.
La dualité ou le binaire, C’EST LA DANSE DE GUERRE SOUS VOS PAS. Seule la Trinité universelle du EL au Ré-EL à la RÉALITÉ EST SOUFFLE DE VIE COMME LE FEU. TRINITÉ OU PATTE D’OIE…

HISTOIRE : méfiez-vous des Religions qui prônant leur « Vivre ensemble » ou « l’Amour des humains » : elles ont oubliés les Dieux. Les êtres ont dénaturé leurs Paroles interprétées par eux et pour élaborer des « religions » en forme de socialisme. Parce que la Religion est utilitaire, pratique, ET NON VITALE comme l’est l’Art de la Vie ; laquelle est pour tous et protecteur de leurs communautés.

HISTOIRE : nos Dieux et leurs Dieux sont les mêmes ; mais ils croient aux Noms et aux Formes, à la seule musique de surface et ne savent pas ce que sont les Dieux éternels et réels [les Essences] ; ils se battent non pour les Dieux mais pour les mentions des Dieux ; ils honorent non les Dieux mais leurs mentions !

HISTOIRE : ceux qui veulent saisir ou fabriquer « la Paix » ne cherchent jamais la Lumière, la Source en leur cœur. La Paix est dans la Source, pas ailleurs ; Elle est dans les Cris, le Tonnerre, les Éclats de joie….

HISTOIRE : sinon le mental te mène où il veut dans des histoires en souvenances et imaginations à n’en plus finir. Détruire l’histoire car autrement toutes tes activations et idéations sont des agitations, car il règne en maître de tes cinq sens, il congédie les directions et les rythmes du Tic-Tac Divin en toi, et ainsi tu n’en fais qu’à ta tête (suivant ton opinion).


Renonce à l’histoire, et à la sécurité, renonce à ta réputation et à ton « amour-propre » (ton ego) et sois déshonoré et discrédité.
Le ver qui naît misérablement dans une bûche, comment connaîtrait-il le bois quand il était une pousse verte ?
Et si le ver le savait, ce serait l’intellect dans son essence ; le ver n’en serait que la forme estérieure.
L’intellect se manifeste sous divers aspects ; comme la péri, il est éloigné de maintes lieues.
Il est supérieur aux anges - pourquoi le comparer à la péri ? Mais tu as les ailes d’une mouche, tu voles vers le bas.
Bien que ton intelligence vole vers les hauteurs, l’oiseau de ton conformisme se nourrit de sol.
La connaissance conventionnelle [le social socialisme et son ”vivre ensemble”] est une calamité pour nos âmes ; c’est une chose empruntée, mais nous sommes convaincus qu’elle est nôtre.
De cette sorte d’intelligence, il nous faut devenir ignorants, il nous faut saisir la folie.
Chaque fois que tu aperçois un profit [matériel] pour toi, fuis-le ; bois le poison et répands l’eau de la vie.
Insulte celui qui te loue ; donne au pauvre l’intérêt et le capital.
Renonce à la sécurité et demeure au lieu du danger ; renonce à ta réputation et sois déshonoré et discrédité.
J’ai fais l’essai de l’intelligence prévoyante [la raison] ; désormais, je vais me rendre insensé.
(Djalâl-od-Dîn Rûmî, Mathnawî, Livre deuxième, 2322-2332)
 
 

Dernière mise à jour : 23-10-2020 20:49

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >