Accueil arrow News arrow Dernières news arrow LES VOYEURS
LES VOYEURS Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-04-2024 22:30

Pages vues : 163    

Favoris : 41

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Conditionnement, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Sionisme, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
homme_sauvage_thiers_rudra.jpg
 
 
LES VOYEURS
Les Pour-Voir

 
 
La Vérité authentique et parfaite ne peut qu’être le TOUT. Du TOUT, tout se créé. Si ce Tout est sorti de ce TOUT, ce qui reste est aussi le TOUT : non-commencement/non-fin, ou NULLE PART SE TROUVE UN EFFET PROVENANT D’UNE CAUSE, FUSION DU NON-VU ET DU VU. Ne permet aucune dualité sujet-objet ou saloperie de cause-effet, ou saloperie de quantité, de collectivité, aucun ordre (politique, organisation) cette forme de chaos humain. La Vérité est nécessairement SANS Dedans-Dehors ou Jour-Nuit.
Enfin, connaître la Vérité c’est cheminer sur le Sentier de l’Éveil authentique et parfait ou LIBERTÉ INCONCEVABLE.

Mais ces humains non réalisés et comparable à des animaux préfèrent se tourner au DEHORS : observer des étoiles, envoyer en l’air des tôles-boulons qu’ils appellent « satellites », et RE-faire le monde tous les jours.
CHAOS HUMAIN = État : l’autorité ne peut naître que quand naît LA CROYANCE-CRÉDIT-CRÉDOT-CRÉANCE-CONFIANCE, les anciens banquiers s’appelaient « Marchands de Confiance », ainsi l’autorité apparaît quand naît une classe privilégiée, qui est supposée CON-NAÎTRE CE QU’EST L’ÊTRE HUMAIN, SES BESOINS, CONNAÎTRE LA MATIÈRE.
Mais aussi instruit, et ce n’est aucunement le cas de « l’exécutif » étatique, aucun être humain ne peut en obliger un autre à Pour-Voir (ou voir), chacun voit uniquement ce que ses « yeux » ou oreilles sont capables de voir et d’entendre. C’est pourquoi chacun est sur le SENTIER vers la Liberté inconcevable à jamais ; si elle était concevable, ce serait l’ENFER sur Terre, ce qui est déjà un peu le cas depuis le 18è siècle français des loupiotes.

LE VRAI, LA BEAUTÉ, est dans les yeux quand il n’y a pas de spectateurs, le Vrai devient faux dès qu’il est vu, donc quand il n’y a pas de voyeurs (surtout franc-maçonniques, Grands Voyeurs des grosses obédiences par excellence, comme le Grand Orient de France pépinière à ”isme” du gouvernement étatique…….)

En admettant l’existence du monde, je dois admettre quelqu’un qui le voit et qui n’est autre que moi-même. C’est comme le temps qui coule : il faut une conscience pour le voir. Laissez-moi trouver “moi-même” de manière à ce que je connaisse la relation entre le monde ou le temps et celui qui le voit. Mais quand je cherche le Soi (le (Je’) et demeure comme le Soi (l’Ici et Maintenant ou Instant), il n’y a plus de monde à voir, la dualité sujet-objet ou cause-effet a disparu. Quelle est alors la Réalité ? Seul celui qui voit dans l’Instant est réel, et certainement pas le monde ou le temps.
Ceci étant, l’être humain n’en continue pas moins de discuter en se basant sur la réalité du monde. Qui donc lui a demandé de plaider la cause du monde ? Qui donc a demandé aux tikkounistes (Tikkoun Olam et ”peuple élu” et voie du Salut) de réparer le monde ?

Toute cette vie ici-bas est construite sur l’unique temps qui coule : concept de naissance et de mort, de survie, de labeur, de renaissance dans un « paradis » ou une Après-Vie. Que des absurdités ! Et combien d’autres sur lesquelles notre mental a construit SA manière de survivre.
Donc, retirez l’illusion du temps qui coule. Qu’est-ce qui reste ?
Un apocalyptique effondrement dans l’Instant.

Alors, ALLEZ-Y LES GARS ! TIREZ LE RIDEAU, TOMBEZ LE MASQUE : Vraie définition du mot ”Paradis” ou ”Jardin”, ou encore : ”Tapis Volant”….. En langue des Oiseaux ou langue phonétique seule, ”rideau” est ce qui voile la Nature réelle de la matière, qui sera ”levé” pour l’Opérateur… au sens d’une désintégration moléculaire (le Soufre alchimique), le SURFEU en Feu surhumain, sans flamme ni cendre, tel l’Ouroboros qui se dévore Lui-même, quand la puissance se retourne contre soi, alors l’Être devient véritablement l’Être en se totalisant sur l’Instant de sa Perte (Fléau), et preuve suprême, comme le Fléau de la balance, la plus claire de son Existence.

Mais ça, le transhumanisme anglo-américain procédant à la façon des Tikkou Olam, en projet-projection, ne peut le comprendre.

Prochain traité de l’OMS et son Pour-Voir NOUVEL EMPIRE sous déguisement de l’habit « sanitaire » comme en Occident de l’après 1789 : la concentration de la pudeur autour de l’anus ou de la région génito-anale ; les excréments et excrétions c’est dangereux : l’ordre sexuel bourgeois s’installait dans ses interdits et dans ses répulsions, correspondance complètement aux exigences de la « raison » chère aux riches perruques poudrées du 18è siècle français des loupiotes.
L’hygiénisme est maintenant américanisé, comme sa démocratie, comme son informatique avec sa volonté de donner une explication rationnel à TOUT.

Une pandémie peut être « officialisé » sans aucun mort ! Du jour au lendemain la tête d’oeuf de l’OMS pourra décréter qui vivra ou qui mourra (les États devront ainsi prendre toutes mesures liberticides, comme entre 2020-22). Il n’est plus temps de se plaindre auprès des « élus », tous corrompus de A à Z à commencer par leur « isme » premier : l’État.
Le « pouvoir-citoyen » n’est plus auprès du « isme » étatique, mais DEHORS ce « isme » infernal et moribond.
QU’IL CRÈVE. QUE CRÈVE SON « CONTRAT SOCIAL ».

Пусть умрет Украина,
пусть умрет государство и его демократия.
Que l’Ukraine crève,
que l’État et sa démocratie crève.
 
L’humain a une pensée principale qui s’appelle : LA PEUR.

Son corps ou mental sait qu’il n’aime pas les surprises, elle lui font peur ; déjà sous cette forme l’humain est un ROBOT, un ROUTINIER, IL PRÉFÈRE CETTE SÉCURITÉ PÉPÈRE BIEN À LUI. ET LA BEAUTÉ-AMOUR-GRATUITÉ C’EST DE COMPRENDRE QU’IL N’EXISTE AUCUNE SÉCURITÉ TEL LE SAINT CHAOS, L’ÂGE D’OR : où les objets et les êtres volaient, les animaux se métamorphosaient en humains et l’inverse, les cultures poussaient spontanément et la chair des animaux dépecés repoussait dans la seconde. Mais un jour arrive LA FORTERESSE DE LA SÉCURITÉ, surtout depuis l’après 1945 et le 11 septembre 2001. C’est pourquoi l’Amour-Gratuité ou la Beauté ne connaît pas le concept de sécurité. C’est l’état d’être le plus vulnérable : l’état d’INNOCENCE : devant le mal, elle est une plaie ouverte qui ne s’infecte jamais (en réf. à Gustave Thibon, Notre regard qui manque à la lumière).
LA SÉCURITÉ EST LA PLUS GRANDE ENNEMIE DES MORTELS, dit Hécate dans Macbeth. Sécurité qui est un phénomène mental voisin de l’illusion, mais distinct : LA BÊTISE, elle aussi inattaquable telle la plait ouverte qui ne se referme jamais, à la différence que la Bêtise CHERCHE SON SALUT AU DEHORS, DANS UN MODÈLE : LA BÊTISE SE CHERCHE UN ROI, UN PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, ELLE SE CHERCHE UN MARCHAND DE CONFIANCE, ELLE SE FABRIQUE DONC UNE CLASSE.

LA SÉCURITÉ EST LA PLUS GRANDE ENNEMIE DES MORTELS, ELLE EST MÊME LA PASTEURISATION DES HUMAINS, SA ROBOTISATION MAINTENANT PAR L’INTERMÉDIAIRE DU TRANSHUMANISME DU SANITAIRE DE BIG-PHARMA ET DU TOUT CONNECTÉ DE L’INDUSTRIE INFORMATIQUE CAPITALISTE.
Robotisation sécuritaire de l’humain comme du temps de l’Empire romain : « du pain, du vin, des jeux ».

LA SÉCURITÉ EST COMME LE VASE : QUI PEUT CASSER À TOUT MOMENT.
La sécurité est comme un MOUVEMENT IMPRÉVISIBLE : PAN, LE TOUT, PANique, évocation de la terreur, évocation du surgissement du TOUT dans l’Instant : impossible d’aviser, impossible d’utiliser la « raison ».
Étant donné que Nous sommes fait de l’Univers, de tout les noms-les-formes de l’Univers, ils vont s’halluciner ou se projeter sur le Dehors ; à partir de là s’engendre la LOI DE SUCCION VULGAIRE…..

PAN : en haut de page, l’Homme Sauvage ou Homme-Nature ABSOLUMENT IMPRÉVISIBLE TEL LE FLÉAU (et fléau pour ce monde mécanisé, industriel qui veut tout contrôler, tout sécuriser).
 
Le monde actuel depuis la « révolution industrielle » occidentale sous la poussée des marchands de confiance (les banques) est complètement anti-nature, et il n’a de vie que dans cette « inharmonie » d’action qu’à partir de ce dernier terme de la Manifestation, ne pouvant maintenant s’exprimer dans aucun autre Plan.
Ce Plan porte en lui : à la fois, la Chute (tikkoun Olam ou réparation évolutionnisme) et la résurrection de l’Éternel Retour ou Réalisation de sa Vraie Nature, à la fois l’Abîme et la Transcendance.

Alors de cette osmose peut surgir :
- La victoire de ce monde du Complexe de Prométhée où toute évolution vers les Mondes Libres sera interrompue, et il sera procréé à la place une évolution statique, artificielle, transhumaniste, dans les trois règnes : Minéral, Végétal, Animal et Humain.
- Connaître les possibilités d’action du monde de Prométhée, ses dangers, évidemment aussi ses nombreuses limites certaines, et mettre à sa juste place le Fléau ou juste Milieu de la Balance qui est le support sur lequel le Plan Divin ou Originel se joue, et par lequel il y aura la Victoire de l’Unité Originelle, ou la Victoire Prométhéenne de la City de Londres et de Wall Street.

Dans un cas comme dans l’autre, le sens du mot « Bien » disparaît !

Dans le Plan actuel, tout être humain, quel qu’il soit, ne peut DONNER (Sonner, Chanter, Vibrer) à son semblable que ce qu’il EST véritablement Lui-même.
Alors, tout humain pour commencer devrait faire « société » avec lui-même, au plus profondément de sa conscience, avant de se lancer à faire société avec les autres. Car des relations authentiques et parfaites ne peuvent avoir lieu qu’entre Personnes authentiques et parfaites.

Maintenant, si c’est le transhumanisme et son I.A. qui envisage cette forme de « zéro défaut » à la mode « révolution industrielle informatique », et comme peu de gens auront fait « société » avec eux-mêmes, comme installant la charrue avant les boeufs-moteurs : bonjour les dégâts, bonjour aux PIRATES informatiques qui seront alors au PARADIS….

Avec Descartes, il s'est établi une rupture complète entre la res cogitans, la chose pensée, et la res extensa, le monde de la matière étendue. En conséquence fut abandonné le besoin de perception de l'unité essentielle des essences du divin et de la matière, tel qu'il s'exprimait au Moyen-Age d'une façon imaginaire et farfelue [les Anges poussent les planètes]. Mais, comme le remarque Heisenberg, « il serait inexact de dire que Descartes, par sa méthode philosophique, a donné une nouvelle direction à la pensée humaine. Ce qu'il fit effectivement, ce fut de formuler pour la première fois une tendance de la pensée qui pouvait déjà s'apercevoir durant la Renaissance en Italie et dans la Réforme ». C'est que les philosophes sont des révélateurs, des porte-paroles, des accoucheurs d'idées, vraies ou fausses, qui sont déjà dans l'air, n'attendant que d'être dites clairement, mais ils n'apportent rien d'essentiel.

La dichotomie de la res cogitans et de la res extensa a conduit le monde chrétien à perdre l'intuition de l'unité d'essence de ce qui informe l'âme par le haut, le divin, et de ce qui l'informe par le bas, la matière et les forces telluriques [dont l’opinion]. Le monde chrétien fut ainsi plongé dans un demi-laïcisme, la solidarité de l'Esprit et du physique ayant été rompue, particulièrement avec Galilée. La conséquence a été pour l'enseignement chrétien de se limiter pour ce qui est du comportement dans le spatio-temporel, le social, à un vulgaire moralisme sentimental sans référence aux essences. Il parle du sentiment religieux et non pas de connaissance (co-naissance = naître à l'Esprit : le ”Je suis ce JE-SUIS” résumé par le mot JEHOVAH, le Vrai…., origine de l’Être ou Premier Être (un mâle-femelle)). Ce demi-laïcisme explique qu'il peut y avoir des chrétiens-marxistes-communistes, ce qui est en vérité une monstruosité.

Employer le même mot pour Dieu et pour la Création, dire que Dieu ex-iste, invite les réflexes mentaux à se faire de Dieu une idée d'objet ex-istant face au mental, un objet à atteindre dans l’établissement de la dualité du sujet face à l’objet Dieu. Gagarine, le premier cosmonaute, a dit qu'il n'avait pas rencontré Dieu [Gagarine s’inscrit dans ce monde des VOYEURS, du POUR-VOIR et de la causalité nécessairement possessive]. Or, ce n'est pas l'homme qui atteint Dieu, c'est Dieu qui nous atteint. L'Homme, sommet de la Création, étant le tout de la Création [l’humain étant lui-même l’Univers], ne peut se voir comme objet extérieur à la Création [il ne peut ”sortir” de l’Univers pour le voir], et Dieu ne peut être perçu comme objet extérieur à sa Création. Pourtant, comme le dit Maurice Clavel, l'homme a voulu se faire exister par lui-même, et ce lui-même ne peut évidemment être que ses opinions. « Deux siècles chez Lucifer ». C'est la révolution de 1789 qui a établi le culte de l'opinion comme critère de vérité politique. Le peuple le croit mais les vrais politiques, les humains contaminés de pouvoir ne sont pas nécessairement ceux dont on publie les noms, ils ne sont pas dupes parce qu'ils ont pouvoir de fabriquer des opinions à leur convenance (si facilement de nos jours par la technologie du tout connecté de l’industrie capitaliste informatique].
(En réf. à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux).
 
 

Dernière mise à jour : 05-04-2024 22:46

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >