Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Zero Time Reference
Zero Time Reference Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-02-2011 00:36

Pages vues : 8359    

Favoris : 474

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Monarchie, Mondialisme, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Science, Sexe, Supplices, Synarchie, Temps, Terreur, Tortures, Travail

 
triangle1.jpg
 
Zero Time Reference
 
 
Montrer pattes blanches
 
 
Vous avez plusieurs chronologies EXTÉRIEURES ou dans le monde spatio-temporel :

- Celle qui part de votre conception.
- Celle qui part de votre naissance sur Terre
- Celle de la Terre elle-même
- Celle de la Galaxie dans laquelle se trouve notre planète
Et tout ce petit monde bouge !
Par contre dans les rêves ce petit monde bouge aussi mais beaucoup plus vite, ou sans « espace ».
 
Pour une « exploration au delà de notre dimension » il faut nécessaire une base, sinon le « chaos » s’installe. Lors de l’expérience de la Chaise de Montauk, l’un des connaisseurs de cette expérience : Alfred Bielek, aussi rescapé de l’expérience de Philadelphie, explique que pour ne pas être perturbé par une autre dimension que notre espace du monde des accidents où nous vivons, il faut se baser sur un « Temps zéro » ou « Zero Time Reference ».

Mais comme fabriquer un truc pareil ?
En temps qu’habitant sur la Terre il faut déjà se « verrouiller » sur sa structure magnétique. Voir les schémas et la vidéo. Merci à l’auteur de la vidéo pour une animation si claire.
 
 
schem_zerorim1.jpg
 
sech_zerotime.jpg
 
 

La Terre elle-même doit bien avoir une référence de temps par rapport à la Galaxie ; et une Galaxie ou nébuleuse à la forme d’une SPIRALE, forme fondamentale qui passionna Ugo Morichini. En conséquence le temps zéro est la référence la plus originelle, sinon les conséquence de l’expérience seront dramatiques. Tesla aurait trouvé le moyen de concrétiser un « Zero Time Reference Generator » [Générateur de référence de temps zéro]. À la toute fin de sa vie Tesla travailla sur le projet de l’expérience Philadelphie, et il devait synchroniser le navire Eldridge sur le « Temps zéro ».

Mais Tesla expliqua qu’il y aurait un sérieux problème avec les membres d’équipage. Il lui fallait plus de temps pour fabriquer un système électronique qui puisse aligner les hommes sur la référence de temps zéro. On raconte que pour ne pas être responsable de ce qui allait se produire, il sabotera l’expérience et quittera définitivement le projet.

John von Neumann qui avait prit le relais, comprendra après la catastrophe de ce qui s’était passé pour le personnel.
Chaque humain au moment de sa conception reçoit un ensemble de verrous (Chromosomes, etc.), la structure génétique. Ces verrous sont liés à non seulement à l’endroit où nous sommes né, mais aussi à l’alignement des planètes au moment de la conception et de la naissance. Que l’on croit ou ne croit pas l’Astrologie il en est ainsi. C’est la même pour le groupe de génération à laquelle nous appartenons : on se sentira peut-être mieux à l’aise entre personnes de la même génération : avec ses amis, la société et à l’école. On se forge donc une référence sur « son époque », d’où par exemple la nostalgie des années 1950-1960 reflétant la jeunesse de ceux qui sont nés à la fin de la seconde guerre mondiale.
Et ce « temps zéro » pourrait bien aussi être une arme : modifier l’ADN et le recombiner pour en faire une arme produisant des mutations effrayantes. Les militaires doivent certainement expérimenter des armes dans le domaine de la parapsychologie avec la « bio-énergie ».

D’autre par il y a l’interaction Esprit/Matière : apparemment chaque molécule de Matière est capable de produire un tout petit voltage électrique qui lui est spécifique et qui émet. Un groupe de molécules transmet donc un schéma générique : une photographie conserverait le schéma générique de l’objet photographié et pourrait être induit à son tour en qualité de porteur. (Similitude avec la poupée qui contient un cheveu d’une personne que l’on veut tourmenter et que l’on pique avec une aiguille dans le cas de rite vaudou).

Si on allume une bougie, on donne naissance à une flamme. Lorsque l’on éteint la flamme, la poursuite de la Vie de cette flamme continue un court instant au travers de la fumée, puis passe dans l’invisible ; mais cette Vie ne peut-être annihilée. De la même façon la flamme existait à l’état LATENT avant que quelqu’un lui donne vie. De la même façon une personne allongée sur la chaise de Montauk projettera de formes mentales qui seront éventuellement amplifiées.

Dans le cas de l’expérience sur l’Eldridge, la puissance était si énorme qu’elle a rompu les références de temps de ces individus qui étaient directement exposés aux champs, c’est-à-dire ceux qui étaient sur le pont. Ils ont perdu leurs références de temps. C’est une fois que le bateau est revenu que les troubles ont commencé. Tant qu’ils étaient dans l’Hyper-espace [autre dimension que le monde des accidents] et que les générateurs fonctionnaient, ils étaient tous contenus à l’intérieur du champ.

On est libre de croire ou pas à cette « légende » moderne de l’expérience de Philadelphie, mais le fond semble trop sérieux pour ne pas contenir un semblant de vérité, même si l’expérience a connu de gros échecs.
Alfred Bielek explique que lorsque les champs magnétiques ont diminués, des membres de l’équipage de l’Eldridge sont devenu comme fous, mais d’autres ont eut moins de chance et se sont retrouvé re-matérialisés au hasard, deux pris dans le pont, deux dans les cloisons, et un avec sa main dans la paroi, et cela à cause du fait qu’ils avaient perdu leurs références de temps (selon Bielek, mais difficile à admettre !)
Certaines personnes apparaissaient, puis disparaissaient pour réapparaître à nouveau...
Il y avait les cas étranges de ceux qui étaient en feu, pour ainsi dire, comme dans l’histoire biblique du buisson ardent qui brûlait sans se consumer.



Schéma du Zero Time Reference Generator, surnommé aussi : « le tourniquet ».

Cela aurait été élaboré par Tesla dans les années 1920, deux ans après la première guerre mondiale. Dès 1917 Tesla élaborait le principe du radar : Concentrer un rayon constitué  de petites charges électriques vibrant à une très grande fréquence puis à intercepter ce rayon après qu’il ait été réfléchi par la coque d’un sous-marin par exemple, et enfin à le faire illuminer un écran fluorescent (style radioscopie), la localisation des sous-marins invisibles eut été résolu...

En bref :
La Terre est une référence de temps secondaire 0, parce que sa rotation est liée au système solaire, qui est par inertie lié à notre Galaxie dans l’Univers.

Schéma de base du générateur de temps zéro de Tesla :

A = Motors (doit être identique)
M = masses excentriques.
D = Engrenages différentiels (à angle droit : un rapport de 1:1)
E = Centre de gravité
(Fixation platine sur laquelle se trouvent les moteurs, les boîtes de vitesses, et divers éléments sont non représentés)

Le dispositif est décrit comme utilisant le principe d’un « système de corps unitaire ». Quand le corps est en rotation, chaque point de l’intérieur de ce corps, d’un rayon différent du centre, a une orbite différente en vertu de sa profondeur radiale. C’est clair, non ?

Dans le système d’un « système de corps unitaire », chaque orbite a le même rayon, mais les points centraux de l’orbite ne coïncident pas. Il n’y a pas d’axe commun, pas de concentricité, et donc pas de profondeur radiale, comme dans le cas de deux dimensions de rotation, avec une profondeur fixe radiale. Ce système « système de corps unitaire » est réalisé mécaniquement par la disposition schématique, ci-dessus (voir la vidéo)

Un temps de référence très stable a été établit par le générateur de temps zéro pendant l’expérience de Montauk avec des émissions de deux fois 30 Hz référencé à 0 heure (?) Il faut tout de même savoir que la fréquence de 31,5 Hz serait située sur la quatrième harmonique des résonances de Schumann de l’ionosphère terrestre.

geodynamo_04450.jpg
 
dipolechamp330.jpg
 
   
L’un était connecté à l’ordinateur et synchronisé à l’horloge, ou à la fonction de calendrier. L’autre a modulé le générateur de bruit blanc, et en ajustant la phase entre les deux, toute l’opération pourrait donc être contrôlé.

Ce dispositif pourrait être comparable à la magie de la main droite ou magie blanche, et à celle de la main gauche ou sorcellerie...

Ce schéma du Zero Time Reference Generator attribué à Tesla me paraît trop ‘mécanique’ ou trop euclidien, le TORE semble la meilleure solution.
En effet, il est basé sur l’Arbre de Vie ou celui-ci est bâtit sur un triangle (première figure fermée) équilatéral. Le TORE reflète totalement les trois principaux mouvements énergétiques naturels élémentaires : orbital (autour de), rotatif (toupie), circulatoire (flux magnétique). Notre monde est rond, tout bouge : Saturne, ça tourne. Le flux magnétique d’une barre de métal, de la Terre, est pareil au TORE (voir les schémas).

En fait, cette histoire de temps zéro dans l’absolu est idiote, car ça revient à « matérialiser Dieu » ou l’Instant, ou le Centrum Centri ! ou ça revient à matérialiser ce qui existe de toute éternité comme le sens de quelque chose. Mais sur le plan physique, il faut bien un référentiel : le centre, comme ce qu’explique Jean Coulonval à propos de l’outil équerre à centrer, un centre que l’être humain va construire :

Outil qui sert à trouver le centre approximatif d’une surface qui ressemble plus ou moins à une circonférence. Pure convention à la façon dont on a décidé que Bourges est le centre géométrique de la France.
La circonférence fort irrégulière représente la section d’une barre d’acier plus ou moins cylindrique. En portant l’appui des tétons en plusieurs points on trace autant de lignes AB. On obtient un petit polygone irrégulier qui est le centre approximatif. Ce sont les accidents externes du contour de la pièce qui en ont décidé. En quelque sorte, ils l’ont imaginé, fabriqué.
 

Dans l’absolu il existe autant de Zero Time Reference que d’individus et de choses... Et la logique qui cherche les essences au travers des accidents (comme Tesla) opère à la façon de l’équerre à centrer qui ne peut tenir compte de toutes les lignes AB possibles pour la simple raison qu’elles sont en nombre inépuisable, in-défini (ce qu’on appelle à tort l’infini). Pas plus que l’équerre à centrer, le monde de l’opinion ne peut tenir compte de tous les accidents existants ou possibles dans le spatio-temporel, et en conséquence aucun discours logique (tous les philosophismes sont des discours logiques) ne peut atteindre à la vision de l’Absolu.

RÉSUMÉ : le seul Zero Time Reference possible est le BLANC, L’INSTANT, et dans le TORE ; le tout en MOUVEMENT. Comme des petits moteurs ou « temps philosophique » ou personnel, le Zero Time Reference ne peut être que dans la personne, dans la chose, car nous fabriquons notre environnement. De plus il y a une pré-matière, comme lors de notre conception avant les neuf mois de notre naissance effective ou sortie du ventre de notre mère en chair et en os. Par exemple le feu est une pré-matière : une matière est potentiellement inflammable, tout comme un milieu est porteur d’électricité.
La pré-matière est l’ordre de génération intellectuel/métaphysique.
Les Temps Zéro est donc le Point focal ou foyer : pas de réalité concrète, conception d’un point contenant la totalité de l’image. Il ne peut exister un plus petit grain de Matière (sens Euclidien) Infiniment/non défini/petit, et Infiniment/non défini/grand = mêmes problèmes (Le point focal ne subit plus la loi de cause et d’effet).
Le Point focal en mouvement engendre la ligne qui en se triplant engendre le triangle, lequel en tournant sur son axes engendre la sphère vide ou premier volume euclidien...

Comme écrivait Jean Coulonval : Dieu brasse dans le deux sens (involution et évolution), aussi un Zero Time Reference Generator pourrait consister en deux moteurs circulants en sens contraire (W1, W2) selon le schéma ci-dessous. Le Zero Time est la zone Blanche à l’intérieur sur la paroi du TORE, Instant circulant dans le boyau du TORE. Comme il y a évolution et involution (Dieu brassant dans les deux sens), on doit toujours penser mouvements centripète et centrifuge, ainsi que terre de la Terre (masse) et terre du Ciel (masse céleste).
 
tore_trsp1a.png
 
 
L’Instant, le Blanc réunissant toutes les couleurs, sur notre Terre la référence ou le zero time est le Soleil, si on part de notre dimension terrestre ! Par contre en imaginant un départ ou expérience sur une autre planète il faudrait changer le zero time reference ou aller chercher une couleur ROUGE SOMBRE indiquant le passé (le dépassé). En Alchimie la Trinité du Grand Œuvre comporte les trois phases : Noir (bleu ou futur projeté ou phase de putréfaction), Blanc (Instant de l’avant-dernière phase ou Point focal), et Rouge (ici en inverse du Bleu ou le futur « grillé au bleu » ou conjonction).

Alors oui, il y a un sérieux doute à propos de cette expérience de Philadelphie et de Chaise de Montauk. Encore une fois ça a certainement eux lieux, mais avec des résultats non conformes aux attentes ! Le reste ce sont des histoires pour entretenir l’imagination, comme en son temps le fut le roman de Dame Pernelle et de Nicolas Flamel bombardés Alchimistes.


Conclusion :
Si Montauk et sa chaise était une réalité, nous aurions actuellement des problèmes bien plus sérieux que ceux que nous connaissons ! Donc Montauk ne fut tout au plus qu’une infâme quincaillerie sans importance... Par contre les recherches d’invisibilité semblent logiques en temps de guerre !


M. R.
 
 
 
 
chakras_matiere470.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 16-02-2011 20:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >