Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Et le Patron devint Roi
Et le Patron devint Roi Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-01-2012 16:11

Pages vues : 3810    

Favoris : 350

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur

 
seigneur_des_industries.jpg
 
Le Bomec Seigneur des Industries
 
 
Et le Patron devint Roi
suite à la révolution de 1789


Monde de la quantité détruisant la QUALITÉ
 
 
 
La « Raison » et la république des philosophistes du siècle des loupiotes et des franc-maçons ne sert qu’à « rationaliser » la gestion des « ressources humaines », la MASSE, le GROUND de l’électronique... Il n’y a plus de liberté : MARCHÉ = PRISON.

Après avoir spéculé sur la merde (l’Or métal), les Couilles en Or se ruent sur les matières premières et nous bombardent de trucs virtuels :
- La terre aux Couilles en OR,
- La contrefaçon pour le peuple !

En voiture Simone pour un monde de robots chieurs de liquide nauséabond et radioactif tellement il n’y a plus de microbes !

Qu’est-ce que vous mettez dans votre ventre ? Pardon, dans votre moteur ? Ce qui revient au même !


Land for sale
 
 
En effet, avec la montée au pouvoir des Couilles en Or des familles Rothschild et Rockefeller, la progression fantastique de l’industrialisation amena les patrons à remplacer le roi et à multiplier les seigneuries quasiment de « droit divine », car on se transmettait par héritage de père en fils les entreprises ; comme les Rothschild et Rockefeller se transmirent leur pouvoir de fratries en fratries.

Au 19è et 20è siècles des fiefs des patrons comme pour les paysans au Moyen-Âge construisirent des magasins, des écoles, des églises, des cinémas, des hôpitaux, tous cela pour leurs esclaves.
Hélas pour le saigneur, pardon, le patron, avec l’arrivée de l’automobile, des congés payés de 1936, le patron perdait son droit divin lorsqu’il sortait de son fief. Chez lui, il était effectivement le seigneur, il n’y a qu’à voir ou revoir le chef d’œuvre de Jean Renoir : La règle du jeu. Les esclaves et ouvriers commencent aussi à s’émanciper. Avec les congés payés ils voyagent. Certains ouvriers veulent recréer les cités ouvrières fouriéristes du 19è siècle genre Phalanstère, Familistère.

Un exemple de seigneurie vers 1900 : une ville de 8000 habitants avec une seule usine employant 2000 esclaves. L’usine les loge dans ses propres habitations qu’elle a faite construire et qui lui appartiennent. 2000 esclaves et leur femme et enfants ça commencent à faire du monde. S’il à cela s’ajoute 800 demandeurs d’emploi... Ainsi il se créée une caisse de chômage solidaire qui indemnise les chômeurs en faisant prélever par le patron un petit montant sur le salaire de chaque esclave.
Les esclaves chômeurs vont naturellement acheter leur quotidien et nourriture aux magasins du patron ; lequel encaissera ainsi plein de fric grâce aux 800 chômeurs.
Le patron peut donc encaisser indirectement chaque mois : 80.000 fr., si chaque chômeur dépense 1000 fr. Le patron ne pourra pas bien-sûr empêcher les chômeurs d’aller acheter en dehors de son fief.

Ensuite, à la révolution de 1789 c’est la « nation » qui dicte sa loi : le saigneur, pardon, le patron et son fief disparaissent pour laisser la place au patron (ou Petit Père de la Nation) ou à une oligarchie de patrons qui brassent dans le national, et maintenant dans le mondial. Donc comme ça s’étale, il faut faire rentrer plus d’argent dans les caisses. Avant la seconde guerre mondiale on disait que la France appartenait aux 200 familles... Aujourd’hui il y en a 100 de plus, libéralisme et « Droits de l’Homme mouture 1948 » oblige. Donc une partie du bénéfice des industries tombe dans leurs poches. Plus l’économie sera centralisée, et plus des parcelles de toutes les sommes versées tomberont dans les 300 poches.
Maintenant si chaque chômeur donne 100 fr. par mois pour sa nourriture et son quotidien, c’est 3 millions x 100 donc 300 millions de fr., soit un million de francs par mois pour chacune des 300 familles.
Si toute l’économie occidentale appartient aux 300 familles, chacune d’elle recevra indirectement le produit de consommation de 20 millions, ou plus de chômeurs.

Donc les nouveaux terroristes sont ceux qui ne mangent pas aux râteliers des 300 familles Couilles en Or. Tous ces terroristes échappent aux monopolistes. Et ce sont ces terroristes, ces « brigands » Vendéens de 1793, qui subissent impôts et taxes diverses. Le terroriste travaille en moyenne à 70% de charges : il reverse les 7/10è de son revenu à la collectivité. Deux jours de labeur par semaine pour lui et le reste pour la collectivité. Les petits commerces disparaissent pour laisser la place aux grands groupes et usines à bouffe.

Depuis 1789 et son « égalité-fraternité-liberté » le terroriste c’est le minoritaire. On l’a vu avec les guerres de Vendée entre 1793 et 1800. Comme maintenant, il faut exterminer toutes recherches qui iraient contre la pensée unique édictée par le démiurge. Dans cette dictature, il est facile de qualifier le « brigand » d’appartenir à une secte. Au Goulag celui qui ne fait pas comme tout le monde ! « Tu te rends compte ! Il paraît qu’il faisait partie d’une secte ! ».
« Tu te rend compte, c’est un admirateur de la sataniste Héléna Pétrovna Blavatsky ! » (qualificatif venant d’ignorants que l’on peut trouver facilement sur l’Internet).
Vous vous rendez compte, si chacun devient autonome, que vont devenir les Couilles en Or ??? Mais attention, pas la « liberté » façon franc-maçonnique du genre « le pays le plus libre du monde » (l’URSS) ; non, une véritable autonomie, presque, comme autrefois.


Le paysan d’avant 1789 et du 19è siècle a été largué puisqu’il pouvait vivre en autogestion, vivant ainsi de sa production.

Maintenant le vrai sens du mot PAGAN peut se réaliser : un « pays » de 10.000 âmes vivant en autogestion et capable se se nourrir, de rester en bonne santé, et qui n’aura plus aucune banque, ni aucune grande surface, ni pharmacie, et qui n’achètera plus d’engrais chimiques, et qui n’aura plus de police ni de justice. C’est la définition même du mot PAGAN : celui qui habite la campagne, le pays.
Les villes sont le cancer de toutes civilisations.


On peut comprendre que ceux qui possèdent la nourriture et l’eau, ensuite la chimie, sont les maîtres du monde.
Jusqu’en 1945 la majorité des français était formée d’agriculteurs, et depuis des siècles ces PAGANS se nourrissaient de leur production.
Le capitalisme démarré au 19è siècle avait intérêt à pousser les PAGANS (les Paysans) à venir en ville (d’où le mot ‘citoyen’) pour que ce peuple ne puisse plus s’autosuffire. Les Pagans ne peuvent vivre de la production de leur terre : ils survivent et dépendent des circuits de distribution. Taxes de toutes sortes, monopole d’EDF, etc. font que le paysan n’arrive plus à vivre sans débourser de l’argent qu’il lui faut trouver quelque part.

Pour cultiver maintenant sa propre terre le Pagan doit payer : il étend son exploitation et tente de vendre ses produits, la rentabilité est nulle à cause du cours très bas des produits agricoles ; alors il est obligé d’augmenter le rendement à l’hectare en utilisant les cochonneries et poisons de Monsanto. Résultat : des fruits et légumes sans goûts et dangereux pour la santé.
Mais le paysan ne peut presque plus vendre directement aux consommateurs il lui faut passer par une « centrale de distribution ». Toujours le drame de la quantité détruisant la qualité.

La qualité se meurt car le Pagan ne pourra pas vendre à cause de la fabrication des « normes européennes », dictature faisant qu’une grande surface peut coller l’étiquette « œufs frais » sur des œufs datant de 10 jours, alors que le Pagan dont les poules ont pondus le matin même, et qui dispose ses œufs sur une étale de paille avec l’étiquette « extra-frais », commet une double infraction : étiquette non réglementaire, et la paille sur laquelle on a vendu des œufs pendant des millénaires ne serait pas « hygiénique ». Bonjour le killer Louis Pasteur !

[Référence en partie à : Les radis de la colère]



DOMINER :
Mener depuis le Tout (sommet de la pyramide par exemple), miner (minéral, Minerve, déesse de la Sagesse = cristallisation durable de la Matière, MIN = bande, du latin « lamina », vague de mer), ainsi mener = conduire, exciter (meneur), toute notion faisant entrer le cancer du monde : le POUVOIR, outil principal de la Magie.
Rappel : On n’atteint vraiment que ce que l’on ne cherche pas à prendre, donc pas de cancer-pouvoir, ni de meurtre de la chronologie, car seul agit la spontanéité outil de Maât.
Enfin, la NORME ne concerne pas l’humain, car elle est la Coagulation Cavalante de l’Instant.



À l’époque des MONARCHIES le pouvoir des dynasties régnantes était absolu, mais en cas d’abus, ils risquaient de se voir coupé en petits morceaux.
À notre époque de la république, les dynasties régnantes, soit l’oligarchie des Couilles en Or, détiennent un pouvoir encore plus puissant que celui des rois, car ils sont protégés par tous un système de CONFORT : parlements, assemblées, et une médecine digne de Big Pharma en un package « Démocratie » qui les exemptent de responsabilités, puisque celles-ci relèvent théoriquement de la compétence du « peuple souverain ». (« Le roi serait souverain, et le peuple serait roi... » écrivait Ossip Senkovski dans Les Travailleurs de l’Enfer).

La démocratie c'est la tyrannie de l'opinion, l'art de faire croire, une ILLUSION sur un monde de conventions. C'est-à-dire un pouvoir basé sur la capacité à produire de l'accord de la part du peuple, grâce à l'élection ou suffrage ou OPINION FAVORABLE envers le pouvoir lui-même.

L’actuel dictature républicaine est digne de Nicolas Machiavel, une domination naturelle (république universelle franc-maçonnique), car le pouvoir démocratique au lieu d’être à la base de la pyramide est inversé et se retrouve au sommet, tel le 33è degré franc-maçonnique... Le sens du mot démocratie est totalement inversé. Ainsi on peut CONFORTABLEMENT parler de : Petit Père des peuples, Père de la Patrie, Père de la Révolution, Père des Turcs (Mustafa Kemal), etc. Bref, un nouveau roi qui n’en est pas... Car derrière ce symbole faussé on masque l’encadrement, le rapport d’exploitation instrumentale, et la violence d’État qui rattache le sommet de la société à sa base.
 
 

Mass Killing ou MK-Ultra

Manipuler le bétail des Dieux (les Couilles en Or)


Comment maximiser les profits.
Un éleveur moderne en bon adepte des philosophistes analyse ses besoins pour son bétail en fonction de ce qu’il lui demande (volonté). Par les temps qui court de la pensée unique, le mot clé de son incantation sera : LA NORME (humaine, bien-sûr, une convention-opinion comme pour le Goulag du temps des juifs bolcheviks). Donc chaque animal, chaque œuf, etc. sera idéalisé pour une meilleur vente. La dedans entre aussi un autre mot clé de notre civilisation : LE CONFORT. C’est pareil pour l’économie dite moderne qui exige une réglementation des plus euclidienne de la ligne droite, assurée par des personnes afin de planifier la production et de la rentabiliser au maxi. Tout devient hautement TECHNIQUE. Producteurs et consommateurs deviennent des STANDARDS, ils tendent à devenir des ROBOTS.
Tout cela sous le contrôle des Maîtres qui manipulent tous les flux en entrée : informations, croyances, béhaviorisme, convention des valeurs, salaire, nourriture, chimie du médicament, substances polluantes. Et en sortie : travail, déplacement, dépenses, investissements, déchets, vote, tout cela venant de la masse. Le maître-mot est le vilain mot : RENTABILITÉ, cet autre cancer du monde synonyme de QUANTITÉ (les cellules cancéreuses se multiplient).
Grâce aux techniques modernes, à la psychologie et à la biologie, la gestion de la société, soit le sens du mot POLITIQUE, ressemble de plus en plus à la gestion du bétail ; elle en devient alors de plus en plus « ésotérique ». Les quelques cartels sous la domination de quelques 13 familles maîtres du monde ne sont que des aimants à profit ; on se demande d’ailleurs ce qu’ils peuvent faire de leurs milliards : se faire construire un vaisseau spatial pour quitter la Terre qu’ils ont si vaillamment contribué à polluer et détruire ? La notion conventionnelle « d’égalité » ne peut s’exercer qu’à leur niveau...
Dans ce monde ne règne plus que la QUANTITÉ. La Qualité est disparue. Pour combien de temps ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 14-01-2012 18:44

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >