Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Artifice Artifice Artifice
Artifice Artifice Artifice Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-10-2016 00:53

Pages vues : 2338    

Favoris : 378

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
illus_trnka1gp.jpg
 
 
Artifice Artifice Artifice
telle devrait être la trinité moderne
de l’âge du Fer/Faire ou production
a graver sur tous les frontons
des institutions du républicanisme.
Artifice : enchantement par la société de consommation
et sa religion de l’argent et sa magicienne
la City de Londres

Les « civilisés » ou peuples de l’écrit (et maintenant de l’informatique-information et du tout connecté)
 
 
ILLUSION : Un monde sous preuves de zéros et de uns, soit « la raison » des perruques poudrées et au 19è siècle l’éducation républicaine obligatoire, dont les manuels scolaires regorgent d’assertions, d’affirmations données pour vraies, donc de pures opinions fabriquées par une palanquée de chefferie en loges ! Si bien qu’une fois une opinion, un égrégore a été gobé, qu’il représente un modèle compas-équerre, il est extrêmement difficile de se délivrer de cet égrégore et d’imaginer comment celui qui ne partage pas cet égrégore ou ce compas-équerre peut percevoir le monde autrement.

Mais pire : ça commence vraiment à la Renaissance avec l’invention de l’imprimerie et donc le développement considérable du langage écrit, de l’information diffusée partout avec, dans un premier temps, à la vitesse d’un cheval au galop, puis par télégraphe, puis par nano-seconde en virtuel en bites informatiques de zéros et uns.
Depuis la Renaissance nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée ; l’imprimerie et son support papier en fut le modèle et l’informatique d’aujourd’hui n’en est que la conséquence directe grâce à la technologie du binaire. Alors notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, en quelque sorte, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier, et naguère gravée dans la pierre symbolisant l’AXE DU TEMPS, DE LA DURÉE. Avec l’écriture sur papyrus, les civilisations se sont organisés dans l’espace (diffusion). Avec l’écriture remplaçant le langage parlé et la mémoire, les définitions deviennent explicites, les analyses logiques ; ainsi s’installent durablement le renforcement du mental ou « raison », le triomphe de l’ego. C’est la fin de l’enchantement, la fin de la poésie et le début du « monde moderne ». C’est surtout le départ de l’anti-Création !
 
Dans une société au langage uniquement oral, un être doit tenir sa parole ; il la confirme en faisant un serment. Sous le régime du langage écrit, les serments ont disparus et sont remplacés par L’ENREGISTREMENT (prélude au stockage des données ou informations sur des disques durs), et seul compte cette « mémoire » si à la mode depuis l’après 1789 et surtout après 1945. Nous étions proprement entrés dans la période évolutionniste.

La « représentation des choses » est typiquement l’Histoire-Temps qui coule-Opinion, ce qu’un Guy Debord nommait « société du spectacle », de nos jours particulièrement flagrant en politique du républicanisme occidental.
Avec le passage au langage écrit nous nous sommes projetés sur le papier, et de nos jours nous nous somme projetés dans les écrans de l’informatique (voyez les gens hypnotisés par leur tétéphone portable tel le nourrisson et sa tétine).

Tout cela entre dans la mode du sécuritaire, car avec le langage écrit les cartes de géographie se développent : nous sommes transportés dans un monde sur le papier ! Si nous ne nous sortons pas de l’illusion, les artifices ou représentations (spectacles)  dont nous nous sommes dotés nous disent en permanence QUI NOUS SOMMES ET OÙ NOUS SOMMES (là encore voyez l’actuel GPS et le tout connecté). Nous sommes perdu, nous sommes nulle part, tant que le moderne GPS, ou l’ancienne carte n’a pas défini notre « position », identique à la manie de « compter le temps » qui coule. Nous savons en général où nous sommes seulement après avoir consulté une carte ou un plan, qui nous disent où nous sommes, comme si nous ne le savions pas ! Mais non, il faut la fameuse sécurité, LE TOUT MESURER (LA PREUVE) COMME DE TOUT POSSÉDER, MARQUER, CONTRÔLER. Big Brother commence surtout à l’époque de la Renaissance, la mémoire ou Histoire commence à devenir obsessionnelle : apparition des informations sous toutes formes, apparition des représentations ou spectacles.

Différence en Païens ou Paysans et Citadins ou Citoyens : Les premiers s’ils ne trouvent pas sur une carte l’emplacement d’une cachette où sont stockées des provisions disent : « La cachette est perdue ». Les Citoyens habitants des villes avec la même carte n’arrivent plus à repérer la cachette sur la carte, alors ils concluront : « Nous sommes perdus  . Ces Citoyens bouffent tout et sont surtout bouffés par leur ego de la période du Moi-Individuel.
La littérature, la musique inscrite sur partitions (pour restreindre la liberté musicale et ainsi la complexifier), la science « moderne », la philosophie, le droit et les lois, les religions sont fondamentalement des artefacts qui procèdent de l’écrit. C’est grâce à ce langage écrit que nous parvenons à nous représenter nous même, donc À L’EXTÉRIEUR et en ignorance du Soi-Instant. Alors nous n’habitons pas le monde, MAIS CELUI QUE CES ARTEFACTS OU ILLUSIONS REPRÉSENTENT.

Depuis la Renaissance, nombre de gens sont enfermés dans les cerveaux des Galilée, Copernic, Luther, Descartes, John Locke et les empiristes, etc., et l’héliocentrisme est leur modèle. Ces gens apportent une nouvelle opinion qui va produire dans les masses occidentales une « nouvelle compréhension » : un texte très diffusé va modeler, manipuler le mental du lecteur.

De nous jours, et depuis la Renaissance, TOUT EST SOUS CONTRÔLE : la moindre marchandise porte une étiquette, et maintenant un code-barres, et même des humains sont étiquetés soit par puçage électronique soit par carte d’identité et autres trucs « bio ». Les rues portent leur nom de baptême sur des plaques émaillées et les pierres tombales (de ceux qui peuvent se les payer) portent des épitaphes en souvenirs des défunts. Lois et contrats sont naïvement scellés par une signature, comme si c’était une constante, un dogme rassurant. Chaque activité donne lieu à une trace (maintenant informatique). Une invention est protégée en remplissant un formulaire, une « découverte scientifique » n’est « reconnue » que s’il elle a été publié dans une revue « prestigieuse ». On parle aussi de « Grand Livre de la vie », de religions du Livre…

RAPPEL : Nos modèles de civilisation ici en Occident découlent des Grecs et des Romains, soit LE LANGAGE ÉCRIT et les outils qui vont avec, soit une culture de l’écrit, DONC DE L’HISTOIRE-OPINION-TEMPS QUI COULE.
LANGAGE ÉCRIT = GRÉGARISME ET CONTRÔLE SOCIAL : former de « bons citoyens » utiles aux Couilles en Or (classe dirigeante ou chefferie) et anciennement utiles à l’Église de Rome, c’est pour ça que l’Église protestante s’acharna à alphabétiser l’Allemagne de la Réforme pour l’amener à la « modernité », entendre esclavage du salariat.
Il n’est pas étonnant que dans l’après 1789 et l’industrialisation de la société et l’exode rurale des paysans devenant « citoyens » l’instruction soit devenue obligatoire, mais non pour supprimer l’ignorance (activité du mental), mais POUR IMPOSER LA PENSÉE UNIQUE DU RÉPUBLICANISME, car sans cela les futurs érudits et détracteurs prendraient le pas sur « les valeurs » du républicanisme et menaceraient son socialisme.

Partout sur cette planète et depuis son existence, le langage écrit n’a pas délivré les Terriens de leur ignorance (activité du mental) : ils sont toujours pris-au-nier (voir encadré ci-dessous).

PRODUCTION = SOCIALISME-CAPITALISME : passage du spirituel (Moi Collectif) au temporel (Moi Individuel et capitalo-socialisme).

Avec le développement de l’imprimerie, ceux qui savaient lire et qui pouvaient se payer ou consulter des livres pouvaient désormais se fabriquer leur opinion en dehors des dogmes de l’Église de Rome et sans la médiation du prêtre. L’imprimerie a permis que se répandent les Évangiles, et leur public a connu une expansion rapide. Avant la Renaissance les mots Science et technique formaient un tout indivisible.

Pensée unique : celle de l’informatique et de sa logique des zéros et des uns : désormais, interdit de « lire entre les lignes », tout étant « numérisé » donc rationalisé et ainsi ne prêtant plus à interprétation « terroriste » ou hérétique ! Cette rationalisation ou pensée unique se développe à la Renaissance et à la Réforme : on commence à ne plus lire entre les lignes mais à interpréter « à la lettre » ; ce sera la fin du Merveilleux. La recherche ne sera plus celle de la libération mais celle de la « signification » (le Pour-Voir, l’opinion, l'information informe-atique) ; le sens est sur les lignes, il ne s’agit plus de chercher des révélations tapies entre les lignes.

Les signes, donc les informations, ne sont conçues comme arbitraires, conventionnelles, qu’à partir du siècle des perruques poudrées, quand on considère que les mots ont une signification en référence aux opinions et non directement aux choses, donc à d’autres opinions ! Le mot perd son lien direct avec la chose, il ne s’agit plus du « juste mot pour désigner chaque chose » : il la représente, il est mis pour la chose. Tout est devenu convention conventionnel, donc fixation-prison. Au 17è siècle le langage et les signes deviennent des représentations (des spectacles comme ce qui se développera en musique avec Lully et en théâtre avec Molière). C’était la porte ouverte à Hollywood et à la culture des masses et de masse, et la marchandisation des arts et artistes.

Depuis la Renaissance et jusqu’au philosophiste Kant, nous avons opposé le monde nouménal, celui des choses en soi, et le monde phénoménal, celui de l’opinion se construisant par les cinq sens de l’ego dans le monde spatio-temporel. Mais là encore on reste dans la dualité sujet-objet : celui qui sait et ce qui est su.
À la Renaissance, nous pouvons voir avec quel succès les artistes du 17è siècle ont essayé de mettre le monde sur le papier, surtout avec l’apport de la perspective tombant dans ce qu’on nomme depuis : trois dimensions. Voir notamment les peintres figuratifs hollandais (ou peintures qui « racontent une histoire »), la représentation du monde sur des cartes, la représentation du spatio-temporel grâce à la notation mathématique, à y ajouter un départ d’encyclopédie avec les herbiers, mais aussi les représentations imaginaires de fiction. « Cette façon d’étudier le monde en focalisant son attention sur la manière de le représenter a eu un impact considérable sur la structure du savoir, et par conséquent sur les manières de penser », écrit justement Olson.


SINGULARITÉ/IDIOTÈS : UN EST LE TOUT, LE SOI-INSTANT, LE SANS POURQUOI.
« Se réaliser », « prendre sur soi », socialiser est proprement un CRIME AIDÉ FORMIDABLEMENT PAR L’EGO. Ainsi A sous Me (assumer) est un ME-fait pour l’être humain qui se veut A-NI-MÉ (A nie ME). Alors le mot A-ME a le sens de non-dualité (privation de l’ego), il est purgé totalement de l’ego et regagne l’Âge d’Or. Réalisation du Soi-Instant veut dire SINGULARITÉ, IDIOTÈS, I-Sol-É : non ignorance de la Source ou Principe Originel Universel. C’est la SOL-I-tude, de tout ce qui est d’I-vin.
Non-dualité ou retour au UN sans second, sans reflet, au Principe, au delà du binaire comme l’est le Réalisé ou Bienheureux.



[En référence à : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée, de David R. Olson. En haut de page : illustration de Jiri Trnka]
 
 

Dernière mise à jour : 08-10-2016 01:14

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >