Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Dieu, définition ?
Dieu, définition ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-01-2017 21:06

Pages vues : 3150    

Favoris : 592

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
 
frise_egypt1a.png
 
 
Dieu, définition ?
Mère-Père
 
 
Si le Terrien invente une « réalité augmentée » (monde du tout connecté ou tout virtuel), c’est qu’il est dans la totale illusion : il sommeille et rêve (à partir de 1789 artificiellement, comme avec une prise de drogue, la « réalité » c’est sa drogue) ! DROGUE = IGNORANCE et dans le monde du « tout connecté » et son « vivre ensemble » et de ses médias elle devient COMPÉTITIVE.
PAN et son PANDORE et sa BOITE = HÉBREUX-JUIFS, SOIT LE PIRE ET LE MEILLEUR, À ÉGALITÉ ! (1)
 
 
L’être humain au service de l’être humain = SERVITUDE.
L’être humain au service du Divin = Vraie Création et Liberté.
La Mère-Père : le Soi. Mais pas sa Connaissance, tant il existe de flots de sang, de violences et d’ingratitudes ou fabrication d’ignorance. Dur dur, PANique même, de quitter son « savoir » (son « instruction », son pour-voir), surtout dans la période actuelle de culture de masse et de son « tout connecté » nouveau « social » et « clubs » et éducation nationale imposée, dictatoriale. Alors, il n’y a plus d’Amour du Tout, du Soi, parce qu’il n’existe plus que la possession, soit l’OPINION cette prison du mental, mais prison tout confort pour le Terrien actuel : depuis la religion de Laïcité (les sans culottes ou sans culte et leur « être suprême »), chacun possède maintenant sa petite vérité bien personnelle, bien à lui, comme il possède sa petite automobile, son assurance, son chien, son médecin, son spécialiste, sa femme, son député, etc. La prison est le big sécuritaire quand on a peur des grands espaces qui peuvent aspirer. La Laïcité c’est se normaliser, s’uniformiser dans le spatio-temporel. Être dans la Vraie Création, c’est me placer dans la dimension des Essences, me placer au Centrum Centri : centre du Centre engendrant la « circonférence » : en Aleph (Infini), le TOUT.
Celui qui fonctionne à partir de ses opinions, nécessairement excentriques, s’égare dans la recherche du centre qu’il ne parvient pas à situer pour la simple raison que ce n’est pas l’excentrique qui engendre le centre. « Le centre n’est ni une surface ni un volume et pourtant il engendre la circonférence qui est une surface, et la sphère qui est un volume. Ainsi en est-il de la Création. Dieu n’est rien de sa création, il n’est ni du plein ni du vide, pas plus que le centre n’est une surface ou un volume. Mais, de même que le centre est implicitement présent en toutes circonférences ou sphères, Dieu n’est en toute sa Création » (réf. Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux).

La nouvelle judéo-maçonnerie spéculative de l’après 1717 fonctionne uniquement sur l’opinion puisque reposant sur « la libre pensée » (laïcité ou culte de l’ego) ; ce qui est logique car l’histoire nous apprend que cette judéo-maçonnerie, et même dans l’Ancien Régime du temps des vrais Franc-Maçons constructeurs de cathédrales, est le moteur occulte DE TOUT ÉTATISME où l’opinion et le principe de la majorité numérique sont érigés en idoles, en critères infaillibles de la Vérité (d’où l’emploi abusif et pas à sa place du mot « universel » pour qualifier une opinion, une APPÉTENCE. Le mot « universel » utilisé par exemple par une certaine maçonnerie occulte : la charbonnerie se voulant universelle et Une, comme la République…).
 
 
DIEU : concept du mental, de l’ego du Terrien, comme l’est le phénomène « intellect ».
Ramana Maharshi dit à l’entretien 106 du 29 novembre 1935 que la « meilleure définition » est exprimée dans Exode 3   « Je suis ce JE SUIS ». Bref, c’est le SOI. « En fait Dieu n’est rien d’autre que le Soi ».
À l’entretien 112, du 17 décembre 1935, il explique que le terme Dieu signifie samashti, « c’est-à-dire tout ce qui existe PLUS l’Être - de la même manière que ‘je’ désigne l’individu PLUS l’Être. Dans chacun de ces cas, l’Être est réel. Le tout, la multiplicité et l’individu sont tous irréels. De même, l’union du réel et de l’irréel, leur mélange ou fausse identification, constitue une erreur. Cela revient à dire : sad-asad-vilakshana, transcender le réel et l’irréel, le sat et l’asat. La Réalité est ce qui transcende tous les concepts, y compris le concept de Dieu. Dans la mesure où le nom de Dieu est employé, il ne peut pas correspondre à la Vérité [l’Être absolu est au-delà du Nom-la-Forme, au-delà de la CROYANCE en ce Nom-la-Forme] ».

« Si Dieu, le monde et l’individu étaient réels, ne devraient-ils pas l’être également dans votre sommeil profond ? Ils dépendent donc seulement de la pensée ‘je’ [ego]. Encore une fois, le monde vous dit-il : « Je suis le monde » ? Le corps dit-il : « Je suis le corps » ? C’est vous qui dites : « Ceci est le monde », « Ceci est le corps » et ainsi de suite [donc uniquement une énonciation d’opinions]. Ce ne sont donc que vos conceptions. Trouvez qui vous êtes et il y aura une fin à vos doutes [concernant Dieu] ». (Ramana Maharshi, entretien 197, du 9 juin 1936).

Concept mental de Dieu, parce qu’il n’existe pas en sommeil profond. « Si Dieu est réel, Il doit toujours être présent. Vous restez bien la même durant les états de sommeil et de veille. Si Dieu est aussi vrai que votre Soi, Dieu doit être présent dans le sommeil, comme l’est le Soi. Cette pensée de Dieu ne surgit qu’à l’état de veille. Qui pense en ce moment même ? ». (Ramana Maharshi, entretien 244, du 19 août 1936). Dans le même entretien : « Il n’y a pas d’état supérieur ou inférieur [comme le sommeil et la veille]. Que ce soit en sommeil profond, en rêve ou en état de veille, vous êtes exactement le même. Le sommeil est un état de bonheur dans lequel il n’y a pas de souffrance [de déluge]. Le sentiment de manque, de douleur, etc., ne se manifeste que pendant l’état de veille. Quel changement a eu lieu ? Vous êtes la même personne dans les deux états et cependant il y a une différence en ce qui concerne le bonheur. Pourquoi ? Parce que le mental s’est maintenant manifesté. Ce mental s’élève après la pensée ‘je’. La pensée ‘je’ s’élève de la Conscience. Si l’on demeure en elle, on est toujours heureux ».

FRACTALE DU SPATIO-TEMPOREL ET DU TOUT.
Dans le même entretien que précédemment : si le sommeil empêche la souffrance, pourquoi ne cherche-t-on pas à y rester toujours ? « On n’est jamais qu’en sommeil. L’état présent ne peut se dérouler que durant le sommeil. Le sommeil est donc la base de ces trois états. Et la manifestation de ces trois états n’est encore qu’un rêve qui, à son tour, est un autre sommeil [fractal ou poupées russes : matriochkas]. Ainsi, ces états de rêve et de sommeil n’ont pas de fin.
Il en va de même de la naissance et de la mort qui sont, elles aussi, des rêves dans un sommeil. En vérité, il n’y a ni naissance ni mort [dans le Soi ou Instant il n’y a pas de diversité, donc aucune naissance et aucune mort] ». Bref, « la naissance » n’est qu’une pensée, une opinion ; et ce qui s’en suite : la mort, sera aussi une opinion.

FRACTALE EN FORME DE PARADOXE.
Le ‘je’ illusion rejette l’illusion, y aurait-il deux ‘je’ ?
« Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’ [paradoxe de la Réalisation du Soi ; mais les Réalisés n’y voient aucune contradiction].
‘je’ = possessions. OR UN VOLEUR NE VA PAS LÀ OÙ IL N’Y A RIEN À VOLER, ÇA SE NOMME : GRATUITÉ, OU ENCORE « ÉNERGIE LIBRE », SOI.

« L’absence de pensées n’est pas un vide. Il faut qu’il y ait quelqu’un pour connaître le vide [comme le temps qui coule, il faut quelqu’un pour l’observer et lui donner naissance]. La connaissance et l’ignorance relève du mental. Elles sont nées de la dualité. Mais le Soi [ou Instant, le ici et maintenant] est au-delà de la connaissance et de l’ignorance. Il est la lumière même. Il n’est pas nécessaire de voir le Soi avec un autre Soi. Il n’y a pas deux Soi. Ce qui n’est pas le Soi est le non-Soi. Le non-Soi ne peut pas voir le Soi. Le Soi n’entend ni ne voit. Il est au-delà de ces deux fonctions, tout seul [Singularité], en tant que pure conscience ». (Ramana Maharshi, entretien 245).

Le Terrien a horreur du vide, alors il le comble, il invente Dieu, IL INVENTE UNE ET DES IDOLES. Il déifie toutes choses et tombe dans l’idolâtrie de toutes choses, surtout depuis après 1789 et sa révolution industrielle et société de consommation. mais lorsqu’il arrive que l’idole ne soit plus à la mode et donc ne corresponde plus au désir inassouvi de l’ego, il détruit l’idole qui ne lui convient plus et se retrouve alors dans le vide qui va lui causer la PANique car il n'a plus de croyance !
Pour « croire » au Soi, la Mère-Père, les Chrétiens ont fait une statue-idole : la Vierge ! Ce qui prouve cette PANique, cette peut absolue du vide : tout danger de ne plus croire va créer la PANique devant le vide, devant la possibilité de ne plus avoir d’opinion ou raison de vivre ! Et c’est pour cela que le Super Grégarisme, Super Égrégore actuel se renforçant de jour en jour veut coller, amalgamer les masses en son « vivre ensemble », en tout connectant, EN TOUT COMBLANT, et dehors le vide, l’espace, le Silence. Mais le Réalisé n’a pas à craindre le vide, le Silence, il ne croit pas il ne met pas de distance tout confort, il est MAÂT, DIRECT : JE SUIS. Ainsi le capitalo-socialisme, où l’opinion atteint son ultime maturité en se parant avec sa laïcité des prédicats de l’absolu religieux dans une vision globale, une fausse synthèse de tout l’existant, est morphologiquement une réalisation en creux, à l’envers, d’une universalité toujours pas réalisée.

L’actuel « vivre ensemble » du capitalo-socialisme et son « tout connecté » lié à l’argent nécessaire pour fabriquer cette technologie du Super Grégarisme est le PIÈGE DES PIÈGES EN FORME DE RELIGION DE LAÏCITÉ, SOIT D’OPINION. La Vraie Création, ou Vraie Nature, Vraie Libération et Communion Universelle ne peut passer que par le « Je suis ce JE SUIS ». Alors seulement, le Terrien ne sera plus vulnérable aux Noms-les-Formes ou opinions purement dépendantes des cinq sens de l’humain, et maintenant dépendantes de l’argent de la City de Londres ; opinions qui se nourrissent  et se contente d’un rayon d’action tout confort et limité pour combler son ego, ses besoins (de faire son caca partout).
La Vraie Communion appelée par les Chrétiens : Communion des Saints, exprimée par Jésus dans Jean 15, La Vigne véritable.

Note.
1. L’outil Facebook créé par un Juif pouvait être à la fois le pire et le meilleur pour harmoniser les masses, et il est une des origines du « tout connecté » échappé de la Boîte de PANdore. C’est très triste, car entretenant le pire de l’opinion, en ne faisant que du BRUIT et donc DU FRIC/FLIC.
 
 

Dernière mise à jour : 04-01-2017 21:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >