Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Train fantôme : de Dionysos à Déméter
Train fantôme : de Dionysos à Déméter Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-09-2021 01:26

Pages vues : 186    

Favoris : 35

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Amérimécanisation, Argent, Banque, Commerce, Convention, Croyance, Dionysos, Feu, Guerre, Images, Jardin, Nostalgie, Paradis, Peur, Phallus, Pointe, Raison, Réincarnation, République, Silence, Spirale, Vie

 
luna_park_sem_lescroyants2.jpg
 
 
Train fantôme : de Dionysos à Déméter
Du phallus à la vulve.
Du Matriarcat au Patriarcat.



PANique ou le TRAIN FANTÔME DIONYSOS : L’ANTI-CONFORT
OU ANTI-SÉCURITAIRE MODERNE ET
TOUT CONNECTÉ À ZOMBIFICATION HUMAINE.
 
Page dédiée à Dionysos et Déméter.

Un CROI – SEMENT :
- Ce qui réveille endort (que l’on retrouve dans l’amphétamine, la Ritaline, pour endormir les enfants hyper-actifs genre Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH).
- Ce qui endort réveille : la PANique endort au sens où l’on ne peut plus aviser, le mental se tait enfin et tout devient possible. La PANique provient du conditionnement depuis des générations et des générations, on n’est plus dans la dimension des politistes et de leurs : « Plus ça change et plus c’est la même chose ». Le SURFEU endort.

Comme pour le train fantôme de fête foraine, copie dégradée de l’initiation antique, le candidat venait à Luna Park, achetait son ticket et prenait place dans son « train fantôme » qui le conduira à travers de sombres cavernes au milieu de hurlements de bêtes sauvages et d’autres bruits effrayants, tandis que les éclairs lumineux de couleurs vives révélaient à sa vue des apparitions monstrueuses. Après trois jours de transport par le train, il arrive à une gare où on le fout en cellule et médiatement après une chute d’eau fracassante représentant le déluge sera suivie d’une scène du meurtre de Dionysos, Variation du Thème d’Osiris, ses membres dépecés seront répandus sur les eaux.
Sous les lamentations, Rhéa part à la recherche des morceaux de Dionysos, traversant des zones urbaines peuplées de hurlements, de gémissements, et accompagnés de danses folles (des Corybantes).
Soudain, le corps est découvert, le décor se transforme alors en scène charmante façon Hollywood technicolor des années 1940 à la Natalie Kalmus, et celui qui est entré au départ dans le train fantôme était libéré de son CONFINEMENT.

Comme Osiris, Dionysos est l’incarnation d’un Dieu visible depuis le spatio-temporel, comme le sera ensuite le Christ-Jésus : il descend dans le monde des morts (les zombifiés sur Terre) pour leur permettre la régénération et de RE-trouver leur état naturel d’ÊTRE CELA, ou « Je suis ce JE SUIS ». Le train fantôme attraction de fêtes foraines ou de parcs d’attractions singe une forme grossière de Réalisation du Soi : pour quelques dollars ou euros, vous devenez CHRIST en acceptant quelques frayeurs comme les adeptes des films d’horreurs, que c’est bon de se faire peur quand on est au chaud enfoncé dans son fauteuil…
Osiris-Dionysos subira « Nephtys Eau-de-Mort-Colle » pour recoller ses morceaux, une corruption pour donner vie, une passivité agissante (être dans le train parcourant les nombreuses épreuves inhérentes au CENTRE DES ÉMOTIONS. Nephtys n’allant pas sans l’autre moitié du symbole : Isis, l’EAU DE VIE (Par-Isis, le Paris des Nautoniers avec le navire blason des armes de la vile de Paris) et passivité agissante terminera la transformation du découpé déjà recollé par l’Eau-de-Mort-Colle en l’ANIMANT : le corps d’Osiris est donc assemblé par Isis mais il manque le pénis qu’un poisson a avalé.

Le pénis représente LE MOTEUR qui anime le corps d’Osiris, mais EN UN SURFEU : la castration de la vie pour rendre enfin possible une AUTRE VIE : CELLE DU RÉALISÉ, du « Je suis ce JE SUIS ». Osiris recollé, il est devenu un Réalisé, un jivan-mukti [libéré de son vivant].
Le pénis avalé par le poisson est aussi un SURFEU menant à une vie nouvelle, régénérée. Cet état de castration ou semble perdu le liquide séminal, comparable à une graine stérile ou sèche. L’EAU ou libations funéraires l’aideront à retrouver son fluide vitale, sa fertilité totale, de la même façon qu’une graine et un peu d’eau donne une plante. Le SURFEU sous forme de mort ou de « castration de la vie » est en fait LA SEULE CONDITION DE LA VIE TOUT COURT, SANS TEMPS, SANS LIMITE.

Dionysos-pénis-FOUET-FOUDRE : la Terre-Mère fécondée par l’éclair du Dieu du Ciel donne naissance à un Dieu, dont l’essence est la vie même jaillissante des entrailles du sol. Bref, Dionysos a une force exceptionnelle (voir la « cuisse de Jupiter »…) Comme Oriris Dionysos est le Dieu de la végétation ; il est celui qui répand la joie, comme l’expression moderne de « se mettre au vert » peut difficilement le laisser deviner. Non, non, Dionysos n’est pas le patriarche de l’industrie du porno et des défoulements les plus sordides ! Par ce qu’il représente le SANS LIMITE : PORTER À SON COMBLE LE MENTAL POUR LE FAIRE ÉCLATER ET AINSI LE FAIRE DISPARAÎTRE…
DIONYSOS = SURFEU : il retire des enfers sa mère Sémélé foudroyée pas Zeus puis l’introduit au séjour des Immortels, Dionysos est considéré comme un LIBÉRATEUR DES ENFERS, Dieu chthonien, initiateur et conducteur des âmes : TOUTE RÉALISATION DU SOI COMME TOUTE PRODUCTION TERRESTRE A SON ULTIME SOURCE DANS LES PROFONDEURS NON-DUELS :

Aucune chose n’existe ni n’a existé comme l’énonce l’entretien 264 du Maharshi, puisque sous la menace d’être bientôt rayé par l’oubli, de sorte que le MARIAGE entre « ceci s’est passé » et « ceci ne s’est pas passé » sera effectif. Rien n’a lieu ou n’aura lieu, car sous prétexte de création et d’organisation, LE POUVOIR DU DIABLE EST IDENTIQUE AU POUVOIR DU DIEU DÉMIURGE OU GRAND ARCHITECTE ORGANISATEUR (le GADLU judéo-maçonnique qui calcul, qui géométrise façon Pythagore, façon Lucifer et les « Lumières » du 18è siècle français) : les deux se confondent dans leur pouvoir orgueilleux et winneriste de la mort qui est d’effacer ce qui est né ou créé, de faire en somme que ce qui existe n’a pas d’existence.
Comme l’exprime le Maharshi dans l’entretien 264, le monde ne souffre pas de devoir finir en « big crunch » (ou crush, implosion), IL SOUFFRE DE NE PAS AVOIR COMMENCÉ : DE NE PAS AVOIR ENCORE « EU LIEU », TANT QUE L’HUMAIN CONTINUERA À TOMBER DEHORS (tenter de vouloir « sortir » de l’Univers pour le voir, pouvoir….).
Le EST ou « Je suis ce JE SUIS » est sans durée, sans histoire, sans espace, sans opinion

PTAH-DIONYSOS-OSIRIS-CHRIST : Ils tendent tous à introduire les humains dans le monde originel des Dieux. Tout fervent de Dionysos aspire à sortir de son ego par le SURFEU, en se mettant de façon intime avec son SEIGNEUR dont il est possédé.

Comme le Christ : Dionysos est ANTI-SOCIAL : il supprime tous les interdits, ce qui au contraire de la croyance où l’on pourrait faire n’importe quoi demande une extra-ordinaire Vraie Responsabilité, car comme en république socialiste de 1789, les êtres humains étant devenus des objets, ils ne sont plus que monnaies d’échange, là où le plaisir est la seule chose qui compte et qui se confond avec le viole et l’agression sans fin et sans frein, puisque la raison est réduite à un simple calcul informatique et de chiffres et de chasse à l’information, aux datas ; dans une telle société il n’y a donc plus aucune limite pour la poursuite de son confort-plaisir, pas de limite aussi à la satisfaction immédiate permise par la technologie informatique et électrique. Cela ferai croire que le mythe dionysiaque c’est l’obligation universelle de jouir et de se donner en spectacle de jouir, chose facilitée par le youtubisme social !

Tous participants au « train fantôme » sous forme de PANique ou SURFEU aspire à la Réalisation du Soi et à se mettre en relation intime avec le Christ-Dionysos ou Ptah-Osiris. Bref, le courant spirituel dionysiaque n’est pas que grec mais universel.

Pour les coincés de 2000 ans de christianisme puis par la psychanalyse du freudisme, Dionysos symbolise la destruction des inhibitions, des répressions refoulées. Dionysos = PANique, variation de PAN, car il symbolise totalement les forces obscures et terribles de l’inconscient, ce qui fait terriblement peur à « l’ordre établit »… (en premier lieu bien-sûr « l’ivresse sur la voie publique », ou le « trouble à l’ordre publique” »).
DIONYSOS = SHIVA : INCARNATION DE LA FONCTION DE DISSOLUTION ET DE DESTRUCTION, SHIVA TRANSFORMATEUR DES ÊTRES. Le rôle de Shiva est central dans l’existence du Maharshi. « Le simple fait de penser à Shiva procure moksha [la Libération, la délivrance spirituelle] ». Il en est évidemment de même de Dionysos-Bacchus.
Shiva : « Danseur cosmique » sous la forme de Natarâja.

Comme tout symbole est double : Osiris-Seth, Dionysos est : ou bien spiritualité, ou bien matérialisme ; il est une électricité, une foudre.

CASTRATION DE LA VIE.
- Pénis de Dionysos et d’Oriris détruit.
- Adgitis châtré par la Vierge Nana, fille du Dieu fleuve Sangarios, par le roi de Pessinonte,
- Participants à la noce aussi émasculés,
- Attis émasculé et exposé telle la Belle au Bois dormant.
Il ne reste plus que la VULVE, représentée par Déméter, épouse de Zeus eurent une fille : Koré. Un jour dans un champ, Koré en voulant cueillir un beau narcisse fut « happé » par la terre et Hadès sur son chariot d’Or se saisit de Koré pour l’entraîner dans l’enfer. Soleil et Lune furent témoins du rapt. Koré dans sa détresse invoqua sont père Zeus, évidemment trop occupé à recevoir des offrandes ne s’aperçu de rien. Déméter sa mère entendit les plaintes de Koré, et durant neuf jours elle survolant les terres et les mers. Le Soleil la prenant en pitié l’informa que Hadès avait déjà épousé sa fille Koré. Déméter affligée prit alors les formes d’une vieille femme et, sous des vêtements de deuil, elle s’assit à l’ombre d’un olivier, dans le voisinage de la fontaine fleurie d’Eleusis, tout près du château royale. Les filles de Chéléos venant prendre de l’eau à la fontaine, la vieille femme leur demanda de la conduire au château de leur père.

Déméter fut accueillie par la reine Métanire. La reine portant son fils Démophon, demeura sidérée par le charme émanant de la l’apparence Déméter en vieille femme. Elle offrit un gobelet de vin à Déméter, qui le refusa, et qui demanda à la place un mélange d’eau, d’orge et de pavot. La rein le lui servit et lui demanda si elle voulait bien prendre soin de son fils. Déméter s’éprit d’affection pour l’enfant et, tel un transhumaniste moderne (1), décida de le rendre immortel. Pour cela, elle l’oignait d’ambroisie le jour et le soumettait aux flammes purificatrices la nuit. La reine l’apercevant poussa un cri de PANique et Déméter toujours déguisée révéla son identité : « Je suis Déméter, la vénérée, celle qui procure l’allégresse, l’enthousiasme et la fertilité la plus incomparable, aussi bien aux mortels qu’aux Dieux impérissables. Il convient maintenant que tout le peuple m’élève un grand temple et un autel en ville qui est sur la mer mugissante, en ce lieu même dominé par la colline. Je vous enseignerai moi-même les orgies sacrées, afin qu’à l’avenir vous puissiez me rendre un culte et apaiser ma détresse et mon courroux ». Ce disant, elle rejeta son déguisement et se manifesta dans sa beauté rayonnante, répandant autour d’elle un parfum merveilleux… Après quoi elle disparut.

Métanire et Chéléos se hâtèrent de faire édifier le temple demandé, et le monument était tout juste terminé quand Déméter, voilée de noir, s’y manifesta pour confier sa douleur de n’avoir pu encore revoir le visage de sa fille Koré ; c’est pourquoi elle rendait stérile la terre et les femmes ; et les Dieux étaient privés de leurs offrandes habituelles. Dès lors, Zeus décida d’envoyer son messager, Hermès, après d’Hadès afin de le persuader de libérer Koré - qui désormais porte le nom de Perséphone. Hadès se soumit mais non sans faire goûter à son épouse divine quelques pépins de grenade qui l’assuraient de son retour [pour pouvoir quitter les enfers sans retour il fallait observer le jeûne]. Ainsi Zeus, à demi vaincu, décida que sa fille Perséphone séjournera les deux tiers de l’année auprès de sa mère Déméter et le tiers restant auprès de son époux souterrain.
Déméter permit ainsi à la végétation de reprendre son essor, aux femmes d’enfanter et elle apprit aux souterrains d’Eleusis les profonds arcanes de son culte. (En référence à Pierre Solié, Médecines initiatiques, aux sources des psychothérapies).

Ce mythe de Déméter plonge ses racines dans les RYTHMES de tous les noms-les-formes, est est du Thème MATRIARCAT : La Grande Mère Nature, les puissances de la BROUSSE-INCONSCIENCE ou PUISSANCES SOUTERRAINES, LES GROTTES AMÉNAGÉES DANS LES MONTAGNES, LES ROCHES, LES FONTAINES AUX SOURCES PROFONDES. Cela sera remplacé par le PATRIARCAT des  religions gréco-indogermaniques du Thème du Père, tel qu’exprimé dans le panthéon olympien d’Homère, qui se sont efforcées de supplanter les courants spirituels premiers. Évidemment l’olympisme n’y a pas réussit complètement, et n’ont fait que déguiser, sous forme de « mutation archétypique », le Patriarcat en Matriarcat « secourable » (RÉ-confort).
À Éleusis, Déméter est une mère éprouvée par la perte de son enfant. Bien que son enfant soit devenu Perséphone et Déesse des Enfers, rien ne rappelle la PANique venant des personnages des régions de la mort. De plus, le mythe de Déméter invente le courant mère-fille. À Éleusis, semailles et renouveau devinrent le symbole de la mort et de la résurrection : mariage du CHAUD-HUMIDE/FROID-SEC ou Déméter/Perséphone.

Bref, au final tout tourne toujours autour de la Réalisation du Soi : Phédon dit ceci : « Il apparaît que les hommes illustres qui ont fondé nos mystères savaient bien ce qu’ils faisaient : en réalité, dans leur manière énigmatique, ils ont indiqué que celui qui se présente devant Hadès en état d’impureté et non initié [ou ignorant] demeurera embourbé, tandis que le pur, l’initié, au terme de son voyage [de réalisation du Soi ou de Retournement de la Lumière (2)], habitera avec les Dieux ».
(Voir la pesé de l’âme chez les Anciens Égyptiens...)
« L’illusion n’est pas différente du mental, et il est impensable qu’elle en soit non différente [Tout est dans Tout, on ne sort pas de l’Univers pour le voir]. Si le mental est réel, comment l’illusion n’en est-elle pas différente ? Si elle n’est pas différente, le mental ne peut pas être réel ». (Shântideva, Bodhicaryâvatâra - La Marche vers l’Éveil, IX Connaissance, 26).

TRAIN FANTÔME = IMPRÉVU et PANique : la coïncidence entre le Seul Réel et sa représentation ou manifestation a pour effet de priver l’intéressé du TEMPS nécessaire à la prise en considération de ce qui lui arrive DANS L’INSTANT, d’où une situation de PANique qui interdit tout délai et opinion. Dans ce monde capitaliste qui ne jure que par LA SÉCURITÉ, LE CONFORT, LE PROLONGEMENT DE LA VIE ICI-BAS OU « L’AMÉLIORATION DE LA NATURE », TOUT CE QUI VIENT DANS L’INSTANT SANS PRÉVENIR SERA LE TERRORISTE, LA CATASTROPHE, L’APOCALYPSE, L’ANTI-CONFORT, L’ANTI-SÉCURITÉ, L’ANTI-ÉCONOMIE, L’ANTI-FINANCE. Ainsi, l’INCONSCIENT, où rien ne peut se prévoir, sera l’ennemi des paroissiens de la « raison », du calcul et de la finance internationale.
Il y a dans le transhumanisme une INVERSION de la Réalisation du Soi puisque le corps est aussi rejeté car considéré par les transhumanistes comme une « imperfection », et en leur temps certains Gnostiques avaient honte de leur corps, tout comme le christianisme de l’Église de Rome fera du corps le diable (1). Transhumanistes et financiers et politistes tels les membres d’un gouvernement étatique ONT PEUR, ILS VEULENT TOUT PRÉ-VOIR, TOUT CALCULER, ÉVIDEMMENT À DES FINS OU FAIMS UNIQUEMENT COMMERCIALES ET DONC UTILITAIRE : pourquoi produire par exemple une rose plus rouge, ou un chat persan plus soyeux ? Si l’on désire posséder une molécule dotée d’une propriété chimique particulière, on sélectionnera de même, à partir d’une grande quantité de molécules, celles illustrant le mieux la propriété souhaitée. Évidemment cela semble facile avec des éléments biologiques simples ; il en va autrement avec l’humain, qui est loin d’être une rose ou un chat… Jouer au Docteur Moreau et AUGMENTER des animaux et la catastrophe arrive…


Notes.
1. « Méliorer » la Nature (la rendre « meilleur ») : des humains ont déjà fabriqués des plantes pour qu’elles résistent facilement au gel ou aux insectes nuisibles ; et plus récent, le transhumanisme est appliqué aux vaches pour produire du lait contenant une grande quantité de protéines « utiles » (les transhumanistes injectent des gènes extérieurs dans les embryons des vaches). Les paroissiens du transhumanistes jouent avec les ADN/ARN ou anticorps et promettent de soigner, presque, tous les maux de la planète, à commencer par le covidisme…. Mais il y aura de la bagarre : LA GUERRE BACTÉRIOLOGIQUE PAR ADN/ARN : un pirate peut facilement insérer un message particulier dans la séquence ADN d’un virus de la GRIPPE : une fois le virus modifié, il s’en infecte lui-même, puis éternue à la face d’une foule de gens, avant d’attendre patiemment que l’épidémie de grippe se propage dans le monde entier, tout en sachant pertinemment que d’autres travailleurs du chapeau de la santé et en conséquence de la finance internationale parviendront à isoler le virus, à séquencer son ADN et à déchiffrer son message.
PIRATAGE INFORMATIQUE/PIRATAGE TRANSHUMANISTE…  BIENVENUE DANS LE TOUT CONNECTÉ, LE TOUT PIRATABLE ! ET LE TOUS SOUMIS AUX PROGRAMMEURS ET AUX PIÈCES DE RECHANGE… De plus le transhumanisme ne s’occupant que du corps, donc aussi du mental qui lui est inhérent, il ne peut QU’AUGMENTER AUSSI L’EGO : LA PEUR DU GRAND ÂGE N’EST QUE L’AUGMENTATION DE L’EGO, LE CONTRAIRE DE LA LIBÉRATION. ET TECHNOLOGUE = FINANCE. La Science c’est tout autre chose, puisque c’est le TOUT, la Connaissance, la Conscience infinie.

2. « Lorsqu’on utilise cette technique pour la première fois, on a l’impression d’un non-être dans l’être. Mais une fois le travail achevé, quand on a un corps au-delà du corps, on a l’impression d’un être dans le non-être [le « sentiment océanique » de Coulonval] ».
« Ce n’est qu’au bout de cent jours de travail concentré que la lumière est réel, qu’elle est le feu du mental. Car au bout de cent jours, la lumière jaillit spontanément : de même que le rapport entre une femme et un homme forme l’embryon, soudain, d’un point d’authentique énergie positive, surgit une perle. Il convient de l’observer, calmement, tranquillement. Le retournement de la lumière est le processus de « mise à feu ». […] La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le soleil, la lune et toute la Terre participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du ciel et de la terre emplit l’univers, la Lumière d’un seul Être s’étend naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit si clairement le Secret de la Fleur d’Or. Centrum Centri, se concentrer là-dessus « pour passer la Porte [Stargate] », pour vivre le Point Focal…
Riplée (Ripley) définit la Putréfaction, la mort des corps et division de la Matière, comme la conduisant à la division, donc au démontage, soit LA CORRUPTION SUIVIT DE LA GÉNÉRATION : « la Putréfaction est l’effet de la chaleur des corps entretenue continuellement, et non d’une chaleur appliquée manuellement. Il faut donc se donner garde de pousser la chaleur excitante et extérieur au-delà d’un degré tempéré : la matière se réduirait en cendre sèche et rouge, au lieu du noir, et tout périrait », dit fort à propos Dom Antoine-Joseph Pernety à l’article Putréfaction dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique.
 
 

Dernière mise à jour : 23-09-2021 02:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >