Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La dehorscratie ou l’avoir-se-faire-avoir
La dehorscratie ou l’avoir-se-faire-avoir Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-08-2022 05:36

Pages vues : 311    

Favoris : 37

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
diableboiteux_epreuve.jpg
 
 
La dehorscratie ou l’avoir-se-faire-avoir
Commerce socialo-amoureux et guerre sont très semblables,
la conquête de la coquette ou du prince charmant
pour les gays ou la conquête du marché sont identiques,
il y a va de codes, la guerre est également l’obsession
du gain, du profit qui obsède le capitalisme, mais dans
les deux cas cet AVOIR lié à la LOI DE SUCCION est
totalement au DEHORS, totalement artificiel
produisant l’aliénation de l’individu.
 
La fatalité de l’amour humain est de le chercher
ici-bas par la croyance au corps, c’est-à-dire
chercher l’Unité au niveau de la limite.
Or qui dit limite dit SÉPARATION. ET L’UNITÉ NE
SE TROUVE QUE DANS L’ICI ET MAINTENANT, c’est-à-dire
dans la négation de toutes limites, ce qui implique
le renoncement au Moi-individuel et de la possession.
Ainsi il n’existe pas d’amour humain sans une once
de sainteté.
Tout ce que l’inconscient collectif appelle « amour »
et qui n’a pas le Soi ou Christ pour Centrum Centri
n’est que tyrannie et esclavage du pouvoir
d’achat et de la consommation : du commerce, du
social avec le piment du mensonge pour masquer le
goût du néant.


AMOUR devrait signifier RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE
ou RÉALISATION DU SOI. Rares sont les Humains qui
coïncident avec eux-mêmes, c’est d’ailleurs pour ça
que les autres, les ignorants d’eux-mêmes, inventent
le social-socialisme : LE COMMERCE : ÊTRE AGRÉABLE
AUX AUTRES OU AU DEHORS, et on oublie le Dedans.
Les ignorants et socalistes sont évidemment contre
la « haine ».
La plupart des non-réalisés vivant en Dehors de leur
propre Nature ou Soi sont esclaves d’un personnage,
d’un rôle dans la comédie sociale. Le même MENSONGE
imprègne leurs relations sociales, même les plus
intimes, avec leurs prochains.

Ce ne sont que des masques sur des visages, des
masques de théâtre qui échangent des baisers et des
serment. Que signifient par exemple les ruses
inconscientes de la coquetterie et de la séduction,
sinon le réflexe d’un pantin qui tire les ficelles
d’un autre pantin, dans le même jeu abstrait de
l’informe-atique qui calcul ?
Dans ce jeu de l’amour, il peut s’y trouver une
émotion, comme dans les séries hollywoodiennes,
émotion de carnaval ou liée à l’IMAGE, à la
REPRÉSENTATION, mais certainement pas liée au
Seul Réel : L’INSTANT, le ÊTRE.
On préfère échanger de fausses richesses permises
par le régime du capital et de sa république plutôt
que d’unir de Vraies Pauvretés.

DRAME DE CE MONDE : personne ou presque ne
coïncide avec lui-même et en conséquence personne
ne communique avec l’Autre, d’où cette illusion
technologique, machiniste, du « tout connecté »,
ce qui renforce la mode du socialo-sanitaire
aliénatoire où le citoyenisé ne sait pas se
débarrasser de la personne du personnage (il ne
sort pas du MASQUE [sanitaire] DU COVIDISME…).

SE DONNER TEL QU’ON EST, c’est-à-dire
SE DONNER SANS SAVOIR CE QU’ON DONNE, c’est la
Vraie Définition de l’Amour, de la Gratuité.
Rien dans le Tout et tout dans le Rien.
Déposer toutes les armes et technologies et autres
masques, se DONNER COMME LA TRANSPARENCE D’UNE
SOURCE CRISTALLINE DANS UNE GROTTE PROFONDE,
SANS RÉSERVE, SANS MOUVEMENTS DE DÉFENSE ET
D’ATTAQUE QUI FONT DE L’AMOUR UN COMMERCE OU
UN JEU, C’EST KIF-KIF, CAR LE JEU COMMERCIAL OU
DE LA RUSE DE GUERRE ET SES ÉCHANGES DE
FAUSSE MONNAIE TEND VERS LE WINNERISME
QUI ENGENDRE LA DUALITÉ WINNER-LOSER.

Le mondialisme, comme tout le social, comme
tout ce qui est assemblé se séparera.
Tout ce qui est uni dans le monde des apparences,
depuis les atomes en la croyance au corps jusqu’aux
cerveaux liés par un illusoire inconscient collectif
est appelé à se dissoudre.
Évidement TOUT Cela se trouve DÉJÀ dans le
SAINT CHAOS : LES EAUX PRIMORDIALES.

Il fallut quelques cerveaux pour « organiser »
et détruire le Saint Chaos en inventant le
« Cosmos » ou le « monde » OU DÉ-MON, comme
si ces cerveaux voulaient sortir d’eux-mêmes,
donc sortir de l’Univers pour l’arranger,
pour l’A-méliorer, faire « mieux ».

Le consommateur aliéné a tellement soif de fuir
sa solitude de tout connecté et de se fondre dans
un autre être qu’il en oublie deux conditions
absolues de l'Unité : la pureté de l’Amour et le
respect de la Liberté des Amants.

De nos jours AMOUR = OBÉSITÉ, ÉVOLUTIONNISME
ET DONC EMPOISONNEMENT : on gave l’amour sous
prétexte de « progrès », de « vérité », si bien
et pour la course au « mieux » ou l’engraisse
dans un socialisme à la « vivre ensemble »
ET ON ASSASSINE SON SOI.

À ce hui, ce monde du Pour-Voir, ce monde du
winnerisme veut le BUT QUI EST L’UNITÉ, mais
il ne veut pas LE SENTIER ÉTROIT,
ce qu’il appelle « unité », ou « paix » n’est
qu’un assemblage tordu, disparate construit sur
la TYRANNIE, L’ESCLAVAGE DU SALARIAT OU DE
LA COMPROMISSION.
C’est comme deux nations qui, ignorant l’unité,
peuvent toujours se conquérir l’une l’autre
ou alors contracter une alliance boiteuse !

Au plus intime, qu’est-ce que l’être humain
aime en l’autre : l’être « aimé » ?
Mais c’est SON PROPRE BESOIN, QU’IL A-DORE
DANS L’ÊTRE AIMÉ, mais le besoin loi de succion
supérieure de DONNER : A-DORE : du A privatif
et dorer : priver d’Or, soit la Gratuité.
Le FLÉAU pour une âme riche et généreuse, que de
se sentir lié à un Être qui non seulement n’a
rien, mais qui ne peut rien recevoir, telle une
surface sur laquelle glissent tous les dons.
Ce qui amène à : Comment peut-on aimer le néant ?
et le pire des néants : celui qui se satisfait
de lui-même et qui n’a besoin de rien tel le
projet capitaliste du « VOUS NE POSSÉDEREZ
RIEN ET VOUS SEREZ HEUREUX »
, CE ”NOUVEAU”
BESOIN DE RIEN CENSÉ SUPPRIMER JUSQU’À
L’ATTRACTION UNIVERSELLE AFIN DE « MIEUX »
S’ENVOYER EN L’AIR ?
Comme tout ce qui naît un jour doit mourir
un autre jour….
Si bien que l’ULTIME ÉPREUVE DU DIABLE EST BIEN
LA TENTATION DU NÉANT OU DE SON COROLLAIRE
L’ÉTERNALISME cher au transhumanisme capitaliste
messianique.

Chacun est SINGULARITÉ, et ne partage avec les
autres que dans les chaînes de l’erreur et de
la misère du social.
Le hasard fait parfois que deux ou plusieurs
de ces blocs de citoyenisés suivent le même
chemin et frottent leur surface-masque ;
on appelle cela social ou ouverture, communion :
un remous du vent, et cette ivresse transformée
en choc douloureux ou en séparation définitive
fait replonger dans le chaos propre à l’humain.

L’intimité ou la « vie privée » n’a jamais
existé : on ne se montre jamais tel qu’on est :
NOUS SOMMES DES ANIMAUX HABILLÉS, au
social on donne l’apparence extérieure, aux
intimes un semblant d’apparence intérieure.
Même deux amants enlacés qui échangent des
confidences se mentent parfaitement : leur
intimité consiste à mettre en commun le plus
subtile et le plus sincère mensonge.
Si on pousse jusqu’au « Gate gate pâragate
pârasamgate bodhi svâhâ »
(Allé, allé, allé
au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil,
ainsi), on ne trouve plus que le  néant,
ou le Diable ou Dieu, les deux se confondent
dans le pouvoir ironique d’annuler que ce
qui a existé n’est pas d’existence. Ce monde
n’a pas encore été créé :
« Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu.
Ils sont tous deux les créateurs des
noms et des formes. Mais en réalité,
ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ».
(Ramana Maharshi, 264, du 20-10-1936).

Si bien que le courant ou la tension entre
le TOUT et le RIEN en court-circuit fait
que l’amour de l’humain est une impossibilité
humaine, une contradiction, un PARADOXE telle
celui de la Réalisation du Soi :
« Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant
demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe
de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà
réalisés n’y voient aucune contradiction ».
(Ramana Maharshi, 28 du 4-2-1935).

« Aimez-vous les uns les autres » (Jean 13,34),
mais dans le capitalisme et la conquête du marché
c’est dévorez-vous les uns les autres ; tout est comme
ça dans la dehorscratie ou l’avoir-se-faire-avoir
jusqu’à « la guerre en Ukraine ».
 
 

Dernière mise à jour : 06-08-2022 05:56

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >